« Témoins de Jéhovah : la face occulte de la secte pédophile »

Cet article présente le dernier livre de Laurent Glauzy, Témoins de Jéhovah, les missionnaires de Satan (disponible ici) :

La secte des Témoins de Jéhovah est considérée comme religion officielle en Italie, en Norvège, en Slovaquie, ainsi qu’en Bulgarie. Dans ce dernier pays, elle fit croire à un allègement de ses positions concernant le refus des transfusions sanguines, auxquelles elle ne s’opposa que très tardivement, à partir de 1945. En mars 1998, la Commission européenne des droits de l’homme et la mafia politique bulgare entérinèrent l’accord lui octroyant le statut de religion.

À partir de documents inédits et traduits du néerlandais et de l’allemand, le livre Témoins de Jéhovah, les missionnaires de Satan, paru fin juin 2013,révèle l’identité de cette organisation ayant l’ambition d’être reconnue comme religion en France.

Une élite d’escrocs et de détraqués sexuels

Charles Taze Russell, né en 1852, en Pennsylvanie, descendant d’une famille juive, est le fondateur des Témoins de Jéhovah. Cette structure, issue du groupe des Étudiants de la Bible [nom des Témoins de Jéhovah avant 1931], apparait dans les années 1870. L’enseignement religieux du pasteur Russell s’appuie sur la seconde venue du Christ et la fin du monde. L’Armageddon a été annoncé en 1914, puis en 1915, 1918, 1925, 1941 et 1975 : « Un faux prophète réalise de fausses prophéties. » (De 18, 21)

Russell est un escroc. En 1911, il essaie de vendre une variété de semences de blé qui est censée pousser cinq fois plus vite que les autres, à un prix soixante fois supérieur à celui du marché. Un examen effectué par le gouvernement conclut que le « blé miraculeux » n’est autre qu’une semence tout à fait ordinaire. Ce pasteur propose à ses disciples des boules de coton « miraculeuses », des haricots « millénaires », une boisson du nom de « Santone » qui guérit soi-disant du typhus, ainsi que des préparations « secrètes » contre le cancer.

Russell est un détraqué sexuel. Sa femme le surprend maintes fois avec l’aide familiale et la secrétaire. Elle affirme qu’il lui est impossible d’être en compagnie d’une femme sans lui faire la cour.

Russell décède après l’inspection de sa mine d’argent de Santa-Fe-Express, le 31 octobre 1916. Sa mort est enveloppée de mystères. Selon ses fidèles, un complot fut ourdi par son successeur, Joseph Franklin Rutherford, pour prendre sa succession. Du poison mis dans son repas serait la cause de la mort. Quoi qu’il en soit, son cadavre est enlevé durant le voyage afin de procéder dans les plus brefs délais à l’embaumement. L’incinération se déroule selon le rite rosicrucien.

D’un point de vue moral, la vie de Rutherford est aussi scandaleuse que celle de Russell. Il fut condamné à deux reprises, en 1864 et 1867, pour comportement sexuellement déshonorant. Il fait également de la contrebande d’alcool avec le chef de la branche canadienne de la secte.

Le nouveau président annonce pour 1925 la résurrection des patriarches de l’Ancienne Alliance. Pour les accueillir, un somptueux palais est édifié dans le quartier le plus huppé de San Diego. Alors que ses disciples attendent en vain la venue d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, Rutherford s’installe dans ce luxueux bâtiment. Connu pour ses invectives envers les gouvernants et l’Église catholique, il est publiquement accusé par un fidèle de visiter un cabaret de strip-tease. Il entretient une relation extraconjugale avec Bonnie Boyd, qui partage sa résidence de San Diego ; puis avec Vera Peal, qui l’accompagne lors de ses séjours en Europe.

Pédophilie et Franc-maçonnerie

Le journal norvégien Billedbladet NÅ du 5 octobre 1989 avertit que la hiérarchie de la nébuleuse internationale n’exclut pas les personnes ayant des mœurs sexuelles dépravées. Le journaliste Jan Fiksdal évoque les pratiques pédophiles d’un éminent membre norvégien, protégé par la secte. L’année suivante, en 1990, il abusera de treize autres enfants. Le 14 juillet 2002, un documentaire de la BBC, repris aux États-Unis par les chaînes CBS, CNN (mais pas en France), établit sur les témoignages de Bill Bowen – qui avait passé vingt ans au sein de la secte – l’existence d’un fichier secret faisant état de 23 720 cas de pédophilie. Il déclare : « Les pédophiles sont protégés par le système ».

La secte de Brooklyn a toujours bénéficié du soutien de la Franc-maçonnerie. Déjà, en janvier 1924, un certain Dr Fehrmann, en tant que témoin principal, présente au tribunal helvète de Saint-Gall une lettre du 27 décembre 1922, écrite par un Franc-maçon du 33e grade de la loge de Boston et adressée à un « frère » suisse. Le courrier est ainsi libellé : « Votre demande concerne l’Association internationale des Étudiants de la Bible. Il est certain que ces gens nous sont utiles. Nous leur offrons par des moyens connus, mais indirects, d’importants capitaux provenant de nombreux « frères » qui, pendant la guerre, ont gagné beaucoup d’argent. Cela ne met pas à mal leur portefeuille ! Ce sont des Juifs. (…) Le principe, pour envahir un pays est d’utiliser ses faiblesses et de miner ses piliers. En Europe, nos ennemis sont les protestants et les catholiques… »

Russell : l’ami du B’naï B’rith

Russell est, aux États-Unis, le premier et le plus grand précurseur du sionisme. Pour rendre attrayant le projet d’émigration vers la Palestine, il publie le journal hébreu Di Shtimme (La voix). Des millions d’exemplaires sont distribués gratuitement dans le monde entier. Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, ambassadeur d’Israël aux Nations unies (1984-1988), déclare même : « Le rôle important du pasteur Russell comme combattant du sionisme ne peut être écarté. »

Selon les écrits de Russell, les Juifs seraient les seigneurs du monde et toutes les nations devraient se convertir au judaïsme. Les Juifs seraient, en ce qui concerne la morale (dont il est un fin connaisseur !) et l’intelligence, supérieurs aux chrétiens. Yona Malachy, ancien Premier ministre des Affaires religieuses de l’État d’Israël, décrit Russell comme un grand défenseur du sionisme. Russell est un ami de Stephen Wise, rabbin, franc-maçon et chef du B’naï B’rith, et entretint des liens très étroits avec les Morgan, Rockefeller, Rothschild et Warburg.

La collaboration avec l’Allemagne national-socialiste

Sous la direction de Rutherford, au début des années 1930, la secte opère un changement radical à l’égard des Juifs. Dès 1932, la secte prétend que les promesses sionistes de la Bible ne s’adressent pas aux Juifs, et que le sionisme est l’œuvre du démon. Les publications des Témoins de Jéhovah diffusent alors des déclarations antisémites. Dans la revue Trost du 15 juillet 1938, Rutherford soutient qu’il existe une alliance entre le peuple juif et l’organisation du diable.

Dans la Déclaration des faits, document de collaboration de la secte, Rutherford approuve la politique d’Hitler, et s’oppose à l’oppression de l’humanité par le grand capital, ainsi qu’à la Société des Nations. Il avance que Jéhovah et Jésus-Christ se seraient tenus du côté des nationaux-socialistes.

Malgré les flagorneries les plus basses de Rutherford, le Reich prononce l’interdiction de la secte le 29 juin 1933, en raison du désordre public qu’elle provoque. Par exemple, en Bavière, les Témoins de Jéhovah perturbent les funérailles de familles catholiques pour faire du prosélytisme.

Le 9 septembre 1934, lors d’un congrès international qui a lieu à Bâle, les Témoins de Jéhovah sont tenus de reprendre leurs activités de prédication en Allemagne. Cet acharnement condamne les adeptes à la dissidence et aux camps de concentration. Et, tandis que les objecteurs de conscience sont condamnés à mort, la secte encourage a contrario ses fidèles suisses à effectuer le service national. Ce double jeu assure en fait le maintien de la centrale de Berne. Le Département d’État américain est le plus grand allié de la secte, et nous supposons que la capitale suisse sert d’antenne pour communiquer des informations au pouvoir américain.

Fin 1942, Himmler transmet l’instruction de traiter avec maints égards les Témoins de Jéhovah dans les camps de concentration. À Auschwitz et Ravensbrück, ils reçoivent des papiers d’identité leur accordant un élargissement des droits de sortie. Les Témoins de Jéhovah prêchent leur foi auprès des autres détenus : dans son plan d’invasion de la Russie, le chef de la police du Reich entend se servir des Témoins de Jéhovah pour remplacer l’Église traditionnelle orthodoxe. En 1957, 40 % des Témoins de Jéhovah soviétiques ont connu les camps de concentration. En Sibérie, des villages entiers et des petites villes ont été gagnés aux enseignements de la secte.

Après la Seconde Guerre mondiale, Erich Frost, présenté comme un opposant au régime national-socialiste, est le nouveau dirigeant de la Société de la Tour de Garde, en Allemagne. Il révéla à la Gestapo les différents lieux de rendez-vous et les noms des adeptes. Alors que Frost aurait dû être frappé par une mesure d’exclusion, la direction de Brooklyn ferme les yeux. Ce collaborateur demeure un membre éminent de la secte jusqu’à sa mort, en 1987.

Les pratiques sataniques

Les Témoins de Jéhovah représentent une secte satanique. Leur Bible, la Traduction du monde nouveau, est passée par une multitude d’« améliorations », pour la faire coïncider avec leurs principes doctrinaires. Pour ce faire, l’organisation utilise les textes de Johannes Greber, prêtre catholique allemand excommunié qui, dans les années 1920, pratique des séances de spiritisme pour interpréter les Écritures.

Dans The Watchtower and the Masons, l’ancien officier US et pasteur Fritz Springmeier, soutient que Russell est un Templier. Il expose notamment que la Société de la Tour de Garde se traduit en hébreu par Mizpah : partie essentielle de la magie énochienne, pratiquée par les Illuminés de Bavière, de nombreuses sectes et les partisans du New Age. Il affirme que la direction de la secte parle dans la langue d’Énoch, réservée aux élites satanistes. Springmeier expose d’ailleurs dans 13 Bloodlines of the Illuminati que Russell fait partie des treize familles sataniques dirigeant le monde, parmi lesquelles se trouvent les Rockefeller, Rothschild, etc.

Dans ses parutions, la secte se sert de représentations subliminales et sataniques. À la page 17 de Vous pouvez vivre éternellement sur une Terre qui deviendra un paradis (1982), la chevelure du Christ, juste au dessus du front, cache le visage du diable.

En octobre 1992, est fondé le FIREPHIM. Ce cartel vise l’admission de sectes au rang de religion. Les Témoins de Jéhovah y côtoient les sorcières de la Wicca, la secte Moon (subventionnée par Rockefeller) et l’église de Scientologie jouissant du statut de religion en Espagne depuis 2008. Le fils du fondateur, Ron Hubbard, affirme que son père est le successeur d’Aleister Crowley. Le mage sataniste et Franc-maçon sacrifia 150 enfants par an entre 1912 et 1928 (Cf. : A. Crowley, In Magick in Theory and Practice, ch. 12).

De 1992 à 2001, les Témoins de Jéhovah ont été affiliés aux Nations unies en tant qu’Organisation non gouvernementale. La Bonne volonté mondiale, fondée en 1932, avait déjà été reconnue comme ONG par les Nations unies. Ce mouvement est une filiale de la Lucifer Trust qui, en 1922, pour plus de discrétion, se rebaptisa Lucis Trust ayant pour but avoué la destruction de l’humanité.

Décidément, la Commission européenne des droits de l’homme et l’ONU sont bien clémentes à l’égard des satanistes.

Laurent Glauzy

Commentaires

commentaires

Les commentaires sont fermés.