Lettre de Svoboda au Front National (exclusivité Contre-info)

Les présidents du FN et de Svoboda, signant un partenariat en 2009. Marine Le Pen y mit fin.

Un responsable du parti nationaliste ukrainien Svoboda (en pointe dans la « révolution du Maïdan ») nous fait parvenir ce courrier en français de Monsieur Oleh Pankevych – vice-président de Svoboda – adressé aux responsables du Front national, suite à leurs prises de position, parfois déconcertantes (comme celle de Marion Maréchal Le Pen, interpellant Laurent Fabius et appelant à combattre les « milices néo-nazies » et « l’extrême-droite »).
Cette lettre semble s’adresser plus particulièrement à Aymeric Chauprade, nommé « conseiller pour les questions internationales » du Front National, alors que Bruno Gollnisch a démissionné récemment, sur ordre de Marine Le Pen, de ses fonctions au sein de l’Alliance européenne des mouvements nationaux.

Nous reproduisons donc ce courrier in extenso. Il faudra bien sûr pardonner les quelques erreurs grammaticales de ce texte, très intelligible.

Kiev, le 7 mars 2014
Au Front National
Mesdames et Monsieurs,

Nous sommes profondément préoccupés par la position de votre parti concernant la situation en Ukraine qui est présentée sur le site officiel du Front national. Selon nous, les informations que vous utilisez sont tout à fait altérées, et c’est pour cette raison que les conclusions ne reflètent point la situation générale en Ukraine, et en particulièr dans la péninsule de la Crimée. Malheureusement, les arguments présentés par les forces politiques sont similaires à ceux que nous entendons de la part des dirigeants de la Fédération de Russie, et nous devons souligner qu’ils sont complètement faux.

Ainsi, permettez-nous de présenter nos propres commentaires sur la situation établie. Ces derniers jours, les actions de la Fédération de Russie ont pris des proportions qui menacent l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale.

Le 27 février 2014, Verhovna Rada d’Ukraine (le Parlement ukrainien) avec 331 voix contre 450 a nommé le nouveau gouvernement. Ce gouvernement est composé non seulement des répresentants de différents partis politiques, comme s’était auparavant, mais aussi des militants d’Euromaidan, car une telle victoire est le résultat d’une extraordinaire consolidation des forces saines de la société ukrainienne.

En ce qui concerne la censure des programmes de l’opposition à la télévision. En effet, pendant le régime du Président Ianoukovytch les médias ont été systèmatiquement sous la pression. Dans cet esprit, la majorité nouvellement formée au parlement a introduit au sein du Conseil National de la radio et de la télévision de nouveaux membres dans le but de remplacer les anciens représentants qui se sont compromis à cause de la ratification des décisions biaisées.

Par contre, nous devons aussi avouer que lors des derniers mois du régime dictorial du Président Ianoukovytch plusieurs journalistes et membres des médias ont été battus et gravement blessés. Et quant à Vecheslav Veremiy, le journaliste du journal Vesti, il a été assassiné.

De même, l’accusation que vous présentez concernant la destruction [NDCI : détachement] de l’Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou est tout à fait fausse. La propagande de Poutin fait traditionnellement recours à la thèmatique religieuse sous une forme argumentative afin de procéder à la division de l’Ukraine, et justifie ainsi ses actions.

Pour justifier l’agression, vous utilisez comme argument « le risque de l’abolition de l’autonomie de la Crimée ». À cet égard, nous devons souligner qu’il est question de la politique intérieure d’un Etat souverain de l’Ukraine. Dans les conditions actuelles, l’intervention militaire de la Fédération de Russie par le biais de l’occupation de la péninsule de la Crimée n’a aucune base juridique ou morale. Cette intervention militaire transgresse tout un rang des accords entre l’Ukraine et la Russie, et déroge les engagements qui doivent être assumés par la Fédération de Russie suite au Mémorandum de Budapest en 1994. Les quatre pays, l’Ukraine, les Etats-Unis d’Amérique, la Russie et la Grande-Bretagne ont signé l’accord unanime afin de garantir la souveraineté et l’intégrité territoriale de notre pays.

Nous tenons à vous dire que la Constitution de l’Ukraine donne la permission d’introduire des troupes étrangères à condition si Verkhovna Rada d’Ukraine [NDCI : le parlement] le permet. Aujourd’hui, cette autorité est tout à fait légitime et elle n’a point approuvé une telle décision. Les conditions préalables pour l’émergence de la guerre civile sont complètement absentes en Ukraine, même si la Fédération de Russie l’exige ayant pour but d’occuper notre pays.

Nous soutenons votre appel en ce qui concerne l’établissement d’un dialogue entre le peuple ukrainien, le gouvernement légitime ukrainien, l’UE et la Russie afin de résoudre la situation. Cependant, ce dialogue doit être effectué sous la forme du respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale en ôtant toute forme d’ultimatums et de violation flagrante du droit international.

En Europe contemporaine, nous devons faire de notre mieux afin d’éviter la répétition du passé sanglant du XXe siècle. La politique nationale et internationale de Poutin prend la voie d’Hitler et de Staline. Certainement, la communauté mondiale se souvient jusqu’à lors des cours d’histoire – nous n’avons point besoin d’une troisième guerre mondiale.

De tout ce qui a été dit précédamment, nous tenons à vous demander de réfuter les fausses informations et les commentaires à venir concernant l’agression militaire de la Russie en Ukraine, y compris sur la péninsule de la Crimée. Nous vous invitons à porter un regard objectif sur la situation actuelle. Autrement, nous allons considérer vos actions comme la contribution à l’occupation militaire de l’Ukraine par la Fédération de Russie. Une telle approche se présente comme un danger pour l’avenir non seulement de l’Ukraine mais pour toute l’Europe.

Bien à vous,

Oleh Pankevych
Vice-président du parti politique ukrainien « Svoboda »
Responsable des relations internationales
Le député de Verhovna Rada d’Ukraine
(Le parlement ukrainien)

Commentaires

commentaires

Les commentaires sont fermés.



Close
Rejoignez Contre-info sur facebook et restez informé facilement !
Merci de cliquez sur le bouton Facebook ci-dessous (puis cette fenêtre ne s affichera plus)