La violente agression maçonnico-laïcarde contre l’éducation catholique

L’initié Macron a annoncé une mesure radicale pour la rentrée prochaine : en plus de l’école obligatoire à partir de 3 ans (depuis 2019), il sera alors interdit aux parents d’instruire eux-même les enfants à la maison !

Hormis pour des « impératifs de santé ».
Le mondialiste « progressiste » de l’Elysée a fait part de cette idée dimanche, dans un discours sur son « plan de lutte contre les séparatismes ».

Notons que cela arrive quelques jours après que TF1 a diffusé un « reportage » honteux sur ce thème, comme pour préparer le terrain.

Macron – traumatisé après avoir été détourné par une femme qui pouvait être sa mère quand il était adolescent – veut pouvoir aller expliquer lui-même aux enfants sa conception délirante de la famille :

L’école publique tend désormais à fabriquer des ignares, illettrés et grossiers : le niveau s’est effondré, avec des pédagogies contre-nature et parfois gravement nocives (par exemple la « méthode globale » pour le français), des programmes aberrants ou immoraux et aussi, il faut le reconnaître, l’arrivée de populations étrangères qui plombent le niveau car elles n’ont pas les mêmes aptitudes ou inclinations.

A cela il faut ajouter que l’école publique est avant tout une vaste usine d’endoctrinement des enfants, de conformation à une idéologie bien particulière : l’idéologie républicaine, héritée de la Révolution et élaborée par les loges maçonniques. Une idéologie foncièrement anticatholique – ce fut son grand combat –, mais aussi anti-naturelle (contre la loi morale naturelle).

Ce rôle premier (l’endoctrinement) est officiel. Macron d’ailleurs l’a dit lui-même dimanche : « Parce que l’école doit d’abord inculquer les valeurs de la République […] » .

Dès lors, mettre ses enfants à l’abri de l’école publique relève justement d’un « impératif de santé » morale (et spirituelle) !

La République française est un régime intrinsèquement totalitaire et la Ve version se radicalise d’année en année. Elle ne tolère pas qu’on lui soit dissident, en actes ou même en propos : elle appelle ça maintenant le « séparatisme ». On n’a pas le droit ne pas s’unir au Régime actuellement en place !
Il veut qu’aucun cerveau ne lui échappe : c’est le pourquoi de cette mesure extrémiste de Macron concernant les petits.
En brandissant le spectre de l’islam radical – que ce même régime fait venir en France avec acharnement ! – on cherche à susciter l’adhésion de la masse inquiète, mais il s’agit de fait d’interdire l’enseignement conforme aux lois naturelles, au patriotisme, au catholicisme sur lequel s’est pourtant fondée la France.
Certes il existe (pour combien de temps?) des écoles libres, c’est-à-dire hors contrat, mais elles représentent un coût important pour le budget familial et surtout il y en a peu. C’est pourquoi des catholiques traditionnels de plus en plus nombreux choisissent l’école à la maison, généralement avec des cours par correspondance qui ont fait leurs preuves.

Mais tout ça risque effectivement de ne pas faire d’excellents républicains, mais de mauvais citoyens aimant la France française, pas convaincus par la pornographie homosexuelle publique, pensant que tuer un bébé dans le ventre de sa mère n’est pas bien, croyant comme leurs ancêtres que le Christ ne doit pas être relégué dans les sacristies, etc.

L’amateur élyséen de débauche homosexuelle africaine a eu aussi un petit mot pour les écoles hors contrat : elles « feront l’objet d’un encadrement encore renforcé ».
Les catholiques traditionnels (c’est-à-dire authentiquement catholiques) qui espèrent pouvoir vivre à peu près tranquillement, dans une société qui s’effondre (moralement, d’abord), avec leurs écoles à eux, se font des illusions : la pente est totalitaire et il s’agit d’un bras de fer permanent avec les forces antichrétiennes.
Cela fait plusieurs années que Contre-info en parle et l’annonce.
Si on fuit le combat politique, la politique nous rattrape tôt ou tard et entretemps beaucoup de terrain aura été perdu.
Cela se produit continûment parce que les catholiques désertent le champ politique. Mais ils peuvent perdre encore beaucoup de terrain, de libertés, notamment autour de leurs écoles. Qu’ils y en pensent. On n’échappe pas à la politique. Soit on la subit, soit on la fait.

L’opération perverse de TF1 contre les écoles cathos tradi

Le journal de 20h de TF1 – une puissante institution – a ouvert le feu il y a quelques jours sur les écoles hors contrat catholiques traditionnelles.

Ces « écoles libres » (c’est-à-dire libres du bourrage de crâne que veut faire le Régime actuel) ont de plus en plus de succès, pour des raisons de niveau scolaire et d’épanouissement des enfants mais surtout de niveau moral et de programmes rationnels.

Les journalopes du premier gros média de France ont produit un petit documentaire (visible en fin d’article) fait pour inquiéter et susciter l’approbation du peuple concernant la prochaine répression des écoles catholiques.

« D’autres mouvements interpellent [sic] »,  des écoles « peuvent devenir clairement nocives pour les enfants » annonce solennellement la présentatrice…
« ils contestent les programmes officielles et des vérités scientifiques »,
« ces connaissances de base doivent pourtant être enseignées aux élèves, c’est une obligation » peut-on entendre. Ça, c’est parce qu’après un long entretien avec un prêtre traditionaliste directeur d’une école, les journalistes ont retenu quelques secondes – celles qui leur semblent les plus choquantes bien sûr (alors que c’est en réalité assez banal et de bon sens…) : l’abbé explique que dans son école on ne veut pas les théories de Darwin.
Pour ces journalistes ignares et idiots, c’est là s’opposer à « des vérités scientifiques » alors qu’officiellement il s’agit toujours de la « théorie de l’évolution » (à propos de laquelle nous recommandons d’ailleurs le livre d’Arthur Demongeot).

On a droit aussi à : « encore plus inquiétant, les positions antivaccins seraient fréquentes dans ces écoles ». C’est horrible non ?
Pour ces gredins de TF1 on n’a pas le droit d’être méfiant envers le cocktail de 11 vaccins mis en place par la désormais fameuse Agnès Buzyn !
Avec des chiffres grossis et douteux, les militants de TF1 instillent dans l’esprit des téléspectateurs que leurs enfants risquent d’être gravement malades à cause des écoles catholiques hors contrat…

Continuer la lecture de « L’opération perverse de TF1 contre les écoles cathos tradi »

Big Pharma : les labos tout puissants (video)

Documentaire assez intéressant sur la puissance de l’industrie pharmaceutique, à la botte de qui ont trouve en particulier les ministres de la « Santé » en France.
Cela dit, la démocratie étant en réalité – dans notre ère médiatique particulièrement – une ploutocratie (domination du gros Argent), la puissante de « Big Pharma » est logique… Et ne pourra être contrée qu’avec un Etat nationaliste fort.

Dans le même genre, on pourra lire le livre Big Pharma, de Mikkel Borch-Jacobsen.

Incarcération politique d’Hervé Ryssen : les pires réactions

Bien que les prisons soient pleines (des dizaines de milliers de peines ne sont pas effectuées faute de place), l’écrivain dissident Hervé Ryssen a été incarcéré pour un an et demi pour quelques propos écrits et une caricature partagée sur facebook, il est vrai sur un thème tabou : le judaïsme.
Il s’agit évidemment d’une persécution politique, au moment même où de façon inédite, une centaine des plus gros médias (privés ou publics) s’unissent dans une déclaration d’attachement à la liberté d’expression !

Du côté de l’oligarchie politico-médiatique, cet épisode très significatif dans la marche totalitaire du régime est l’occasion d’une vaste danse (du ventre) de joie.

Citons simplement, pour l’exemple, le « journaliste » Frédéric Haziza, devant qui les politiciens viennent s’aplatir. Cet individu odieux et répugnant est tellement sûr de la victoire définitive du camp cosmopolite antifrançais qu’il ne prend même la peine de se faire passer pour français, en utilisant le calendrier commun :

Mais on ne peut pas vraiment lui en vouloir : il est dans son rôle.

En revanche on pourra être choqué (ou pas…) des réactions de personnalités classées « dissidentes ».

Tout d’abord, signalons la réaction de Bruno Gollnisch, l’une des très rares personnalités qui ait exprimé son désaccord avec l’embastillement de dissidents du Régime. C’est la réaction pondérée mais courageuse d’un honnête homme :

Et voyons comment réagit à ce message par exemple un certain Kevin Bossuet (!), plume de Valeurs actuelles, très suivi sur Twitter et qui ose se présenter comme « détesté par le « camp du bien » » : un vrai rebelle !

Continuer la lecture de « Incarcération politique d’Hervé Ryssen : les pires réactions »

« Droit au blasphème » : l’écrivain dissident Hervé Ryssen emprisonné pour délit d’opinion !

Alors que se déroule le procès de l’attentat de Charlie Hebdo et que tout le monde n’a que les mots « liberté d’expression » à la bouche, nous apprenons que l’écrivain Hervé Ryssen vient d’être à la prison de Fleury-Mérogis, pour une peine de 17 mois, consécutive à des publications !

Il a été incarcéré vendredi 18 septembre « en exécution de trois condamnations à des peines de prison ferme pour des propos antisémites ou négationnistes », a indiqué le parquet de Paris.
Il avait été convoqué jeudi par la police judiciaire puis présenté à un magistrat qui a ordonné l’exécution de ces peines prononcées entre 2017 et 2020, pour un total restant de 17 mois d’emprisonnement, a précisé le parquet à l’AFP.
Il faut bien sûr le défendre et le soutenir – nous y reviendrons – et plus que jamais dénoncer l’hypocrisie de ce Système qui se targue de « liberté d’expression » – Macron plaidant encore il y a quelques jours pour le « droit au blasphème » – mais qui, en même temps, emprisonne les opposants, les dissidents, pour des publications.
Au pays des 100 000 peines d’emprisonnement non exécutées, alors même que l’on vide les prisons pour cause de Covid-19, on prend la décision – politique – d’enfermer un écrivain patriote.
Hervé Ryssen a étudié dans plusieurs livres le judaïsme politique – mais il est des sujets qui visiblement ne souffrent pas le « blasphème ». Il fut condamné essentiellement pour des tweets, des couvertures de livres, ses écrits (présentant de très nombreuses citations d’intellectuels juifs) étant inattaquables à quelques phrases près. Il n’a jamais eu d’écrits révisionnistes envers la version officielle de l’histoire de la 2e Guerre mondiale, mais il a simplement partagé sur facebook un dessin caricatural. Mais les gros médias qui évoquent dans un entrefilet son incarcération le présentent surtout comme un « négationniste ».

Cette République maçonnique, dominée par le CRIF, est odieuse non seulement car elle emprisonne pour délit d’opinion dans l’indifférence médiatique, mais encore plus par son hypocrisie.

14 juillet : fête nationale ou fête maçonnique ?

La place de la Bastille à Paris le 14 juillet 1880 (1ère fête nationale fêtée un 14 juillet) avec les drapeaux tricolores, chromo

« Après un oubli de près de 100 ans depuis la prise de la Bastille, le 14 juillet devient fête Nationale en 1880, sous la IIIe République.

La République toute nouvelle se cherche des symboles. Là encore, comme souvent en cette période de notre Histoire Nationale, l’action des francs-maçons sera importante.

C’est le frère Benjamain Raspail, député de la Seine pour la gauche républicaine (fils aîné de François-Vincent Raspail, candidat malheureux à la présidence de la République en 1848, carbonaro et franc-maçon au sein de la célèbre loge parisienne Les Amis de la Vérité), qui dépose le 21 mai 1880 la loi faisant du 14 juillet la fête nationale. Ce projet de loi, signé par 64 députés, sera adopté par l’Assemblée le 8 juin et par le Sénat le 29 juin. Elle sera promulguée le 6 juillet 1880. Continuer la lecture de « 14 juillet : fête nationale ou fête maçonnique ? »

Emission : Alain Pascal sur le prétendu « Siècle des Lumières » (Rousseau, Voltaire, ésotérisme, franc-maçonnerie…)

On peut se procurer ici les fort intéressants livres de ce chercheur, spécialiste de « l’histoire occulte » (du rôle des sociétés secrètes et des courants ésotériques dans l’Histoire).

Emission de Daniel Habrekorn, diffusée sur Radio Courtoisie le 2 février 2020.

Etats-Unis : les afro-gauchistes s’en prennent à une statue de saint Louis (et à ses défenseurs)

La vague de haine antiblanche et anti-occidentale ne faiblit pas, et se traduit notamment par la destruction de statues de personnalités jugées « racistes » de façon anachronique ou délirante.
Mais cela déborde la question de l’esclavage (présentée de façon partiale et fausse), qui est un prétexte pour s’en prendre à l’Homme blanc.
Une nouvelle preuve en est donnée avec cette affaire : dans la ville nommée Saint Louis (Missouri), fondée par des Français en 1764, se trouve une magnifique et célèbre statue du grand roi de France Louis IX (Saint Louis), qui fut ce week-end la cible d’activistes noirs et de leurs maîtres gauchistes (qui sont blancs, ou considérés comme tels).

« L’Apothéose de Saint-Louis » devant le musée d’art de Saint-Louis (Missouri).

Ces voyous n’hésitent pas à agresser violemment les Américains qui veulent protéger pacifiquement cet emblème de leur ville (et qui récitent le rosaire pour certains).
Ce qu’ils reprochent à saint Louis ?
Essentiellement son attitude envers les Juifs de France.
Vous ne voyez pas le rapport avec les Noirs ?
C’est normal, il n’y en a pas.  Et c’est bien la preuve qu’ils sont manipulés.

« Au sommet d’une colline, devant un musée d’art situé dans le plus grand parc de Saint-Louis, se trouve la statue d’un antisémite.

Continuer la lecture de « Etats-Unis : les afro-gauchistes s’en prennent à une statue de saint Louis (et à ses défenseurs) »

Un chroniqueur TV s’effondre car soupçonné d’antisémitisme (video) C’en est presque comique

Pierre-Jean Chalençon est chroniqueur dans des émissions télévisées.

Une photo de lui en compagnie de Dieudonné ayant été publiée sur internet, certains lui sont tombés dessus, le soupçonnant lui-même d’antisémitisme. Délirant…
Pour mettre fin à la polémique, Chalençon a annoncé son départ de l’émission dans laquelle il intervenait le plus.

On remarquera l’incroyable terreur sociale qui sévit en France, à l’instigation d’un lobby « qui n’existe pas » : il suffit d’une photo en compagnie d’un de ses ennemis pour être soi-même pris pour cible.
Le pays de la liberté…

La réaction de Chalençon quand on l’interroge sur cette affaire est remarquable, à la fois presque drôle et pathétique ; c’est un beau numéro et elle montre comment fonctionne le monde politico-médiatique, qui ne souffre aucun écart, aucune liberté.

Il sait ce qu’il faut faire pour essayer de garder une place dans le monde médiatique « français ».
Et il abat toutes les cartes qu’il a dans sa main pour se défendre :
« J’ai une mezouza à la maison »
« Un de mes meilleurs amis c’est Jean-Michel Cohen »
« En plus je suis gay, je suis homosexuel »…

Pendant la première minute :

On pense au titre du livre de Houellebecq : Soumission, mais pas avec les mêmes acteurs.

Ca fait un peu penser à ça :

Pourquoi Castaner a-t-il été flanqué de Laurent Nuñez ? Le véritable motif, tu par les médias

Il arrive, mais c’est peu commun, que le ministre de l’Intérieur soit flanqué d’une sorte de numéro 2 officiel, comme c’est le cas entre l’ignoble et vulgaire Christophe Castaner et le plus réservé Laurent Nuñez (qui a droit, lui, à son tilde sur le « n » dans les documents officiels de la République, contrairement aux Bretons…).
Le ministre de l’Intérieur est dirigé par un duo.
Qu’est-ce qui explique cette incongruité apparente ?

Le problème est simple.
Macron a voulu mettre un politicien ami à la tête de cette institution capitale, quelqu’un qui lui soit fidèle, doublé d’un « parleur ».
Or Castaner, on le sait, n’est pas très intelligent ni cultivé (ses camarades le surnomment « Rantanplan », mais il est roublard, il a été formé dans les bars louches de Marseille où il fréquentait la pègre, c’est un kéké, qui suit les modes et aime « draguer ». Et il n’est pas franc-maçon, contrairement à ce qui a pu être dit sur certains sites : il est […] pour ça.

Photomontage Contre-info (la photo de Castaner avec sa coupe « mulet » étant hélas authentique).

Il n’est pas doué pour les dossiers, il ne maîtrise pas son sujet ; voyez comme Nuñez doit le reprendre publiquement devant une commission parlementaire :

Castaner n’a pas de passé dans la police ou le corps préfectoral.
Bref, Macron le voulait là pour des raisons politiciennes, ou pire encore, mais cela risquait fort de ne pas passer auprès de la police, de la gendarmerie et des différentes services du Ministère ne comprenant pas quelle est sa légitimité et le trouvant tout simplement trop […].

Continuer la lecture de « Pourquoi Castaner a-t-il été flanqué de Laurent Nuñez ? Le véritable motif, tu par les médias »

Macron et Assa Traoré avaient le même employeur !

Le monde est parfois petit ! Ainsi, si nous savions qu’avant d’être président, Macron était employé chez la banque Rotschild, un article de Causeur nous apprend qu’Assa Traoré travaillait à l’Oeuvre de protection des enfants juifs-Baron Edmond de Rothschild, contrat qui a pris fin en décembre 2019. Il ne s’agit certes pas juridiquement du même employeur, la banque étant distincte de l’association caritative, mais on voit très clairement les mêmes réseaux !

D’ailleurs, nous dit Causeur, l’employeur d’Assa Traoré était très complaisant avec son employée. Celle-ci étant en arrêt-maladie depuis la mort de son frère Adama (en juillet 2016), bien que depuis cette date, elle eût une activité militante débordante (meetings, interview, manifestations, écriture d’un livre, etc etc). On comprend pourquoi, dans son livre en dernière page, elle « remercie la fondation Opej pour sa compréhension et son soutien » (OPEJ : Oeuvre de protection des enfants juifs-Baron Edmond de Rotschild).

Continuer la lecture de « Macron et Assa Traoré avaient le même employeur ! »

Patrick Drahi, le prédateur financier couvert par le pouvoir, par Olivier Piacentini

par Olivier Piacentini (ses livres ici) :

« Patrick Drahi, vous connaissez surement : patron de Numéricable, mais aussi BFM TV, RMC, l’Express et Libération, il a racheté SFR en 2014 avec le soutien actif d’Emmanuel Macron.
Aujourd’hui, plusieurs révélations mettent en lumière les pratiques frauduleuses du financier israélien. Drahi s’est ainsi adjugé en 2016, avec son ami Alain Weil, ancien propriétaire de BFM TV-RMC, quatre immeubles d’affaires à la porte Balard, dans le 15e arrondissement de Paris, pour 846 millions d’euros.
Quelques mois plus tard, 49% des immeubles étaient revendus, pour 1,15 milliards d’euros. Une plus value de 300 millions d’euros en un temps record…
Un génie des affaires, Drahi ? Comme toujours avec lui, il y a un truc…
Continuer la lecture de « Patrick Drahi, le prédateur financier couvert par le pouvoir, par Olivier Piacentini »

Confessions d’anciens cadres du Betar : impunité judiciaire et soutien de ministres (documentaire video)

Le Bétar était une sorte de milice juive qui sévit des années 60 au début des années 2000 (la LDJ lui a succédé).
Ces gens s’adonnaient au terrorisme (son dirigeant emploie le terme « terreur ») : attaquant à coup de barres de fer les militants nationalistes français (ou palestiniens) ou les révisionnistes, qualifiant éhontément leurs cibles de nazis « voulant rouvrir les fours » pour se justifier. Certains d’entre eux recourront même aux attaques à l’acide.
L’inénarrable député Meyer Habib, ultra-nationaliste israélien mais député au parlement français (!) où il a un poids énorme, faisait partie de cette bande et attaqua à coups de barre de fer des militants nationalistes français qui rendaient hommage à Jeanne d’Arc à Paris, faisant des blessés graves. Il n’y eut aucune suite judiciaire. (cette attaque est évoquée dans la video à partir de 24 min30).
Bref, c’est un reportage étonnant qui est passé sur LCP, dans lequel un juif de France va interviewer en Palestine occupée des anciens cadres du Betar sur leur parcours.

Présentation du documentaire : « Jeune Juif de la banlieue parisienne dans les années 60 et 70, Thierry a été un des animateurs des groupuscules identitaires juifs en guerre contre l´extrême droite dans les années 70 et 80. Devenu un des boss du Betar, il a manié la barre de fer contre les « fachos » pendant plus de 10 ans avant de partir faire son service en Israel et de faire la guerre du Liban dans les forces spéciales. Converti à l´orthodoxie religieuse par un rabbin new yorkais, radicalisé, Thierry est devenu Pinhas et se consacre désormais à la reconquête par les Juifs du Grand Israel. Un temps proche du Mossad, il est aujourd´hui un des responsables les plus actifs de la colonie de Kyriat Arba, en Palestine occupée, près d´Hebron. »

Ce Thierry Attali a quitté la France pour rejoindre ce qu’il considère être sa vraie nation, ce qui est cohérent et met fin à une ambiguïté malsaine, et il fait à un moment une confession intéressante, qui confirme officiellement ce qu’on savait déjà : la forte protection dont ces voyous bénéficièrent (et dont bénéficient leurs successeurs) de la part du pouvoir politique, en dépit de leur violence (« la violence n’avait plus de limite » dit Thierry) et confirme l’existence d’un lobby qui compte des politiciens importants :

« Bizarrement on n’était pas arrêtés. Je pense que c’était pour des raisons d’Etat. A une certaine époque la politique française a joui et bénéficié de nos activités. Le gouvernement Mitterrand était propice à toutes nos actions. […]

Il y a eu des cas où des politiques sont intervenus pour sortir des jeunes activistes qui étaient en garde-à-vue. Des gens comme Badinter […]. On avait l’adjoint au maire, Jean-Pierre Pierre Bloch, qui était député, qui intervenu pour sortir des militants qui étaient en garde-à-vue ou même en prison. »  (A partir de 21 minutes)

Les Français ne bénéficient, eux, d’aucun communautarisme, et l’Etat n’est pas là pour les défendre, au contraire.
Les Français les plus patriotes sont attaqués sur leur terre par des étrangers haineux protégés par l’Etat.

La chanteuse « Madonna » avec un t-shirt sataniste pour soutenir le projet de Bill Gates sur le coronavirus

Cette chanteuse se faisant appeler blasphématoirement « Madonna » (on désigne la Sainte Vierge comme « la Madone ») est non seulement officiellement une traînée et fut longtemps une kabbaliste notoire, mais elle affiche aussi ouvertement des motifs satanistes.

« Il y a seulement trois semaines, la Fondation Bill & Melinda Gates, Welcome Trust et Mastercard ont annoncé le lancement du soi-disant accélérateur thérapeutique COVID-19, un fonds de 125 millions de dollars destiné à lutter contre la pandémie. Vendredi dernier, le 3 avril, , la Fondation Gates a fait part du soutien de trois autres partenaires dans ce projet mondialiste : le gouvernement britannique, la Chan / Zuckerberg Initiative (Facebook,) et la chanteuse occultiste Madonna. Celle-ci a lancé une collecte de fonds pour le projet en portant un t-shirt avec Satan à la place de Jésus sur la croix. »

On peut voir la video de son appel ici et une traduction ici.

Source

Le 11 mai (fin du confinement) coïncide avec une drôle de fête

Le journal Le Monde juif n’en revient pas et titre son article : « Incroyable : Macron fait coïncider le début de la levée du confinement avec la fête juive de Lag Baomer »

Laissons-le nous en dire plus sur cette fête :

Le 11 mai tombe au même moment que la fête juive du Lag Baomer qui célèbre la fin d’une épidémie qui décima les disciples du grand sage Rabbi Akiva.

Continuer la lecture de « Le 11 mai (fin du confinement) coïncide avec une drôle de fête »