Vers la chute de l’empire Drahi ?

Au centre, le multi-milliardaire Patrick Drahi

S’il y a un empire dont la chute ne ferait probablement pas pleurer les  Français honnêtes, c’est bien d’Altice dont il s’agit : pour mémoire, Altice est le nom du groupe du milliardaire Patrick Drahi, propriétaire des marques Numéricable, SFR, RMC, BFM TV, I24news entre autres, à qui nous devons sans aucun doute pour une bonne part l’élection de notre président actuel.

En effet l’action d’Altice a perdu 58% de sa valeur depuis juin, alors que l’opérateur SFR a perdu plus de deux millions de clients depuis son rachat il y a trois ans.

Le cours boursier d’Altice au 16 novembre

En cause, notamment, la qualité de service et la relation clients.

Après les désastreux exemples Tapie et Messier, on aurait pu croire notre pays vacciné contre ce genre de margoulin de haut vol, bien en cours chez les banquiers d’affaires, qui à coup de milliards de dettes bâtissent des empires comme d’autres élèvent des châteaux de cartes.

50 milliards d’euros: tel est le montant de la dette contracté par le sieur Drahi, qui lui a permis d’acquérir tous ses fleurons médiatiques et probablement d’être plus convaincant auprès de certaines autorités…

Rappelons que pour que Drahi puisse racheter SFR, il fallait obtenir l’agrément de Bercy, systématiquement rejeté par Montebourg au motif que le montage était fragile financièrement, et que la personnalité de Drahi n’inspirait peut-être guère confiance à tout le monde.
L’arrivée de Macron à Bercy en 2014 fut pour Drahi une bénédiction : l’agrément fut illico signé sans sourciller.
Pour les 6500 salariés de SFR licenciés un an après, ce fut par contre un cauchemar, pourtant bien prévisible : financé en grande partie par de l’endettement, le montage imposait de dégraisser les effectifs pour dégager les marges permettant de rembourser les échéances « sur la bête ».
Bien peu de choses, en somme, pour un Emmanuel Macron obnubilé à l’époque par sa quête de soutien médiatique.
Aujourd’hui, pourtant, la fin de l’aventure se précise pour le milliardaire en dettes : on comprendra certainement rapidement pourquoi l’obtention de la nationalité israélienne, il y a trois ans, lui tenait tant à cœur.

D’après Olivier Piacentini,
auteur de Vers la chute de l’Empire occidental

2 commentaires concernant l'article “Vers la chute de l’empire Drahi ?”

  1. et pourtant

    c’est Drahi qui a hissé , lui seul, sur le pavois un politicien inconsistant nommé Macron;

    grâce à la formidable force de frappe de son empire de Presse.

  2. Bin oui !!!! Si ça foire, […] DRAHI pourra toujours s’enfuir en ISRAËL où il sera protégé. Et tous ces cons de goys qui lui ont prêtés des milliards et des milliards d’euros, ne récupèreront jamais leur argent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.