Quelques nouvelles des « autonomes lorrains »

[Exclusivité Contre-info – De notre correspondant en Lorraine]

Suite aux perquisitions et aux gardes-à-vues de la semaine dernière, quatre jeunes – dont un mineur – ont été mis en examen et placés en détention provisoire. Les faits qui leur sont reprochés sont essentiellement des violences à caractère politique (les victimes sont des militants d’extrême-gauche).

La stratégie des « antifascistes » a consisté à accumuler un maximum de preuves (photos, témoignages, certificats médicaux, etc.) pendant une certaine période avant de porter plainte en masse suite à une dernière rixe datant de fin janvier. On peut réellement affirmer que les antifascistes ont travaillé main dans la main avec les enquêteurs dans la mesure où des jeunes ont été placés en garde à vue alors qu’ils ne fréquentaient pas les « autonomes lorrains » et uniquement sur les bases de photos produites par les militants d’extrême-gauche.

Cette collusion n’est pas surprenante dans notre région ; il y a quelques années, dans une affaire similaire, les policiers des renseignements généraux s’étaient empressés de donner la liste complète de 8 personnes gardées à vues aux militants d’extrême-gauche avec les noms et les adresses permettant de les identifier.

C’est dans ce contexte d’accrochages permanents et de harcèlement que des jeunes patriotes se retrouvent aujourd’hui en détention alors que de nombreux faits de violence sont imputables aux extrémistes de gauche. Ces derniers bénéficient d’une sorte d’immunité en raison des petits « services » qu’ils rendent à la police. Ce n’est donc pas étonnant qu’ils estiment avoir subi des dommages importants. L’instruction en cours est chargée de faire toute la lumière sur ces événements et pourra, nous l’espérons, rétablir la vérité.

En ce qui concerne Charles, « le leader », ses parents n’ont toujours pas pu s’entretenir avec lui car il a choisi pendant sa garde à vue d’utiliser le seul coup de fil auquel il avait droit pour appeler son employeur et s’excuser de son absence, preuve qu’il garde la tête sur les épaules. Les informations sur les autres arrivent au compte-gouttes car les parents ne veulent pas communiquer avec leurs amis. Nous savons qu’ils sont chacun dans une prison différente (Metz, Nancy, Epinal et pour le dernier nous ne savons même pas dans quel établissement pénitentiaire). Nous savons aussi qu’ils sont placés à l’isolement comme tout nouvel arrivant mais que ce statut pourra changer passé un délai de 10 jours de détention.

Un avocat s’est constitué pour Charles et il pourra très bientôt avoir accès au dossier et lui rendre visite. Les autres ont vraisemblablement choisi des avocats commis d’office. Nous n’avons pas d’informations précises sur la qualification des faits que semble retenir le juge d’instruction mais il semblerait que des « violences aggravées » par plusieurs circonstances soit l’hypothèse la plus plausible.


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

12 commentaires concernant l'article “Quelques nouvelles des « autonomes lorrains »”

  1. les antifas comme milice du régime. Que du classique! les collabogauchos de la DCRI. Plus crevure que ces mecs y’a pas!

  2. Et après, ça va s’insurger haut et fort contre l’état policier, et l’oppression autoritaire.

    Bravo les gars.

  3. +

    Laudetur Iesus Christus ! Semper Laudetur !

    … la gueuse républicaine siono-maçonnique dans ses oeuvres. Tout ce qui appartient à l’identité d’un peuple se voit détruit et réduit au silence dans les géoles d’un pouvoir qui opprese une nation.

    … les gochos ? Une création de la gueuse, sa milice de rue pour le contôle d’un peuple. Ses kapos sont aux ordres du pouvoir dont ils dépendent.

    … solidarités avec les prisonniers politiques nationalistes autonomes de Lorraine. L’épine dans le talon de la gueuse siono-maçonnique.

    Viva Cristo Rey ! Viva !

    RZL – Radio Zone Libre

    http://www.rzl.fr.fm – [ lien censuré sur le territoire de la gueuse républicaine par ses milices de Google.fr – Allez au-delà de leur avertissement bidon]

    +

  4. Les avocats ne servent à rien, uniquement à pomper du fric. Au premier contact c’est 1000 euros, 1200 euros pour moi quand j’ai porté plainte contre la police.
    L’avocat à parler deux minutes, les juges n’ont pas le temps de les écouter.
    Adoptez une attitude soumise vis-à-vis des juges et voilà la meilleure défense, je crois qu’ils sont trop bêtes pour comprendre autre chose.

    Les flics m’avaient fait toute une embrouille en croyant avoir attrapé un délinquant, parce qu’ils voulaient faire du zèle, résultat, j’ai porté plainte contre eux, et ils se sont retourné contre moi, et au final c’est moi qui ai été condamné pour dénonciation calomnieuse.
    La morale de cette histoire, faites votre police vous-même, même contre eux.

  5. Pour ceux qui ne le sauraient pas, les policiers sont assermentés, leur parole veut comme une preuve auprès du tribunal.
    Si vous portez plainte contre la police pour une raison ou une autre, la charge de la preuve vous incombe.
    Si vous ne pouvez pas prouver matériellement vos dires, (votre parole ne vaut rien face à celle de la police), c’est vous qui serez condamné pour dénonciation calomnieuse.

  6. Comment leur apporter notre soutien ?
    Depuis que le CEPE s’est trahi, par quelle autre structure peut t’on passer pour aider les camarades ?

    Par ailleurs, disposez-vous de nouvelles à propos des activistes arrêtés à Lyon il y a quelques semaines ?

  7. VIVE LA FRANCE NATIONALISTE. REFUSONS LE POUVOIR DES FRANCS MACONS. REFUSONS LE POUVOIR DES MONDIALISTES ET DES GAUCHISTES QUI VEULENT LE METISSAGE DE NOS SOCIETES ET CULTURES EUROPEEENNES. VIVE LE WHITE POWER EN EUROPE

  8. Des fumeurs de shit mondialistes et métèquophiles s’acoquinant avec la flicaille. À foutre dans les mêmes bateaux que leurs copains du tiers monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.