14 commentaires concernant l'article “Pot annuel de Rivarol”

  1. C’est une bonne nouvelle ce pot, car il y a eu quelques problèmes internes à RIVAROL ces dernières semaines.

    Souhaitons que tout s’arrange autour d’un bon verre et des deux formidables conférenciers!

    TOUS AU POT DE RIVAROL!

    🙂

  2. Soutien total au journal RIVAROL:

    C’est un contre-poison et dépolluant de la cervelle devant le marinolatrisme FN et ses supporters médiatiques du SYSTEME!

    MLP est la candidate du Systeme, c’est évident.

    si elle est présidente du FN, je vous parie qu’elle ira en Israel faire
    allégeance.

  3. Perso, j’y suis allé. Que dire ?

    Déjà, je m’attendais à une affluence rabougrie, force est de constater que je m’étais trompé. La salle était pleine, au moins autant que les années précédentes, sinon plus, et en tout cas plus rajeunie. Ensuite, il y a eu le même enthousiasme que les années précédentes et c’est positif (rappelons que l’année dernière, c’était Bruno Gollnisch qui était l’invité).

    Il y eut quelques surprises, pas forcément bienvenues : Ainsi, était présente une équipe de M6 qui faisait un reportage. Le pire est que Bourbon a mal négocié leur venue et le cameraman ne se gênait pas à filmer la salle… Certes, Bourbon est intervenu pour les en empêcher, mais ils en ont fait qu’à leur tête. La prochaine fois, s’il veut inviter la presse du système, qu’il pose au moins des conditions : Notamment que la caméra doit se trouver sur un trépied, donc ne pas être amovible, et ne doit filmer que les orateurs et pas l’assistance. Ensuite, si les journalistes veulent interviewer quelques participants, d’accord, mais avec l’accord de ceux-ci et pas dans les conditions que ça s’est passé.

    Ensuite, autre surprise, j’ai vu au début des personnes (au moins deux) qui portaient la kippa… Honnêtement, je n’ai toujours pas compris la raison de leur venue, à moins qu’il s’agissait de faire de la provocation. Dans ce cas, force est de constater l’intelligence des participants, car aucun n’est tombé dans le piège de la provoc’ et dans ce cas là, nos amis ont dû repartir très déçus. D’autant qu’il s’agit de jour de shabbat, et donc qu’ils avaient normalement mieux à faire. Quoiqu’il en soit, il me semble qu’ils n’étaient plus présents à la fin de la réunion (mais peut être ai-je mal vu, je n’ai pas passé mon temps à surveiller)…

    Quant aux intervenants, ils ont été multiples, avec entre autres André Gandillon, qui a beaucoup parlé économie. Est arrivé ensuite le discours de Bourbon, manifestement satisfait de la réussite de la réunion. Sans surprise, il a décoché ses flèches contre Marine. Le problème de Bourbon, c’est qu’il ne sait pas distinguer le fond de la forme : Les reproches faites à Marine sont, pour la plupart, fondées. Néanmoins, il en rajoute, lui attribuant toute sorte de sobriquets, et là c’est inutile et nuisible. Car c’est cela qui sera attaqué par les marinistes, et non le fond. En quelque sorte, il donne les verges pour se faire battre. Il permet aux marinistes de parler des outrances des soutiens de Bruno Gollnisch, plutôt que d’expliquer qu’est-ce qu’elle veut faire du FN si elle en devenait élue, pourquoi n’est-elle pas gênée par ses soutiens dont certains défendent les clandestins…

    Ensuite, mais je le savais déjà, force est de constater que Bourbon a un talent d’orateur assez exceptionnel. Sans aucune note, il a pratiquement parlé pendant une heure, sans jamais ennuyer les auditeurs. Il a fait preuve d’humour, mais là encore il faut qu’il sache l’utiliser : Même si Marine peut susciter des interrogations, il me semble qu’elle ne doit pas être mise au niveau des politiquards du système et donc il n’était pas toujours utile de l’utiliser contre elle. Quoiqu’il en soit, par son éloquance, il me rappelle Jean-Marie Le Pen, qui lui aussi du haut d’une estrade, en s’appuyant sur l’actualité, arrivait à captiver son auditoire, à l’amuser par des bribes humoristiques, tout en soulignant bien le problème de fond, c’est à dire l’état du pays qui est, pour résumer, catastrophique.

    Après un entracte, est intervenu Martinet, pousuivi pour avoir réédité Le protocole des sages de Sion. Il a plusieurs procès sur le dos, et aura d’ailleurs un résultat de jugement lundi. Enfin, comme annoncé, Hervé Ryssen est intervenu. Finalement, il n’a pas dit grand chose (je l’ai connu plus enflammé…) et son discours fut assez court.

    Finalement, cette réunion aurait pu être presque parfaite, mais en fait il y avait de nombreuses taches, dont la responsabilité incombe à Bourbon : L’absence de tous les historiques de l’hebdomadaire : Son prédécesseur, Camille galic : Absente ; Le président des amis de Rivarol, Me Delcroix, absent, même si son livre était en vente à la librairie de la réunion ; Ghislain de Diesbach, adjoint du président des amis de Rivarol : Absent. Jean-Paul Angelelli : Absent ; Anne Brassié, ancienne présidente des amis, dont je ne connaissais pas l’opinion sur la crise actuelle de Rivarol : Absente, ce qui montre qu’elle est solidaire des précédents. Mais plus surprenant encore, la dessinatrice Chard, qui continue d’ailleurs à travailler pour le journal : Absente. Preuve que si elle continue, ce n’est pas pour soutenir Bourbon, mais uniquement pour l’hebdomadaire. Et en effet, un départ d’icelle serait une catastrophe : Imaginer un Rivarol sans illustration et l’hebdomadaire perdrait tout son charme.

    Espérons que des passerelles se créeront entre ces absents et le nouveau directeur, ce qui permettra de passer la crise et de repartir sur de nouvelles bases. Car oui, la lecture de Rivarol est une nécessité pour tout militat patriote, et même, sans être militant chevronné, pour toute personne soucieuse de l’avenir de son pays.

  4. Merci de ce compte-rendu. Je vous trouve un peu dur avec M. Bourbon.
    Ce style que vous décriez tant, c’est celui d’un polémiste. Et d’un fort bon polémiste.
    Aujourd’hui, en effet, ça fait bizarre : nous ne sommes plus habitués, il n’y en a plus.

    Sinon, il y avait aussi un cadre du RF qui est intervenu m’a-t-on dit.
    C’est bien tout ça !

  5. @ Pierrot

    Disons que je pense que Bourbon a quand même beaucoup de défauts : Il se brouille avec l’ensemble des personnes avec qui il est en contact, il s’emporte facilement et verse très rapidement dans l’extrémisme le plus outrancier : Cette semaine encore, il n’est qu’à lire sur ce qu’il dit sur Sa Sainteté le Pape Benoît XVI. D’une part, c’est très injuste pour Benoît XVI qui a rétabli la liturgie traditionnelle, ce qui est une réelle avancée. De cela, évidemment, Bourbon ne mentionne pas dans son article. D’autre part, normalement, un catholique croit que les actes du Pape, depuis Saint Pierre, sont directement influencés par le Saint Esprit, autrement dit par Dieu lui-même. Donc critiquer Benoît XVI comme il le fait ne me semble pas très catholique…
    Quoiqu’il en soit, il donne raison à Jean-Marie Le Pen qui l’a traité de Taliban.

    Ceci dit, ça n’enlève rien à certaines de ses qualités, et notamment son bagout. A l’écrit aussi, il a des qualités : Ses articles sont bien écrits, la syntaxe est parfaite, son champ lexical est très étendu, sa culture politique est immense… C’est d’ailleurs, à mon avis, la raison pour laquelle Camille Galic l’avait choisi…

    —————————————

    @ Elsasser

    Je ne suis pas bien sûr qu’être extrémiste fasse de lui un bon polémiste : Un polémiste est celui qui va chercher les contradictions dans les discours des personnes au pouvoir, dans la société, entre les actes des responsables au pouvoir et ce qu’ils disent (ou disaient), etc, etc. Ca n’a pas forcément de lien avec le fait de tenir des discours extrémistes…

    Sinon, en effet, il y eut au début l’intervention d’un jeune militant du RF, ainsi que celle de Robert Spieler de la Nouvelle droite populaire, qui a fait de la pub pour le livre d’Anne Kling Le CRIF, un lobby au coeur de la République.

    http://france-licratisee.hautetfort.com/list/lire/le-crif-un-lobby-au-coeur-de-la-republique.html

  6. @Eris

    Donc vous avez tempéré votre jugement. J’en suis heureux. 🙂
    Sinon l’intervention du jeune militant RF était bien?

  7. @ Pierrot

    Je ne sais pas si j’ai tempéré mon jugement, mais je persiste à croire que Bourbon y va trop fort et nuit même à Bruno Gollnisch (ce qui est un comble !) du fait de ses excès, excès qui ne sont que sur la forme. Mais sinon, comme lui, je crois que si Marine était élue ce serait une catastrophe. Du reste, elle se contredit totalement dans ses discours et montre qu’elle est une vraie girouette. Ainsi, il y a peu de temps, elle semblait insinuer que si BG était élu, il chercherait une alliance avec l’UMP, quitte à jeter par dessus bord les valeurs. Maintenant, elle dit que si Gollnisch était élu, il y aurait un risque de diabolisation du FN.

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/la-strategie-de-gollnisch-risque-de-diabolisation-pour-le-fn-selon-marine-le-pen-27-11-2010-1168828.php

    Ces deux discours sont contradictoires et montrent que les idées défendues par Marine changent en fonction des aléas du temps. Or, en matière politique, les aléas du temps sont le fait des media. Et cela montre qu’elle est prête à s’abaisser devant les media et donc finalement à rejetter toutes nos idées, car ce sont toutes nos idées que les media abhorrent. Vraiment, avec elle, on ne sait pas où on va.

    Quant à l’intervention du militant du RF, oui elle était bien et il fut applaudi par l’assistance.

  8. Dans Rivarol à paraître cette semaine (http://www.rivarol.com/) :

    Pot de RIVAROL: un grand succès!

    Pari gagné ! Depuis 1999 que RIVAROL organise la rencontre annuelle avec les lecteurs et sympathisants du journal à l’Espace Dubail, dans le très exotique Xearrondissement de la capitale, jamais autant de monde n’était venu apporter son soutien à l’hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne. Le succès n’était pourtant pas gagné d’avance. D’abord parce que, à la suite d’une scandaleuse tentative de sabotage, nous avions dû annoncer son report, puis nous avions finalement maintenu ce pot sous un intitulé légèrement différent. Ensuite une rumeur courait selon laquelle des nervis de la LDJ ou du Bétar pourraient attaquer la réunion du fait de la présence annoncée d’Hervé Ryssen. Tous ces aléas n’ont pas découragé les rivaroliens, plus enthousiastes que jamais. Les jeunes étaient d’ailleurs nettement plus nombreux que d’habitude. La salle étant comble, un groupe de personnes a même dû écouter les discours dans l’escalier et les victuailles ont manqué…

    UNE AFFLUENCE SANS PRÉCÉDENT

    Cette année le Pot avait une saveur particulière. Non seulement à cause de la présence d’une camionnette de CRS venus protéger la réunion et de deux policiers en civils qui ont d’ailleurs fait preuve d’un professionnalisme et d’une courtoisie irréprochables. Mais aussi parce que différents media avaient tenu à couvrir l’événement, l’AFP, le Journal du dimanche, le site Slate.fr de Jean-Marie Colombani et M6 qui a envoyé une équipe. Sans doute la prise de position du journal en faveur de Bruno Gollnisch et très critique envers sa concurrente a-t-elle suscité la curiosité de la grande presse. Depuis quelques mois l’on a en effet plus parlé de RIVAROL que depuis sa fondation il y a bientôt soixante ans. En prenant position dans la bataille de succession au Front national, ce n’était certes pas l’objectif que nous recherchions. Nous souhaitions seulement mettre en garde contre la Gianfranco Fini à la française mais après tout si ces événements permettent d’augmenter la notoriété de RIVAROL et d’accroître ses ventes en kiosque, nous ne nous en plaindrons pas.

    Un journal, il faut qu’on en parle, que ses articles, ses prises de position donnent lieu à des controverses, à des débats, même vifs. Sinon c’est que l’on ne sert à rien. Un organe d’opinion doit savoir s’engager, dire ce qu’il croit être la vérité, quitte à faire des mécontents, quitte à susciter des incompréhensions ou des malentendus, quitte même à déclencher en retour des haines inextinguibles. C’est le prix à payer de la liberté. Si nous ne pouvions pas écrire ce que nous pensions sur tous les sujets, nous travaillerions au Figaro ou à Valeurs actuelles ! Quelle tristesse de voir aujourd’hui une presse si aseptisée, si conformiste alors qu’avant-guerre les différents journaux ne répugnaient pas à la polémique ni à la virulence des propos quand ils le jugeaient nécessaire. La violence n’est plus aujourd’hui dans la presse, elle est dans la rue, dans les conflits sociaux. Ce n’est certes pas un progrès.

    DES SOUTIENS AUSSI NOMBREUX QUE CHALEUREUX

    Dans l’assistance de nombreuses personnalités étaient venues nous exprimer leur sympathie et leur encouragement, Marc Fredriksen, Pierre Sidos, fondateur de l’Œuvre française, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, Bernard Brès, directeur du Chêne et membre national du MNR, Martine Lehideux et Pierre Descaves du Parti de la France, François Ferrier de la NDP, le jeune royaliste Franck Abed, Max l’Impertinent et son épouse qui arrivaient de Nice, un responsable du Front national venu exprès de Nouméa, des jeunes du Renouveau français de Thibault deChassey, le Canadien français Luc Gagnon, ex-directeur de la revue Egards et Madame Paul Malliavin toujours aussi généreuse pour le journal.

    De nombreux orateurs se sont succédé tout au long de l’après-midi. Martin Peltier expliqua que ce qui unit la famille nationale, c’est la défense intransigeante de nos identités. Robert Spieler, délégué général de la Nouvelle droite populaire, apporta un soutien chaleureux au journal et à son rédacteur en chef: «Il faut être fou, en cette période où le langage est aseptisé, où l’autocensure est la règle , et où la répression est omniprésente, pour oser s’exprimer avec une totale détermination quitte à choquer les esprits prudents. Jérôme Bourbon est courageux et même si l’on peut ne pas être d’accord avec certaines attaques personnelles, il dit la vérité avec un incontestable talent de polémiste.» Gaël deCrépy, responsable du Renouveau français en Bourgogne, vint au nom de son mouvement apporter son soutien à RIVAROL et dire pourquoi le RF s’était engagé en faveur de Bruno Gollnisch pour la présidence du Front national.

    André Gandillon, le rédacteur en chef de Militant, qui a lui aussi pris position contre Marine LePen dans sa revue bimensuelle, a notamment insisté sur l’importance des questions économiques qui sont souvent délaissées ou traitées avec condescendance dans nos milieux alors même qu’il est important d’avoir les idées claires dans ce domaine si l’on veut un jour accéder aux responsabilités. Il a dénoncé le libéralisme économique qui, selon lui, n’est que le pendant du libéralisme politique, philosophique et religieux.

    Maurice Martinet, le président du Parti national radical, nous a brièvement parlé des persécutions judiciaires qui lui sont faites , ainsi qu’à son journal Le National radical. Le 12juillet 2010, la XVIIestatuant en référé a en effet exigé l’interdiction de la vente et le retrait du numéro16 de cet organe pour provocation à la haine raciale et a condamné le PNR et son président à payer plusieurs milliers d’euros de dommages et intérêts à différentes associations juives. Il était reproché au directeur du National radical d’avoir publié la liste des 308 juifs qui dominent les media en France. Or, cette liste avait été divulguée par Lawrence Aster, juif converti au catholicisme. Et comme si cela ne suffisait pas, le 29novembre, le tribunal de grande instance de Grenoble, saisi par la LICRA, condamnait Maurice Martinet à deux mois de prison ferme et à 6500euros de dommages et intérêts à verser à la Ligue pour ce même numéro16 intitulé «Les juifs qui dominent la France». M.Martinet a évidemment fait appel de ce jugement qui prouve une fois de plus qu’on ne peut plus rien dire dans ce pays occupé et asservi.

    Hervé Ryssen, qui dédicaça toute l’après-midi ses livres, releva, avec son talent habituel, que la parole était en train de se libérer, qu’il y en avait assez de toujours reculer, de sans cesse avoir peur. Dans cinq générations les petits Français qui resteront, que diront-ils de leurs devanciers qui n’ont rien fait pour rester maîtres chez eux s’interrogea Ryssen. «Quels morts avons-nous à notre actif contre l’invasion migratoire ? En trente ans Paris est devenue une ville majoritairement étrangère et nous nous sommes laissés déposséder sans rien faire.»

    LA RÉCOMPENSE D’UNE LIGNE RADICALE ET SANS CONCESSION

    Quant à Jérôme Bourbon, il expliqua les raisons pour lesquelles le journal s’était engagé aussi fortement dans la bataille de succession au FN. Si nous avions jugé que les deux candidats étaient interchangeables, nous ne serions pas intervenus dans le débat. Mais c’est parce que les idées, les ambitions, les profils, les objectifs, les conceptions de la politique sont si différents entre Marine LePen et Bruno Gollnisch que RIVAROL a pris position. Cela n’est pas toujours compris par tout le monde. Mais entre le risque d’être incompris et celui de ne pas faire son devoir en taisant ce que l’on sait être la vérité, il n’y a pas à balancer. Nous ne savons pas si Gollnisch l’emportera le 16janvier prochain. Mais quoi qu’il advienne nous ne regretterons pas notre engagement. Il y a des moments dans la vie où l’on ne peut transiger, sauf à être lâche et à trahir.

    Et quand on pense aux sacrifices consentis par des milliers de patriotes, il est insupportable de ne pas dénoncer franchement, par prudence humaine, par calcul sordide ou par clientélisme, une stratégie consistant à normaliser le Front national, à en changer le nom, le logo (comme Marine LePen l’a encore envisagé le 22novembre sur France Inter) mais surtout à en changer le logiciel et à lui faire perdre son âme, sa raison d’être et sa noblesse, à savoir: la défense intransigeante de notre peuple, de notre terre, de notre race, de notre sang, de nos traditions, de notre histoire, de nos croyances et l’insoumission totale aux différents groupes de pression qui nous corrompent et nous détruisent.

    L’équipe de RIVAROL.

  9. @ Eris
    « D’autre part, normalement, un catholique croit que les actes du Pape, depuis Saint Pierre, sont directement influencés par le Saint Esprit, autrement dit par Dieu lui-même. Donc critiquer Benoît XVI comme il le fait ne me semble pas très catholique… »

    Le Catholicisme , c’est plus subtil que cela .
    Sinon, il n’aurait pas traversé les siècles .
    Pour ma part, j’ai trouvé l’article de Bourbon relatif au comportement du Pape , REMARQUABLE .

  10. Je suis très attristé de constater que Camille Galic a été évincé de l’hebdomadaire qui lui doit tant. Il faut raison garder. On peut et l’on doit pouvoir critiquer Marine Le Pen – si besoin – tant que l’on reste dans l’argument politique. Mais les attaques comme Marine entourée d’invertis (?) ou Marine qui ose porter un jean, ou Marine divorcée me semblent ahurissants et dignes d’une secte.
    Il est urgent que Jérome Bourbon rectifie le tir (on commet tous des erreurs et le nouveau directeur de Rivarol a par ailleurs une très bonne plume) et réintègre Camille Galic – mais également Eric Delcroix – sinon des lecteurs risquent – la mort dans l’âme- d’abandonner la lecture de Rivarol trop déçus par ce sinistre règlement de compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.