11 septembre: sur les ruines, une mosquée?

Mardi soir, le conseil municipal de New York a adopté le projet controversé de construction d’un centre culturel islamique au cœur de Manhattan, non loin du lieu des « attentats » du 11 septembre 2001.

Symbole de tolérance pour les uns, insulte aux victimes pour autres: le projet divise les New-Yorkais. Ce centre culturel, nommé maison Cordoba, doit accueillir un théâtre, une salle de sport, une mosquée pouvant accueillir un à deux milliers de musulmans chaque vendredi et peut-être même une crèche.

Petite analyse:
D’une part, les ruines du symbole du capitalisme financier et de la culture MacWorld, dont le credo est le profit et l’individu; symbole détruit, pour le grand public, par des musulmans;
De l’autre, un pôle de contre-culture communautaire encourageant au sport, à la natalité et à une forme de spiritualité.

Pas besoin d’être grand clerc pour imaginer l’effet sur l’opinion publique: la logique mal comprise de choc des civilisations selon laquelle le prétendu bloc occidental, à l’agonie, est menacé par le prétendu bloc islamique va progresser dans les esprits.

Pendant ce temps, les différentes civilisations européennes ne comprendront toujours pas que leur principal problème est intérieur.

François Bon

NB: le nom de « maison Cordoba » fait référence à Cordoue, une des premières villes espagnoles à être conquise par les mahométans en 711, qui resta la capitale de l’Espagne musulmane jusqu’en 1492. Hasard ou symbole?

1 commentaire concernant l'article “11 septembre: sur les ruines, une mosquée?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.