Les métis constituent la race supérieure.

C’est que ce nous susurre depuis quelques années déjà le Système, notamment par les moyens culturels (chansons, clips, films, etc).

Sa propagande est, logiquement, de plus en plus grossière, comme avec ce documentaire de M6 (à partir de 0’25) :

Le passage délirant en question :
« Les experts [sic] ont observé que le métissage aboutit à des enfants de plus grande taille. Leur patrimoine génétique est plus performant. Les enfants issus des couples mixtes sont plus vigoureux »

Pour les mondialistes, pousser au métissage généralisé pour détruire l’identité ethnique des nations est une priorité.

14 commentaires concernant l'article “Les métis constituent la race supérieure.”

  1. Il serait bien d’utiliser le mot normal qui n’est pas metis qui cache bien son veritable sens mais batard, qui est le mot precis .

  2. Ces gens sont des machines à fabriquer du racisme, leur message stipule que le facteur génétique est non seulement réel mais d’importance.

    Nous avons de toute façon affaire à de grands malades. Si nous pouvions voir ce qu’ils font dans leurs petites cérémonies occultes, non seulement nous serions tout de suite fixés, mais mieux encore, ils n’oseraient plus sortir.

  3. Les métis ne font pas exception à la règle : ils héritent de leurs parents .
    Exemple : père européen – de QI 120
    mère arabe de DI 80
    Les enfants du couple auront en moyenne des QI de 100
    Le métissage aura affaibli les capacités d’origine européenne .
    Tel est le but poursuivi par ceux qui nous dirigent : ils encouragent le métissage avec des populations intellectuellement défavorisées .
    Le métissage est encore préjudiciable pour nous sous un autre plan : il produit des hommes et des femmes tiraillés entre des aspirations inconciliables ( les ancêtres n’apopartiennent pas à un même ensemble ethno-culturel .
    Le métissage est inévitable . Soit ! A très faible dose , il se supporte . A dose massive , il nous fait disparaître .
    Tel est le but poursuivi par ceux qui nous ont pris en charge . Les bonnes âmes , ils nous veulent du bien . Ils le disent . N’en doutez pas …

  4. Oh des études génétiques, mais curieusement celles ci ne rappellent pas LHLPSDNH. Tous les moyens sont bons pour abâtardir les peuples européens. Une civilisation plusieurs fois millénaires qui disparaît en un demi siècle. A gerber !

  5. Il y avait eu une réponse d’un vrai spécialiste de la question sur Novopress, lors d’une affaire similaire.
    Il apportait les preuves sûr, vérifiables et vérifiés de l’exact contraire. Les enfants métissés sont plus fragile.

  6. Et en plus une étude menée en Islande (où la population est, pour le moment, homogène) prouve le contraire:

    La consanguinité réhabilitée

    Les familles royales vont apprécier: contrairement à ce qu’on pensait jusqu’ici, une étude islandaise montre que les mariages consanguins ne sont pas si désastreux pour l’héritage génétique des descendants. Mieux, se marier entre cousins éloignés augmente la fertilité du couple et de ses enfants, preuve de bonne santé.

    Des risques de la consanguinité

    Se reproduire avec un partenaire non apparenté est généralement considérée comme bénéfique car on diminue ainsi le risque que sa descendance concentre les tares génétiques familiales. En effet, la plupart des maladies génétiques, comme la mucoviscidose ou la myopathie, ne se manifestent que si le même gène défectueux a été transmis à la fois par la mère et par le père. Ainsi plus père et mère sont apparentés, plus ils partagent de gènes en commun, plus grand est le risque pour les enfants de développer des maladies génétiques familiales.

    Cousins fertiles

    Pourtant une étude publiée vendredi dans Science montre qu’un peu de consanguinité peut augmenter la fertilité du couple et de sa descendance. Agnar Helgason et ses collègues de l’institut deCODE Genetics de Reykjavik (Islande) ont analysé les arbres généalogiques de près de 160.000 couples islandais mariés entre 1800 et 1965. Ils se sont ainsi aperçus que si les mariés étaient cousins ils avaient en moyenne plus d’enfant et de petits enfants que s’ils n’étaient pas apparentés.

    Plus d’enfants, plus de petits-enfants

    L’étude montre d’abord que les couples de cousins germain ou au second degré ont plus de bébés que les non apparentés, mais que ces enfants sont moins fertiles et meurent plus jeune. Ce qui concorde avec les études antérieures qui montrent que les descendants d’unions entre cousins germains ont un risque 4% plus élevé d’une mort par maladie.

    En revanche, les cousins au troisième et au quatrième degré ont plus d’enfants et ceux-ci sont à leur tour plus fertiles que ceux dont les parents ne sont pas apparentés. Ainsi, entre 1925 et 1949, les femmes qui se sont mariées avec un cousin au troisième degré ont eu en moyenne 3,3 enfants et 6,6 petits-enfants; contre 2,5 enfants et 4,9 petits-enfants pour les mère mariées à des cousins au huitième degré ou plus.

    Consanguinité contre compatibilité génétique

    Selon les chercheurs, l’homogénéité sociale et économique de la population islandaise étudiée indique que cet avantage à la consanguinité a probablement une explication biologique et non culturelle. Ils évoquent notamment le risque de rejet du fœtus par le système immunitaire de sa mère quand les deux parents n’ont pas le même groupe sanguin rhésus (Rh).

    Yaroslav Pigenet (journal 20 Minutes)

    Article traduit de ce lien:
    http://www.sciencedaily.com/releases/2008/02/080207140855.htm

  7. Franchement je suis choqué par certaine remarques et commentaire. c’est vraiment très bizarre, on dirai que les gens se sont fait trompé par de la peur apparemment. Comment peut on penser que une race ( quel soit blanche, jaune, beur, noir etc ) puisse être la cause du QI. Cela me fait passer à la théorie de la race supérieur pendant la 2nd guerre mondial. Qu’est ce que cela peut il bien faire que le métissage soit massive, étant donné qu’après 1945, il y a eu la mondialisation et avec la technologie, les moyens de transport et de communication se sont énormément développé à partir de ce moment là. Il n’y a absolument rien d’étonnant à ce qu’il y est de plus en plus de mélange ! Il n’y a que les racistes qui prônent et utilisent à des fin grotesque la théorie du complot afin de retourner à cette obscurantisme religieux moyenâgeuse de merde par ce qu’ils ont compris qu’à cette époque la les gens avaient un taux de racisme très élevés et des superstition stupide. En effet de cette manière là ils pensent qu’ils seront qu’entre eux et pas d’étrangers, mais juste fermer au monde entre eux !!!

  8. D’accord avec Matthiew!
    Je suis tout autant choquée par les propos tenus par certains ici! Les métisses ne sont ni blancs ni noirs ils sont marrons et ils ne sont pas qu’un patrimoine génétique!!!
    Maman d’un petit métis (marron!), je peux vous dire qu’il est plus blanc que noir, mentalement parlant, ayant grandis en France et ayant été imprégné de la culture d’ici (ce qui au passage n’est pas la meilleure, la preuve quand on lit certains ici).
    Question santé et vigueur, c’est un petit garçon bien portant, intelligent, vif, sportif, très peu malade bref il répondrait parfaitement aux critères de ces études génétiques dont je suis incapable de me faire une opinion…(mais qui le pourrait à part s’il a les compétences et les moyens pour faire sa propre étude!)
    De toute façon, tout n’est tout noir ou tout blanc dans la vie hein 😉 faut pas s’inquiéter, il y aura toujours des gens d’une même « race » pour tomber amoureux et perpétuer leur couleur!!!

  9. Il ne faut pas généraliser à partir de son cas : les études doivent se faire sur des cas nombreux, et avec lesquels on n’a pas de lien. Quel parent peut avoir un regard objectif sur ses enfants ?
    Par ailleurs, c’est mathématique : avec un quart de non-européens en France (proportion en augmentation constante) et nos gênes qui sont globalement récessifs, nous sommes condamnés, sauf changement politique radical.

  10. Excusez-moi très chers, mais moi je suis arabo-berbère et mon QI est de 120. Je fais un master en droit et tout mes professeurs m’ont confessé avoir été fortement impressionnés par ma plume, mes capacités de synthèse et d’analyse. Et pour ne rien gâcher, je suis d’une croyance que l’on qualifiera volontiers d’islamiste.

    Quid de mon cas et de celui de mes semblables?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.