Chronique de la christianophobie – 06/04/2010

«L’athéisme en France est une religion et l’anticléricalisme une église.» E.Berl

Chers internautes,

Il n’est pas question ici de se lamenter. Le rendez-vous hebdomadaire que nous vous proposons a pour seul objectif de fortifier votre esprit critique et votre quête de Vérité, en mettant à votre disposition des éléments cachés par les grands de ce monde en termes de christianophobie.
Ici, ce vocable sera considéré dans son acception la plus large, c’est-à-dire que nous traiterons aussi (en plus de la peur) de la haine dont la Chrétienté est l’objet dans notre monde.
Posez-vous une question simple : à quelle fréquence entendez-vous parler de faits relevant de la christianophobie  dans les médias traditionnels ?
Croyant à l’objectivité des médias, beaucoup se contentent d’assimiler « actes antireligieux » à « islamophobie », ou « judéophobie ».  Les actes qui y sont associés existent bien entendu, et sont, eux, largement relayés par les médias. En tant que média alternatif, nous visons ici à combler les lacunes du système d’information en place, et à dénoncer ses mensonges, le cas échéant.

En France, les lieux de culte catholiques sont de plus en plus pris pour cible. La haine du Christ se propage, les actes de vandalisme et de profanation gagnent en intensité et en régularité, comme en témoignent les événements récents.

Le mois dernier, la basilique Saint Donatien de Nantes, et le lycée catholique du même nom ont été la cible d’un raid anarchiste. Les vandales ont signé leur passage de slogans haineux et cathophobes. On a pu y lire « les curés au bûcher, les sorcières en liberté », et le désormais (trop) récurrent « Ni Dieu ni maître ». La veille, des individus ont réussi à s’introduire en l’église de Saint Etienne des Ouillères, dans le Rhône, et n’en sont ressorti qu’après avoir vandalisé le mobilier et brûlé une banderole. En février dernier, c’est une église de l’Essonne (Saint Michel de Morangis) qui avait été la cible de « cambrioleurs »,  qui en sont ressortis après avoir forcé le tabernacle, et piétiné les osties. A ce même moment, des sculptures ont été vandalisées en Vendée, et la rambarde de la cathédrale de Saint Pol de Léon (Finistère) a été détruite à la masse. Dans le Cher, l’église Saint Bonnet de Bourges a même été incendiée. En 2009, pas moins de 184 faits de profanations ont été recensés par la gendarmerie nationale sur le sol français. Parfois, la barbarie épargne les églises, pour mieux salir la mémoire de nos aïeux et la foi chrétienne qui les animait. Pour ne citer qu’un exemple, le cimetière du Fousseret en Haute Garonne a été l’objet d’une très lourde profanation en mars dernier. Des pierres tombales ont été renversées, et des croix brisées. La relative clémence des vandales est à souligner, puisque dans ce cas là aucun corps n’a été exhumé. Il est important de souligner que les groupuscules à l’origine de ces crimes sont pour le moins variés. Anarchistes, néo-nazis de carnaval et satanistes partagent au moins cela : la haine du Christ et de son message.
Cette christianophobie ne concerne pas uniquement le sol français, et dans le monde bien des chrétiens vivent en martyrs, dans l’indifférence la plus totale. Il serait trop long de présenter ici tous les actes antichrétiens perpétrés depuis début 2010 dans le monde. Contentons nous d’un bref survol. En Irak, la situation est particulièrement grave. En février 2010, huit chrétiens ont payé de leur vie leur attachement au Christ, assassinés par des musulmans. En Asie également, face à l’activisme hindou et musulman, il est de plus en plus difficile de vivre sa foi pleinement. Depuis le début de l’année, les lieux de culte chrétiens sont régulièrement la cible d’attentats à la bombe et d’incendies. En Egypte, les coptes (chrétiens de rite oriental) sont régulièrement la cible de musulmans. Le 12 mars dernier ces derniers ont tenté de lapider 24 ouvriers coptes, croyant qu’ils bâtissaient une église. Notons aussi que la semaine dernière des chrétiens de Palestine ont été violemment pris à partie par des soldats israéliens, ce qui (re)pose la question de la liberté religieuse accordée aux Palestiniens par les autorités israéliennes.
Vous voici donc présentée (trop) brièvement l’actualité de la christianophobie depuis début 2010. Meurtres, viols, vandalismes, bien que de plus en plus fréquents, sont banalisés et passés sous silence, condamnant les chrétiens à un martyr physique et moral de plus en plus intense. Le Système vous le cache, il nous importe de vous le faire savoir.

Joyeuse Pâques à vous tous et à lundi prochain.

Laurent, pour contre-info.com

2 commentaires concernant l'article “Chronique de la christianophobie – 06/04/2010”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.