C’était un 30 octobre 1873 : la « querelle du drapeau »

Dans le cadre de « la querelle du drapeau », le quotidien L’Union publie une lettre, datée du 27 octobre, du comte de Chambord (considéré par la plupart comme l’héritier du trône de France et bénéficiant d’une Assemblée nationale alors majoritairement royaliste), dans laquelle il explique qu’il refuse le pouvoir qu’on lui propose, car il ne sera jamais le roi légitime « de la Révolution ».


« Les prétentions de la veille me donnent la mesure des exigences de demain, et ne peuvent consentir à inaugurer un règne réparateur et fort par un acte de faiblesse… Je veux rester tout entier ce que je suis. Amoindri aujourd’hui, je serais impuissant demain… »

En lisant ce texte, le duc d’Audiffret-Pasquier (président royaliste de l’Assemblée nationale) déclare « nous sommes perdus ».
La royauté ne sera pas rétablie depuis.

Le comte de Chambord avait précisé sa pensée le 25 janvier 1872, par un manifeste dans lequel il proclamait :
« Je n’ai pas à justifier la voie que je me suis tracée. […] Je ne laisserai pas porter atteinte, après l’avoir conservé intact pendant quarante années, au principe monarchique, patrimoine de la France, dernier espoir de sa grandeur et de ses libertés. […] Je n’arbore pas un nouveau drapeau, je maintiens celui de la France […]. En dehors du principe national de l’hérédité monarchique sans lequel je ne suis rien, avec lequel je puis tout, où seront nos alliances ? […] Rien n’ébranlera mes résolutions, rien ne lassera ma patience, et personne, sous aucun prétexte, n’obtiendra de moi que je consente à devenir le roi légitime de la Révolution. »

33 commentaires concernant l'article “C’était un 30 octobre 1873 : la « querelle du drapeau »”

  1. Comme l’écrivait Jean Raspail, ce n’aurait été qu’un siège éjectable, de toute manière.

    La querelle peut sembler bien secondaire, mais un drapeau reste l’incarnation d’une nation. Selon sa couleur, ce sont tous les idéaux fondateurs et son projet de société qui changent.

    Un Tsar de Russie aurait-il dû adopter le drapeau rouge? Même l’actuelle république l’a changé.

  2. Il ne nous reste plus qu’à attendre le deuxième Henri V Dieudonné, dit Henri de la Croix, Roi du Sacré-Coeur, devant être sacré Roi de France à Paris en la basilique du Sacré-Coeur puis Empereur du Saint Empire romain germanique à Aachen: Christe audite !

  3. Si pour Henri IV Paris valait bien une messe, la France valait bien un drapeau. Pas pour le Comte de Chambord. Ou comment rater le train de l’Histoire…. et rester sur le quai comme un ballot. 🙂

  4. Comme quoi trop d’intransigeance peut parfois nuire…

    Un peu de souplesse et on aurait eue la Monarchie, quel dommage…

  5. je préferrerai une monarchie constitutionnelle plutot que cette imposture ripoublikhaine anti-Francais de souche et christianophobe vautrée dans la servilité crifienne et la dhimmitude islamisée ! Un royaume de France aurait vastement plus de charme et de compétence que cette racaille UMPS bling-bling raccoleuse et vulgaire prostituée au fric d’ interets étrangers !

  6. TF C’eût été une monarchie au rabais, un siège éjectable sur lequel s’était déjà assis le fils du régicide (Louis Philippe pour les jeunes 🙂 ). Le Comte de Chambord avait d’ailleurs dit je crois: « Un Roi règnera en France lorsque Dieu y règnera en maître ». Un ne peut transiger avec le principe monarchique qui est: le Roi est le lieutenant du Christ sur le Royaume de France. Réfléchir à la signification de la séquence de « dévolution » du Royaume faite par Ste Jeanne d’Arc: Don du royaume par Charles à Jeanne, don du Royaume par Jeanne à Dieu, remise du Royaume par Dieu au Roi de France.

  7. @Aryana: une monarchie constitutionnelle est contraire au pacte de Reims et aurait viré comme dans les autres monarchies européennes plus ou moins inféodées au pouvoir de Mamon et à la maçonnerie.

    Le Comte de Chambord est mort en 1883, cela ne lui aurait donné que 10 ans à peine et vu qu’il n’avait pas de descendant officiel, le problème aurait été pire pour nous aujourd’hui d’avoir un roi s’il avait donc immanquablement échoué comme son grand-oncle Louis XVIII. Cela laisse donc le champ libre pour le 2ème Henri V, celui dont le Christ a révélé à Marie-Julie Jahenny que la France l’accepterai en fin de compte (vu qu’elle sera à genoux comme Saul sur le chemin de Damas): Louis XVII ayant en outre survécu, ce qui est un secret de polichinelle chez les grands de ce monde, sa descendance aurait été spoliée de son droit d’aînesse…

  8. @ le Huron
    Henri IV n’a jamais prononcé cette phrase.
    Si vous persistez à le croire, donnez-moi la preuve historique de ce fait.
    Il y a trop d’historions qui ont falsifié l’Histoire! A commencer par Voltaire qui disait: » mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ».

    Pour ce qui est du Comte de Chambord, voici une de ses déclarations:  » Dieu, en me faisant naître, m’a imposé de grands devoirs envers la France… Pénétré des besoins de mon temps, toute mon ambition est de fonder avec vous (il s’adressait aux royalistes élus) un gouvernement national, ayant le droit pour base, l’honnêteté pour moyen, la grandeur nationale pour but… L’idéal de la Révolution est la famille sans chef et l’Etat sans Dieu. Pour que la France soit sauvée, il faut que Dieu y rentre en Maître pour que je puisse régner en roi… (NDR: méditons ces paroles d’un chrétien!) Fasse le Ciel que je puisse me sacrifier tout entier au triomphe du droit sur l’iniquité, de la vérité sur le mensonge, de l’ordre et de la liberté sur la licence et l’oppression, en un mot de la civilisation chrétienne sur la barbarie révolutionnaire ».
    L’Histoire n’a retenu que « l’affaire du drapeau », or, le Comte de Chambord ne voulait pas d’une monarchie constitutionnelle. Il n’était pas soutenu par la majorité des royaliste élus et le savait.
    En octobre 1873, dans une réunion des bureaux des quatre groupes de droite de l’Assemblée, « Extrême-droite, Droite modérée, Centre droit et Groupe Changarnier, Me d’Audiffret-Pasquier dit: » Nous sommes profondément convaincus, nos amis du Centre droit et moi, que la monarchie n’est possible qu’à la condition d’être une monarchie constitutionnelle et à être la monarchie du drapeau tricolore ».
    La Révolution perdurait à travers les loges maçonniques infiltrées dans les rangs royalistes.

  9. La querelle du drapeau est une imposture utilisée pour affaiblir les principes légitimes du prince, en conflit face a une chambre certes royaliste, mais avant tout libérale: on voulait un roi de carnaval, vernis populaire pour tenir l’armée face aux petits, mais qui laisse faire les grosses affaires sans appliquer les libertés collectives traditionnelles.
    C’est la seule raison: « « Ce sont les classes laborieuses, ces ouvriers des champs et des villes, qui ont le plus souffert de ce désordre social. [Au travers] de ce drapeau, on a parlé de conditions que je ne [peux accepter]» (5 juillet 1871) »
    C’est libéralisme qui refusa la royauté. Le prince n’avait que faire d’un bout de chiffon: ses principes étaient tout.

  10. On aurait pu dire aussi :  » la quenelle du drapeau  » ? 🙂 On n’a pas eu la monarchie constitutionnelle (perfectible), on a la Raiepublique ripoublicaine irréformable! belle quenelle en effet…

  11. Lys

    Henri IV l’a dit… l’a pas dit… j’y étais pas. Et j’ai pas dit qu’il l’avait dit! relisez-moi svp : « si pour Henri IV Paris valait bien une messe »… ça dit pas que c’est lui qui l’a dit mais qu’on dit qu’il l’a dit? c’est clair ou je recommence? 🙂

    Qu’il l’ai dit ou pas dit (on dit qu’il l’a pas dit) c’est le sens de la phrase apocryphe qu’il faut retenir. Que vous dire de plus 🙂

  12. @Le Huron

    Je comprends ce que vous voulez dire.

    Comme dirait Perceval, « C’est pas faux ».

    Mais pas tout à fait vrai non plus.

    Après le manifeste d’octobre, on a eu droit à une Douma dirigée par Goutchkov qui était un pur FM.

    Les systèmes monarchiques en Espagne, en Grande Bretagne et ailleurs ne sont pas non plus les plus fidèles ni les plus efficaces en matière de défense de certains idéaux et valeurs. Vous me direz que, au Lichtenstein, un Franz-Josef II put tenir tête au SMERCH en 1946 lors de la défense des hommes de Smyslowsky. OK, mais cela reste une exception. Et le Liechtenstein de cette époque restaait certainement moins « constitutionnel » que l’Espagne de nos jours.

    A part Victor Hugo, personne de sérieux ne s’enthousiasmerait pour ce système bancal et contre-nature.

  13. Tchetnik

    Je suggère seulement que le maximalisme en politique n’est pas ce qu’il y a de mieux. Il faut parfois avancer les pions case par case… en gros pragmatisme, tout en restant sur le qui-vive permanent, à la moindre occase foncer dans la brèche! faire feu de tout bois! se draper dans des attitudes rigoristes c’est bien beau mais ça ne fait pas avancer le Schmilblik! Enfin ce que j’en dis…

    Je laisse la droite crustacée (dur dehors molle en dedans) battre du tambour.

  14. @Le Huron

    Je comprends et vous n’avez pas nécessairement tort.

    Seulement savoir lovoyer entre les mines n’est pas un don donné à tous. Et Henri V devait tenir de son grand-père qui était un homme droit et juste, mais exactement le contraire d’un diplomate ou d’un négociateur. Un homme comme Henri IV aurait peut-être mieux convenu à cette époque et à ses dangers.

  15. « je ne serai jamais le roi légitime »
    Ce n’est pas pour une question de drapeau que le prince a refusé la couronne, venant d’apprendre la survivance de Louis XVII, son cousin, il ne voulait pas prendre sa place.

  16. sauget

    Noble préoccupation. Et la France dans tout ça?

    Pour faire court et en terminer là: C’est comme chipoter à voter MLP au prétexte qu’elle fait des concessions (à perpète?) au régime… et laisser passer une chance -même infime- de redresser le cours fatal du destin de la France. Chaque époque fait avec ce qu’il a, à défaut de faire avec ce qu’il souhaiterait… 😉

  17. Louis XVII a survécu ? Secret de polichinelle ?
    Il y a pourtant des royalistes qui disent que c’est une invention de toutes pièces , alors mythe ou réalité ?
    Fantasme ?
    Il parait que la descendance de Louis XVII fait l’objet d’un « dossier vert » à l’ Elysée , si ça pouvait être vrai , quel espoir pour nous !
    Je sais plus que penser , on entend tout et son contraire sur le sujet , alors j’espère qu’on a pas inventé ça pour se « faire plaisir » ou se « rassurer » si on peut dire ça comme ça , mais ça serait génialissime !
    Quelles preuves ?
    Aux chiottes , la ripoublique , la démocrassie , les oligarchies , la FM ! Vive le Roi !

  18. Les monarchies européennes sont vides de substances aujourd’hui ! A quoi sert un roi d’Espagne si c’est pour se contenter de laisser faire faire n’importe quoi par des opportunistes vendus au mondialisme ruinant l’a nation et le peuple ?

    Et cette mascarade de monarchie anglaise qui invite l’islam à terroriser et prostituer les enfants du peuple anglais acculé à toutes les misères financières pendant qu’une poignée de rupins insulte et menace les travailleurs accusés de racisme alors que rupins et islam font du racisme anti-blancs en toute impunité ?

    Une monarchie ne vaut que par sa capacité à protèger les interets du royaume et préserver les droits légitimes et naturels du Peuple de souche , ce pourquoi telle famille fut choisie pour règner à l’origine , et qui a été dévoyée en indulgeant dans toutes les trahisons depuis un demi-siècle .

  19. Tout aussi sympathique qu’il puisse être, le mythe du survivantisme (de Louis XVII) est un mythe.
    Est-il si difficile d’envisager qu’en pleine révolution un enfant accusé dêtre « fils de tyran et probablement tyran en devenir », séquestré dans des conditions abominables, puisse etre abandonné au point d’en mourrir?
    Les longues listes des horreurs révolutionnaires sont autant de martyrs sans survivants.
    Mieux vaut conserver ce petit prince en prière qu’en chimère.

  20. Quel idiot ce comte de Chambord moi j aurais dis oui et une fois en place je leur aurais fait bouffer à tous un bon bol de crapeau …j’aurais mis la sucette si profonde qu’aujourd’hui on dirait « république » au passé simple ».

  21. SuperCC a raieon : il eu mieux valu que le Comte de Chambord se positionne là ou l’action politique pouvait influencer les choses , puis se trouver les alliés qui l’aiderait à restaurer le droit au Roi de gouverner (et pas seulement faire la potiche décorative sur un trone ) .

    Par exemple en refusant d’accorder des titres de noblesse à quiconque n’est pas le meilleur au service des interets de la Patrie ,pour un avancement social au mérite et non au seul pognon et toutes les trahisons comme actuellement !

    Il aurait du présenter un programme politique , dès son installation pour d’une part éliminer tous les abus et carcans qui proliféraient dans l’anciens royaume et aussi dans la nouvelle république trop corrompue et abusive .

    Et d’autre part expliquer de nouveaux projets modernes pour la peospérité de la nation et de son peuple .

    Au lieude laisser tomber la France dès lors qu’elle n’est plus soumise à la monarchie absolutiste et arbitraire .

    Les héritiers du royaume de France ont-ils un projet valable pour sauver la France aujourd’hui ?

    Si c’est pour s’empetrer dans le mondialisme marchand sans frontières et le baratin antiraciste justifiant qu’on laisse les racailles […] ,continuer leurs bordels chez nous, alors , on n’a pas besoin d’un roi pour ça !

  22. L’origine de la monarchie Française est franque, d’où viennent les mots « franc », « franchise ». Il est donc impossible qu’un prétendant issu de cette lignée puisse bâtir quelque chose sur le mensonge et la dissimulation… ce qui rejoint l’enseignement de l’Eglise.
    Le retour d’un vrai roi ne peut être que providentiel au sens d’intervention divine.

  23. Nous sommes toujours là.

    Si Henri V est parti avec un certain panache et en affirmant certains idéaux t principes moraux, que dire du faux mage de hollande qui est en train de partir la queue basse au milieu des magouilles, des compromis, du racket fiscal et des pseudo-mesures pour faux-problèmes (qu’il invente au fur et à mesure de son incapacité à résoudre les vrais…).

  24. @ Tchetnik

    Toujours là aussi ! 🙂 mais on se fait rare vu que les commentaires sont fermés de l’intérieur. Je ne sais pas où tu postes ailleurs? sinon j’irai voir. Hasta la vista!

  25. @ Antoine
    @ Pilayrou

    Les survivantistes veulent se rassurer bien puérilement en disant que Louis XVII a été « protégé » par Robespierre et autres révolutionnaires, en otage en quelque sorte pour se préserver de je ne sais quoi… Et donc ce révolutionnaire infâme l’aurait fait sortir du temple et laisser mourir à sa place un autre enfant…

    Quelle puérilité !

    Car, même Robespierre mort peu après par ses copains (!) ce qui en dit long sur leurs intentions morales, comment expliquer que cet enfant n’est pas été utilisé à des fins politiques mais qu’on retrouve un peu partout à l’étranger, sous diverses identités tout aussi inventées.

    Un peu de sérieux ! Louis XVII est bien mort au temple à l’âge de 10 ans, Enfant-Roi martyr de cette bien triste page de la France qu’est la Révolution dont on vit encore et toujours les méfaits.

  26. Tout en saluant vos interventions, je remarque que vous oubliez une chose, mais d’importance :
    Louis XVII a peut être éte protégé par la volonté de Dieu , avec un parcours et une descendance inconnue du public en vue du jour tant attendu où le cœur des français reviendra au Seigneur.
    Croyez au surnaturel, ayez foi et confiance, le système #démocratie état providence # qui devient un totalitarisme affligeant va bientôt prendre fin. Qu’elle sera la suite…. la vérité qui jaillira conduira le peuple à la repentance et puis….!!!!

  27. st Louis était prisonnier au Caire , après la défaite de Mansourah.

    une révolution renverse le sultan..

    une délégation vient proposer à st Louis dans sa prison la couronne
    d’ Egypte.

    réponse de saint Louis:

    « faites vous chrétien et je serais votre roi. »

    quelle fierté !

    c’est aussi le langage du comte de Chambord.

  28. à Jacoba

    il est vraisemblable que Louis XVII a été sorti du Temple , vivant, par Barras; il l’a séquestré ailleurs..

    motif : avoir une monnaie d’ échange en cas de retour de la Monarchie , pour sauver sa tête de régicide.

    il y a le témoignage de Madame Tallien , amie de Barras.

  29. Vous qui ne connaissez pas l’histoire de France , et qui voyez la franc-maçonnerie partout , sans réfléchir , lisez ceci :
    Salle Henri Wallon ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Wallon_(1812-1904) ) :
    a) fonda la République , à une voix de majorité , en prévoyant un septennat , tout simplement parce que le comte de Chambord , dernier prétendant au trône ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_d%27Artois ) refusait d’abdiquer le drapeau blanc pour le drapeau tricolore ; la situation étant bloquée , Wallon s’enquit auprès de son médecin : « Bon ! Il en a pour combien de temps à vivre ? » « À mon avis , pas plus de sept ans ! » « Très bien , je proposerai à titre temporaire un septennat , en attendant sa mort , l’avènement de son successeur , et le retour à la monarchie ! » … et les royalistes de consentir cet aggiornamento ;
    simplement , en 1883 , année de la mort du comte de Chambord , les français avaient pris goût à la République …
    b) auteur d’un ouvrage exhaustif en trois volumes , dédié au duc de Broglie , intègre la commission constituée par François Arago , aux côtés de Victor Schœlcher , Henri-Joseph Mestro , Adolphe Gatine et Charles Gaumont ( choisis à raison de leur appartenance à la franc-maçonnerie ) , sans préjudice d’Auguste-François Perrinon et Louis Percin ( choisis à raison de leur origine martiniquaise , en clair , de leur couleur de peau ) ; à raison de sa compétence , inversement proportionnelle à celle des autres membres , rédigea le décret d’abolition du 27 avril 1848 , les treize décrets organiques d’application , la loi d’indemnisation du 30 avril 1849 , les décrets des 24 novembre 1849 et 10 octobre 1850 , enfin organisa l’indemnisation des planteurs , sous la forme de parts de capitaux des banques coloniales créées en 1851 ; en résumé , il a aboli l’esclavage ; mais comme il est catholique , il est inhumé au Montparnasse , le Panthéon étant réservé aux francs-maçons ( nul n’est parfait ! )
    c) ayant publié diverses biographies , sa Jeanne d’Arc , rééditée tout au long du XIXème siècle , plongeait en extase les républicains , comme le symbole de la résistance à l’oppression , jusqu’à mourir pour la patrie ; mais aussi les royalistes , comme étant l’archétype de la « vierge et martyre » , victime de sa foi ; comme il recevait le « tout-Paris » dans sa maison de pêcheur des Petites Dalles ( près de Fécamp ) , l’évêque d’Orléans
    ( https://www.youtube.com/watch?v=JoV8JlyxZVE ) lui révéla détenir aux archives épiscopales les minutes du procès de Jeanne d’Arc ; le seul ennui est qu’elles étaient inexploitables , en cursive gothique ; ni une , ni deux , Jules Quicherat
    ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Quicherat ) , directeur de l’École des Chartes , paléographe et franc-maçon , déchiffra le texte , Dupanloup apportant les arguments théologiques , et Wallon , les arguments historiques ; en 1894 , premier grade , le titre de vénérable ; en 1909 , deuxième grade , la béatification ; entretemps , avec la loi Combes , intervinrent les inventaires ( http://www.cparama.com/forum/cominac-t14879.html ) et la rupture des relations diplomatiques avec le St Siège . Rupture très handicapante pendant la première guerre mondiale ( le franc germinal dévalué ; 1,5 million de MPLF , autant de veuves , d’orphelins et d’invalides ; et rebelote avec la grippe espagnole ; bref , c’était le blues , version XXL … ) ; Georges Clémenceau , président du Conseil de 1917 à 1920 , grand franc-maçon sous l’Éternel , mandate Gabriel Hanotaux , ancien ministre des Affaires étrangères , via Henri-Louis Chapon, évêque de Nice ( qui avait refusé en 1901 de se « faire embrocher » par la légion d’honneur ) , pour reprendre contact avec le Vatican : « D’accord , je vous ai traité de pape boche ! Cependant , mes compatriotes ont le moral dans les chaussettes ; vous ne pourriez pas me canoniser la petite Jeanne ? » ; Benoit XV de répliquer : « Banco ! » … Et c’est ainsi que la plus illustre des filles de France fut canonisée en 1920 par deux francs-maçons … comme quoi la Providence tire des lignes droites par des chemins sinueux !
    d) de toute sa vie , il ne s’est jamais pris au sérieux : entre moult anecdotes ( par exemple , quand , après avoir , en sa qualité de secrétaire perpétuel , présidé une séance de l’Académie , il hélait un fiacre pour patiner sur l’étang gelé du bois de Boulogne ) ; alors que , dans sa propriété des Petites Dalles , où il se baignait chaque jour , il rédigeait l’histoire de la Terreur , s’achevant avec l’exécution de Robespierre , le 28 juillet 1794 ( 10 thermidor an II ) , il aperçut par la fenêtre un nageur imprudent , emporté par le courant vers le large ; ni une , ni deux , il pose son écritoire , se précipite au rivage et se jette à l’eau ; cependant , au moment de porter secours , il s’aperçoit qu’il est lui-même chassé par la marée ; heureusement , entretemps , les pompiers , prévenus par des passants , sortent une chaloupe à rames et repêchent les deux nageurs au moment fatidique ; une fois l’embarcation ramenée à terre , Wallon , réconforté par ses enfants , eut ce mot historique : « Ouf ! J’ai bien cru que je n’arriverai jamais au 10 thermidor ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.