Benoît XVI, le préservatif et Mgr Williamson par Jérome Bourbon

JB« Dans un livre d’entretiens avec Peter Seewald, un journaliste allemand, déjà publié en Italie et en Allemagne et à paraître demain en France, Lumière du monde, Benoît?XVI se déclare, «?dans certains cas?», en faveur de l’usage du préservatif, pour, dit-il, «?réduire les risques de contamination?» du virus du sida. En mars 2009, Josef Ratzinger avait soulevé une polémique lorsque, dans l’avion qui l’amenait au Cameroun et en Angola, il avait déclaré que l’utilisation du préservatif “aggravait» le problème du Sida, pandémie dévastatrice en Afrique. Mais en réalité, déjà à l’époque, les propos n’étaient pas aussi fermes qu’on l’a dit?: il n’avait pas condamné en soi l’emploi du condom mais le fait que les campagnes contre le sida reposent exclusivement, “uniquement” sur le préservatif.

L’EXEMPLE AHURISSANT DU “PROSTITUE MASCULIN”

Mais cette fois Benoît?XVI jette le masque?: «?A la question?: “l’Eglise catholique n’est pas fondamentalement contre l’utilisation de préservatifs??”?», le successeur de Jean Paul?II répond?: «?dans certains cas, quand l’intention est de réduire le risque de contamination, cela peut quand même être un premier pas pour ouvrir la voie à une sexualité plus humaine, vécue autrement?». Et Benoît?XVI de citer un seul exemple pour illustrer son propos, celui d’un «?homme prostitué?». «?Il peut y avoir des cas individuels, comme quand un homme prostitué utilise un préservatif, où cela peut être un premier pas vers une moralisation (sic?!), un début de responsabilité permettant de prendre à nouveau conscience que tout n’est pas permis et que l’on ne peut pas faire tout ce que l’on veut?». On croit rêver?! Que Benoît XVI se soucie de soulager la conscience d’hommes qui commettent, selon la morale catholique, un double péché mortel, à savoir la prostitution et l’union homosexuelle, est pour le moins déroutant. On n’imagine pas ces hommes refuser le préservatif en bons catholiques, dans l’accomplissement même d’actes gravement peccamineux. De toute façon, un prostitué n’a pas à se poser la question de savoir s’il doit ou non mettre ou faire mettre à ses clients un préservatif, il doit cesser de se prostituer. Un catholique ne peut tenir un autre discours. C’est un peu comme si l’on disait qu’un assassin, pour tuer ses victimes, devait préférer le revolver au couteau de cuisine car ce dernier outil risque d’être plus douloureux pour la victime. On nage en plein délire !

La vérité, c’est que Josef Ratzinger qui est tout sauf un imbécile savait très bien ce qu’il faisait en tenant de tels propos. Il s’adressait à un journaliste dans le cadre officiel d’un long entretien destiné à être publié et à avoir un retentissement mondial. Qu’on ne vienne donc pas nous dire, comme certains le font avec une mauvaise foi ou un aveuglement volontaire absolument insupportables, qu’il ne l’a pas fait exprès, qu’il ne savait pas ce qu’il faisait. D’ailleurs, Benoît XVI, comme cela se fait toujours en pareil cas, a relu les épreuves avant publication, a pu les corriger, les annoter. On ne répétera jamais assez la célèbre sentence de Bossuet?: «?Le pire dérèglement de l’esprit, c’est de voir les choses non telles qu’elles sont mais telles qu’on voudrait qu’elles soient.?»

De plus, les propos du successeur de Jean Paul II sont rendus plus graves encore par une clarification du Vatican qui précise que ces paroles « s’appliquent non seulement aux prostitués homosexuels mais qaussi aux hétérosexuels et aux transsexuels », le but étant « d’éviter de façon responsable de transmettre un risque grave à l’autre ». Les pharmaciens catholiques qui préfèrent vivre dans la pauvreté et subir des persécutions parce qu’ils refusent en conscience de vendre des produits contraceptifs et abortifs apprécieront. Par ailleurs, dans un autre passage de Lumière du monde, Benoît XVI laisse entendre que le modèle de la chasteté conjugale est réservé à une élite, à des « minorités profondément convaincues » qui constituent un « modèle fascinant à suivre ». Bref, un objectif quasiment inatteignable, alors que, toujours selon la morale chrétienne, le respect de ce précepte est nécessaire au salut des époux.

LA TECHNIQUE INCHANGEE DES MODERNISTES

D’aucuns disent aussi que Benoît XVI n’a parlé que d’une autorisation «?dans certains cas?» et non d’une permission universelle. Là encore, de qui se moque-t-on?? Il suffit de lire les gazettes, d’écouter la radio et d’entendre la télévision pour se rendre compte que pour les journalistes comme pour le grand public «?le pape s’est converti au préservatif?», ainsi que l’écrit Libération. Et cela Benoît XVI ne pouvait l’ignorer. Le “cardinal” Georges Cottier, dans Le?Figaro du 22?novembre, le dit d’ailleurs ouvertement?: «?Au moins les gens seront-ils libérés en conscience de savoir qu’en adoptant ce moyen, ils ne font pas le mal.?» Voilà qui a au moins le mérite d’être clair !

De toute façon, depuis plus d’un demi-siècle, c’est toujours la même méthode qu’utilisent les modernistes. On autorise l’inacceptable en prétendant qu’il ne s’agit que de cas exceptionnels, que la règle n’a pas changé. Moyennant quoi on détruit tout. L’usage de la langue vernaculaire devait rester limité et circonscrit, dans les faits on a supprimé la messe et les offices en latin. On a agi de la même manière avec l’autorisation de la crémation (au moment où Paul?VI l’autorisait, il rappelait que la règle restait celle de l’inhumation, toujours la duplicité du moderniste?!), avec la permission de la communion dans la main (qui dans les faits a rendu presque caduque la communion à genoux et sur la langue), avec la disparition du jeûne eucharistique (réduit de trois à une heure et encore Paul?VI l’avait-il même réduit à un quart d’heure pour les malades et leurs accompagnants en bonne santé qui pouvaient boire de la gnole jusqu’à quinze minutes avant de communier?! Peut-on davantage se moquer de Dieu??) On nous a fait le coup avec la permission donnée aux filles de devenir enfant de chœur, ce qui d’évidence est le premier pas vers le sacerdoce des femmes. Car, ne nous faisons aucune illusion, nous y viendrons. C’est dans la logique de l’église conciliaire. L’on ne répétera jamais assez la formule du regretté père Calmel?: «?Le moderniste est un apostat doublé d’un traître.?»

UNE DESTRUCTION METHODIQUE

Depuis 1958 et la mort de Pie XII, les hommes en blanc qui occupent, occultent et éclipsent l’Eglise de Jésus-Christ ont détruit les derniers Etats catholiques, ont tout bouleversé?: le bréviaire, le missel, le rituel, le catéchisme, la morale, les constitutions religieuses. L’on a détruit les sacrements pour obstruer le canal de la grâce sanctifiante, on a supprimé le catéchisme traditionnel pour que les enfants ne soient pas élevés dans la foi catholique, pour qu’ils ignorent les trois connaissances nécessaires au salut, pour briser la chaîne qui consistait à transmettre de génération en génération la religion chrétienne. A la suite de Vatican II, on a supprimé la chaire de vérité (quel symbole !) dans les églises, on a enlevé les bancs de communion, on a transformé les confessionnaux en placards à balais, on a retourné l’autel, on a substitué à la messe traditionnelle, latine et grégorienne une synaxe protestantisée, démocratique où le culte est rendu à un très maçonnique « Dieu de l’univers » ainsi qu’on le dit dans le nouvel offertoire. Dans le nouveau code de droit canon l’on a inversé les fins du mariage, ce qui développe une mentalité contraceptive, l’on a levé l’excommunication pour les francs-maçons. L’on n’en finirait pas de faire la liste de tous les scandales, de toutes les apostasies de la contre-Eglise œcuménique et syncrétique de Vatican II. En 1999, Jean Paul II a baisé le Coran. Or, dans La Somme théologique, saint Thomas d’Aquin explique que le baptisé qui irait vénérer le tombeau de Mahomet commettrait un acte d’apostasie. Quelle différence y a-t-il entre embrasser le Coran et vénérer le tombeau de Mahomet ? Il faudra qu’on nous explique ! Le Christ a été condamné à mort par le Sanhédrin, les Apôtres étaient chassés des synagogues. Benoît XVI et avant lui Jean Paul II y sont acclamés, applaudis. Cherchez où est l’erreur !

Il faut dire que les occupants du siège de Pierre font tout ce qu’ils peuvent pour prouver leur allégeance au judaïsme talmudique et à la religion de la Shoah. Ainsi, dans ce même livre d’entretiens, Benoît?XVI qui parle de la «?catastrophe Williamson?» confie que s’il avait su que le doyen des quatre évêques de la FSSPX était d’extrême droite et révisionniste, il n’aurait pas levé son excommunication. Ce qui est faire de la Shoah un super-dogme. Il est vrai que dans l’église conciliaire on peut remettre en question les vérités dogmatiques et les préceptes moraux mais l’on ne saurait émettre le moindre doute sur l’“Holocauste”. Aujourd’hui il est infiniment moins risqué pour un séminariste de douter de la Résurrection du Christ ou de la virginité perpétuelle de Marie que d’émettre des réserves sur la version juive de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Perfidement, Benoît?XVI ajoute que Mgr?Williamson n’a «?jamais été un catholique au sens propre puisqu’il s’est converti de l’Eglise anglicane à la Fraternité Saint Pie-X, ce qui signifie qu’il n’a jamais vécu dans la grande Eglise?». Le successeur de Jean Paul II prend des libertés avec la vérité car Mgr Williamson est entré à Ecône en 1972. Or, à cette époque, la Fraternité Saint-Pie?X était reconnue par l’église conciliaire. Ce n’est qu’en mai 1975 que les premières sanctions sont tombées. Mais quand, pour plaire aux juifs, il s’agit d’accabler un prélat qui, pour l’heure, refuse de renier ce que de tout cœur il croit être la vérité historique, l’on n’en est certes pas à un mensonge près?!

L’ULTIMATUM DE MGR FELLAY A MGR WILLIAMSON

Ce même 20?novembre, le jour même où l’on apprenait que Benoît XVI ne mettait plus à l’index le préservatif, la direction de la Fraternité Saint-Pie X publiait un communiqué comminatoire. Pour dénoncer les propos immoraux de Josef Ratzinger, condamner son relativisme moral?? Non, pas du tout. Pour enjoindre à Mgr?Williamson de changer d’avocat sous peine d’être exclu de la FSSPX. Voici le communiqué publié par la maison généralice et signé du secrétaire général de la Fraternité, l’abbé Christian Thouvenot?: «?Le Supérieur général, Mgr?Bernard Fellay, a appris par la presse la décision de Mgr?Richard Williamson de révoquer, dix jours avant son procès, l’avocat chargé de ses intérêts pour se laisser défendre par un avocat ouvertement lié à la mouvance dite néo-nazie en Allemagne et à certains de ses groupes. Mgr?Fellay a intimé l’ordre formel à Mgr?Williamson de revenir sur cette décision et de ne pas se laisser instrumentaliser par des thèses politiques totalement étrangères à sa mission d’évêque catholique au service de la Fraternité Saint-Pie?X. La désobéissance à cet ordre ferait encourir à Mgr?Williamson l’exclusion de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie?X.?»

Si la direction de la Fraternité veut exclure Mgr?Williamson de ses rangs s’il ne renonce pas à son avocat, «?un groupe de “survivants” juifs?» semble avoir une volonté analogue puisque, ce même 20?novembre, selon une dépêche Reuters, ce groupe juif «?exhorte le pape à exclure un négationniste de l’Eglise catholique pour avoir fait le choix d’un avocat proche de groupes néo-nazis pour assurer sa défense à son prochain procès en Allemagne?».

Rappelons que le procès en appel de Mgr?Williamson, initialement prévu le 29?novembre, a été repoussé à février ou mars 2011 car, quelques jours avant l’audience, l’évêque britannique a décidé de changer d’avocat. Il a fait le choix de Maître Wolfram Nahrath, membre du NPD et brillant défenseur de Horst Mahler puis plus récemment de Kevin Käther, deux militants révisionnistes.

Las, aux dernières nouvelles, ne souhaitant pas être exclu de la FSSPX, Mgr?Williamson aurait cédé et accepterait, à contrecœur et bien tristement, de reprendre l’avocat antirévisionniste qui lui avait été imposé par la FSSPX lors du premier procès de Ratisbonne le 16?avril 2010 (à l’issue duquel il avait été condamné à 10?000?euros d’amende) et qui s’était comporté en procureur à son égard, en condamnant fermement ses propos révisionnistes, Me?Matthias Lossmann. Des avocats transformés en procureurs, voilà à quelle abjection l’on en arrive lorsque l’on accepte de plier le genou devant la Synagogue?!

LE REGNE DE LA RELIGION DE LA SHOAH

Le communiqué de la direction de la FSSPX mérite qu’on s’y arrête quelque instant car il nous semble très critiquable : il est reproché à Mgr?Williamson de se faire instrumentaliser par des thèses politiques étrangères à sa mission d’évêque. Mais la question n’est pas là?: il ne s’agit pas de faire une profession de foi national-socialiste (position que de toute façon Richard Williamson ne partage pas), il s’agit de savoir si ce qu’il a dit sur l’“Holocauste” est vrai. De plus, il y a une formidable hypocrisie dans ces considérations car lorsque l’abbé Schmidberger et Mgr?Fellay à sa suite, en janvier 2009, reconnaissent explicitement la Shoah et font leur l’histoire officielle, là ils sont dans leur droit, ils n’empiètent pas sur un domaine qui n’est pas de leur compétence. Mais quand c’est Mgr?Williamson, c’est interdit?! Ce deux poids deux mesures n’est pas recevable. Au fond on n’a le droit de parler d’histoire que si l’on va dans le sens du Système?!

De plus, il est faux de dire que les controverses historiques n’intéressent en rien les évêques. Quand il s’agit de défendre le passé historique de l’Eglise contre les attaques qu’elle subit (Croisades, Inquisition, attitude de Pie XII pendant la Seconde Guerre mondiale, etc.), les clercs ont le devoir de bien connaître le dossier. Enfin et surtout, il est faux de réduire l’“Holocauste” à une simple question historique ou politique. Car la Shoah a d’évidentes implications morales et religieuses, qui sont d’ailleurs de plus en plus évidentes et de plus en plus effrayantes au fur et à mesure que le temps passe. Ce nouveau dogme est le fondement d’une morale consumériste, hédoniste, droitdel’hommiste, antiraciste, antinaturelle, antidiscriminatoire, antichrétienne. A cause de la Shoah l’on ne peut plus être maître chez soi, l’on ne peut renvoyer les immigrés en surnombre, refuser les droits réclamés par toutes les minorités ethniques ou sexuelles, l’on ne peut défendre la famille, la patrie, la religion, les valeurs et institutions traditionnelles, l’on ne peut prôner le nationalisme car, nous dit-on, on sait où cela a mené?: à la mort de millions d’innocents dans les chambres à gaz. Et puis, et c’est bien là l’essentiel, qui ne voit que la religion de la Shoah est le moyen satanique de substituer à l’unique sacrifice du Christ au Golgotha la mort des juifs à Auschwitz ? Ce ne sont plus la Passion, la mort du Christ sur la Croix et sa Résurrection au troisième jour qui constituent l’événement central de l’histoire et du monde, c’est la déportation, la mort des juifs dans les camps d’extermination et leur résurrection trois ans plus tard en Israël qui sont le centre et le sommet de l’histoire. Or un chrétien ne saurait accepter cette perspective, sauf à apostasier.

LA PEUR EST LE MOTEUR DU MONDE

Depuis bientôt deux ans, dans cette affaire Williamson, nous assistons à un permanent concours de lâcheté entre la Rome moderniste et la FSSPX. La Fraternité reconnaît la Shoah, condamne et marginalise l’évêque britannique pour ne pas compromettre l’accord qu’elle veut contracter avec le Vatican et ce dernier en rajoute pour complaire aux juifs et aux media qu’ils détiennent. La boucle est bouclée. Espérons que Mgr?Williamson ne sera pas conduit à se renier, comme le fit il y a quatorze?ans l’abbé Pierre qui, attaqué de toutes parts par les media, en vint à se désolidariser publiquement de son ami intime Roger Garaudy.

Car, ne nous y trompons pas, c’est la peur qui est le moteur du monde. C’est ce sentiment si commun à l’homme qui explique toutes les lâchetés, toutes les abdications, tous les renoncements, toutes les trahisons, toutes les ignominies. Il est certes normal d’avoir peur. Mais, Dieu aidant, il faut essayer de la surmonter, de ne pas se laisser dominer par elle. Ce n’est pas un hasard si à 63 reprises dans les quatre Evangiles le Christ répète : « N’ayez pas peur ». C’est la peur qui explique la fuite des Apôtres à Gethsémani, le reniement de saint Pierre, la réclusion des disciples au Cénacle. Et combien de fois lit-on dans le Nouveau Testament cette expression?: «?par crainte des Juifs?»??

Or, l’on attend de prélats qu’ils soient courageux, qu’ils soient inflexibles lorsque la vérité est en jeu. L’on ne peut vanter à juste titre le sacrifice et l’héroïsme des premiers martyrs qui préféraient être dévorés par les bêtes féroces plutôt qu’apostasier et se comporter sans cesse en pleutres, se soumettre au monde, aux media, placer par dessus tout la gestion de son patrimoine immobilier ou la survie de l’œuvre que l’on dirige. On attend d’évêques qu’ils défendent la vérité, la foi et la morale à temps et à contretemps et non qu’ils multiplient les abdications. Si nous ne sommes pas capables de tout perdre pour les certitudes qui sont les nôtres, alors c’est que notre combat ne vaut rien et que nos convictions sont bien fragiles. Un catholique, un nationaliste doit être prêt à perdre son travail, sa réputation, ses biens, sa famille, sa liberté, sa vie même s’il le faut. C’est pour l’avoir oublié que nous ne cessons de reculer et de perdre toutes les batailles depuis deux siècles. Et que notre monde irrespirable devient chaque jour davantage un épouvantable cloaque.

Jérôme BOURBON. »

35 commentaires concernant l'article “Benoît XVI, le préservatif et Mgr Williamson par Jérome Bourbon”

  1. Bravo et merci M.Bourbon
    Puisse Mgr Williamson rester ferme. Même si changer d’avocat à quelques jours seulement du procès n’était pas très judicieux, car le nouvel avocat aurait eu trop peu de temps pour s’imprégner du dossier.

  2. On ne peut qu’apprécier le ton de cet édito et reconnaître que la peur fait des ravages mais ce n’est sûrement pas le rôle d’un évêque de la Tradition de mener un combat historique.
    Les premiers martyrs ne se trompaient pas de combat !
    Pour l’heure, il ne faut pas se tromper de lieu : le procès de Mgr Williamson n’étudiera pas le fond (historique) mais uniquement la forme.
    Laissons le temps au temps et les mensonges retomber sur leurs initiateurs
    L’AZ

  3. Soyons un peu sérieux ! Qui est assez fou pour se soucier des populations de l’Afrique ?
    Il suffit de consulter des statistiques pour s’apercevoir que plus une population est douée d’un faible QI , plus elle est prolifique et moins elle semble apte à se développer économiquement .
    Il faudrait tout de même cesser de s’apitoyer sur le sort des Africains .
    Notre génocide programmé par les supergénies que furent Marx et Freud m’importe davantage .

  4. @ athos
    L’argumentaire de Bourbon est remarquable au contraire .
    Dîtes-nous ce qui est « fou » dans ses affirmations ?

  5. Ce qui est sur, c’est que chaque édition du journal RIVAROL aujourd’hui, ne laisse pas indifférent et fait débat. TANT MIEUX!

    Meme les « grands » medias en parle, comme par exemple sur le sujet Marine et du FN.

    Jérome Bourbon est un polémiste de talent et fait son boulot de journaliste à la tete d’un journal D’OPINION. Et le traiter de « fou » est RIDICULE.

    « Rivarol », par son ton, s’inscrit dans la ligne des légendaires journaux nationalistes, du quotidien « l’Action Française » avec Maurras et Léon Daudet ou « Gringoire »…

  6. merci MR Bourbon de mettre votre talent et votre honnetete irreprochable au service des lecteurs d’un hebdo exeptionel.

  7. Il est bon qu’une presse indépendante du capital apatride subsiste . Pour cette raison , il faut soutenir  » Rivarol  » , ce qui n’implique pas l’approbation de toutes ses positions .

  8. Il faut arrêter le délire, les catholiques ont bien d’autres choses à faire que de se fourvoyer dans le combat révisionniste, dont la plupart des propagantistes se revendiquent athées ou anti-chrétiens.

    M. Bourbon a sûrement raison de dénoncer la shoah comme un super dogme que l’eglise conciliaire nous obligerait à croire, mais il ne faut pas qu’à l’inverse, le soutien à la thèse révisionniste soit considéré comme une condition incontournable d’un combat catholique et nationaliste authentique.

    Le vrai combat, c’est celui de la vie eternelle, et la position que l’on peut avoir sur cette controverse historique est de bien peu d’importance au yeux de Dieu pour y accéder

  9. Il est vrai que depuis que Rochette, Ryssen et Bourbon se lâchent sous l’égide de ce dernier, RIVAROL jouit d’un second souffle bien venu. L’époque de l’attentisme stéril est bel et bien terminé. C’est une très bonne nouvelle pour les vrais nationalistes.

  10. « Shoah » : vaste escroquerie démasquée:

    « Une organisation basée à New York validait des demandes d’indemnisation de fausses victimes de la Shoah. En 15 ans, quatre milliards de dollars auraient été détournés. »

    Quelque 5500 personnes ont reçu frauduleusement aux Etats-Unis 42,5 millions de dollars payés par l’Allemagne en se faisant passer pour des victimes de la Shoah dans le cadre d’une vaste escroquerie, a annoncé mardi un procureur fédéral de New York.
    http://www.nouvelles-de-france.fr/breve.php?id=366

    Vaste escroquerie de fausses victimes de la Shoah:

    voir aussi JT de TF1: http://videos.tf1.fr/infos/2010/vaste-escroquerie-de-fausses-victimes-de-la-shoah-6136157.html

    « Depuis 15 ans, ce sont plus de 5500 demandes d’indemnisation frauduleuses… »

    « Une organisation basée à New York validait des demandes d’indemnisation de fausses victimes de la Shoah. En 15 ans, quatre milliards de dollars auraient été détournés. »

    Ce scandale: l’arbre qui cache la foret?

    Pour ce qui est de Rivarol et J. Bourbon, au moins, ils ont le mérite de parler de sujets « tabous » et surtout faire débat (voir déjà ce fil 😉 )

  11. Hervé Ryssen est maintenant rédacteur chaque semaine à RIVAROL?

    EXCELLENT!

    On ne va pas s’ennuyer!

    Chaque numéro du journal est un vrai dépolluant de la cervelle!
    ET fait réfléchir, débattre sur des sujets tabous.

    Les « grands »médias du système s’offusquent contre l’affreux hebdo d’extrrreeme droooate! (comme le dernier JDD).

    SOUTIEN et abonnement au journal de VRAI résistance qu’est devenu RIVAROL.

  12. Il subsiste un éternel débat au sein de nos rangs entre les partisans du « on fonce » et ceux du « le système est encore trop puissant », prudence, protégeons nos écoles et nos églises.. La ligne rivarolienne-williamsonnienne est très réjouissante, espérons qu’il y aura suffisamment d’énergies derrière pour suivre et qu’elle ne sera pas décapitée dans l’oeuf. Ne doutons pas un seul instant qu’au plus haut niveau, les cadres les plus volontaires sont soigneusement répertoriés, fichés… La démarche de Ryssen et des autres n’en est que plus courageuse.

  13. Folie ou application à la lettre du message Christique : recherchez Dieu et la justice et le reste vous sera donné de surcroit !

  14. J’ai lu in extenso cette longue harangue de Jerome Bourbon… Que dire si ce n’est que je suis perplexe. Je me suis astreint a la relire trois fois pour bien en analyser fil directeur. Il ressort deux choses, la premiere est une detestation de ce qu’il nomme le « modernisme » et que l’on pourrait resumer par toutes les modifications d’ordre liturgiques ou autres engagees par l’Eglise Catholique depuis le concile Vatican II. J’admets bien volontiers que bon nombre de ces modifications me paraissent detestables et je soutiens que ce fut une grande erreur de les avoir conservees. Cependant la ou je ne peux etre d’accord avec Mr Bourbon c’est dans ses attaques contre le Saint Pere et dans ses tirades repetees ouvertement antisemites.

    Mr Bourbon s’en prend a S.S Benoit XVI pour son dernier livre d’entretiens et lui reproche d’avoir pris position en faveur de l’usage du preservatif masculin. Or ceci est faux, le Pape ne fait que dire une verite elementaire, a savoir que les personnes se mettant dans une situation mettant en peril leur sante ou celle de leurs partenaires doivent, au nom de la responsabilite, se proteger et mettre un preservatif. Que le Pape cite un exemple comme celui d’un prostitue ne me choque pas, il reconnait ainsi que des comportements a risques existent et que entre la peste et le cholera il faut savoir privilegier l’essentiel qui est la preservation de la vie humaine. Sur ce detail du livre incrimine, Jerome Bourbon se lance ensuite dans une condamnation de l’approbation pontificale a l’usage du preservatif ce qui n’a jamais ete le cas!
    En ce sens il affirme donc que reprenant l’exemple du prostitue masculin, que le seul commandement de l’Eglise devrait etre de lui dire de cesser de se prostituer car le prostitue commet deux peches, la prostitution et l’homosexualite!! C’est d’une logique pour le moins boiteuse car Jerome Bourbon doit savoir qu’il existe des prostitues masculins dont la clientele est feminine!!! D’autre part , lui qui invoque le Christ a tout bout de champ semble oublier ce qu’il disait des prostituees: En vérité je vous le dis, les publicains et les prostituées arrivent avant vous au royaume de Dieu » (Matthieu 21,31). Ceci pour dire que entre pousser a la perfection morale et religieuse et nier les realites, meme les plus triviales de nos societes humaines il y a un grand pas que meme le Pape ne peut faire. Tout le monde sait que les ideaux catholiques ne sont pas la norme majoritaire en ce monde et c’est d’autant plus vrai dans nos societes hedonistes et materialistes. Benoit XVI est un homme lucide et il est dans son role lorqu’il donne de tels avis qui ne sont en aucun cas des dogmes ou des regles officielles de l’Eglise. Je n’ose imaginer ce que donnerait une confession si le pere confesseur s’appelait Jerome Bourbon avec la majorite des pecheurs, ce serait certainenment traumatisant.

    L’autre volet du discours « bourbonien » (pardon c’etait trop tentant!) est ses eruptions antisemites. Mr Bourbon n’aime pas les Juifs, dont acte, mais ses motivations me semblent pour le moins obscures et peu chretiennes dans l’esprit. Reprendre mot pour mot la semiantique « negationniste » ou « revisionniste » me parait regrettable car de tels exces ne servent a rien. Que la Fraternite Saint Pie X enjoignent a Mr Williamson de changer d’avocat me parait etre un minimum car son choix etait politiquement et mediatiquement desastreux. Un homme de Dieu ne peu etre associe a une ideologie mortifere , demoniaque, anti chretienne comme le national socialisme. Nier la volonte exterminatrice des Juifs par les nazis, refuter l’utilisation des gaz pour le meurtre de masse de millions de Juifs et d’autres innocents (slaves, tziganes, temoins de jehovah, homosexuels etc) est un crime et une insulte pour les descendants de victimes et les rares survivants. Denoncer celles et ceux qui tentent d’utiliser le drame de la Shoah comme moyen de faire de l’argent (exemple recent d’escroquerie aux Etats Unis) ou comme outil politique pour faire taire toute critique envers Israel est une chose, nier un drame historique est une escroquerie intellectuelle et une offense impardonnable pour un Chretien. Dire une telle infamie:
    La religion de la Shoah est le moyen satanique de substituer à l’unique sacrifice du Christ au Golgotha la mort des juifs à Auschwitz Ce ne sont plus la Passion, la mort du Christ sur la Croix et sa Résurrection au troisième jour qui constituent l’événement central de l’histoire et du monde, c’est la déportation, la mort des juifs dans les camps d’extermination et leur résurrection trois ans plus tard en Israël qui sont le centre et le sommet de l’histoire. Or un chrétien ne saurait accepter cette perspective, sauf à apostasier.
    Des propos comme cela me glacent le sang! Si il ya quelque chose de demoniaque c’est bien une telle perversion de l’esprit comme celle ci! C’est une honte de penser et d’ecrire de telles horreurs et j’aimerais voir Jerome Bourbon face a un survivant de l’abomination nazie, j’aimerais l’entendre dire devant les listes et les photos d’enfants juifs extermines pour le seul fait d’etre Juif que le souvenir de la Schoah est une ideologie satanique!!!! Jean Marie Le Pen a traite de taliban Jerome Bourbon il ya peu au sujet des attaques de ce dernier contre Marine Le Pen, je pense qu’il aurait du ajouter que c’est un malade aveugle par une haine demoniaque.

  15. A Tchetnik:

    Vous aussi, c’est une fixation antisemite decidement! J’aurais dit un Communiste tout court! Concernant Staline vous semblez ignorer qu’il etait peu suspect de philosemitisme.

  16. MaMajesté

    Apfelbaum, Rosenfeld, Bronstein, Kaganovitch, Yankel Salomon…allez-y, faites votre choix, la liste n’est pas exhaustive, on en a encore des milliers dans les cartons.
    On peut ajouter Mordko Bogrov aussi.

    Nous n,avons rien contre un peuple. Nous n’avons simplement aucune sympathie pour une intelligentsia économique et philosophique. Un peu comme un Juif n’aime pas trop les SS d’ailleurs.

    Quant au Géorgien Staline, c.était avant tout un ancien braqueur de banque qui allait là où son intérêt le lui disait. Si il détestait un peuple c,est beaucoup plus les Russes que les Juifs.

  17. A Ma Majesté:

    Quand j’étais étudiante, nous parlions à l’aumônerie d’un pèlerinage en Pologne à Czechtekowa (pas sûre de l’orthographe). C’est alors qu’une responsable a dit qu’il fallait que nous prévoyions dans le voyage d’aller à Auschwitz, car « on ne peut pas aller en Pologne sans aller à Auschwitz ». Moi je ne voyais pas l’intérêt dans le cadre d’un pèlerinage… Je ne trouve pas que J. Bourbon exagère, les gens ne voient vraiment que par ça.

    Quant à B 16, certes il a donné un conseil pratique, mais il savait, à moins d’être con, que ses paroles allaient être déformées et que les incroyants, comme les cathos mollassons, auraient tôt fait de dire que le préservatif est autorisé. Bourbon l’explique très bien, mais si vous avez besoin de lire trois fois un article pour le comprendre, on imagine que le sens de certaines phrases vous échappe.

    Quant aux prostitués, ne faites pas l’idiot, la clientèle est majoritairement masculine. Et les prostitués convertis, comme Marie-Madeleine qui finit sa vie dans le pénitence, nous précèderont sûrement; mais pas d’angélisme, il y a du souci à se faire pour ceux qui meurent sans repentance.

    Quant à la haine de bourbon, que dire, sinon que Dieu vomit les tièdes?

    Bien à vous, Sire!

  18. @ MaMajeste

    Vous faites une double critique de l’article de Jérôme Bourbon. Cette double critique me laisse un sentiment partagé : Autant l’une est totalement fondée, autant l’autre ne repose strictement sur rien.

    Dans votre première partie, vous jugez très sévèrement Jérôme Bourbon et on ne peut aller que dans votre sens. La critique qu’il émet à l’encontre de Benoît XVI est déplacée et très mal venue. Du reste, elle est un acte absolu d’immodestie (pour qui se prend-il pour aller juger les paroles du Pape ?), alors même que Notre Seigneur nous a toujours enseigné de rester humble. Certes, certains diront que nombreux sont ceux qui ne se gênent pas de critiquer le Pape, voire de le caricaturer… Cependant, la plupart de ces sinistres individus ne se revendiquent pas comme catholiques, et c’est là une différence essentielle entre ces derniers et Jérôme Bourbon.

    Par ailleurs, si l’on considère que la réforme Vatican II est une hérésie avec notamment toutes les modifications au niveau liturgique, il est vraiment injuste de s’en prendre à ce Pape qui est le premier à faire marche arrière. On pourra trouver ses premiers pas trop timides, mais néanmoins, il a fait une ébauche de remise de l’Eglise dans le bon sens, et il aurait été bien de le souligner, ce que Bourbon s’est abstenu de faire. On ne peut pas exiger tout, tout de suite, la patience est aussi une vertu chrétienne, ce que semble oublier Bourbon. Donc, au final, la première partie de votre critique est totalement fondée.

    La deuxième partie de la critique est par contre totalement ridicule.

    Déjà, vous faites un amalgame entre « révisionniste » et antisémite alors que ces deux mots n’ont aucun lien entre eux. Rappelons que le révisionnisme est né de personnes de gauche, qui avaient en horreur l’antisémitisme. Simplement, sachez par exemple que Robert Faurisson, ancien prof de Français, est un ancien syndicaliste du SNE Sup, un syndicat proche du parti communiste. D’ailleurs, le révisionnisme est né grâce au témoignage du socialiste Paul Rassinier, arrêté en France par la Gestapo, déporté à Buchenwald puis à Dora. Son livre Le mensonge d’Ulysse, écrit tout de suite après la guerre, est aujourd’hui interdit. Tout comme son autre ouvrage Le drame des Juifs européens. Vous devriez vous demander pourquoi. Et quand vous dites « j’aimerais voir Jerome Bourbon face a un survivant de l’abomination nazie« , je pense que Bourbon serait très à l’aise devant Rassinier, à l’inverse d’un Gayssot dont la loi interdit son témoignage, pourtant vécu. Et je tiens ici à préciser que Rassinier, contrairement à d’autres telle par exemple Simone Veil, octogénaire, n’est pas revenu indemne de sa déportation. En effet, les dures conditions de vie dans les camps lui ont valu un handicap à vie (il a été reconnu invalide à 100 % après guerre), et sont responsables de sa mort prématurée, à 61 ans.

    Par ailleurs, vous vous permettez de juger pas seulement Bourbon, mais l’ensemble des chrétiens puisque vous semblez insinuer qu’on ne peut pas être chrétien et sceptique sur la shoah. En ce qui me concerne, mais je peux me tromper, une attitude saine pour un chrétien est de chercher la vérité et de ne pas forcément croire le premier venu, d’autant plus si ce premier venu n’a pas de preuves de ce qu’il dit. Donc un chrétien doit surtout chercher le débat car, dans notre bas monde, le débat semble le meilleur moyen pour faire ressortir la vérité. Or, ce débat est aujourd’hui interdit à cause de lois liberticides, comme si l’on voulait nous imposer un dogme obligatoire. Et là, le vrai chrétien doit dire non. Tout ce qui concerne ce bas monde doit pouvoir être soumis à discussion. Les seules choses auxquelles doit croire un vrai chrétien sans discussion sont les Saintes Ecritures, un point c’est tout. (Du reste, perso, je ne suis pas du tout pour l’inquisition, et ça ne me dérange pas que des personnes ne croient pas à la Bible. Seulement, dans ce cas là, elles ne sont pas chrétiennes).

    Et d’ailleurs, le problème actuel de la Shoah est celui-ci : Non seulement on nous présente des affirmations sans preuves auxquelles nous sommes obligés de croire, donc de façon dogmatique, mais de surcroît cela se fait de façon inquisitoriale : Quiconque émet la moindre réserve, le moindre doute, finit en prison comme l’expérimente actuellement Vincent Reynouard. Rappelons que son incarcération n’est due qu’à une brochure d’une dizaine de pages, distribuée à une centaine d’exemplaires. Du reste, dans cette brochure, on trouve des images très difficiles à regarder (donc Reynouard ne nie nullement qu’il y ait eu des horreurs), mais donne d’autres explications à ces horreurs que la version officielle, ce qui gêne énormément le dogme…

    Ensuite, il faut bien voir que l’on nous présente la shoah comme un crime unique, sans précédent dans l’histoire. Or, ceci est totalement faux, l’histoire est une succession de massacres et de génocides, et ce depuis que l’humanité est. D’ailleurs, et c’est très significatif, certains qui connaissent tout de la shoah, ignorent dans le même temps tout du génocide qu’a vécu une partie du peuple français, à savoir le génocide vendéen, génocide responsable de la mort de 200 000 vendéens sur une population totale estimée à 800 000(indifféremment hommes, femmes, enfants, il fallait tuer quiconque était vendéen). Pourquoi cela est-il celé ? Tout simplement, car cela ferait de l’ombre au nouveau dogme.

    Alors, peut être, direz-vous que cela est vieux, et que tous les survivants sont désormais morts et que c’est pour ça qu’on n’en parle pas ou que très peu, même si c’est notre propre peuple qui a subi ce génocide… Mais dans ce cas là, pourquoi ne parle-t-on pas de l’holodomor, génocide du peuple ukrainien qui a fait entre 6 et 8 millions de morts, et qui donc surclasse la shoah, y compris en s’en tenant à la version officielle ? Pourtant, cela s’est passé en deux ans (1932-1933) et il y a encore des survivants. Là, l’horreur serait-elle moindre car les victimes ne sont pas juives ? En réalité, c’est que ce génocide ferait de l’ombre au nouveau dogme, (il serait bien difficile de le considérer comme unique), dogme imposé, rappelons le encore, en interdisant tout débat contraire et en faisant interdire des livres autobiographiques de victimes, ce qui pour le coup est unique car on peut nier légalement tout autre génocide.

    Donc, alors que je suis loin de partager l’ensemble des idées de J Bourbon, et que d’une manière générale, je trouve qu’il va beaucoup trop loin, je ne peux que le féliciter et être totalement en accord avec lui quand il dit : « La religion de la Shoah est le moyen satanique de substituer à l’unique sacrifice du Christ au Golgotha la mort des juifs à Auschwitz Ce ne sont plus la Passion, la mort du Christ sur la Croix et sa Résurrection au troisième jour qui constituent l’événement central de l’histoire et du monde, c’est la déportation, la mort des juifs dans les camps d’extermination et leur résurrection trois ans plus tard en Israël qui sont le centre et le sommet de l’histoire. Or un chrétien ne saurait accepter cette perspective, sauf à apostasier. »

  19. MERCI au journal RIVAROL de nous dépolluer la cervelle du politico-religieusement « correct »!

    Ce journal et son Directeur sont vraiment COURAGEUX et brise bien des tabous!

    Et , si l’on n’est pas d’accord: réagir dans le courrier des lecteurs qui fait UNE page entière à chaque numéro!

    Donc, un espace de liberté qui n’existe NULLE part ailleurs!

    Ce qui est sur et formidable, c’est que ce journal ne laisse pas INDIFFERENT à chaque numéro.

    M. J. BOURBON laisse toujours son e-mail après ses articles, preuve qu’il accepte loyalement toutes les réactions à ses articles et en tient compte.

    RIVAROL est devenu un grand journal polémique du camp National, qui pose les questions dans la ligne des légendaires journaux nationalistes, tels le quotidien « L’Action Française », « Gringoire » ou « JE SUIS PARTOUT » de Rebattet. Avec maintenant Hervé RYSSEN, un prof d’Histoire au parcourt aussi persécuté que le prof. Vincent Reynouard.

  20. Critique nuancée de la part d’Eris. Je le répète, il est très difficile de savoir qui de la prudence chrétienne à l’égard du pape ou de la fougue bourbonienne respecte le plus l’exemple du Christ.

  21. Je viens de découvrir un certain nombre des billets de votre site web et j’apprécie vraiment votre manière de bloguer. Ce web est maintenant inscrit à mes préférés, je viendrais à nouveau assurément bientôt !

  22. @ Mamajesté
    Qu’avez-vous à répondre au commentaire d’Eris ?

    « Denoncer celles et ceux qui tentent d’utiliser le drame de la Shoah comme moyen de faire de l’argent (exemple recent d’escroquerie aux Etats Unis) ou comme outil politique pour faire taire toute critique envers Israel est une chose »
    Oh, mais ce n’est pas que pour faire taire toute critique à l’égard d’Israel, mais pour faire taire toute critique à l’égard de toute personne juive et surtout pour empêcher toute tentative de se pencher sur les instigateurs du communisme , entre autres.
    Quant à l’argent , ils instrumentalisent vous savez quoi en toute « légalité « , en exerçant des pressions intolérables ; trop facile de réduire
    les « excès » à une ou des escroqueries illégales.

    Votre sang se glace à géométrie variable .
    Quant à Staline , il semble que toutes ses épouses étaient juives ; un simple hasard sans doute.

    Votre sang se glace , à géométrie variable.

    Vous évoquez Staline pour faire diversion .
    Outre que le fait que les horreurs subies par les non juifs semblent n’éveiller aucune compassion chez vous , vous faites mine d’ignorer

  23. Je tiens pourtant à dire que je suis de l’Église Officielle.
    Cela m’empêche pas d’être capable d’objectivité.

    Objectivement parlant, nous savons que :

    1)Le Saint Père a été blessé par l’affaire Williamson.
    2)Que Mgr Williamson s’est ensuite excusé au Saint Père par le Cardinal Hoyos.
    3)Un communiqué du Vatican par un Mgr a suivi mentionnant grosso-modo que le Pape avait pas besoin des justifications d’un Mgr Williamson.
    4) Comme par hasard le Saint Père affirma dans son dernier livre que Mgr Williamson n’a jamais été catholique de sa vie puisqu’il passa de l’Anglicanisme à la FSSPX !

    Je crois que tout cela ressemble étrangement à des règlements de comptes personnels désespérés.
    Si Mgr Williamson a jamais été catholique je me demande ce que vaut l’excommunication ?
    Objectivement ce Mgr en 72 quand il est passé de l’Anglicanisme au catholicisme, la FSSPX était encore reconnue. Comme l’affirme Monsieur Bourbon avec raison, ce n’est qu’en 1975 que les problèmes de communion ont surgit chez la FSSPX. Je suis capable de voir tout ça même si j’ai pas la même perception de l’ÉGLISE que vous à la FSSPX.

    Je crois que le Saint Père aura une décision déchirante à prendre dans quelque temps sur les négos..Que Dieu le bénisse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.