« Agora » : moralisateur et antichrétien.

par Damien Theillier, professeur de philosophie

Agora J’ai vu des affiches dans le métro et j’ai cru que ce film avait une ambition historique et philosophique. Erreur…

Conformément aux affiches, la reconstitution d’Alexandrie au IVe siècle (époque de Saint Augustin) est extrêmement bien faite. Mais c’est hélas le seul point fort de ce film.

Car pour voir ça, il faut subir 2 heures de gnan-gnan moralisateur à propos de la tolérance et une accumulation d’anachronismes affligeants et de clichés ridicules.

Ainsi les chrétiens sont présentés comme des barbares fanatiques qui veulent détruire toute trace de civilisation romaine et grecque, qui préconisent de tuer tous les infidèles et qui, bien entendu, s’en prennent aux juifs pour les exterminer. Il ne manque plus que les chambres à gaz !!

De leur côté, les païens, sont présentés comme des hommes du XXIe siècle, forcément éclairés, écologistes avant l’heure, féministes, multiculturalistes, et j’en passe…

La figure de la philosophe et astronome Hypatie est complètement mièvre. En plus d’être une mère-la-morale, elle est présentée comme une athée, ce qui est un contresens historique majeur. Les philosophes néoplatoniciens d’Alexandrie comme Plotin au IIIe siècles croyaient en un Dieu Un. Enfin, elle a compris toute seule, 1400 ans avant Galilée, que la terre tournait autour du soleil. On nage en plein délire…

Bref, on l’aura compris, c’est de l’histoire revue et corrigée, du révisionnisme pour les incultes. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’auteur de ce film n’est pas un américain mais un espagnol : Alejando Amenabar. Vitoria et Las Casas, ces grands penseurs espagnols de l’école de Salamanque au XVIe siècle, doivent se retourner dans leur tombe !! Et les américains qui vont voir ce film vont bien rire de nous. J’attends de lire quelques critiques dans la presse américaine et je vous en reparle.

Finalement je suis sorti avant la fin du film, je n’ai pas supporté plus d’une heure ce péplum européen dégénéré, cette bouillie pseudo-intellectuelle pour les bobos.

Source, via Edeo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.