Retour de bâton : Bernard Tapie et sa femme agressés chez eux par des voleurs immigrés

Bernard Tapie est une figure emblématique du personnel politique qui a détruit la France dans les années 80-90 particulièrement.

« Homme d’affaires » (c’est le cas de le dire), politicien démagogue, député socialiste à l’Assemblée « nationale » et au Parlement européen, habitué des plateaux télévisuels, il a toujours été en pointe du combat immigrationniste et remplaciste, et était employé par les médias, avec sa grande gueule, pour contrer Jean-Marie Le Pen et séduire le populo.
Ce qu’il faisait avec haine, bêtise et violence : « ceux qui votent Le Pen sont des salauds » osait ce politicien corrompu et antifrançais, qui a contribué à faire de la douce France un enfer cosmopolite.

Précisons que Bernard Tapie, dont la fortune est actuellement d’environ 150 millions d’euros, s’est fait attraper quelques fois (sur combien?) : il fut notamment condamné au fil des ans pour « corruption » et « subornation de témoins », pour « fraude fiscale », pour « abus de biens sociaux », pour « faux, usage et recel de faux, abus de confiance et de biens sociaux ». Un beau spécimen de politicien républicain.

On apprend que ce grand partisan de l’immigration massive (peut-être bonne pour le business?) vient d’en faire les frais, comme un vulgaire Français de base.

« Cambriolage au domicile de Bernard Tapie : parmi les 4 agresseurs cagoulés, 3 sont de « type africain » et 1 de « type nord-africain », selon une source policière. Le couple a été violenté, attaché avec des câbles électriques et séquestré. Rolex et bijoux volés. » [source]

Nous ne saurions nous en réjouir, mais c’est tout de même savoureux. Pour une fois que ce n’est pas un Français innocent, mais un arroseur, qui se fait arroser.

Tyrannie : une belle photo

Photo fascinante. En Belgique (mais nous avons les mêmes en France), alors que les zones de non-droit étrangères pullulent et que la criminalité et la barbarie augmentent chaque année, des policiers lourdement équipés agressent d’inoffensifs indigènes.
Pendant ce temps, les « élites » se retrouvent pour festoyer dans des salons feutrés ou des restaurants « fermés ».
Les régimes d’Europe occidentale, forts avec les faibles, sombrent dans une réalité kafkaïenne.

Musique sacrée de Pâques

Angelus Domini :


Angelus Domini descendit de caelo, et dixit muliéribus : Quem quaeritis, surréxit sicut dixit. Alleluja.
« Un ange du Seigneur descendit du Ciel et dit aux saintes femmes ; Celui que vous cherchez est ressuscité comme il l’a dit. Alléluia. »
[Offertoire de la messe traditionnelle du Lundi de Pâques par la Schola Bellarmina de Bruxelles (disques ici).]

Grand canon pascal (en grec) par le chœur des moines de Valaam (Carélie, Russie) :


Il s’agit du grand canon de Pâques de St Jean Damascène.
« C’est le jour de la Résurrection,
Peuples, rayonnons de joie !
C’est la Pâque, la Pâque du Seigneur,
De la mort à la vie,
De la terre aux cieux,
Christ Dieu nous a fait passer,
Chantons l’hymne de la victoire ! »
Il est entrecoupé du bref dialogue que l’on répète :
« Le Christ est ressuscité !
– En vérité, il est ressuscité. »

O Filii et Filiae est chanté en Occident le jour de Pâques et dans l’octave :


Paroles :

Continuer la lecture de « Musique sacrée de Pâques »

Dimanche de Pâques – textes et commentaire

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel), avec leur commentaire.

la descente du Christ aux enfers

« Inaugurées dans la nuit de Pâques, les fêtes de la Résurrection vont se prolonger pendant quarante jours. Elles se complèteront par les fêtes de l’Ascension et de la Pentecôte, couronnement des mystères du Christ et rayonnement de sa vie sur la nôtre par l’envoi du Saint-Esprit.

Le Temps pascal est le temps de la vie nouvelle. Celle du Sauveur d’abord, à jamais vivant d’une vie qui n’appartient plus à la terre, et qu’un jour nous partagerons au ciel avec lui. La nôtre ensuite ; du Christ à nous, il y a plus que la certitude de le rejoindre ; arrachés par lui au pouvoir de Satan, nous lui appartenons comme sa conquête et nous participons à sa vie. »

Dom G. Lefebvre

 TEXTES AVEC COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres)

Continuer la lecture de « Dimanche de Pâques – textes et commentaire »

C’était aussi un 3 avril : promulgation de la « nouvelle messe »

Ce jour-là, Paul VI introduisit un nouveau rite de la messe, avec la constitution Missale Romanum. Il s’agissait d’un rite constitué ex novo. Prévu en latin, il fut très vite célébré dans les langues locales et contribua à vider largement les églises (« sans le latin la messe nous em… » chantait Brassens).

La messe traditionnelle, codifiée par le grand concile de Trente (1563) mais remontant à bien plus loin, fut de facto interdite et les prêtres qui voulaient continuer à la célébrer persécuté. Certains en moururent de chagrin.

Après la « réforme » (pour ne pas dire « révolution ») théologique opérée par le concile Vatican II (qui voulut concilier la religion catholique et le monde moderne issu des « Lumières », et qui fut un « 1789 dans l’Eglise » d’après le cardinal Suenens, l’un de ses artisans), c’était au tour de la « réforme » liturgique, décidée par ce même concile.

Continuer la lecture de « C’était aussi un 3 avril : promulgation de la « nouvelle messe » »

C’était un 3 avril…

1312 : pressé par Philippe le Bel, Clément V, par la bulle Vox in excelsis, prononce la dissolution du fameux et puissant ordre du Temple, qui avait été créé en 1119 à Jérusalem.

1732 : à Paris, la plus ancienne loge maçonnique française connue, Au Louis d’argent, reçoit ses lettres patentes de Londres. Elle se réunissait en fait depuis le 12 juin 1725 dans un restaurant tenu par un Anglais.

Résultat de recherche d'images pour "jesse james"1882 : mort de Jesse James, célèbre hors-la-loi américain, qui fut en réalité un guérillero sudiste. Il est assassiné par un membre de son gang. Alain Sanders lui a consacré une biographie.

1962 : à Alger, attaque par l’OAS de la clinique du Beau-Fraisier, repaire des terroristes du FLN : 9 morts, 30 blessés. C’est aussi l’occasion de voir à l’œuvre l’une des premières grandes opérations de manipulation médiatique…

Continuer la lecture de « C’était un 3 avril… »

« Pange Lingua » : chant pour le Jeudi saint

La Cène (cliquer sur l’image pour l’acquérir en carte postale).

Pange Lingua : ce chant écrit par Saint Thomas d’Aquin correspond particulièrement au Jeudi Saint, car il exalte le sacrement de l’Eucharistie institué par le Christ lors de la Cène.


Paroles :
Continuer la lecture de « « Pange Lingua » : chant pour le Jeudi saint »

la « Complainte des Martyres d’Orange » joliment chantée par Ann Cayre

En juillet 1794, sous la Terreur, en quelques semaines, trente-deux religieuses ont été guillotinées à Orange par les républicains, car elles refusaient de renier la Foi catholique. Elles préfèrent mourir, et le firent héroïquement, montant à l’échafaud en priant et chantant.

La chanteuse bretonne Ann Cayre a réinterprété un texte de sœur Théotiste (l’une des trente-deux), qui, emprisonnée, avait couché ces mots sur le papier quelques heures avant son assassinat par les républicains.

C’était un 30 mars…

1282 : début des « vêpres siciliennes ». Dans la journée du Lundi de Pâques, les Siciliens, révoltés contre Charles Ier d’Anjou et soutenu par Pierre III d’Aragon, massacrent les quelques 8 000 Français qui se trouvent dans l’île (dont 2000 la première journée). Ils étaient identifiés à leur façon de prononcer « cicero » (pois-chiche), mot difficile à prononcer pour des Français de l’époque. Verdi devait en faire un opéra quelques siècles plus tard.

1349 : union définitive à la France du Dauphiné, lequel devient l’apanage du prince héritier, appelé désormais le « Dauphin ».

1707 : mort, à Paris, de Sébastien le Prestre de Vauban, maréchal de France, commissaire général des fortifications depuis 1678. Originaire du Nivernais, il perfectionna la défense des villes et dirigea lui-même de nombreux sièges. Sa franchise et ses critiques contre la cour lui avaient aliéné la faveur du roi. Son projet de dîme royale, publié sans autorisation, fut saisi. On lui doit moult places fortifiées encore debout. Un article biographique intéressant est paru sur lui dans la revue L’Héritage n°6.

1886 : adoption d’une loi, proposée par le franc-maçon Blatin, autorisant la crémation des corps en France. L’Eglise condamne cette pratique le 19 mai.
Pour connaître le point de vue de l’Eglise sur cette question, un fascicule bien fait a été édité dans la Tradition.

1912 :

Continuer la lecture de « C’était un 30 mars… »

Un groupe pharmaceutique et l’agence nationale du médicament (légèrement) condamnés pour «tromperie aggravée» et des centaines de morts !

Vous avez peut-être entendu parler de l’« Affaire Médiator », du nom d’un médicament commercialisé par les « laboratoires » Servier depuis 1976, en particulier pour les malades du diabète.

La commercialisation s’est arrêté en 2009 grâce à l’acharnement d’un médecin. S’en sont suivis dix ans de procès pour arriver à ce verdict :

« Les laboratoires Servier ont été condamnés lundi 29 mars à Paris à 2,7 millions d’euros d’amende pour «tromperie aggravée» et «homicides et blessures involontaires» dans le scandale sanitaire de leur médicament Mediator, tenu pour responsable de plusieurs centaines de décès. […] Jean-Philippe Seta, l’ex-numéro 2 du groupe pharmaceutique et ancien bras droit du tout-puissant Jacques Servier, décédé en 2014, a lui été condamné à quatre ans d’emprisonnement avec sursis.
L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), jugée pour avoir tardé à suspendre la commercialisation du Mediator, a été condamnée à 303.000 euros d’amende. Le tribunal correctionnel a estimé que l’Agence avait «failli dans (son) rôle de police sanitaire et de gendarme du médicament» et lui a infligé la peine maximale de 225.000 euros pour «homicides et blessures involontaires» par négligence, à laquelle s’ajoutent des peines d’amendes contraventionnelles à hauteur de 78.000 euros.» (source)

A l’heure du Covid, voici qui tombe mal pour l’industrie pharmaceutique, qui suscite de plus en plus de méfiance chez les Français.
Cela ne va pas accroître non plus la confiance envers l’Agence nationale de sécurité du Médicament, qui valide actuellement, face au Covid, des « vaccins » (plus exactement des traitements ARN) dont on ne connait pas les effets secondaires.

Précisons que 2,7 millions d’euros d’amende pour un groupe pharmaceutique qui affiche un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros et un résultat net de 626 millions d’euros en 2019/2020, ce n’est probablement pas très dissuasif…

Racisme antiblanc d’Audrey Pulvar et idéologie républicaine

Audrey Pulvar est un personnage emblématique de la caste qui dirige et pourrit la France : « journaliste », présentatrice d’un journal télévisé pour la télévision publique pendant plusieurs années, « chroniqueuse », « militante » (plus exactement élue) politique, responsable d’une organisation « écologiste » (tout en arborant des lunettes en écailles de tortue à 15 000 euros), ce compère d’Anne Hidalgo incarne bien l’idéologie de gauche au pouvoir.

Elle remercie la France – à qui elle doit tout –, par une lutte acharnée contre elle, contre son identité, contre la morale.

Elle vient de faire parler d’elle à nouveau, alors qu’elle était interrogée sur le racisme antiblanc de l’UNEF. Mal à l’aise, elle a déclaré : « Si vient à cet atelier une femme blanche, un homme blanc, etc., j’aurais tendance à dire qu’il n’est pas question de le jeter dehors. En revanche, on peut lui demander de se taire, lui demander d’être spectateur silencieux. »

Un cadre de LR (anciennement UMP et RPR) s’émeut et parle de… République.
Commentaire de Jonathan Sturel :

« Le républicanisme est une secte.
Nouvelle preuve :
L’ancienne animatrice de télévision devenue élue parisienne Audrey Pulvar a pris le parti de soutenir l’UNEF et justifie les réunions interdites aux Blancs. Nous verrons si le parquet se saisit de l’affaire ou si des plaintes seront déposées contre ces déclarations racistes.
D’ici là, c’est le bal des condamnations molles sur Twitter. Pécresse, qui en réalité se moque pas mal de voir le racisme anti-blanc se propager dans la société (le dénoncer trop fort serait «faire le jeu de Marine le Pen»), profite de l’occasion pour tacler une concurrente politique. Petit tweet faiblard mais inoffensif, contrairement à celui de Geoffroy Didier, cet autre robinet d’eau tiède de la fange UMP. Lui, il va carrément jusqu’à dire que Pulvar doit s’excuser… « auprès de la République » (sic).
Non, sombre blaireau, elle doit s’excuser auprès des Blancs, auprès de la France, auprès du peuple historique de ce pays.
Continuer la lecture de « Racisme antiblanc d’Audrey Pulvar et idéologie républicaine »

C’était un 29 mars…

1796 : exécution, à Nantes, du général vendéen François-Athanase baron de Charette de la Contrie.
Après avoir longuement et courageusement combattu les armées terroristes républicaines en Bretagne et en Vendée, à la tête de dizaines de milliers de contre-révolutionnaires (il était surnommé « le Roi de la Vendée »), il finit capturé dans les bois de la Chabotterie avec seulement 32 fidèles à ses côtés.
Conduit à Nantes, il est condamné à mort et fusillé ce 29 mars place Viarme. Peu avant le moment fatidique, il déclare : « Seigneur, entre tes mains je remets mon esprit. » Refusant d’avoir les yeux bandés, il commande lui-même le peloton d’exécution, après avoir lancé aux soldats : « Lorsque je fermerai les yeux, tirez droit au cœur ! »
Pour des livres sur Charette, voir ici.

1886 : Continuer la lecture de « C’était un 29 mars… »