Aux fous ! La théorie du « gender » dans les manuels scolaires !

La « théorie du gender [genre, en français] » est une élucubration idéologique née il y a quelques décennies, et qui prétend que masculinité et féminité ne sont que des constructions sociales, auxquelles il faut donc s’attaquer, en niant les spécifités et différences sexuelles qui permettent une nécessaire complémentarité (plus de détails sur cette « théorie » dans cette émission).

Ce délire idéologique et ses corollaires font désormais partie des manuels scolaires destinés aux lycéens !
Le Système, actuellement représenté par l’UMP, nous prépare une société de gens très mal dans leur peau…

Plus d’informations dans ce texte de Pierre-Olivier Arduin.

Inscrite officiellement dans les nouveaux programmes de SVT de Première (S, L et ES), la doctrine du gender fera désormais partie de l’enseignement obligatoire des lycées français à partir de la rentrée 2011

Le gender nie la complémentarité naturelle entre les sexes

S’il fallait désigner un seul nom pour illustrer la doctrine du gender, ce serait assurément celui de la philosophe américaine Judith Butler qui viendrait immédiatement à l’esprit. L’ouvrage qu’elle a publié aux Etats-Unis en 1990 – Gender Trouble : Feminism and the subversion of Identity – demeure le modèle incontournable des programmes universitaires anglo-saxons sur la question . De l’autre côté de l’Atlantique, aucun campus digne de ce nom n’est dépourvu de son département de gender studies. Toutefois, cette théorie n’aurait pu acquérir l’influence qu’elle exerce aujourd’hui sur la scène internationale sans la tenue en 1995 de la Conférence des Nations-Unies de Pékin sur la femme qui en a fait le cadre porteur d’une société nouvelle où les comportements sexuels seraient enfin débarrassés de leurs « archaïsmes moraux et religieux », comprenez chrétiens.

Derrière le concept de gender se cache en effet une idéologie qui nie la différence sexuelle et la complémentarité naturelle entre l’homme et la femme. Le mot sexe qui renvoie trop à une détermination objective et naturelle est remplacé par celui de genre où féminin et masculin sont des constructions socioculturelles purement arbitraires qu’il est possible de défaire.

Le gender qui fait déjà l’objet d’un enseignement obligatoire à Science-Po sera également au menu des cours de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) dans toutes les classes de première à partir de la prochaine rentrée. Le ministère de l’Education l’a en effet inclus dans le module « Féminin/Masculin » au programme de cette matière et plus particulièrement dans les nouveaux chapitres « Devenir homme ou femme » et « Vivre sa sexualité », qui prendront place après la partie consacrée à la « Maîtrise de la procréation » (Bulletin officiel spécial n. 9 du 30 septembre 2010, Thème 3-A).

Avertie la semaine dernière par le lycée saint Joseph de Draguignan (Dominicaines du Saint-Esprit) qui venait de recevoir les tout nouveaux manuels de SVT des classes de 1ere L et ES issus de cette réforme (Nathan, Bordas et Belin), la commission bioéthique en lien avec l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon a pu mesurer la gravité des changements opérés par le ministère de l’Education nationale par rapport aux précédents programmes. De même, la direction diocésaine de l’enseignement catholique a été immédiatement alertée.

Défaire la « matrice hétérosexuelle » de la société

D’une manière générale, les chapitres en question sont une attaque en règle contre la loi morale naturelle, rejetant toute signification anthropologique et éthique à la différence naturelle des sexes. « Dans ce nivelage, la différence corporelle, appelée sexe, est minimisée, tandis que la dimension purement culturelle, appelée genre, est soulignée au maximum et considérée comme primordiale (…) Selon cette perspective anthropologique, la nature humaine n’aurait pas en elle-même des caractéristiques qui s’imposeraient de manière absolue : chaque personne pourrait se déterminer selon son bon vouloir, dès lors qu’elle serait libre de toute prédétermination liée à sa constitution essentielle » .

Pour le gender en effet, l’homme et la femme n’ont pas de dynamisme naturel qui les pousserait l’un vers l’autre, seuls les conditionnements sociaux rendraient compte de cette soi-disant inclination. A l’appui de cette thèse, Nathan cite ce texte hautement contestable : « Les sociétés forgent des modèles et des normes associés au féminin et au masculin. Dès le plus jeune âge, chacun va inconsciemment être imprégné par un schéma identitaire auquel il doit se conformer pour être accepté et reconnu par le groupe social. Ces attitudes sont tellement intériorisées que nous reproduisons les stéréotypes sans nous en rendre compte » (p.190). Le gender promeut une anthropologie alternative refusant que la différence sexuelle inscrite dans le corps possède naturellement un caractère identifiant pour la personne.

Bordas fait lui aussi découler la prédominance de l’hétérosexualité du contexte culturel et social dans lequel nous baignons : « « Si dans un groupe social il existe une très forte valorisation du couple hétérosexuel et une forte homophobie, la probabilité est grande que la majorité des jeunes apprennent des scénarios hétérosexuels » (p. 182).

Pour illustrer leur démonstration, les manuels citent l’existence dans d’autres espaces culturels de « troisièmes genres », « ni homme ni femme », comme les Hijras en Inde (Belin, p. 145) ou les Mahu en Polynésie (Bordas, p. 176).

Une fois inculqué aux élèves que la différence des rôles assignés à l’homme et à la femme dans une société donnée est produite par la culture, il est loisible de s’affranchir du modèle hétérosexuel et de relativiser l’inclination naturelle vers l’autre sexe. Ne s’agit-il pas de dissocier la société de sa matrice hétérosexuelle comme le préconise Judith Butler ?

Le gender dissocie identité sexuelle et orientation sexuelle

Conséquence logique du raisonnement, l’orientation sexuelle est clairement déconnectée de l’identité sexuelle, l’homosexualité ou la transsexualité relevant de la liberté souveraine des individus. L’hétérosexualité n’a en aucun cas le privilège de l’universalité : « Je peux être un homme et être attiré par les femmes. Mais je peux aussi me sentir 100% homme viril et être attiré par les hommes. Et je peux être une femme attirée par les hommes ou une femme attirée par les femmes » (Belin, p. 133).

Bordas fait état d’« une étude récente qui montre bien l’influence du contexte culturel et social : à Hambourg en 1970, dans les années de la révolution sexuelle, 18% des adolescents avaient des activités homosexuelles alors qu’en 1990, avec le SIDA et les changements culturels, ils n’étaient plus que 2% » (p. 182). L’homosexualité serait donc élue d’autant plus facilement que la société l’accueillera « sans discrimination » (Nathan, p. 181).

Les bases biologiques du plaisir sexuel

D’une manière générale, c’est la sexualité humaine qui est totalement « désacralisée » au fil des pages. La masturbation, martèle Belin, jadis encouragée dans l’Antiquité, n’est devenue un « péché » qu’avec « l’avènement du monothéisme en Occident ». Heureusement, depuis les années 70 elle est à nouveau considérée « comme une activité sexuelle normale » (p. 139). Le même éditeur fait d’ailleurs de cette pratique un critère de puberté ou indicateur de maturité sexuelle (p. 132).

Mais surtout, les nouveaux programmes font dépendre l’activité sexuelle de l’activation du « système de récompense » présent dans le cortex cérébral des primates hominoïdes (chimpanzé, bonobo, homme). Contrairement aux autres mammifères (mouton, rat,…) dont le comportement sexuel est contrôlé essentiellement par les hormones, la sexualité humaine est la résultante d’un circuit de récompense commandé par des aires cérébrales selon le schéma suivant : désir – action – satisfaction.

L’évolution chez l’animal a abouti à une diminution de la dépendance hormonale au profit d’un contrôle cérébral devenu prépondérant chez l’homme. Pour Nathan, « le système de récompense fournit la motivation à notre comportement dans l’attente d’une gratification. Le comportement sexuel est ainsi guidé par la recherche du plaisir attendu » (p. 195). Son collègue Belin cite les propos d’un chercheur en neurosciences et sexologie : « Au cours de l’évolution, l’influence des hormones et des phéromones diminue tandis que l’influence de la cognition et du système de récompense cérébral augmente. Libérées des contraintes hormonales, les activités sexuelles peuvent exister dans de nombreuses situations qui n’ont plus aucun rapport avec la reproduction. Les récompenses cérébrales, perçues comme sensations érotiques intenses, deviendraient le principal facteur à l’origine des activités sexuelles » (p. 137). Pour ce chercheur, le système de récompense présent dans notre cerveau permet un comportement érotique essentiellement fondé sur « la maximalisation du plaisir ».

Dissocier sexualité et procréation

Ce modèle d’explication induit deux conséquences majeures sur le plan anthropologique.

Premièrement, le cortex cérébral étant le support des fonctions cognitives de l’être humain (Nathan, p. 197), elles-mêmes modelées par le contexte culturel et éducatif de la société, l’idéologie du gender est « validée » sur le plan scientifique dans un raccourci saisissant. Nous adoptons certains comportements stéréotypés parce que notre cerveau a été stimulé depuis la plus petite enfance par des messages véhiculés par la société. Scientifiquement, l’hétérosexualité n’est pas une réalité fondatrice des relations humaines mais la conséquence de l’imprégnation du milieu social sur la composante cognitive de notre cortex.

Les primates hominoïdes et singulièrement l’homme ayant dissocié leur comportement sexuel de la fonction de reproduction, la « maitrise technique de la procréation » est en quelque sorte un « produit culturel » qui s’inscrit nécessairement dans le cadre explicatif de la théorie de l’évolution. La procréation doit être radicalement désolidarisée de la sexualité. Les droits à la contraception, à l’avortement et à la procréation artificielle sont bien les nouveaux impératifs catégoriques de la (r)évolution culturelle en cours, ceux qui permettront aux individus d’exercer un pouvoir effectif sur leurs corps sans lequel il n’y a pas de remise en cause possible des « valeurs traditionnelles ». N’est-ce pas les « féministes du gender » qui ont forgé dans les années 90 le concept de « santé reproductive » ? Aussi les trois manuels que nous avons pu étudier insistent-ils tous sur l’IVG médicamenteuse et la contraception d’urgence – dont la nouvelle pilule du lendemain EllaOne occupe déjà une place de choix –, qui sont autant de moyens de contrôler chimiquement la fonction de reproduction (cf. Nathan, p. 178).

On l’a compris, le gender est particulièrement difficile à contrer intellectuellement. Vous aurez beau accumuler des arguments fondés sur la nature et la raison, vos adversaires vous rétorqueront qu’ils ne sont que la résultante de facteurs culturels, et qu’ils vous semblent d’autant plus évidents qu’ils ont une position hégémonique dans la société.

Le langage de l’amour vrai

Experte en humanité, l’Eglise a pris la mesure depuis la Conférence de Pékin de la désintégration de l’ordre éthique et politique véhiculé par cette doctrine. Dans un document remarquable signé par celui qui n’était encore que le cardinal Ratzinger, elle nous rappelle que « le masculin et le féminin se révèlent comme faisant ontologiquement partie de la création », qu’il existe des « valeurs masculines » et un « génie féminin » sur lesquels s’appuyer pour bâtir la civilisation de l’amour.

Au cours de magnifique allocution du 13 mai devant les membres de l’Institut Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, Benoît XVI a proposé de « conjuguer la théologie du corps avec celle de l’amour » pour redécouvrir la beauté, la bonté et la vérité de la sexualité conjugale. Le Pape a en effet rappelé qu’il y a dans le corps de l’homme et de la femme « un langage qu’ils n’ont pas créé, un eros enraciné dans leur nature, qui les invite à se recevoir mutuellement par le Créateur, pour pouvoir ainsi se donner. (…).La véritable fascination de la sexualité naît de la grandeur de cet horizon qui s’ouvre : la beauté intégrale, l’univers de l’autre personne et du « nous » qui naît dans l’union, la promesse de communion qui se cache, la fécondité nouvelle, le chemin que l’amour ouvre vers Dieu, source de l’amour. L’union en une seule chair se fait alors union de toute la vie, jusqu’à ce que l’homme et la femme deviennent également un seul esprit (…). Dans cette lumière, la vertu de la chasteté reçoit un nouveau sens. Ce n’est pas un « non » aux plaisirs et à la joie de la vie, mais le grand « oui » à l’amour comme communication profonde entre les personnes, qui exige temps et respect, comme chemin parcouru ensemble vers la plénitude et comme amour qui devient capable d’engendrer la vie et d’accueillir généreusement la vie nouvelle naissante ». Un discours à dix mille lieues de l’idéologie du gender, mais surtout capable de reproposer de manière convaincante aux jeunes qui nous sont confiés le dessein originel de Dieu et la vocation à laquelle ils sont appelés à répondre pour réaliser leur vraie nature d’homme ou de femme.

Vers une objection de conscience ?

Les promoteurs du gender n’ont jamais caché vouloir faire de la subversion de l’éducation un axe essentiel de leur combat. Rien de tel pour formater les consciences des jeunes de tout un pays que de contrôler les programmes et les manuels scolaires. L’importance des changements opérés dans les classes de 1ère est telle qu’on peut parler sans exagérer d’une « zapatérisation » des programmes de l’Education nationale. Or, si l’on regarde de l’autre côté des Pyrénées, on s’aperçoit que des dizaines de milliers de familles catholiques avec le soutien appuyé de la Conférence épiscopale espagnole et le concours de juristes compétents se sont d’ores et déjà organisées pour contester les cours obligatoires sur le gender du gouvernement Zapatero, voire retirer leurs enfants en posant un acte d’objection de conscience. Allons-nous devoir en arriver là en France ?

——————————————
1 – Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, La Découverte, Paris, 2005. Cf. aussi du même auteur, Défaire le genre, Editions Amsterdam, Paris, 2006.
2 – Congrégation pour la doctrine de la foi, Lettre aux évêques de l’Eglise catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Eglise et dans le monde, 31 mai 2004.
3 – Congrégation pour la doctrine de la foi, Lettre aux évêques de l’Eglise catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Eglise et dans le monde, 31 mai 2004. Citons également le discours de Benoît XVI aux participants du congrès international « Femme et homme, l’humanum dans son intégralité », 9 février 2008.

Source : l’Evangile de la Vie

27 commentaires concernant l'article “Aux fous ! La théorie du « gender » dans les manuels scolaires !”

  1. La propagande homosexualiste est une arme de destruction massive. L’homosexualité qui existe bel et bien n’est supportable que dans une grande marginalité. les êtres ambigus étant intégrés comme chamans dans un tas de civilisations anciennes. Là, il s’agit d’autre chose. Une lame de fond. Le but ôter, tout aryanisme, tout esprit guerrier, émasculer les masses ! Nathan et Butler : juifs. Le noeud du problème est enoore et toujours le judaïsme qui tient à triompher partout !

  2. Après avoir réduit l’enseignement de notre langue maternelle comme peau de chagrin, éliminer l’enseignement de notre Histoire,
    Ce sont maintenant des cours de SCIENCE où l’on va bourrer le crâne de nos bambin par de l’idéologie ne reposant sur aucune démonstration scientifique ?!!
    Alors que justement dans notre métabolisme, l’apport hormonal est primordial… Aux Fous !

  3. DERNIÈRES NOUVELLES DE RUSSIE ICI:

    http://www.rusimperia.info/news/id7318.html

    De nombreuses tentatives de manifestations de la part des gays à Moscou ont été déjouées sur la Place Rouge, devant la flamme du Soldat Inconnu, Jardins d’Alexandrov et devant la mairie de MK.

    De nombreux(ses) gays ont tenté de déployer banderoles “contre l’homophobie, pour la “tolérance”(sic)” et certains ont même tenté de se deshabiller(!!!).

    La police Moscovite a très vite mis le hola à leurs prétentions, aidée en cela par des groupes religieux et nationalistes qui ont été applaudis par la foule au cours de leur action. qulques dizaines de gays, lesquels venaient souvent de pays étrangers d’ailleurs y ont trouvé à qui parler, à savoir le peuple de Moscou, le vrai et ses éléments les plus dynamiques et les plus fidèles.

    Gageons que les démocrates professionnels vont encore nous servir leurs hypocrisie habituelle sur leur “démocratie” à géométrie variable.

    Un exemple à suivre.

  4. C’est tellement vrai cette escroquerie que un homme + un homme ou une femme + une femme = stérilité dans 100% des cas. Donc avec ces foutaises proclamées « vérités », on va tout droit à l’extinction du genre… humain.

    Parents, insurgez-vous.

  5. Il faut se battre comme cette abomination, il est plus que temps de se lever pour montrer notre volonté, notre force, combattre nos ennemis par tous moyens, peut importe les moyens seul le résultat compte

  6. Que Dieu nous donne, soutenues par les âmes du Purgatoire libérées, des âmes chrétiennes de la même valeur, motivation et puissance individuelle comme collective que l’armée allemande de 39-45 sous le futur Grand Monarque qui ne sera pas un traître comme Hitler pour détruire ces conneries du NWO visant à promouvoir le côté androgyne qui est d’essence diabolique (cf le diable dans le film de La Passion de Mel Gibson) tel que les groupes de musique Tokyo Hotel, Indochine nous le laissaient déjà clairement entrevoir. Entre temps, pauvres jeunes ados vivant de nos jours…

  7. Je ne suis moi-même pas nationaliste français et pas davantage catholique, mais je regarde quotidiennement votre site pour y trouver des informations alternatives. Je suis, certes, loin de partager toutes les analyses et points de vue développés ici, il n’en demeure pas moins que je ne me trompe pas d’ennemi. Je suis professeur d’histoire-géo, particulièrement atterré par les nouveaux programmes dans cette matière. Ceci se rajoute au reste. Pour tout dire, ce type d’infos me fout franchement le cafard tant cette propagande semble prendre dans la société… y compris dans l’enseignement catholique !

  8. Propagande, oui c’est le mot. Voir la campagne LigneAzur 2011 de l’éducation nationale. Cela va plus loin qu’un « simple » changement de programme…

  9. Le plus « amusant » dans cette histoire c’est que personne ne songe un instant à se demander pourquoi l’intégralité des sociétés humains se sont développées sur la matrice hétéro. Chassez le naturel et il revient au grand galop….

  10. Il y a pas longtemps, alors que je faisait des achats dans une boutique pour enfant, j’ai entendu la vendeuse expliquer comment elle imposait à son fils de porter du rose. Elle disait, qu’au début il voulait pas et qu’à force il commençait à s’habituer, elle disait qu’elle trouvait ça beau, le rose pour les petits garçons. Pauvre gosse……
    On voit souvent des vêtements roses dans les magasins, mais sur les petits graçons, j’en ai pas encore vu. Non, mais vous vous voyez expliquer à un gamin de 6 ans  » Tu comprends, t’es un garçon, mais une part de toi est aussi celle d’une petite fille. Porter du rose c’est monter que tu assume ta part de féminité …… »

  11. Voyons les choses d une maniere disons ironique, observez le comportement et les desirs des jeunes a l heure actuel, lesjeunes magrebins et les jeunes blacks ne veulent pas d enfants, ils ce complaisent d une vie decadante et de luxure, de meme que les francais dessouche dont les parents ont par, conformisme adopte des ideologie comme le gender, c est une aubaine pour nous autre quo faisont et ferons des enfant qui les eduquerons car la selections naturel s operera automatiquement, a nous de preserver nos enfant par un travail de tout les jours ces chiens degeneres creverons de leur immoralite

  12. C’est marrant, chez certains, ce besoin de prôner la victoire par l’élitisme tout en étant pas foutu de faire une phrase sans fautes…

    Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

  13. Desole pour les fautes je ne fait aucun effort quand j ecris ensuite il n y a que les personnes qui ne font rien qui peuvent ce targuer de ne pas faire d erreurs je reconnais la le faf timore et rageux qui n ose pas ouvrir ca gueule face a certains militants de terrain…..bravo francois ton commentaire n apporte rien car le veritable elitisme c est de bouger dans la rue

  14. Les mères de deux célèbre tueurs en série les obligait à s’habiler en filles : Charles Manson, il était carrément obligés d’y aller à l’école comme ça. Il y a aussi Henry Lee Lucas.

  15. Je suis très loin de partager vos opinions, mais je conseillerai à olea de changer d’argumentation. En effet, si on compare le nombre de tueurs de masse homosexuels et celui des tueurs dont l’excuse à leurs actes est la religion (QUELLE QU’ELLE SOIT!) vous obtiendriez l’argument inverse ^^

  16. Ernst Röhm était homo, il me semble.

    Et les réglements de comptes et assassinats sont aussi nombreux chez les homos qu’ailleurs.^^

  17. C’est pas des arguments, c’est des exemples. Je pense pas qu’ « androgéniser » les enfants les amènera à choisir une voie homosexuelle. Si on ne les laisse pas découvrir leur identité propre, qu’on les pousse avec des théories fumeuses de ce type, on risque d’en faire des paumés, voir des désaxés si vraiment pousse le délire trop loin.
    Je pense que les hommes et les femmes sont des êtres différents, complémentaires et c’est très bien comme ça.
    Qu’après, il y ai des homo, des bis, peut m’importe, qu’ils vivent leur vie en paix, qu’ils soit libres de faire ce qu’ils veulent en toute sécurité, c’est très bien. Mais par pitié qu’ils arrêtent de vouloir imposer leur mode de fonctionnement à tout le monde.
    Alors tous les jours on nous parle des bienfaits de la diversité, et à côté on fait tout pour nous uniformiser.

    Pour ce qui est de la religion, les tueurs en série se réfèrent généralement au satanisme.

  18. Encore un énième tour de cochon de la Franc-Maçonnerie visant à pourrir la Société afin de mieux endoctriner les esprits à accepter le nouvel Ordre Mondial et son gouvernement mondial.

    Olea a raison: d’après enquête, la plupart des tueurs en série se réfère ouvertement au satanisme (ça leur fait au moins un point commun avec les anarchistes et les franc-maçons du 32 éme et 33 éme degrés)

    Il y également un curieux lien récurent entre l’homosexualité et le phénomène des tueurs en série.

    Message aux idéologues-inquisiteurs qui veulent bousiller par la propagande l’esprit des masses populaires: « chassez le naturel et il revient au galop »

  19. Roselyne Bachelot, a une projet du même genre : Messieurs, on va faire de vous des mères comme les autres. Vivivivi, c’est marrant non? Quoi, qu’est ce qu’il y a , vous aimez pas qu’on s’immisce dans votre vie privé, bein tant pis c’est comme ça.

    Un petit effort, allez, c’est pour la bonne cause. C’est pour vous impliquer plus dans les tâches ménagères. Il a rapport qui pointe l’inégalité homme femme dans ce domaine. C’est bien pas l’inégalité, beurk, vilain pas beau l’inégalité.

    http://allopmi.fr/actualite/igas-souhaite-reformer-les-conges-parentaux-101.html

    Par contre, c’est pour l’allaitement que ça être compliqué, on va faire comment pour partager le temps? Ce qui est cool en revanche c’est qu’on va pouvoir se partager tous les petits tracas post partum!

    Quoi?! C’est biologiquement impossible? Mais pourtant ils disent que nos diférences ne sont que des constructions sociales? Comment qu’on va faire alors?

  20. Peut-être que Roselyne à un vaccin tératogène à vendre ?
    Le relâchement des liens naturels parents-enfants et une arme efficace pour conduire la civilisation actuelle à son terme.
    La destruction de la cellule familiale a été une des raisons de la fin de l’empire romain, avec la recherche des plaisirs (hédonisme) à outrance, en même temps que la frustration croissante de la majorité de l’humanité.
    De même le monde tel que nous le connaissons va disparaitre, mais ce ne sera pas celui que projette les marionnettistes du NOM qui apparaitra.
    Nous vivons ce qui est décrit comme « le temps de la fin » par les Évangiles…
    En attendant préparons-nous à souffrir.

  21. Il est triste de voir comment l’être humain s’égare. Comme il est écrit dans la Bible : »se vantant d’être sage, il est devenu fou ». Nous sommes bien dans ces temps difficiles annoncés de longue date. Cela signifie également que la délivrance est proche. RESISTONS !

  22. Que masculinité et féminité soient des constructions sociales (et même d’ailleurs, de façon plus générale, l’humanité), je n’y vois que grande banalité : il faudrait vraiment être resté à l’écart de tout ce qui s’est publié en anthropologie ces 150 dernières années pour l’ignorer. D’ailleurs même Erasme avait écrit en son temps :

    « On ne naît pas homme, on le devient »

    (Simone de Beauvoir n’a fait que retourner la phrase, dans un clin d’oeil qui ne semble pas avoir été beaucoup remarqué; passons !))

    Qu’en revanche on vienne à en parler dans les manuels scolaires, c’est vraiment prendre les écoliers pour des cons. Quelle va être la prochaine mesure au programme ? On va leur enseigner la façon de rédiger un chèque ? De casser des oeufs ?

  23. Je suis moi même en première ES et vos propos ici ainsi que partout sur le site me choquent au plus haut point . Ce site est une vraie promotion du racisme, de la xénophobie,de l’homophobie, du nazisme,du sexisme, du fascisme et de toutes les idées les plus réactionnaires qu’on puisse trouver. Honnêtement, vous êtes à mes yeux une communauté d’Hitler qui ruminent dans leur coin contre une société qui a évolué pour la liberté des individus a choisir leur religion, leur pays et leur orientation sexuelle. Je pense que signalé au gouvernement, votre petit site de réac égoïstes et a l’esprit tout sauf ouvert sera très rapidement supprimé.
    Attendant vos réponses « éclairées » a mon ouverture d’esprit et a ma tolérance peut être trop grande pour vous. (même si je doute que ce commentaire soit publié)

    Au revoir.

  24. d’ailleurs je serais curieuse de connaitre vos ages : si vous avez moins de 50 ans, vos propos sont inquiétants (cela dit vous avez peut etre grandi dans une de ces familles a la Le Pen, c’est triste.)

  25. Il conviendrait d’abord de vous renseigner sur les choses suivantes:

    -Les origines de certains posteurs ici et de leurs familles, ce qui infirmerait assez vite vos accusations de « racisme », En effet, certains ont, en termes de vie et de connaissances d’horizons différents, une culture qui doit largement égalerla votre.

    -La réalité des régimes politiques que vous défendez et de leur histoire, pour comprendre que, en termes de côuts humains, ils furent lartgement au dessus de ce que vous dénoncez chez nous,

    -Pour nos âges et nos situations, vous seriez aussi surprise,

    -sur la réalité du projet de société de nos adversaires et les valeurs que nous défendons, qui, non seulement ont une légitimité historique et civilisationnelle bien plus grande, mais sont à des années lumière de l’image que vous en avez (par manque d’étude, probablement).

    Enfin, si vous cherchez une véritable cause à défendre:

    http://indignations.org/

    C’est autre chose que quelques manifs de bobos-gogos qui se croient à Stalingrad ey qui vivent de l’argent de poche de leurs parents.

  26. Les gamines de 15 ans aujourd’hui sont vraiment des grosse débiles ignares et incultes il et vrai que la jeunesse d’aujourd’hui et tellement obnubilé par internet les émissions de télé débiles la frivolité la superficialité que dés qu’ont réagis a ce monde pourri ça choque ces effarouchés! Ont a le droit de rejeter les théories a la con et saugrenu qu’ont nous enseigne a l’école l’enseignement qu’ont reçoit a l’école ne rend pas les gens intelligents sinon aujourd’hui il y’ aurais pas tant de débiles qui perdent leur temps a voter tantôt a droite tantôt a gauche alors que ça reviens au même!

  27. Bienvenue dans « le meilleur des mondes »… ceux qui ont gardé un peu de culture comprendront très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.