Golgota Picnic : discours de l’abbé Beauvais à Toulouse

Il démonte notamment les tièdes qui attaquent la mobilisation des catholiques contre les blasphèmes. Extrait : « […] prisonniers qu’ils sont de cette maladie de l’intelligence qui les a rendu, tel des chiens muets et qui porte un nom destructeur : libéralisme. Libéralisme qui impose le silence à tant de clercs et de laïcs […] ».

8 commentaires concernant l'article “Golgota Picnic : discours de l’abbé Beauvais à Toulouse”

  1. Il est d’ailleurs très étonnant de voir à quel point ces « libéraux », « modernistes », « religieux progressistes » se montrent à l’égard des traditionnels bien plus agressifs que les traditionnels à l’égard des ennemis du Christ.

    Ils font oeuvre de « pacifisme » et de « gentillesse », de « dialogue », mais les réservent uniquement à ceux trop forts pour qu’ils osent s’en prendre à eux.

  2. C’est pas si sûr, Tchetnik.
    Julius Evola, grand maître de la TRADITION, a très bien décrit une stratégie efficace dans « Chevaucher le Tigre ».
    Ou:
    – Révolte contre le monde moderne
    – Les Hommes au milieu des ruines,
    – L’Arc et la Massue,
    – Le fascisme vu de droite
    etc…

  3. « du pain et des jeux » , rien n’ a changé depuis l’empire romain. Les sionistes contrôlent tout mais ils haïssent l’héritage chrétien blanc et spécialement Français. Comme ils veulent détruire toutes les religions ils subventionnent la pièce blasphématoire du Christ qui est dénoncée justement. Toutes ces abominations alors que des millions de gens vivent sous le seuil de pauvreté en France, c’est incroyable !

  4. Parfois les beaux discours enflammés accouchent de lendemains plus que difficiles…
    Seule Notre-Dame peut bloquer davantage encore les blasphémateurs et les représailles sournoises maçonniques: RDV donc aux Rosaires pour la vie chaque 1er samedi du mois en cathédrale pour continuer ce combat dans le secret de la prière fervente réparatrice régulière car il y a là fort peu de monde paradoxalement alors que c’est accessible à tous ne serait-ce que 3 à 4 fois par ans en alterné pour les couples ayant charge d’enfants en bas âge et ne pouvant s’absenter tout 2.

  5. La prière est un acte de foi individuel.
    On peut le pratiquer partout.
    Chez soi.
    Face à soi-même.
    Dans une église, lorsque la lampe est allumée.
    Dans le silence et le recueillement.
    Pas besoin de témoins.
    Excuse-moi, CVV: à 78 ans, je m’efforce encore de suivre l’enseignement du curé de campagne dont j’ai servi la messe.
    Et en tant que soldat j’ai une dévotion particulière pour Marie.

  6. En opération, dans le danger immédiat, tout soldat met sa vie entre les mains de Marie en la priant respectueusement d’intercéder auprès de son fils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.