Tout ce que les opérateurs téléphoniques peuvent communiquer à la police

Article trouvé sur Numerama : A l’occasion d’un décret publié samedi au Journal Officiel, le ministère de la Justice a mis à jour la grille tarifaire applicable par les opérateurs téléphoniques pour répondre aux réquisitions judiciaires. Elle est moins intéressante pour les tarifs eux-mêmes que pour l’énoncé des différentes rubriques, qui montrent l’étendu des demandes qui peuvent être effectuées par la police judiciaire ou l’administration pour mener ses enquêtes.

Voici la liste.

Pour les opérateurs mobiles :

– Information permettant d’identifier l’utilisateur

Continuer la lecture de « Tout ce que les opérateurs téléphoniques peuvent communiquer à la police »

Fichage et intimidation

Ce sont les méthodes utilisées par la république pour identifier et décourager les citoyens qui contestent les amendes. Un fichier (ARES) qui recense les personnes amenées à contester une contravention de classe 1, 2, 3 ou 4 vient d’être créé selon Le Parisien.

Le nom, l’adresse, la date et le lieu de naissance du propriétaire du véhicule et, le cas échéant, de l’auteur des faits seront conservées pendant cinq ans. Des données relatives à la profession ainsi qu’à l’identification du véhicule seront aussi collectées. Dans un premier temps, ce fichier concernera Paris, ainsi que les départements de Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne. Il sera ensuite étendu à la France entière. Selon l’arrêté du ministère de l’intérieur, l’objectif de ce fichier est de « produire des statistiques ».

Continuer la lecture de « Fichage et intimidation »

« Sarközy décrète le jihad contre internet ! »

« Avec un cynisme propre aux politiciens du Système, Nicolas Sarközy profite des événements toulousains pour verrouiller encore davantage la dictature du politiquement correct et la marche vers le mondialisme.
En effet, le président a déclaré vouloir mettre en place une série de mesures contre les libertés sur internet et contre les opinions que lui et ses compères n’apprécient pas, sous couvert – comme d’habitude – de sécurité. Il s’agit d’un procédé honteux de manipulation de l’émotion de la population, à la faveur d’événements imprévus ou secrètement provoqués ou favorisés.

Les événements du 11 septembre de 2001 en sont un exemple particulièrement éloquent, ayant entraîné les très liberticides « Patriot Act » aux Etats-Unis et lois Perben en France.

« Désormais, toute personne qui consultera de manière habituelle des sites internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et à la violence sera punie pénalement », affirme l’occupant de l’Elysée, de même que « la propagation et l’apologie d’idéologies extrémistes seront réprimées par un délit figurant au code pénal, avec les moyens qui sont déjà ceux de la lutte antiterroriste ».
Continuer la lecture de « « Sarközy décrète le jihad contre internet ! » »

Les meilleures techniques informatiques des services secrets français

En marge de leurs investigations sur le patron de la DCRI, les auteurs de L’Espion du président (commandable ici) décrivent les capacités de surveillance des hommes de l’ombre.
Voici ci-dessous les meilleurs passages.

Siphonner les ordinateurs

La DCRI dispose d’une équipe de serruriers… du net. Des informaticiens capables de voyager dans le temps en retrouvant tout ce qui a été tapé sur un clavier jusqu’à un million de caractère en arrière ou d’aller aspirer, à travers la Toile, le contenu du disque dur d’un ordinateur sans laisser de traces. Pratique lorsqu’on veut, par exemple, mettre la main sur les épreuves d’un livre embarrassant pour le « Château »(*). Pour casser un disque dur trop récalcitrant, le DCRI peut toujours faire appel aux experts de son centre d’assistance, l’armée de réserve logée à Boullay-les-Troux (91). Un savoir-faire hérité de la DST qui, dans les années 90, avait retourné des hackers.
Continuer la lecture de « Les meilleures techniques informatiques des services secrets français »

Incroyable : Facebook espionne les SMS de ses utilisateurs

Lu sur Le Figaro : Le Sunday Times a révélé que le géant américain des réseaux sociaux s’est donné la capacité d’espionner les SMS et les appels téléphoniques des personnes ayant installé l’application Facebook sur les smartphones Android. Le programme demande effectivement l’accès total aux fonctions de messagerie du téléphone avant son installation, mais ce type d’avertissement est tout simplement ignoré par la plupart des utilisateurs qui ne savent pas que de nombreux programmes peuvent accéder à leurs données privées. Un sondage réalisé par la Cnil en 2011 avait montré que 71% des personnes ne lisent pas toujours les conditions d’utilisation avant d’installer une application sur leur téléphone.

Continuer la lecture de « Incroyable : Facebook espionne les SMS de ses utilisateurs »

Italie : l’extrême gauche attaque Casapound…

… Avec la complicité de la justice romaine. Novopress fait un résumé des différentes affaires en cours :

« Tandis que les hommes de la Goldman Sachs déchaînent contre CasaPound tout l’appareil répressif de l’État italien, les groupes d’extrême gauche, encouragés par l’impunité, multiplient les actions violentes contre le mouvement et ses militants. Jeudi, sept militants de CasaPound qui collaient des affiches dans le quartier romain d’Ostie, ont été agressés par un groupe d’une cinquantaine de personnes armées, appartenant aux « centres sociaux » (les squats d’extrême gauche). La police a fini par intervenir et a arrêté six militants de CasaPound (le septième a dû être immédiatement hospitalisé) et dix-huit extrémistes de gauche – beaucoup avaient eu le temps de prendre la fuite. Tous ont été relâchés le lendemain et mis en examen pour bagarre. Le bilan définitif est donc de sept inculpés (dont quatre blessés) pour CasaPound, dix-huit inculpés à l’extrême gauche. Ces chiffres, comme le souligne CasaPound Italia dans un communiqué, suffisent à montrer la disproportion entre les deux groupes et à réfuter l’extrême gauche, qui a eu l’impudence de se dire victime d’une agression préméditée.

Continuer la lecture de « Italie : l’extrême gauche attaque Casapound… »

Rivarol et la justice

Le vieil hebdomadaire « d’extrême-droite » s’est retrouvé plusieurs fois au tribunal ces semaines-ci. Voici les nouvelles :

« Procès sur l’occupation allemande : charges allégées, condamnations confirmées

Le 16 février l’ancienne XIe chambre de la cour d’appel (aujourd’hui appelée pôle 2 chambre 7) rendait son arrêt dans l’affaire dite de l’occupation allemande en France. Jean-Marie Le Pen a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 10000euros d’amende pour complicité de contestation de crimes contre l’humanité, Camille Galic en qualité de directrice de la publication à 5000euros d’amende pour contestation de crimes contre l’humanité et votre serviteur à 2000euros d’amende pour contestation de crimes contre l’humanité.
Continuer la lecture de « Rivarol et la justice »

Angleterre : la chasse aux sorcières est ouverte

Cette histoire incroyable est rapportée par le sioniste  Jean-Patrick Grumberg : Elliot Dearlove (quel nom de famille !), un garçon de 7 ans, a été accusé de racisme par son école pour avoir demandé à un camarade de classe : « tu es noir parce que tu viens d’Afrique ? »

Le directeur de l’école Griffin, qui affirme pratiquer la tolérance zéro sur le racisme, a convoqué la mère du petit, Hayley White (avec un nom pareil, ça lui pendait au nez), et lui a demandé de lire le règlement intérieur de l’école, puis de signer un document reconnaissant que son fils était raciste. La mère a refusé, en expliquant qu’Elliott est de nature très inquisitrice, et qu’il pose beaucoup de questions.
« On m’a dit que je devais signer une déclaration reconnaissant que mon fils a fait une remarque raciste, déclaration qui serait ensuite examinée par le conseil d’éducation local » a expliqué la maman.
« J’ai refusé de signer, et j’ai dit à l’instituteur que je n’étais pas d’accord que le commentaire de mon fils était raciste. Mon fils aime poser des questions, cela ne fait pas de lui un raciste ».

Carte d’identité biométrique et fichage généralisé : ils avancent

Le projet de loi sur la « protection de l’identité » (sic)  a été adopté le 1er février, en nouvelle lecture par l’Assemblée nationale. Le texte instaure une carte d’identité biométrique dotée de deux puces électroniques, mais surtout l’adosse à un fichier centralisé permettant de comparer les données d’une personne à l’ensemble des Français répertoriés.
Avec 45 millions d’entrées, ce sera le plus grand fichier de France. Le texte doit repartir en nouvelle lecture au Sénat, puis reviendra à l’Assemblée, pour être adopté.

Fdesouche dans la tourmente

Selon les rédacteurs du célèbre blog Fdesouche, son responsable présumé serait mis en examen :

Par ailleurs, sachez que depuis plusieurs mois Fdesouche.com est dans l’oeil du cyclone et que ses adversaires ont décidé de sortir l’artillerie lourde pour le faire fermer. Nous ne pouvons pour le moment vous en dire plus mais les vrais savent et pourront vous confirmer que le maintien en ligne du blog se fait au prix de gros ennuis et de graves pressions policières et judicaires.
Accusé – à tort puisque notre chef est indien – d’être le responsable du blog, Pierre Sautarel a d’ailleurs été mis en examen mercredi dernier.

[Exceptionnellement les commentaires sont fermés sur ce sujet. Désolés]

Google renforce le fichage

La firme n’en fini pas d’améliorer les techniques de profilage et de fichage de ses utilisateurs. En effet elle a décidé de changer ses paramètres de confidentialité, pour «les simplifier». Alors que chacune des applications Google avaient jusqu’ici des spécificités, cela change. Tous seront identiques, et toutes les informations seront réunies, à compter du 1er mars. Par exemple, si votre adresse figure dans vos mails, et les codes de votre entrée dans vos Google doc, et les horaires où vous êtes absent de chez vous dans votre Google agenda, tout sera désormais réuni.

Continuer la lecture de « Google renforce le fichage »

Twitter = flicage

Un couple de touristes britanniques s’est vu refuser l’entrée aux Etats-Unis pour avoir tenu des propos « inadéquats » sur le réseau social twitter.
Ils ont atterri à l’aéroport de Los Angeles le 23 janvier pour des vacances hollywoodiennes, expliquent-ils au Daily Mail. Dans les semaines précédentes, l’homme s’était amusé à « tweeter » qu’il était prêt à « détruire l’Amérique » et à « déterrer Marilyn Monroe », des blagues qui n’ont pas plu aux douanes américaines.
Les deux amis ont eu beau chercher à expliquer que « détruire l’Amérique » était de l’argot qui signifiait «faire la fête comme des fous aux Etats-Unis», et que la référence à Marilyn Monroe était une blague de la série télévisée Family Guy, ils ont été reconduits à la frontière.

Suite et source

Scanner les gens dans la rue…

C’est pour demain aux Etats-Unis, donc pour après-demain en France.
La police de New-York envisage en effet d’installer des« scanners corporels » dans les rues de la ville, comme l’a récemment annoncé son chef. Le but officiel étant de pouvoir détecter des armes à 5 m.

Concrètement, ce renforcement de la domination de l’Homme par la Machine, au service de Big Brother, va se faire au détriment des libertés les plus élémentaires, mais aussi de la santé.
Une étude de l’Institut de Technologie du Massachusetts a démontré que les radiations émises peuvent détruire l’ADN.

Le SOPA, instrument du contrôle américain sur internet

Le Stop Online Piracy Act est un projet de loi actuellement débattu devant le Congrès américain. Il suscite actuellement un grand débat aux Etats Unis, où les plus grandes entreprises du net comme Google, Facebook, ou Wikipedia estiment que la liberté d’expression sur internet se trouve directement menacée.

On présente généralement en France le SOPA comme une sorte de « super Hadopi », puisqu’il s’agit de lutter contre le piratage sur internet pour protéger les droits des artistes et des créateurs sur internet. En réalité, le SOPA se montre beaucoup plus ambitieux, comme en témoigne l’exposé de ses motifs. Il se propose de « promote prosperity, creativity, entrepreneurship and innovation by combating the theft of US property, and for other purposes« . La formule est claire : il s’agit, avant toute chose, de protéger les intérêts des Etats Unis.

Un arsenal juridique sans précédent
Le SOPA prévoit la mise en œuvre d’un véritable arsenal juridique au service du respect des droits d’auteur. Un site pourra être bloqué par une décision prise par le juge saisi par la personne lésée dans ses droits, et ce blocage sera directement exigé du fournisseur d’accès. Mais la menace ne s’arrête pas là. Le site fautif risque également de se voir interdire tout référencement dans les moteurs de recherche, privé de ressources publicitaires, et de l’usage de certains services, comme le paiement par internet. En clair, le SOPA organise l’asphyxie des sites mis à l’index.

Affaire Piss-Christ : plusieurs gardes à vue !

[Exclusivité CI]
Nous avons appris, de source sûre, que plusieurs personnes ont été placées en garde à vue lundi dernier à Paris, dans le cadre de l’enquête sur la destruction du « Piss Christ » (avril 2011).
Pour mémoire, il s’agissait d’une prétendue œuvre d’art blasphématoire qui fut exposée à Avignon, la cité des papes, et représentant un crucifix plongé dans un bain d’urine et autres substances…
Trois personnes, des jeunes catholiques, ont donc passé la journée de lundi au commissariat avant d’être relâchées dans la soirée.
Au moins une autre personne, ne s’étant pas présentée à la convocation, va être recherchée par la police.
L’enquête de police va se poursuivre avant qu’éventuellement, le parquet n’enclenche des poursuites à l’encontre des personnes auditionnées.

Le Comité de soutien aux victimes de la répression (CSVR) a d’ores-et-déjà annoncé qu’il s’engageait « à soutenir, dans la mesure de ses moyens, les personnes qui seraient inquiétées suite à l’affaire du « Piss Christ » d’Avignon. »
N’hésitez pas à soutenir, de votre côté, cette excellente association.
Continuer la lecture de « Affaire Piss-Christ : plusieurs gardes à vue ! »