Ferrero, la MAIF, Groupama et Monabanq : ces sociétés qui font pression sur les chaînes pour bannir Zemmour !

Vont-elles être en retour elles-mêmes boycottées ?

On comprend mieux pourquoi le slogan de la MAIF est « l’assureur militant »…
Il faut savoir que le secteur juteux des assurances et mutuelles est particulièrement aux mains des loges maçonniques, le logo et la présentation de la MAIF – qui est singulièrement gauchiste – sont d’ailleurs éloquents.
Bref, Groupama et Maif, deux sociétés que vous voudrez peut-être éviter plus que les autres…

Ferrero est de son côté propriétaire des marques Nutella, Kinder, Tic-Tac, Delacre, Delichoc, Mon-Cheri, etc.

« Ferrero, la MAIF, Groupama, et Monabanq ont décidé de ne plus être annonceurs de l’émission hebdomadaire de Paris Première « Zemmour et Naulleau », dont le nouvel épisode sera diffusé ce mercredi soir, a appris le Parisien.

« Nous avons demandé à Paris Première d’exclure ce programme de notre liste de diffusion », a d’abord écrit Ferrero sur Twitter lundi, en réponse à la branche française du groupe Sleeping Giants.
Ce collectif se présente sur Twitter avec pour mission de « lutter contre le financement du discours de haine » [sic – c’est-à-dire contre les discours qui ne sont pas dans l’idéologie dominante] C’est lui qui avait interpellé la semaine dernière le groupe Ferrero, quelques jours après les propos polémiques d’Eric Zemmour tenus le 28 septembre lors de la « convention de la droite ».
La MAIF a répondu vendredi dernier sur Twitter via un message adressé au « Mouvement », un autre collectif militant qui se dit « anti-raciste, féministe, écologiste et social ». […]

Contacté par le Parisien, le groupe nous indique avoir également « exclu le programme Zemmour et Naulleau de [ses] futurs investissements sur la chaîne » Paris Première, tout en maintenant ses « achats programmés, effectués bien avant les événements récents ».
Groupama nous informe de son côté avoir « retiré immédiatement ses publicités des chaînes où travaille ou pourrait travailler Eric Zemmour ». Le groupe nous a ensuite précisé que ce boycott concernait « les émissions d’Eric Zemmour et non pas les chaînes où [il] pourrait travailler ». Autrement dit, des pubs pour Groupama pourront toujours être diffusées en dehors des créneaux où le polémiste est présent à l’antenne.

Monabanq, de son côté, « ne diffusera plus, à partir de ce soir, ses publicités sur les chaînes Paris Première et CNEWS durant les émissions d’Eric Zemmour », nous a annoncé l’enseigne. […] » (source)