Serge Michailof : « ce sont des gens difficilement assimilables »

Entretien sans concession d’un chercheur à l’IRIS, ex-directeur à la Banque mondiale et ancien patron de l’Agence française de développement (AFD), Serge Michailof à propos du Sahel.

Les éléments que vous exposez sur la crise dans le Sahel étaient-ils une découverte pour eux ?

Oui. Ils voyaient le côté terrorisme et militaire, pas l’ampleur du drame social et économique. On a actualisé le document après la présidentielle et émis des recommandations. L’un des problèmes principaux est que chacun travaille en silo, le Budget et le Trésor. Et la vision est purement militaire. Le développement, la Banque mondiale et l’Union européenne s’en occupent. Or, ce n’est pas si simple.

Continuer la lecture de « Serge Michailof : « ce sont des gens difficilement assimilables » »

Baptiste Rappin : au régal du management

Excellent entretien de TV Liberté avec Baptiste Rappin, Maître de conférences à l’Institut d’administration des entreprises de Metz. Il est l’auteur du livre « Au régal du management » (Editions Ovadia). Dans cet ouvrage, l’auteur dénonce l’avènement d’une nouvelle religion à l’école, celle de l’employabilité avec pour finalité le formatage. Ainsi, les élèves viennent au contact de maîtres idéologues pour acquérir des compétences, renonçant de fait à l’établissement d’une réelle pensée authentique et indépendante. Face au règne de la quantité, Baptiste Rappin constate une prolétarisation de la société où le consommateur devient aussi consommateur de lui même.

Documentaire « La rébellion cachée », un film à la mémoire des martyrs du génocide vendéen


[on peut commander le dvd ici]

« Il s’appelle Daniel Rabourdin. Il est réalisateur, franco-américain. Il vit à Los Angeles mais n’a jamais oublié ses racines françaises. C’est de passage en France, il y a quelques années, qu’il tombe sur cette histoire volontairement cachée par l’Etat et les gouvernements qui se succèdent : l’histoire d’une rébellion, mais surtout, l’histoire d’un massacre de grande dimension. Le massacre de plus de 150.000 Français, des paysans, des ouvriers. Ils étaient Vendéens. Mais c’était aussi des Français résidant en Bretagne, dans les régions de Lyon, de Marseille et de Paris.

La Révolution, une gigantesque manipulation

Continuer la lecture de « Documentaire « La rébellion cachée », un film à la mémoire des martyrs du génocide vendéen »

Trois questions à… Francis Bergeron, de « Présent »

Avec Présent, quotidien fondé en 1981 par Jean Madiran notamment, et qui vient de se renouveler, nous inaugurons une série d’entretiens sur des thèmes variés.

Voici les réponses de Francis Bergeron (rédacteur depuis le premier numéro et président de la société éditrice), que nous remercions :

 – Qu’est-ce qui change avec cette nouvelle formule de  Présent ?

Sur le plan du contenant, le changement est considérable. En 36 années d’existence de notre quotidien, il s’agit en fait de la première véritable révolution formelle : le nombre de pages est doublé, car nous passons à 8 pages en semaine et 16 le samedi. Nous accroissons donc la surface rédactionnelle, mais nous ne la doublons pas tout-à-fait, de façon à nous permettre d’aérer les textes et de mettre en valeur l’iconographie, désormais intégralement en couleur. La photo, le dessin de presse, le document, en tant que supports des articles, bénéficient aussi d’une meilleure  qualité de reproduction. En principe le temps de confection de la maquette est raccourci, ce qui est intéressant, également, pour un quotidien, à la merci de l’actualité la plus chaude.

De ce fait, nous offrons plus à nos lecteurs, sans pour autant accroitre l’équipe rédactionnelle, et sans augmenter le prix de vente, qui est de 1,50 euros en semaine et de 2,50 euros le week-end. La visibilité du titre en kiosque est améliorée. L’écart se resserre avec certains de nos concurrents de la presse quotidienne nationale : L’Opinion, L’Humanité et La Croix, même si nos ventes se situent encore loin derrière.

Pour ce qui concerne le fond, nous restons bien évidemment sur la même ligne : pas d’ennemi à droite.

Continuer la lecture de « Trois questions à… Francis Bergeron, de « Présent » »