Scandale : le patron de la Police Nationale soustrait son fils à la justice

Le fils de Frédéric Péchenard, le directeur général de la police nationale (et ami proche de Nicolas Sarkozy), a été interpellé l’an dernier pour conduite en état d’ivresse et insultes à agent. Des consignes ont été données pour lui éviter des poursuites.

Les faits remontent à la nuit du 17 au 18 février 2009. Vers 23 heures, l’attention des policiers est attirée sur les Champs-Élysées «par le conducteur d’un scooter de couleur rouge […] qui circule sur le trottoir […] et effectue plusieurs dérapages», explique un agent dans une déposition. Il s’agit du fils de Frédéric Péchenard, manifestement en état d’ébriété. Contrôlé, l’adolescent se fait menaçant. «Tu fais qu’un métier de con, je vais te muter à la circulation», lance-t-il. Il est conduit au commissariat du VIIIe arrondissement.

C’est dans ces locaux de la rue du Faubourg-Saint-Honoré que la procédure prend une tournure inhabituelle. L’officier de police judiciaire, à qui l’adolescent a été présenté, y reçoit rapidement des instructions très «directives» du commissaire de permanence cette nuit-là à Paris. «J’ai reçu pour consigne de Monsieur X de ne pas placer l’interpellé en GAV (garde à vue, ndrl), de ne pas aviser la permanence de nuit du Parquet, ne pas auditionner le mis en cause […]», déclare ce fonctionnaire dans un rapport interne de ce commissariat.

Un gardien de la paix, s’estimant outragé par le fils de Frédéric Péchenard lors de l’interpellation, décide malgré tout de porter plainte. Il est 2h50. C’est alors qu’arrive le patron de la DGPN en personne pour récupérer son fils. Une pièce spéciale lui est réservée avec l’agent qui a porté plainte. Rien ne transpirera. Le parquet de Paris reconnaît ne pas en avoir de trace de cet événement. Convoqués pour une réunion le matin-même, les agents sont invités à oublier l’événément. «Il ne s’est rien passé cette nuit», leur lance-t-on.

Un an et demi après les faits, le fils du directeur général de la police nationale (DGPN) n’a jamais été poursuivi. Rappelons que pour de tels faits, il encourait deux ans de prison et 7500 € d’amende, même s’il aurait pu bénéficier de l’excuse de minorité.

Source

5 commentaires concernant l'article “Scandale : le patron de la Police Nationale soustrait son fils à la justice”

  1. En gros rien de nouveau sous les tropiques…
    On sait tous comment cela se passe dans notre société.
    Il y a les puissants d’ un côté et le peuple de l’ autre.
    Combien d’ affaires similaires pourrait-on ainsi ressortir en fouillant un peu ?
    Perso, je pense qu’ il faut attendre l’ approche des élections pour faire ressortir ce genre de scandale…
    En attendant, n’ oublions pas.
    Le peuple de l’ avenir sera celui qui aura la plus longue mémoire !

  2. Moi je dirais plutôt que cette affaire est ressortie pour salir l’ image de Frédéric Péchenard qui est tout de même plus connu que son fils et dont personne ne parle des opinions politiques ainsi que l’ image de l’ un des fervent soutiens du D.G.P.N., le sieur Sarközy de Nagy-Bocsa.
    Tout comme vous je suis N.R., tercériste comme on dit…
    Je ne nie pas que vous ayiez écrits de trés bons livres (sur le paganisme, les nouveaux nationalistes, etc…), mais les historiens et les Jean-Yves Camus, ce n’ est pas le peuple. Dans la rue, je le répète, personne ne vous connaît (évidemment, n’ allez pas me citer le microcosme politique tel que antifas, sionistes, fafs et pseudos spécialistes de nos courants…). Je sais évidemment que les livres de Fiametta Venner et consorts vous citent, que vous avez des relations avec Sacha Douguine, etc… cela ne suffit pas pour faire de vous une « célébrité ».
    Lorsque l’ on dit que le fils Devedjian conduisait sans permis, c’ est le père qui est visé à travers le fils et non pas lui-même dont tout le monde se moque et que personne ne connait…
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/exclusif-retrait-de-permis-pour-le-fils-de-devedjian-10-12-2008-338148.php

  3. ça tombe bien, Monsieur Ryssen m’ a fait l’ honneur de m’ entretenir à propos de notre armée secrète voici tout juste deux heures… Trés fraternellement, mon Trés Cher « Christian » :., recevez l’ expression de mes salutations distinguées.

  4. Je crois que mes messages peuvent maintenant être supprimés… Leur sens est un peu remis en question et on va finir par croire que je parle tout seul…

  5. Oui, vous parlez tout seul Hibernatus.

    Vous avez de saines relations. Hervé Ryssen est l’ami de Christian Bouchet ainsi que mon ami. Il a compris, tout comme nous, que tout ce qui se passe dans le monde s’explique par l’influence du lobby sioniste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.