FMI: tendances interventionnistes au sein de l’UE

Le Fonds monétaire international (FMI) a recommandé hier, lundi 24 mai, à Madrid des réformes « urgentes ».

Celles-ci devraient s’axer en trois points:

1. Une action visant à rendre le marché du travail plus flexible pour favoriser l’emploi et sa redistribution entre les secteurs;

2. Une consolidation budgétaire pour asseoir les finances publiques sur une base viable;

3. Une consolidation du secteur bancaire et une réforme pour renforcer la santé et l’efficacité du système

En clair: ne pas toucher aux fondements du capitalisme financier, en assurer le bon fonctionnement et libéraliser davantage ce qui peut l’être sur la marché de l’emploi. Analyse que le gouvernement espagnol s’est empressé de valider.

Cette information est à mettre en parallèle avec la demande de l’économiste en chef du FMI à la BCE, incitant celle-ci à [clarifier sa communication et convaincre les marchés financiers] qu’elle continuera à acheter des obligations d’États. Manière déguisée de l’intimer à continuer à acheter de telles obligations. L’important étant de rassurer à tout prix les marchés.

« Les marchés se sont longtemps endormis sur le risque budgétaire. Aujourd’hui ils se réveillent et s’affolent. »

Là encore, on voit que le but de l’action est uniquement de pousser la politique à rassurer l’économie; typique d’une inversion des valeurs caractéristique de notre époque et s’étendant à de nombreux autres domaines.

On peut tirer deux conclusions de ces informations:

I: nul ne compte remettre en cause les fondements du système capitaliste; ceux qui croient au « capitalisme moralisé » ou à une régulation de ses prétendues déviances (qui ne sont en fait que les conséquences de son fonctionnement normal) seront les dindons de la farce une fois encore; ce sont probablement les mêmes qui étaient heureux de voire arriver Obama à la « tête » des USA;

II: l’UE est un instrument de soumission des nations d’Europe au modèle américain (cf Asselineau, déjà évoqué dans ces colonnes); cet interventionnisme du FMI peut être interprété comme une manœuvre de ce même modèle de pousser plus avant la soumission, alors que certains européens commencent à ouvrir les yeux sur la supercherie.

Le saviez-vous? Les USA ont toujours disposé de fait d’un droit de veto au sein du FMI, de par la rédaction des statuts sans cesse modifiée. Et ils sont le seul pays dans cette situation.

Première et seconde sources

Merci à Hulk

François Bon

5 commentaires concernant l'article “FMI: tendances interventionnistes au sein de l’UE”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.