Lettre-réponse ouverte à Monsieur Mouloud Aounit,

président du MRAP (« Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples »).

Une lettre bien tournée qui circule par courriel. Rédigée par feu Serge de Beketch, elle n’a rien perdu de son actualité.

 Monsieur,

 Vous avez organisé récemment, en tant que président du MRAP, un colloque à l’Assemblée nationale intitulé « Du racisme anti-arabe à l’islamophobie ».
Vous y avez dénoncé, en France, « les mosquées souillées, les discriminations à l’emploi et au logement, les appels au meurtre, les violences et agressions à l’endroit des populations et des lieux de culte musulmans ».
Vous avez montré du doigt l’impunité dont bénéficient les auteurs de ces délits, appelant à « un réveil de l’opinion publique, un sursaut des institutions (Police, Justice, Education nationale, etc.), une mobilisation des grandes consciences intellectuelles.

Vous avez raison ! De plus en plus de Français sont racistes.

De plus en plus en ont par-dessus la tête de ce qu’ils appellent (à tort) l’invasion islamo-maghrébine.
De cet afflux de populations inassimilables qu’ils croient (à tort) être le ressort principal de la délinquance et de la criminalité.
De plus en plus sont épouvantés (à tort) par l’afflux de populations qui, ayant chassé l’occupant raciste des territoires qu’il exploitait, ont rendu ces terres à l’heureux état de nature mais sont contraintes de chercher, auprès de l’ancien colonisateur raciste, les remèdes à la misère provoquée par la décolonisation.
De plus en plus de racistes ont (à tort) des idées de violence en entendant sur les radios les poésies du groupe afro-maghrébin Sniper qui chante, par exemple :
« La France nous ronge, le seul moyen de se faire entendre est de brûler des voitures.
La France est une garce. On nique la France. »

Oui, Monsieur Aounit, la triste vérité est là : les racistes n’entendent rien à la rude poésie des cités et ils en ont par-dessus la tête d’entendre des hexagonoïdes chanter qu’ils niquent la France, et qu’ils baisent leurs mères.

C’est sûr qu’il y a quelque racisme à ne pas accepter ces coutumes de baiser notre mère et de niquer notre pays, mais c’est ainsi, Monsieur Aounit : les racistes ne sont pas tolérants. Et ils ont tort. Vous avez raison !
Mais comment ces petits blancs arriérés seraient-ils assez évolués, ouverts, libéraux et modernes pour accepter que des populations qu’ils ont accueillies, nourries, soignées et enseignées leur crachent leur haine et leur mépris à la figure ?

Vous faites bien de dénoncer ce racisme-là en France dans la Chambre des députés de cette République qui vous a fait tant de mal.
La dignité de l’endroit ajoute à la force de votre réquisitoire.
Mais vous feriez mieux encore en allant le prononcer là-bas, au bled.
C’est sur place, chez eux, alors qu’ils sont encore libres, qu’il faut alerter les milliers d’Afro-musulmans et d’islamo-maghrébins qui s’apprêtent à céder au mirage du RMI, de la Sécu, des allocs, et à basculer dans le piège affreux que leur tendent les racistes français.

Monsieur Aounit, dites-le à vos frères, à vos cousins, à vos femmes, à vos enfants, à vos voisins, à tous ceux du bled et de la brousse : la France raciste ne veut pas d’eux parce que dans son aveuglement raciste, elle les regarde (à tort) comme des envahisseurs et des prédateurs.
Dites simplement cette sinistre vérité aux vôtres Monsieur Aounit.

Ne les laissez pas se jeter dans la gueule du loup.
Il est de votre devoir de protéger ces malheureux contre cette effrayante menace.
Les laisser venir, serait se rendre coupable de non-assistance à personnes en danger.
D’ailleurs vous-même, Monsieur Aounit, vous et tous ceux qui comme vous, êtes condamnés à vivre dans cet abominable pays raciste, n’hésitez pas : brisez vos chaînes, secouez la poussière de vos sandales et quittez cet enfer.

Ne faites pas plus longtemps aux racistes le cadeau de votre enrichissante présence.
Ne soyez plus le gibier de ces chasseurs impitoyables qui attaquent vos mères dans le métro, violent vos filles dans les caves, pillent vos supermarchés, brûlent vos voitures dans vos cités, vendent de la drogue à vos enfants.
Ne leur laissez aucun homme à discriminer, aucune femme à insulter, aucun enfant à battre, aucune mosquée à souiller.
N’hésitez pas : vengez toutes ces années de terreur, de souffrance, d’humiliation, d’exploitation qu’ils vous ont infligée : privez-les de la chance que vous représentez.
Et puis, pourquoi vous gêner ? En partant, emmenez vos amis.
Les grandes consciences intellectuelles, les militants immigrationnistes, les journalistes amis, les dirigeants socialistes, communistes, trotskistes et autres.
D’abord cela leur épargnera l’insupportable peine de vivre sans vous, ensuite cela privera la France raciste de la formidable force intellectuelle qui fait son rayonnement dans le monde entier.
Ils seront bien punis, les racistes !

Songez-y, Monsieur Aounit : ils auront l’air de quoi les « Le Pen », les « Gollnisch », les militants du FN et les électeurs de tout ce monde quand, le dernier bateau ayant franchi la ligne d’horizon, l’ultime avion s’étant évanoui dans l’azur, la dernière camionnette étant passée de l’autre côté de la frontière, ils découvriront qu’ils sont désormais… entre eux !?!
Entre racistes !
Tous seuls !

Ah, on voudrait voir ça ! Rien que pour le plaisir.

6 commentaires concernant l'article “Lettre-réponse ouverte à Monsieur Mouloud Aounit,”

  1. J’aimerais bien savoir quelle a été sa réaction lorsqu’il l’a lu. Il devait avoir un drôle de tête.
    Et oui, nous sommes d’affreux méchant blanc racistes.
    Monsieur Aounit, ferait mieux de tenir ces congénères en laisse au lieu de les faire passer pour des victimes!

  2. ISLAMOPHOBIE EN FRANCE : MANIFESTER NE SUFFIT PLUS !!!

    dimanche 14 février 2010, publié par Coordination contre le Racisme et l’islamophobie

    Tout le monde a constaté , même les sourds et les non voyants, qu’une vague islamophobe toujours plus grande déferle sur notre pays avec des dégâts considérables pour les populations victimes mais aussi pour la cohésion sociale et notre fameuse identité nationale.

    A l’image d’un Tsunami, cette vague destructrice a bien une origine que la majorité de la classe politique feint d’ignorer, alors qu’elle en est elle-même en très grande partie responsable.

    Depuis le début des années 1980 jusqu’à aujourd’hui les hommes et femmes politiques de droite et de gauche ont diabolisé l’islam et les musulmans que ce soit dans les quartiers, dans les usines ,dans les foyers de travailleurs , dans les établissements scolaires et même dans la rue. De Pierre Mauroy qui islamisait déjà la question sociale de nos parents en lutte dans les usines pour leurs droits de salariés, en passant pas le bruit et les odeurs de Chirac, puis « les femmes voilées , femmes violées » de Ségolène en passant par les moutons dans la baignoire de Sarkosy, et pour finir plus près de chez nous les propos essentialisants de Nadine Morano sur le jeune musulman ou André Gérin sur la Burqa, ont bien constitué , à partir du plus haut sommet de l’Etat, le socle et la culture communes qui ont permis ces déchainements racistes et islamophobes. Les gouvernements successifs n’ont rien trouvé de mieux que de nous pondre une loi d’exception le 15 Mars 2004 pour stigmatiser définitivement une partie de la population française en encourageant les replis communautaires qui n’ont fait qu’augmenter depuis.

    Un fond post-colonial , raciste et islamophobe, couplé à la lepénisation des esprits et à des calculs politiciens n’ont fait que traduire dans les faits un subconscient collectif dans lequel l’arabo-musulman reste l’Autre , l’indésirable, et si besoin, en temps de crise, le bouc –émissaire. Nos chers médias et certains intellectuels peu scrupuleux n’ont fait que souffler sur les braises !

    Donc , notre situation ne serait qu’une suite logique me diriez vous ?, oui mais ce qui l’est moins c’est l’attitude des citoyens français de confession musulmane et des Imams , responsables et autres pseudo représentants du culte musulman qui ont choisi de brader leur dignité , soit en courant derrière ces partis de l’extrême droite à l’extrême gauche pour avoir une petite place ou une égalité illusoire, soit en s’attablant à tous prix dans les salons de la République pour y avaler toutes sortes de couleuvres, et servir de caution à une politique d’Etat qui consiste à museler , à contrôler l’islam de France et à le formater selon les désireatas des tenants du pouvoir et des dominants.

    La question palestinienne , la guerre en Afghanistan, les révoltes des quartiers populaires , la liberté d’expression dans les mosquées, le droit d’affirmer sa foi conformément à la Laïcité, la liberté d’aller et venir sont sacrifiés sur l’autel de la représentativité et de ce qu’on appelle naïvement l’islam de France ou moins naïvement l’islam modéré.

    Combien d’Imams ont été expulsés de France sans jugement et sous des prétextes fallacieux dans l’indifférence de ces pseudo représentants ou responsables, (malheureusement parfois grâce à leur excès de zèle et leur servilité pour soi-disant trier le bon grain de l’ivraie) ? Combien de musulmans engagés ont perdu leur travail ? Combien de musulmanes portant le voile sont obligées de s’humilier quotidiennement pour aller travailler ou étudier en quittant leur foulard ? Combien de musulmans sont fichés simplement parce qu’ils ne mangent pas de viande de porc ne boivent pas d’alcool, ou font la prière ou s’absentent le jour de l’Aïd ? Combien d’Imams et responsables de mosquées ont reçu l’ordre d’aller en Préfecture recevoir les injonctions de la ministre de l’intérieur lors des massacres de Gaza ? Même la transmission de la prière du Vendredi est censurée et brouillée sur une radio communautaire lorsque l’Imam s’aventure à faire des invocations pour le peuple palestinien !!!

    Face à ces dérives sécuritaires et cette gestion néo coloniale de l’islam de France , nos chers responsables qui auraient pu saisir les tribunaux ou interpeller leurs tuteurs politiques au gouvernement lorsqu’un fonctionnaire des Renseignements Généraux décide sur ordre du Préfet de ficher le personnel Musulman de la Ville de Lyon et du Conseil Régional Rhône Alpes , n’ont rien trouvé de mieux que d’aller boire le café au ministère de l’intérieur, et rester bien dociles en créant un précédent à la Vichy.

    Comment peut –on accepter de cautionner par son silence ou sa complicité de telles pratiques gouvernementales dignes en effet de Vichy et de la chasse aux Juifs avant guerre, et venir ensuite prétendre défendre la communauté musulmane ou lutter contre l’islamophobie ? Il est vrai que lorsqu’on a mis un doigt dans l’engrenage , le système vous broie comme l’avait dit François Mitterand !

    Comment peut on nous dire, comme certains responsables musulmans, que la loi du 15 Mars 2004 (traitée par Jean Michel Bellorget de loi scélérate) et qui reste foncièrement injuste et discriminatoire doit être acceptée et que maintenant qu’elle est votée il faut lui obéir ? A croire que certains n’attendaient que cela pour faire fleurir les écoles privées musulmanes , qui bien que répondant partiellement aux besoins des jeunes filles exclues est en train de favoriser le communautarisme et la sélection par l’argent.

    Aujourd’hui les responsables de mosquées et d’associations musulmanes doivent prendre leur responsabilités et avoir le courage de s’opposer , je dirai même se révolter, contre ce traitement discriminatoire par la République et ses représentants de l’islam et des musulmans de France. Ils doivent comme nous l’avons fait et continuons à le faire, dénoncer les atteintes à la laïcité que commet le pouvoir actuel en s’imsissant dans les affaires musulmanes directement ou à travers les consulats étrangers. Ils doivent dénoncer la politique de la peur qui pèse plus particulièrement sur les titulaires de cartes de résidents parmi ceux qui refusent de collaborer avec la police ou d’autres services en vue de criminaliser leurs frères, ou faire expulser ceux qui ne prônent pas un islam soumis aux injonctions des politiques impérialistes et colonialistes de l’Occident.

    Ordonnons le boycott des relations entre l’Etat les musulmans et leurs représentants réels ou supposés en exigeant que la République nous traite de manière égalitaire dans le respect strict de la loi et du cadre laïc et démocratique qui doit régir tous les citoyens. Refusons de répondre aux enquêteurs qui viennent régulièrement prendre la température dans nos mosquées ou nos quartiers , refusons les invitations piégées et intéressées de tel ou tel élu de droite ou de gauche qui ne nous sollicite que comme pions dans son jeu d’échec politique et sa stratégie électoraliste. Soyons libres de toute pression et de tout chantage ou appât du gain et nous aurons tout à gagner !

    Refusons les appels directs ou indirects des médias et autres personnalités politiques qui nous sollicitent après nous avoir diabolisés et jetés en pâture sur la place publique, pour ensuite nous dire aidez nous à lutter contre les extrémistes et autres intégristes.

    Nous ne voulons pas de privilèges en sommant le gouvernement ou nos hommes et femmes politiques de venir faire allégeance lors de telle ou telle cérémonie, ni d’obtenir des passe droits , ni d’instaurer des Bachagas pour parler en notre nom, nous émettre des Fatwas pour tel ou tel évènement, ou nous prêcher la bonne parole du maitre, mais simplement le respect de nos droits constitutionnels et notre indépendance : l’islam de France sera libre ou ne sera pas.

    Obtenir la nationalité française , une carte de résident ou un emploi ou un avantage social au détriment de nos principes n’est en effet pas digne et risque de se payer très cher ici et dans l’au-delà.

    Abdelaziz Chaambi 12 Février 2010

    http://www.crifrance.com pour tout contact 04 78 36 03 40

  3. ha ha! vu le com de »Abdelaziz Chaambi 12 Février 2010″je pense pas qu’il ai compris le sens de la lettre il a lu au 1er degré! révélateur

  4. ENORME !!! je connaissait Serge de Beketch depuis peut lorsqu’il est parti.
    je redécouvre un peut de son zele par ce post.

    y aurait-t’il moyen de m’en envoyer une copie, que je fasse une distribution a cetains amis de la cause n’ayant pas internet?

    vous avez mon adresse.

    salutation bras levé a vous tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.