Les scandaleuses indemnités des commissaires européens

D’anciens commissaires européens continuent de toucher des indemnités destinées à les aider à retrouver un emploi après la fin de leur mandat, même s’ils ont déjà une autre activité salariée.

Au total, “17 anciens responsables touchent encore des indemnités d’au moins 96.000 euros par an, bien qu’ils aient depuis longtemps un emploi de lobbyiste ou en politique”, explique le Financial Times Deutschland (jeudi 24-09-2010).

Selon le FTD, “l’un de ces principaux double gagnants est l’ancien commissaire à la concurrence Charlie McCreevy“.

Le commissaire irlandais continuerait de toucher une indemnité provisoire d’environ 11.000 euros par mois, en plus de ses émoluments de membre du conseil de surveillance de la compagnie aérienne Ryanair, qu’il a rejoint

après son départ de Bruxelles, et qui sont estimés à quelque 47.000 euros par an, selon le FTD.

Interrogé par le FTD, M. McCreevy n’a pas souhaité réagir à ces informations.

Le porte-parole de la Commission en charge du dossier, Michael Mann, a confirmé que 17 anciens commissaires touchaient des indemnités et défendu ce généreux système de rénumération des anciens responsables de la Commission.

Les anciens commissaires perçoivent une “indemnité transitoire” mensuelle pendant trois ans à dater du premier jour du mois suivant la cessation de leurs fonctions, a-t-il expliqué. Cette indemnité varie entre 40% et 65% de leur traitement de base final au moment où ils occupaient leurs fonctions, a-t-il dit.

“Il s’agit de leur faciliter le retour sur le marché du travail et de maintenir leur indépendance”, a-t-il dit.

Bémol mis en avant par le porte-parole, l’indemnité “transitoire” est plafonnée et sert surtout à compenser les différences éventuelles avec les salaires suivants.

Si un ancien commissaire reprend une activité, la rémunération mensuelle qu’il perçoit dans ses nouvelles fonctions, cumulée à l’indemnité de Bruxelles, ne doit pas dépasser le salaire qu’il percevait à la Commission, a-t-il dit.

Le traitement de base d’un commissaire s’élève (depuis le 1er juillet 2009) à environ 20.300 euros pour un commissaire hors indemnités de résidence et de représentation. Le salaire de base d’un vice-président est de plus de 22.500 euros par mois (hors indemnités) et celui du président de la Commission d’environ 25.000 euros (hors indemnités).

L’organisation “Open Europe” a calculé que le salaire annuel de José Manuel Barroso équivalait à celui du président des Etats-Unis, Barack Obama, estimé à quelque 400.000 dollars.

Les anciens commissaires perçoivent aussi une pension pleine de retraite à partir de 65 ans, qui n’est pas cumulable avec l’indemnité transitoire.

Selon le FTD, l’ancien commissaire à la pêche Joe Borg a reconnu recevoir également 11.000 euros par mois, alors qu’il travaille pour un groupe de pression européen, Fipra.

Source : la-croix.com (via l’Observatoire des subventions)

1 commentaire concernant l'article “Les scandaleuses indemnités des commissaires européens”

  1. L’Europe est une affaire très rentable pour certains et c’est la raison pour laquelle ils l’imposent contre les peuples. Seuls les Suisses ont su dire non à cela, et ce n’est donc pas sans raison qu’ils ont le pays où le cadre de vie est le plus agréable d’Europe.

    Il faut d’ailleurs savoir que les commissaires, en plus de leurs scandaleuses et injustifiées indemnités trouvent de plus en plus à s’embaucher en tant que lobbyste, c’est à dire à travailler pour des intérêts privés qui veulent imposer des règlements allant contre le bien être général. Ils se servent des contacts et carnets d’adresse qu’ils avaient créés lors de leur mandat pour pouvoir faire pression et influencer les décisions à venir. Des intérêts privés les payent des montants astronomiques pour cela, et nous nous retrouvons, par exemple, avec de la viande élevée à base de farine animale, ce qui donne la vache folle.

    http://www.bastamag.net/article1196.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.