Le Japon à l’abri de la spéculation?

La dette publique du Japon est de 225% de son PIB, soit le double de la Grèce. Situation qui n’est pas prête de s’arranger, le déficit budgétaire étant de presque 10%. Pourtant, aucune tutelle du FMI et de ses réformes libérales (condition sine qua non de son intervention) n’est à l’ordre du jour.

La particularité nippone sur cette question réside dans les emprunteurs. Plutôt que de s’adresser à de grosses banques d’affaires, le Soleil Levant s’est adressé aux épargnants japonais. Résultat: près de 95% de la dette est détenue par des particuliers nationaux.

Si cette mesure, sorte de « rideau de bambou » des temps modernes*, a permis pour l’instant de tenir les spéculateurs à l’écart, selon nombre d’observateurs américains, une tempête économique pourrait s’approcher de l’archipel dans les prochains mois.

Et l’on sait qu’il n’y a pas meilleur météorologue que celui qui provoque les orages…

*l’ère du « rideau de bambou » désigne, au Japon, la fermeture du pays aux étrangers et aux missionnaires lors de la prise du pouvoir par Ieyasu Tokugawa à la fin de l’ère des provinces en guerre, fin XVIème -début XVIIème.

François Bon

7 commentaires concernant l'article “Le Japon à l’abri de la spéculation?”

  1. j’ai une question. Comment fait-on pour insérer des liens? Notamment comme Krn. Merci

  2. Normalement il suffit de poster le lien en n’omettant pas la première partie : http://

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.