L’E171 sous forme de nanoparticule dans les sucreries provoque des lésions précancéreuses chez 40% des rats

Le dioxyde de titane  est utilisé dans divers domaines : cosmétique, crèmes solaires, peintures et matériaux de construction. Il existe sous forme de poudre ultrafine, d’origine minérale. Il est utilisé très couramment dans l’industrie agroalimentaire, inscrit comme additif sous le nom E171 sur les étiquettes, pour ses propriétés de colorant blanc et d’opacifiant. On le retrouve dans des bonbons, des produits chocolatés, biscuits et chewing-gums, M&M’s, biscuits Napolitain, gâteaux glacés Monoprix Gourmet… ainsi que dans des compléments alimentaires. Il est également présent dans des dentifrices et des produits pharmaceutiques.

Le magazine 60 millions de consommateurs a révélé ce jeudi que ce colorant était présent sous forme de nanoparticules (et pas seulement de micro-particules, jugées non dangereuses) dans 18 produits testés, ce qui n’est pas indiqué les étiquettes. Si l’association est inquiète, c’est que des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont mis en avant la dangerosité de ce produit sous sa forme nanoparticulaire sur des rats.

Chez les rats sains, le dioxyde de titane a fait apparaître au niveau du côlon des lésions pré-cancéreuses dans 40% des cas. De plus, chez les rongeurs déjà touchés par des lésions, dans 25% des cas elles se sont accrues. En revanche, les animaux non exposés n’ont présenté aucune anomalie à la fin des 100 jours de l’étude.

Évidemment, on ne peut transposer tels quels ces résultats à l’homme, mais ceci est très inquiétant et il ne faut pas trop compter sur la vigilance de l’Etat.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.