Affaire Baeckeroot-Aliot-Marine : verdict

« Le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) a condamné aujourd’hui trois responsables du Front national (FN), dont Jean-Marie et Marine Le Pen, pour avoir diffamé un ancien élu frontiste, Christian Baeckeroot, dans un communiqué publié sur le site internet du FN. Le président du FN, poursuivi en tant que directeur de publication du site internet, a été condamné à 1.000 euros d’amende et un euro de dommages et intérêts vis-à-vis de M. Baeckeroot. »

Sa fille, Marine Le Pen, et l’ancien secrétaire général du parti, Louis Aliot, contre qui M. Baeckeroot avait engagé ses poursuites mais qui étaient jugés pour simple « complicité de diffamation », ont été condamnés à 1.500 euros d’amende avec sursis et 1.000 euros de dommages et intérêts.
Dans un communiqué publié le 19 novembre 2008, Louis Aliot avait accusé M. Baeckeroot, proche de l’ancien cadre dissident du FN Carl Lang, d’avoir tenu des propos injurieux, lors d’un banquet, sur le vice-président du parti Roger Holeindre, qualifié de « merde », d' »ordure » et de « salopard ».

Marine Le Pen avait repris ces accusations quelques jours plus tard, dans une lettre ouverte à Carl Lang, également publiée sur le site du Front national.
Niant avoir tenu de tels propos, Christian Baeckeroot avait déposé plainte pour diffamation auprès du parquet de Nanterre le 27 janvier 2009, dans un contexte de guerre fratricide au sein de la famille frontiste consécutive au départ de plusieurs cadres du parti ralliés à Carl Lang.
»

Source

3 commentaires concernant l'article “Affaire Baeckeroot-Aliot-Marine : verdict”

  1. Ça calmera peut-être certains hystériques remplis d’aigreur de calomnier le Parti de la France et ses dirigeants.

  2. Votre titre est erroné: ce n’est pas une affaire entre Baeckroot et Holeindre, mais entre Baeckroot et Alliot-Marine.

    D’après le Nouveau NH:

    Le tribunal a estimé que : l’animosité entre les auteurs de ces passages et M. Baeckeroot est à l’évidence : « le soutien que celui-ci apporte à M. Lang ». Le tribunal fait aussi remarquer qu’il est symptomatique que la diffusion soit intervenue même après le communiqué de Roger Holeindre censé “apaiser les tensions”.
    http://www.national-hebdo.net/spip.php?article1356

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.