Société de mort : un antirides à base de foetus humain

Le capitalisme et sa course effrénée au profit n’a pas de limites morales.

Utiliser l’extraordinaire pouvoir régénérant des cellules de foetus humain pour lutter contre… les rides. Fabriquée en Suisse et lancée il y a quelques mois en toute discrétion aux Etats-Unis, Neocutis, la première crème antirides à base de foetus humains, est depuis quelques jours au centre d’une grosse polémique.

Les précieuses cellules ont en effet été obtenues à la suite d’un avortement, ce qui provoque les foudres des associations catholiques « pro life » américaines, mais aussi européennes. Car si ce produit n’est pas autorisé à la vente en Europe, on peut facilement se le procurer via le Web, moyennant 90 €. « Il se trouve qu’une patiente qui avait avorté nous a fait don de quelques cellules de peau de son foetus, explique Frédéric Koehn, le fabricant de Neocutis. »

Frédéric Koehn, tiens,tiens… c’est pas suisse comme nom, ça !

Source (via le Salon Beige)

4 commentaires concernant l'article “Société de mort : un antirides à base de foetus humain”

  1. A croire que M. Frédéric Koehn a oublié les fameux savons et autres abat-jour humains de sinistre mémoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.