C’était un 5 mai…

1789 : ouverture des États-généraux à Versailles. C’est la dernière fois qu’est respecté le cérémonial de la France d’Ancien Régime (hiérarchie visible dans l’organisation de la salle).
La bourgeoisie libérale va se substituer à la royauté féodale.
Sur 1336 députés ayant participé aux travaux de l’Assemblée nationale constituante (il y a ceux d’origine et les remplaçants), on compte 319 franc-maçons certains et au moins 13 possibles, soit environ 24% (dans un pays de 26 millions d’habitants, comptant seulement 40 000 franc-maçons).

Par la suite, sur 749 Conventionnels, il y aura au moins 247 franc-maçons.
On peut lire à ce sujet les fameux Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, de l’abbé Barruel.

1945 : Radio-Prague proclame : « Tuez les femmes et les enfants allemands. »
Refoulés vers Prague, d’où ils cherchent à partir pour se rendre aux Américains, 60 000 Allemands sont massacrés dans la capitale tchécoslovaque par les Soviétiques.
Plusieurs centaines de jeunes femmes sont déshabillées, pendues par les pieds, arrosées d’essence et brûlées vives. Des femmes enceintes sont éventrées, d’autres noyées dans la Moldau. Les blessés du sanatorium Podols, sont achevés dans leur lit. Le 10 mai, le gouvernement tchécoslovaque fait son entrée dans la ville.
Sur ce thème, on peut lire Cruelles moissons de Ralph Keeling ou encore Martyre et héroïsme des femmes de l’Allemagne orientale de Johannes Kaps.

1981 : mort, à la prison de Maze, du militant nationaliste irlandais Bobby Sands,  après 66 jours de grève de la faim.

Source Éphémérides nationalistes