Archive Page 2

Contrat d’armement « Donas » : des rétro-commissions pour payer les campagnes présidentielles de 2017

C’est un véritable scandale politique, et pourtant, l’information est complétement passée inaperçue. L’excellent livre « Nos Très Chers Émirs » des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot est un ouvrage référence concernant les relations diplomatiques entre la France et le Qatar, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis. Alors que sa sortie avait provoqué quelques remous suite aux révélations du comportement de certains politiques français (JM Leguen, JV Placé, Nicolas Bays etc…) vis à vis du Qatar, le plus gros scandale du livre n’a pourtant pas fait de bruit…

Alors que les auteurs détaillent les aléas qui entourent ce contrat d’armement de près de 3 milliards signé en 2013 entre la France et l’Arabie Saoudite au profit du Liban, ils écrivent page 75-76 :

Mais ce contrat Donas cacherait aussi une sombre affaire de rétro-commissions. Des rétro-commissions partagées entre la gauche et la droite, avant l’élection présidentielle de 2017.

Un industriel, qui s’est retiré des négociations lorsque sa société a découvert le pot aux roses, nous a mis sur la voie.

Dans le Donas, selon lui « les rétro-commissions se cachent dans un contrat de maintenance d’une valeur initiale d’environ 700 millions d’euros. Elles sont dissimulées dans ce qu’on appelle dans notre jargon un contrat de maintien en conditions opérationnelles (mco). C’est en général dans la partie maintenance que les commissions sont dissimulées, car on peut toujours être flexible sur le nombre d’heures soi-disant nécessaire à la maintenance d’un équipement. Ce contrat mco est géré par une petite société, Ineo Défense. Nous en sommes sûrs à 100%. Pourquoi Ineo Défense est-elle impliquée dans un contrat de ce montant-là ? Ça nous a paru immédiatement suspect. On a cherché un peu. On a trouvé. Mais à partir de là, nos dirigeants n’ont plus voulu être associés à la partie maintenance du Donas. »

Lire la suite

Affaire Trump : « Les allégations ne sont pas vérifiées et le rapport contient des erreurs »

Alors que les médias « mainstream » français ne cessent de vérifier (« fact checker ») la moindre petite nouvelle diffusée par les sites patriotes, ils ne se privent pas de parler un maximum du rapport « secret » sur Trump divulgué par le site Buzzfeed. Pourtant l’histoire est trouble, les faits sont invérifiables et certains sont faux ! On voudrait tuer dans l’œuf une hypothétique entente cordiale Washington-Moscou que l’on ne s’y prendrait pas autrement…  « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » disait Voltaire.

le directeur exécutif du New York Times, Dean Baquet, a refusé de publier le mémo, jugeant ces révélations « infondées »: « Comme d’autres, nous avons enquêté sur ces allégations et n’avons pas pu les corroborer. Nous avons estimé que nous n’étions pas en mesure de publier des choses que nous ne pouvons pas garantir », a déclaré Dean Baquet. 

« Ce n’est pas du journalisme, a tweeté un journaliste d’investigation d’USA Today: « Voici une chose qui pourrait ou pas être vraie, sans preuve à l’appui. Décidez vous-même si c’est légitime », ironise-t-il à propos de la démarche de Buzzfeed. Un débat qui ne fait que commencer.  

Source

 

L’hôtel de ville de Paris souillé par le drapeau israélien

Les reptations de la part des élus devant Israël, qu’ils soient socialistes ou « Les Républicains » n’en finissent pas. Pour preuve, ce soir, c’est l’hôtel de ville de Paris qui a été souillé par la projection du drapeau de l’entité sioniste sur sa façade. L’explication de cela ? Le fait que quatre soldats israéliens aient été tués par un camion fou à Jérusalem, le 8 janvier dernier. Difficile de parler « d’attentat » dans la mesure où les civils n’ont nullement été visés dans cet acte, tout répréhensible qu’il soit, mais seulement des militaires. Rappelons qu’Israël est en guerre, qu’il bombarde sans relâche ses voisins quels qu’ils soient (Palestiniens, Syriens, Libanais,…) causant des centaines de morts parmi les habitants de ces pays (et pas seulement des militaires), qu’il se vante lui-même régulièrement de tuer des dirigeants politiques qui ne lui siéent pas. Rappelons aussi qu’Israël ne respecte pas le droit international, ce pays ayant été condamné par l’ONU le 23 décembre dernier pour les colonies qu’il ne cesse de multiplier hors de ses frontières, en Palestine en l’occurrence (le conducteur du camion fou était un Palestinien originaire de Cisjordanie), sans compter toutes les résolutions non respectées par cet Etat depuis sa création. Dans ces conditions, que des soldats israéliens soient visés par des opérations paraît guère surprenant, même si nous le déplorons fortement !

De la théorie du genre à la pratique : un(e) transgenre britannique mâle est enceinte d’un enfant

Pauline Mille pour Reinformation.tv : La théorie du genre qui n’existe pas se trouve mise en pratique jusqu’à l’absurde. Un enfant (le premier britannique du genre) va naître d’un transgenre britannique née femme, mais qui se veut mâle et l’est pour l’état civil, et qui interrompt sa « transition » pour l’occasion. C’est l’incarnation d’une volonté maladive de nier l’ordre naturel.

Les plus grands désordres découlent aisément de petites idées toutes faites, de préjugés ordinaires – ou devenus tels. Un enfant à naître d’un mâle « enceinte » était dans l’Empire romain décadent l’objet d’étonnements grivois, et voilà trente ans un sujet de film. On a bien ri en voyant le séducteur latin Marcello Mastroianni enceinte jusqu’aux yeux dans L’événement le plus important depuis que l’homme a marché sur la terre, ou Arnold Schwarzenegger, le roi de la muscu, dans Junior. Aujourd’hui, nul ne rit plus. Il est presque ordinaire et normal qu’un homme soit enceinte. C’est l’effet de la propagande féministe devenue en pratique idéologie dominante : madame Michu ne croit plus en l’ordre naturel, elle choisit sa vie, elle est ouverte au monde, elle est adepte de la théorie du genre. Le reste n’est qu’une question de technique.
Le mâle, la femme, l’enfant, la coiffure, le transgenre

Lire la suite

Strasbourg : 6 agressions sexuelles après avoir été incarcéré pour viol en 2015

C’est un exemple supplémentaire du laxisme criminel de notre système judiciaire. Une petite merde de 18 ans vient d’être arrêtée à Strasbourg alors qu’il est soupçonné d’avoir violé une jeune femme et d’avoir tenté d’en violer 5 autres. Ces agressions n’auraient pas dû se produire car le mise en examen avait été arrêté, incarcéré puis relâché en 2015 pour viol !

Un lycéen de 18 ans a été interpellé dimanche matin dans le quartier de Hautepierre à Strasbourg après avoir tenté de violer une automobiliste. Il aurait agressé cinq autres femmes en décembre. Déjà mis en examen pour un viol commis en tant que mineur, le suspect avait été remis en liberté après avoir été incarcéré.

Lire la suite

Penser la guérilla, de l’antiquité à nos jours

C’est un article fouillé que propose Olivier Schmitt, de l’Association pour les Etudes sur la Guerre et la Stratégie (AEGES), sur la guérilla. Il parle des guérilla à travers l’histoire ainsi que la vision de différents théoriciens de la guerre d’embuscades.

Le premier penseur de la guérilla est probablement Salluste (86-35 av. J.C.), avec sa Guerre de Jugurtha, qui raconte l’histoire du conflit entre la république romaine et le roi numide Jugurtha entre 112 et 105 av. J.C. Dans son histoire, Salluste évoque déjà l’intégralité du répertoire tactique de la guérilla pratiquée par le Numide. Ainsi, la tactique consistant à faire traîner en longueur des pourparlers afin de négocier en position d’avantage est rapportée en ces termes : « Jugurtha, au contraire, tirait les choses en longueur, faisait naître une cause de retard, puis une autre, promettait de se rendre, puis feignait d’avoir peur, cédait du terrain devant les attaques, et, peu après, pour ne pas exciter la défiance des siens, attaquait à son tour ; et ainsi, différant tantôt les hostilités, tantôt les négociations, il se jouait du consul ». Il décrit les raids sur les colonnes romaines et même l’assaut nocturne sur le camp d’Aulus qui se termine en débâcle pour l’armée romaine. Salluste ne cherche pas à systématiser les tactiques qu’il décrit comme dans un manuel militaire, mais on peut déjà percevoir chez lui une ébauche de discussion sur l’utilité pour celui qui est en infériorité militaire d’adopter une tactique de guérilla.

Lire la suite

Policiers roués de coups à Bobigny : « Ils frappaient uniquement au visage »

Si elle accepte de témoigner, c’est surtout pour insister sur cette « banalisation de la violence contre les policiers », raconte Sandrine, au téléphone. Cette policière, qui parle sous un prénom d’emprunt, compte parmi les trois fonctionnaires de la BAC de Seine-Saint-Denis évacués aux urgences après un contrôle de police au pied d’un immeuble de la cité de l’Amitié à Bobigny vendredi. Ils se sont vus prescrire 10 et 15 jours d’ITT.

« On ne s’y attendait pas du tout, ça a été extrêmement violent », raconte-t-elle. La voix est posée. En vingt ans de police en Seine-Saint-Denis, elle a eu l’occasion d’en voir des cités où les habitants n’ont pas la vie paisible. La cité de l’Amitié ne faisait pas partie des plus compliquées.

Des coups de poing « uniquement au visage, c’était un acharnement »

Vendredi, Sandrine est arrivée en renfort pour épauler des collègues. La situation aurait dégénéré au moment où une des personnes contrôlées «a refusé de donner son identité et a repoussé un collègue physiquement». Puis elle se souvient des cris, des coups. Elle reçoit des coups de poing, «au moins quatre», «uniquement au visage, c’était un acharnement», dit-elle, convaincue que les agresseurs, ce soir-là, «ont voulu frapper l’uniform ». Trois suspects, majeurs, ont été arrêtés et déférés au tribunal. Deux sont mis en examen pour violences sur policiers avec ITT supérieure à huit jours. Un est sous contrôle judiciaire, l’autre passait ce lundi devant le juge des libertés, le parquet ayant réclamé son incarcération. Le troisième est placé sous le statut de témoin assisté.

Lire la suite

France 2016 : l’aliyah en nette baisse par rapport à 2014 et 2015

Cinq mille Français juifs ont émigré en Israël en 2016, a annoncé lundi l’Agence juive en France, qui souligne que ce nombre en nette baisse par rapport à 2014 et 2015 demeure l’un des plus importants depuis la création de l’Etat hébreu en 1948.

L’aliyah («montée» en hébreu), l’émigration juive vers Israël, a connu une forte augmentation depuis la France à la suite de la tuerie perpétrée par Mohamed Merah en 2012. L’insécurité liée au jihadisme et aux actes antisémites n’est pas la seule cause des départs, qui ont aussi des raisons religieuses, identitaires, économiques et sociales.

La France est devenue le premier pays d’origine des «olim» (immigrants) en 2014 avec 7.231 départs. Elle l’est restée en 2015 – année de l’attentat contre l’Hyper Cacher, il y a deux ans jour pour jour -, avec un record de 7.900 installations.

L’organisme israélien ne donne pas d’information sur le phénomène de «yerida» («descente» en hébreu), le retour au pays d’origine. Ce phénomène n’est pas négligeable et concerne 25 à 35% des «olim» selon certaines sources. L’Agence juive l’estime inférieur à 10% des cas.

Source

Vaccins : 6 personnes sur les 13 décédées de la grippe dans une maison de retraite de Lyon étaient vaccinées

Six personnes âgées parmi les treize décédées de la grippe depuis le 23 décembre dans une maison de retraite de Lyon étaient vaccinées, a indiqué dimanche à l’AFP le Dr Émilie Arabian, médecin coordonnateur chez Korian.

Six pensionnaires restaient par ailleurs hospitalisées dimanche, a-t-elle ajouté.

« Quatre des personnes hospitalisées attendent leur retour, les deux autres restent à l’hôpital mais leur pronostic vital n’est pas engagé », a précisé le Dr Arabian, également référent pour les 30 Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du groupe Korian de la région Auvergne-Rhône-Alpes, actuellement la zone plus touchée par l’épidémie de grippe.

Entre le 23 décembre et le 7 janvier, 72 résidents de l’établissement Korian Berthelot, qui accueille 110 personnes âgées « très dépendantes et polypathologiques », ont contracté la grippe. Sur ce total, 13 personnes, d’une moyenne d’âge de 91,5 ans, sont mortes.

Lire la suite

Comprendre l’islam, son expansion en France et la taqîya avec Salih Attia, imam de Stains

Les musulmans, pour faire leur prosélytisme et convertir le monde entier à leur fausse religion peuvent utiliser, selon le coran, tous les moyens, y compris la taqîya, c’est à dire une pratique consistant à mentir et à se dissimuler, si la fin (favoriser l’islam) est bonne. On est loin, très loin des Saints Martyrs chrétiens qui préféraient mourir -parfois jetés vivants aux lions-, plutôt que de se renier ! Un exemple, est donné par Salih Attia, président de la mosquée de Stains, dont Le Monde vient de dresser le portrait.

Un mot d’abord sur le personnage : Âgé de 57 ans, Salih Attia est né en Egypte et est arrivé en France, « sans papier » en 1980 à la faveur d’un visa de tourisme. Son premier statut en tant que résident français fut donc celui de délinquant. Un an plus tard, il touche le jackpot : Mitterrand est élu président de la république, et régularise des milliers de clandestins, dont Attia. Pour gagner sa vie, ce dernier sera vendeur sur les marchés. Mais comme le dira le Monde : « Pour un volontaire ambitieux comme Salih Attia, sorti à la force du poignet de son rural delta du Nil, l’ascension sociale ne s’arrête toutefois pas là. » Et Attia a vite compris, s’il veut monter dans la société, vers qui il doit prêter allégeance. Ainsi, le Monde continue : « Salih Attia comprend très tôt que c’est avec la communauté juive qu’il lui faudra composer pour progresser. Elle surtout détient les capitaux, les boutiques et les entrepôts. ‘Moi, j’ai grandi avec les juifs !’, répète ainsi Salih Attia tel un mantra éloignant les fantômes djihadistes. Il met en œuvre cette intuition de Rastignac au moment d’établir son état civil. Obtient « Attia » – le nom de son grand-père paternel, dit-il – plutôt que « Salih » comme nom de famille. Interversion discrète – ‘parce qu’Attia, ça fait juif’. Même si, à Stains et ailleurs, tout le monde l’appelle en réalité par son vrai prénom, « Farhoud » . Ainsi, notre homme, entré sur le territoire frauduleusement, régularisé par les bonnes grâces de la gauche sait mentir et sait se tourner vers les bonnes personnes pour son ascension. Et en effet, ses affaires vont aller crescendo, ce qui lui créera une aura, il va devenir le président de plusieurs associations franco-égyptiennes, sera reçu à l’ambassade d’Egypte, etc, etc. Mais ce qui le motive le plus, c’est l’aspect religieux : Attia veut prendre la tête d’une mosquée !

Lire la suite

C’était un 7 janvier…

1886 : le général Boulanger devient ministre de la Guerre. Il le demeure jusqu’au 30 mai 1887, cristallisant sur son nom les activistes à la fois républicains, communards et nationalistes. (Émission sur Boulanger ici).

1893 : dans La Cocarde, Edouard Drumont révèle que 104 députés républicains (les « chéquards ») ont été achetés par la compagnie du canal de Panama pour l’obtention du contrat de perçage. Énorme scandale. Brillant discours à l’Assemblée de Maurice Barrès. Seuls Ferdinand de Lesseps et son fils Charles seront condamnés pour corruption.

1944 : mort à 10h50 d’Eugène Deloncle, abattu par des policiers français au service du SD allemand, à son domicile.
Polytechnicien, ancien combattant (Légion d’honneur en 1915) et père de « La Cagoule », il venait de fonder le Mouvement Social Révolutionnaire.
Pour découvrir la Cagoule, on lira avec profit l’article paru dans le n°8 de la revue L’Héritage.

Source

Le fondateur de Terra Nova tombe pour pédophilie, la presse française muette

de Marie Delarue :

« Christophe Bejach, l’un des fondateurs et ancien vice-président de cette boîte à idées du Parti socialiste, vient de tomber, à Londres, pour pédophilie. Faut-il, alors, imaginer que c’est pour ne pas troubler ce moment de deuil et de recueillement que tous les médias officiels français n’en ont touché mot ?

Christophe Bejach, 53 ans, est ce que l’on appelle une pointure (et peut-être, aussi, un « pointeur », comme on dit dans certains quartiers de Fresnes et d’ailleurs). Sa bio sur Terra Nova nous explique, en effet, que ce brillant « ingénieur et titulaire d’un MBA du Groupe HEC (ISA) a effectué une carrière orientée vers l’investissement dans des entreprises cotées ou non cotées, en France, aux USA et en Asie ». En 2012, il rejoignait l’équipe d’Arnaud Montebourg, devenu ministre du Redressement productif, en tant que conseiller sur l’Aérospatial, la Défense et l’Énergie. Mais surtout productif pour lui-même, Christophe Bejach s’est essentiellement fait connaître comme créateur de la société L’Avion, revendue à British Airways pour 68 millions d’euros.

Lire la suite

C’était un 5 janvier : mort de Charles d’Orléans

Ch. d’Orléans recevant hommage d’un vassal

à Amboise, en 1465.
Capturé lors de la bataille d’Azincourt, en 1415, il demeura prisonnier des Anglais durant 25 ans.

C’est pour charmer l’ennui de sa captivité qu’il devint poète, cultivant la galanterie raffinée sous une pointe de mélancolie.
Libéré en 1440, il entreprit de conquérir le Milanais, qu’il tenait de droit par sa mère, mais ne put se rendre maître que du comté d’Asti. Il s’établit alors à Blois, où il tint une cour lettrée.
Il laisse une centaine de ballades, autant de chansons, et environ 400 rondeaux.
« Été revêt champs, bois et fleurs
De sa livrée de verdure
… Mais vous, Hiver, trop êtes, plein
De neige, vent, pluie et grésil
… Hiver, vous n’êtes qu’un vilain ! »

Ci-dessous sa fameuse Complainte de France

Lire la suite

Le maire de Bollène jugé pour son refus de marier une paire de lesbiennes


« Je n’ai pas d’inquiétude », déclare-t-elle au Figaro. Marie-Claude Bompard, maire de Bollène, est jugée jeudi 5 janvier pour son refus de célébrer le mariage d’un couple lesbien le 23 août 2013, quelques mois après la promulgation de la loi Taubira à laquelle elle était résolument opposée.

Les deux femmes, qui avaient finalement été mariées par une adjointe de la majorité sans délégation du maire, avaient porté plainte. L’affaire avait été classée sans suite. Mais l’association Mousse, qui « lutte contre les discriminations liées au sexe, au genre, et à l’orientation sexuelle », a pris le relais, portant plainte juste avant la prescription de trois ans pour « discrimination ».

Lire la suite sur Lefigaro.fr

Chicago : 4 Noirs racistes enlèvent et torturent un Blanc au cri de « on baise Donald Trump ! On baise les Blancs ! »

La police de Chicago a eut connaissance de cette vidéo mardi après-midi. Brittany Herring, une jeune femme afro-américaine, l’a diffusée en direct sur Facebook. Elle montre au moins quatre personnes retenant un jeune homme blanc en otage et le torturant. Les quatre personnes sont actuellement en détention.

La victime handicapée avait été enlevée, à l’aide d’un fourgon volé, dans Carol Stream (Illinois), alors qu’elle avait rendez-vous avec un ami. Il a été insulté et frappé à plusieurs reprises. Ses habits et son cuir chevelu ont été entaillés alors qu’il est attaché et bâillonné. On peut entendre ses tortionnaires lui crier: « on baise Donald Trump! On baise les Blancs!«

Lorsque Brittany Herring a filmé tout ceci, elle n’a pas réalisé qu’elle était diffusée en direct sur Facebook Live. Par la suite, elle s’en est aperçue, mais trop tard pour elle et ses complices. La vidéo a été effacée de Facebook, mais trop tard également, car elle avait déjà été recopiée.

Lire la suite



Close
Rejoignez Contre-info sur facebook et restez informé facilement !
Merci de cliquez sur le bouton Facebook ci-dessous (puis cette fenêtre ne s affichera plus)