Asselineau : un « dissident » favorable au Grand remplacement et qui se moque des victimes d’attentats

Le candidat aux élections présidentielles François Asselineau a créé la polémique après avoir ostensiblement refusé d’évoquer le djihadisme. Interrogé par un journaliste sur les nombreuses personnes tuées lors des attentats sur le territoire français, ce dernier a simplement répondu « Et alors ? » :

Président de l’Union Populaire Républicaine – tenant d’un jacobinisme radical – François Asselineau reprend volontiers certaines théories conspirationnistes.

Le candidat est très compréhensif vis-à-vis de l’immigration massive – en particulier musulmane : il dénonce le climat de « guerre civile » qu’entretiendraient les personnes critiquant l’immigration islamique.

Au vu des centaines de personnes tuées et blessées de ces deux dernières années par des activistes musulmans en France, en Europe et aux États-Unis, on pourra juger de la perspicacité du propos.

L’intéressé, relativement constant dans ses sympathies, a amalgamé la critique de l’immigration de masse à une « théorie complotiste de l’extrême-droite ». Ce qui ne manque pas de sel pour quelqu’un qui croit fermement en la responsabilité de la CIA dans le meurtre du Père Hamel, en Normandie, par un islamiste algérien…

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Sortir de l’Union européenne qui asservit notre peuple, c’est bien ; mais si c’est pour disparaître en tant que peuple, on ne voit pas trop l’intérêt…
Pour Asselineau, vouloir survivre en tant que peuple, c’est « raciste au dernier degré »…
Cet individu est plus que politiquement correct.

Source

Commentaires

commentaires

Les commentaires sont fermés.