Chronique de la Christianophobie – 10/05/2010

«L’athéisme en France est une religion et l’anticléricalisme une église.» E.Berl

Chers internautes,

C’est à l’actualité internationale que je voudrais consacrer l’entame de cette chronique, et plus particulièrement à nos frères chrétiens d’Irak, pris une nouvelle fois pour cible dimanche dernier par des extrémistes musulmans. Cette fois, c’est une voiture piégée qui a permis aux soldats d’Allah de mener à bien la mission de paix et d’amour engagée jadis par le prophète… La voiture a explosé à proximité d’un bus utilisé par des étudiants chrétiens pour se rentre à l’Université de Mossoul. L’un de ces chrétiens a été tué, une centaine d’autres ont été blessés.

Revenons un instant en France, où vous n’ignorez pas que la situation des chrétiens se détériore continuellement. Je voudrais tout d’abord souligner une nouvelle fois l’incompétence et la prédisposition à proférer le blasphème des médias français. A la baguette cette fois ce ne sont pas France télévision et son sbire Pujadas, mais Patrice Bertin célèbre chroniqueur sur France Info et désormais connu, outre son incompétence en matière d’information, pour ses attaques perpétrées à l’encontre du souverain pontife. Je vous livre ici l’une des phrases les plus représentatives de la démarche de cet ancien présentateur du journal de 19h sur France Inter, devenu directeur de la rédaction puis conseiller spécial du président de Radio France: « le chemin de Croix du vieux Pape incapable de trouver des mots justes ou simplement humains pour parler des scandales de la pédophilie dans l’Église est plus consternant qu’autre chose ». Notez que cette phrase a été proférée au cours d’une chronique dont l’objectif est d’effectuer un « retour sur un fait d’actualité, pour vérifier et approfondir le sujet » (sic). Il semble que lorsque l’on prend du grade dans les sphères d’influences du Système il soit de mise de se conformer à un prêt à penser de plus en plus acerbe à l’encontre de la Chrétienté. Face à l’activisme christianophobe des médias, je me permets de vous recommander le bulletin quotidien de réinformation de radio courtoisie [disponible sur ce site, colonne de droite, NDLR] et les émissions de radio résistance, bien entendu !

Lors d’une précédente chronique je vous parlais de l’église d’Abbeville, menacée d’être détruite par la municipalité socialiste du lieu. Aujourd’hui, c’est l’abbaye de Corbigny dans la Nièvre qui est malmenée, souillée par des élus locaux soudainement amoureux de l’art contemporain dans toute son ignominie. Cette abbaye appartient à la lignée des monastères bénédictins issus de la réforme de Saint-Maur et a constitué durant de longues années l’une des premières étapes pour les pèlerins partis de Vézelay et désireux de rallier Saint Jacques de Compostelle. Tout disposait cette abbaye à être ce lieu de repos et de ressourcement que les pèlerins aiment à trouver sur leur route.

La révolution française, porteuse de progrès comme chacun sait, en a décidé autrement en cédant l’édifice à la municipalité de Corbigny. Dès lors, des usages divers et variés des locaux de l’abbaye se sont succédés, au gré des besoins. Ainsi, l’édifice a notamment servi d’école, d’hôpital temporaire, de dortoir et de salle des fêtes. C’est son classement en 2001 au rang de « monument historique » qui a, me semble-t-il, condamné définitivement l’abbaye de Corbigny. Dès lors en effet, les autorités civiles locales, réduisant les derniers témoins de l’identité chrétienne de nos contrées au rang de marqueurs du « patrimoine culturel », n’avaient plus qu’une idée en tête ; faire de ce lieu un pôle culturel majeur. Je soumets à votre appréciation ces propos de monsieur Paul Barnoud, architecte en chef des monuments historiques : «La vocation culturelle de l’abbaye lui a redonné le prestige d’un établissement de culture, d’échange et de réflexion », « l’édifice a patiemment attendu une affectation digne de son architecture ». Voilà qui est clair, il s’agit de trouver à l’ancienne abbaye une fonction qui soit le plus en phase possible avec sa vocation… sans évoquer bien entendu une éventuelle restitution de l’édifice par les autorités républicaines aux autorités ecclésiastiques. La Révolution a été si salvatrice pour notre belle France qu’il serait tout de même dommage de retomber dans la barbarie d’Ancien Régime, n’est ce pas ? Pour ceux qui se poseraient des questions au sujet de la nature des transformations de l’édifice, sachez qu’elles sont à la hauteur du projet. La chapelle est devenue une salle de danse et le cloître un lieu de représentations. Le point d’orgue de la visite est la traversée de la « salle bleu ». Cette pièce, entièrement repeinte en bleu et en blanc, constitue parait-il, l’une des œuvres les plus mémorables de l’artiste contemporain Krijn de Koning. Mr Magnon, maire socialiste de la commune, n’a pu s’empêcher d’associer ce bleu à la couleur des démocrates américains et aux œuvres de Georges Bataille, sympathisant des mouvements communistes des années 30, chevalier de la légion d’honneur et christianophobe avéré. Tout un symbole.

Enfin, je voudrais partager avec vous cet événement récent de quelques semaines, événement que vous avez peut être déjà eu l’honneur de vivre en direct : la propagande Raëlienne, dont l’essence même est christianophobe, arrive sur le net sous forme de barres de publicité google. Notez l’originalité de leur slogan : « Dieu n’existe pas. Dieu ou Elohim, qui croire ? ». Cette nouvelle offensive des ennemis de la foi chrétienne peut faire sourire, mais n’oublions pas qu’en s’autoproclamant portes paroles de la vérité, ces malfrats attirent à eux les plus fragiles d’entre nous, les éloignant ainsi de la seule véritable source de Vie en ce monde, le Christ. Restons donc vigilants mes amis, et résistons de notre mieux aux visées expansionnistes du prince des ténèbres.

A la semaine prochaine.

Que Dieu vous garde.

Laurent, pour contre-info.com

Note: merci à Matthieu

7 commentaires concernant l'article “Chronique de la Christianophobie – 10/05/2010”

  1. Il arrive parfois que le classement architectural sauve une église ou un édifice de culte en permettant de financer son entretien. Là, c’est le contraire qui advient. L’ancienne abbaye, souyée par les oeuvres d’art moderne…

    Espérons une chose : que ces oeuvres restent décentes, ce qui n’est pas toujours le cas avec le nouvel art !

  2. Très bonne chronique, vraiment.

    Elle diffuse du contenu de fond tout en collant à l’actualité. Vraiment, très bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.