Les légions dangereuses : la stratégie d’Israël en Syrie

La politique d’Israël vis-à-vis du conflit syrien est d’une grande cohérence car elle est ambiguë. On ne peut guère soupçonner l’Etat hébreu d’amitié particulière pour le régime de Damas et on imagine mal des députés de la Knesset venir se compromettre avec Bachar al-Assad. Pour autant, la situation politique en Syrie d’avant 2011 avait au moins le mérite de la clarté et la ligne de cessez-le-feu le long du plateau du Golan était la limite d’Israël la plus calme.

Le déclenchement de l’insurrection a troublé ce paysage. On y passait en effet de la certitude de la malfaisance à un spectre très large où la probabilité d’un autre mal, des Frères musulmans au pouvoir jusqu’à l’implantation dans le pays d’organisations jihadistes, paraissait plus forte que celle d’une démocratie apaisée et favorable. Dans le même temps, il est rapidement apparu que la victoire d’Assad passait par l’intervention et la présence d’autres ennemis, jugés, à tort ou à raison, peut-être encore plus dangereux pour Israël : l’Iran et son allié le Hezbollah.

Entre toutes ces évolutions plutôt déplaisantes et loin des engagements verbaux sans volonté d’agir des Occidentaux (sinon par des intermédiaires plus faibles que fiables), Israël est resté dans l’expectative mais prêt à frapper.  Pour paraphraser Péguy, peu importait à Israël que l’on sache que ses mains étaient pures, pourvu que l’on sache qu’il avait des mains. Plus précisément, Tel Aviv a rapidement fait comprendre par déclarations, messages discrets ou par des actes qu’il ne tolérerait pas la mise en place en Syrie d’une force à la fois ouvertement hostile et susceptible de frapper son propre territoire.

Lire la suite sur la voie de l’épée…


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

3 commentaires concernant l'article “Les légions dangereuses : la stratégie d’Israël en Syrie”

  1. Les amis , soyez tranquilles !
    Il est interdit de critiquer Israël , ce que d’ailleurs nul parmi nous n’a jamais songé à faire . L’ Etat juif, c’est la guerre permanente assurée au Proche-Orient . Nous en vivons .
    Connaissez-vous une industrie qui fonctionne encore dans notre pays et qui n’appartienne pas au complexe militaro-industriel ?
    Bon gré mal gré , nous devons nous soumettre ….à la mafia khazare , laquelle utilise Israël pour certaines basses besognes .
    Ainsi va le monde libre . Le nôtre , celui que plus personne ne songe à défendre .

  2. Mais non vous vous trompez , vous n’y connaissez rien
    c’est le peuple le plus gentil et le plus ouvert au monde , une religion d’amour et de paix

    la preuve :

    quel conflit ????

    pas un mot sur les champs gaziers et pétrolifères dans la partie du Kurdistan
    pas un mot sur la sécheresse qui sévi dans ce coin du proche orient et qui coïncide la même année tout à fait par hasard avec le début des hostilités en Syrie.
    Pas un mot sur l’asséchement du Jourdain, du lac de Tibériade, de la mer morte .
    Pas un mot de l’apport de l’eau douce qui ne pourrait que provenir de l’Euphrate.
    Pa un mot du bloc 9 ( gaz et pétrole) en méditerranée , convoité par Israël alors qu’il se trouve en territoire Libanais . Conflit à venir entre ces deux pays )
    Pas un mot sur l’eau convoité du fleuve LITANIE .
    Pas un mot du tracé gazier et pétrolier Israélien ( sur lequel se raccrocherait l’ Arabie Saoudite) et qui devait dans le temps passer par l’est de la Syrie, la Turquie, la Grèce, l’Italie et enfin arriver pour inonder l’Europe . Parcours terrestre abandonné , ASSAD étant toujours là , et la Turquie ne voulant pas abandonner une partie de son territoire aux Kurdes .
    Donc finalement ce tracé sera sous marin et passera par la mer à proximité de Nicosie .

    que de non dit, que de silence sur ce conflit

  3. Bonjour,
    les informations que vous évoquez sont en effet peu connues et très intéressantes.
    Seriez-vous partant pour rédiger un article de synthèse à ce sujet ?

    Admin4 pour Contre-info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.