Location d’utérus : jugement important rendu ce soir

En France il est interdit d’avoir recours à la location d’utérus (mères porteuses ou encore plus politiquement correct: gestation pour autrui), des couples décident pour contourner la réglementation, de se rendre à l’étranger pour louer les services de mères porteuses. Seulement « leur » enfant à la nationalité du pays en question et la loi n’accorde pas automatiquement les papiers aux nouveau-nés. Les enfants ont alors un visa et une carte de séjour. les Menesson, parents de jumelles nées d’une mère porteuse à l’étranger, attendent le jugement de la cour de cassation pour savoir si oui ou non leurs filles peuvent s’inscrire à l’état-civil français et devenir françaises. Si c’est le cas, un premier pas sera fait vers la légalisation de la location d’utérus en France.

Caroline Mécary, avocate du vice qui avait plaidé la cause des homosexualiste du kiss in devant Notre Dame de Paris, s’occupe des Menesson. Elle répond à une interview pour TF1 :
Mais si la cour de cassation valide la transcription de l’état civil, la loi interdisant la GPA peut-elle encore tenir ?
C.M. : Oui, la loi sur l’interdiction de la GPA demeurera. Simplement, les couples qui auront recours à des mères porteuses à l’étranger ne verront plus leurs enfants sanctionnés. Mais il est certain que, dans un deuxième temps, cela posera immanquablement la question de la légalisation des mères porteuses. C’est exactement ce qui s’est passé avec l’avortement. Avant qu’il ne soit légalisé en France, les femmes qui avaient besoin d’avorter se rendaient dans des pays où cela était autorisé. Cela a mis en relief une discrimination sociale flagrante entre les femmes qui avaient de l’argent et qui pouvaient donc se rendre à l’étranger, et celles qui n’en avaient pas. Cette discrimination a fini par faire sauter le verrou de l’interdiction de l’avortement en France. Le législateur a été poussé à intervenir.

13 commentaires concernant l'article “Location d’utérus : jugement important rendu ce soir”

  1. Le terme « location » est complètement incorrect, dans la mesure où il n’y a pas de rémunération pour cela…

  2. Pour le moment. Vous verrez qu’une fois la gestation pour autrui légalisée, on verra apparaître des contrats de mère porteuse avec rémunération et surtout obligations…

  3. Un enfant est une personne. C’est un merveilleux cadeau. Alors les acheter est nauséeux. Ce n’est pas un objet qu’on achète.

    Cette société est de pire en pire.

  4. La rigidité de la rédaction me laisse sceptique. Je ne sais pas si les membres de la rédaction qui parlent de « location » pour décrire le phénomène des mères porteuses sont en situation d’avoir des enfants, en ont, en souhaitent, ou ne peuvent en avoir.

    Entre avoir recours à une mère porteuse pour avoir des enfants biologiques si l’utérus de la mère biologique est mauvais, et adopter des cambodgiens…

    N’oubliez pas qu’avec toutes les saloperies chimiques que nous ingurgitons à longueur de journée, nos organismes sont de plus en plus stériles.

  5. Etienne et pourquoi pas tout simplement simplifier les adoptions de français?
    Les foyers de l’ASE en sont pleins

  6. Certaines personnes sont stériles, c’est triste pour elles, mais c’est la vie. Acheter des enfants ne changera rien à leur stérilité.

  7. @Kaamelott : mais bien sûr, et au premier drame venu, vous viendrez hurler que c’est scandaleux de confier un enfant à des parents irresponsables… Donner plus de moyens pour faciliter le nombre d’adoptions soit, mais simplifier les modalités, certainement pas.

  8. @bibi vous vous rendez compte que vous dites n’importe quoi? C’est sur ils sont tellement mieux à l’ASE. Ou mort par avortement

  9. @Kaamelott : Tiens donc ! à ce moment-là, ouvrons l’adoption pour les couples homosexuels, au moins, ils ne seront plus à l’ASE !

  10. Etienne :
    Quand 60% des femmes de ce pays prennent une substance hormonale synthétique pour ne pas avoir d’enfants et qu’un tiers des jeunes filles de 15 à 24 ans ont déjà pris la pilule abortive en 2004, il ne faut pas s’étonner de cette tendance à la stérilité chez les Occidentaux ! Il n’y a pas que ça qui puisse induire à la stérilité mais cela y participe grandement. Arrêtons de faire croire que l’acte sexuel est dissocié de la procréation et qu’on peut choisir quand et comment faire ses enfants, comme on peut choisir quand acheter et quand envoyer à la casse une bagnole ! Bientôt on nous proposera de choisir la couleur des yeux et des cheveux !

    Non à la marchandisation et l’objetisation de l’enfant ou de l’être humain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.