Le revers environnemental du « tout électrique » pour les voitures

Le tout électrique est-il une folie environnementale et géopolitique (étant donné les origines des métaux et terres rares) ?


« Après avoir désossé une Chevrolet Bolt, le véhicule électrique le plus vendu, l’UBS Evidence Lab a extrapolé l’impact matières d’une conversion totale du secteur automobile à l’électrique. Dans le châssis, une partie de l’acier est remplacée par de l’aluminium pour alléger la structure en compensation du poids de la batterie. Le volume de cuivre augmente avec le nombre de câblages électriques.

La multiplication des batteries fait exploser les besoins de lithium, de cobalt, mais aussi de nickel. Les aimants permanents soutiennent la demande de terres rares. Le seul perdant est le groupe des platinoïdes, dont le besoin décroît avec la disparition des pots catalytiques. Ces prévisions s’appuient sur les technologies existantes et pourraient être caduques en cas d’innovation de rupture. »

Source L’Usine nouvelle


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

3 commentaires concernant l'article “Le revers environnemental du « tout électrique » pour les voitures”

  1. En plus de l’augmentation exponentielle de la consommation
    de ces terres rares et métaux précieux pour la réalisation de ces
    voitures électriques qui sont censées sauver l’humanité en préservant
    l’atmosphère terrestre ,il faut y ajouter l’énergie électrique pour
    charger les batteries . Combien de milliers d’éoliennes qui produisent
    peanuts et combien de milliers de panneaux solaires a la place de
    terres arables pour satisfaire les débiles exigences écologiques .
    Messieurs les écolos montrer l ‘exemple et rouler en voitures a pédales….

  2. Outre la demande en matière première , et de lithium en particulier qui ne cesse de bondir , les escrologistes et autres politicards parasites ne nous ont toujours pas communiqué le nombre de nouvelles centrales nucléaires qu’il faudra construire pour faire face à la demande d’électricité dans l’hypothèse d’une mise généralisation de véhicules électriques. Par ailleurs le recyclage de toutes ces batteries va aussi coûter très cher et pour l’instant personne n’y songe.Seule certitude , là encore il faut formater les neurones de ces gogosbobos citoyens en leur vendant l’utopie écolo et remplir les poches de certains industriels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.