Scandale : le jackpot de la retraite des parlementaires républicains

Périodiquement, le scandale des traitements dont bénéficient les élus de la république remonte à la surface.

Cette fois-ci, c’est au tour du régime très spécial des parlementaires de faire parler de lui dans les lignes du Nouvel Observateur. En effet, un mandat de cinq ans mené à terme ouvre droit à une retraite équivalente à une vie de travail dans le privé (1.550 € pour 40 ans de travail ou un mandat). Le Palais Bourbon n’a pas trouvé le secret de la pierre philosophale: il fait simplement financer son régime à 88% par une subvention étatique.

Ce qui donne une retraite moyenne de 2.700 euros pour un député et 4.442 euros pour un sénateur.

En effet, ceux procèdent différemment:
Du côté des sénateurs, les cotisations couvrent 43% des dépenses. Mais pas besoin de subvention de l’Etat : le reste des dépenses est couvert par la capitalisation.

« Leur régime est tellement bien géré, soutient Marie-Laure Dufrêche, qu’il était excédentaire de 575 millions d’euros fin 2008, ce qui leur permet d’assurer 23 années de prestations pour leurs 572 pensionnés (296 ayant droits directs, 271 veufs et 5 orphelins) ».

Les époux de parlementaires sont eux aussi avantagés. Le veuf ou la veuve reçoit 66% de la pension du défunt, sans condition de ressources. Alors que pour le régime général, ce montant est limité à 54% de la pension, et de plus il est plafonné.

Et dire que certains ose se gargariser en pensant à la fin des privilèges de l’Ancien Régime; le nouveau aurait bien des leçons à lui donner de ce côté-là!

François Bon

Extrait de l’article Le jackpot de la retraite des parlementaires, par Baptiste Legrand – publié sur Nouvelobs.com le 30 mai 2010

(Merci à Hulk)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.