« Vaincre l’échec à l’école primaire »

L’institut Montaigne, un think tank libéral, a publié en avril un rapport intitulé vaincre l’échec à l’école primaire. [Nous conseillons d’en lire au moins la synthèse, pages 5 à 9]

Celui-ci établit et pointe la dégradation durable du système éducatif français, allant même jusqu’à qualifier l’échec scolaire de bombe à retardement:
– aggravation de l’inégalité des chances entre milieux sociaux (donc une plus forte frustration sociale, personne ou presque ne tenant le rôle que les élites d’un pays doivent jouer);
quatre écoliers sur dix [chaque année, NDCI], soit environ 300 000 élèves, sortent du CM2 avec de graves lacunes : près de 200 000 d’entre eux ont des acquis fragiles et insuffisants en lecture, écriture et calcul ; plus de 100 000 n’ont pas la maîtrise des compétences de base dans ces domaines
chaque année 150 000 jeunes quittent le système éducatif sans qualification, soit 1,5 million en dix ans

Le rapport établit une série de proposition permettant de pallier cet échec patent de l’école de la république.

Toujours est-il que, pour nombre d’anciens élèves du primaire, c’est hélas trop tard: tout autant de personnes qui resteront à la porte du sacro-saint marché du travail. C’est un véritable cataclysme social qui couve.

Merci à Benjamin

François Bon

3 commentaires concernant l'article “« Vaincre l’échec à l’école primaire »”

  1. « Le rapport établit une série de proposition permettant de pallier cet échec patent de l’école de la république. »

    Et non pas pallier à…

  2. Vite ! Supprimons les écoles privées hors contrat !

    En effet, quels mauvais exemples ces écoles sont ! On y apprend à lire, écrire, compter, contrairement aux écoles de la ripoublique.

    Et sans parler que ces écoles ne coûtent pas un centime à l’Etat, contrairement aux écoles ripoublicaines, toujours plus budgévores avec des résultats toujours plus minables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.