Cocorico enroué pour le Puy du Fou

NDLR : si l’on peut reconnaître à Philippe de Villiers le succès du Puy du Fou, il ne faut oublier qu’il fut la marionnette du RPR/UMP durant toute sa vie politique.

Article intéressant lu sur surlering.com en dépit de l’admiration de l’auteur pour Villiers :

« L’oxymore est incontournable pour qualifier les réactions françaises au sacre du parc d’attractions du Puy du Fou comme meilleur parc du monde. En effet, rarement silence n’a été aussi assourdissant. Frédéric Mitterrand n’a rien dit. Bruno Retailleau, le Brutus vendéen, n’a rien dit. Valéry Giscard de Vulcania n’a rien dit. René Monory n’a rien dit, mais lui c’est normal puisqu’il est mort. Et pourtant, le parc vendéen du Puy du Fou a reçu samedi 17 mars, à Los Angeles, le Thea Classic Awards 2012 par l’association internationale des parcs à thèmes. Traduction : l’oscar des oscars des parcs d’attractions au niveau mondial, devant 700 parcs et spectacles d’une quarantaine de pays.

The Artist is Philippe de Villiers

Le silence est peut être dû à la lassitude des Français de gagner des récompenses internationales depuis The Artist avec Jean Dujardin, on se grise facilement… Nous ne pouvons pas croire que le parc fondé en 1989 par l’homme politique Philippe de Villiers soit boudé et méprisé par le corps intermédiaire journalistique dans une optique militante. Ce serait faire affront aux professionnels de la propagande. Nous ne pouvons pas croire non plus que les mondes politiques, culturels et éducatifs aient renoncé délibérément à se réjouir pour une victoire française. Ce serait faire affront aux nombreuses préoccupations on ne peut plus graves et sérieuses qui les hantent en ces temps de campagne électorale. La personne de Philippe de Villiers n’a rien à voir avec le silence médiatique, c’est une question de conjoncture. Si Philippe de Villiers avait joué le rôle muet (fantasme de ses contradicteurs) à la place du Dujardin, tout le monde aurait sans doute fait une standing ovation bruyante. Quoiqu’il parvienne assez bien à se taire en n’étant plus candidat.

En guise d’ovation, Villiers et ses collaborateurs se sont juste contentés de celles de Steven Spielberg et de George Lucas. Il ne sert à rien de réveiller un corps intermédiaire qui dort à Paris. A Los Angeles, le président du jury a simplement dit que le Puy du Fou faisait partie du « patrimoine mondial des spectacles qu’il faut avoir vus.» Pour un parc simplement géré par une association, bien à l’abri des subventions publiques et privées, concurrencer avec son petit budget les mastodontes type Disney, c’est apporter la preuve de la primauté de la créativité et de la culture dans le divertissement. Cela fait plusieurs années que les Etats Unis entre autres viennent essayer de comprendre le fonctionnement à la base du succès du Puy du Fou, et demander aide et conseils pour l’export de ses innovations. Il n’y a finalement qu’en France que l’on méprise le succès vendéen et que l’on méprise souvent le succès tout court.

Une arche pour l’histoire de France

Ce qui est évidemment précieux dans ce parc d’attractions, c’est le condensé de notre culture. Le parc commence avec la fin de l’empire romain et la naissance de la civilisation chrétienne, et il s’achève avec le chemin de la mémoire, l’attraction historique du parc, illustrant le génocide vendéen commandité par la république naissante. La Cinéscénie, le grand spectacle du soir, quant à elle, pousse l’histoire jusqu’à la seconde guerre mondiale. Peu importe où s’arrête notre histoire d’ailleurs. Peu importe quand la France est morte. Ce qui est certain c’est que le divertissement créé par Philippe de Villiers représente un conservatoire de notre culture, de notre histoire. Divertir en enseignant ? Ce n’est même pas aussi prétentieux et c’est sans doute supérieur. Bien sûr les parcs d’attractions sont méprisables, bien sûr nous sommes dans la société du divertissement et des festivals, bien sûr nous sommes dans ce qu’aurait pu vomir et moquer Philippe Muray. Bien sûr. Mais si on disait que le Puy du Fou a vocation à être une arche… Si on prenait conscience que la civilisation française est en voie d’extinction et que son prolongement, sa survie est un vulgaire parc d’attraction, cela pourrait pousser certains à faire la queue grégairement pour prendre un ticket et monter dans l’arche en marche.

Le déluge pourrait être représenté par la politique du Grand Remplacement de notre population. Ce serait faciliter le travail des obsédés de l’antiracisme. Nous préférons donc considérer que le déluge se manifeste par les multiples raisonnements anti français, anti occidentaux, et antichrétiens, de la France qui ne s’aime plus, de cette France révolutionnaire bâtie sur la haine d’elle-même, de cette France qui ne souhaite plus être désirée tout en organisant 365 jours par an de portes ouvertes. Le déluge est aussi celui des pardons pour la colonisation, pour la Saint Barthélémy, pour les croisades, pour la collaboration, pour Napoléon, pour la guerre d’Algérie, pour ne pas être rayée de la carte.

Le Puy du Fou force au contraire le coq gaulois à bomber le torse. S’il ne reste que ça, un parc d’attractions, de notre grande civilisation, c’est sans doute pathétique, dérisoire et même humiliant. Néanmoins les Puyfolais (1) incarnent une mémoire, en vrai 3D puisqu’elle est en chair et en os, une sorte de civilisation de sauvegarde, une arche culturelle, disons-le. Le pathétique ne vient pas du parc mais de la France elle-même qui pousse quelques courageux donquichottesques à y réfugier leur mémoire. Le Thea Classic Awards ne peut pas avoir été insensible, au-delà des prouesses techniques du Puy du Fou, à la richesse culturelle d’un tel projet.

Un modèle de société

L’ironie n’est jamais absente de l’actualité et surtout de la réalité. Imaginez : le parc du Puy du Fou reçoit l’oscar des oscars des parcs d’attractions, par ailleurs son créateur Philippe de Villiers est vu dans son pays comme un nationaliste non fréquentable, et le modèle économique créé autour du parc présente tous les aspects d’une société moderne, socialement équitable, et économiquement performante. Insupportable réalité paradoxale ! D’abord, le parc appartient à une association. Cette association est celle qui organise le grand spectacle du soir de la Cinéscénie depuis 1978 (2). Le spectacle avec 1200 acteurs sur une scène de 23 ha a fonctionné sur le principe du bénévolat. Son succès a permis d’engendrer une entreprise comme le parc d’attractions. Les chefs du jour se trouvent dirigés parfois par leurs employés le soir pour la Cinéscénie, dans une réversibilité très professionnelle. L’entreprise du parc a permis de hisser  l’artisanat au niveau de l’excellence avec 60 savoir-faire ou technologies de spectacle où les Puyfolais sont pris en référence mondiale. En 1998, des académies juniors ont été fondées pour former les futurs techniciens et artistes du Puy du Fou. Le puzzle sociétal est ainsi assemblé et permet la croissance.

Bref, au-delà du parc d’attractions, un modèle social a été créé. On pourrait même dire, si on considère les changements de rôles entre le jour et le soir, un modèle de révolution permanente à faire pâlir Mélenchon…  Tous les concepts modernes sur la solidarité intergénérationnelle, sur l’économie responsable, sur le développement durable, etc. toutes ces idées « nouvelles » qui s’habillent si facilement de dialectique moralisante semblent s’incarner sans grand discours dans ce coin de Vendée. En toute modestie, Villiers, The Artist qui a écrit l’ensemble des spectacles depuis 35 ans, a créé également une société, un monde de laboratoire où se rencontrent une économie vertueuse, une organisation politique équilibrée, un projet culturel ancré dans les racines locales. Le ciment de cette réussite est d’une évidence arrogante pour les ennuyeux fonctionnaires parisiens de la culture : l’attachement à un territoire et le souffle d’un homme.

Maximilien Friche

(1) Le mot désigne l’ensemble des bénévoles qui font avancer le spectacle
(2) L’aventure du Puy du Fou – Philippe de Villiers – Albin Michel – ISBN-10: 2226158669 »

Merci à Elisabeth

14 commentaires concernant l'article “Cocorico enroué pour le Puy du Fou”

  1. On peut rendre hommage à P2V pour cette extraordinaire réussite! sans restriction. Sa carrière politique même si l’on n’est pas d’accord sur certains points, est tout de même plus honorable que bien d’autres totalement faisandées! Ne tirons pas sur l’ambulance…

  2. Les élections républicaines sont l’occasion d’un grand carnaval: MLP chahutée à Meaux par les partisan de mélanchon..

    Source: http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/candidats/marine-le-pen-chahutee-a-meaux-par-des-militants-du-front-de-gauche-24-03-2012-1921813.php

    Extrait: « Alors que sa voix était couverte par les cris hostiles des manifestants, la candidate du Front national a déploré de ne pas pouvoir faire campagne «normalement». Les commerçants de la halle couverte semblaient eux aussi médusés. Une fillette métis qui demandait à se faire photographier avec elle a également été sifflée par les militants. Affichant un large sourire en guise de réponse, Marine Le Pen a vu dans cette réaction des signes de la «violence» et de la «haine» dont elle accuse son adversaire du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon ».

  3. « Ce qui est évidemment précieux dans ce parc d’attractions, c’est le condensé de notre culture. Le parc commence avec la fin de l’empire romain et la naissance de la civilisation chrétienne, et il s’achève avec le chemin de la mémoire, l’attraction historique du parc, illustrant le génocide vendéen commandité par la république naissante ».

    1. L’auteur donne ici la réponse à la question posée en préambule.

    « NDLR : si l’on peut reconnaître à Philippe de Villiers le succès du Puy du Fou, il ne faut oublier qu’il fut la marionnette du RPR/UMP durant toute sa vie politique. »

    2. Ce n’est pas faux, lui a servi les intérêts RPR/UMP… quand JMLP a servi les intérêts du PS et de Mitterrand.

  4. Une sorte de chant du cygne de la France sur les terres de la Vendée ?
    Les vainqueurs aiment voir les reliques historiques des vaincus.
    Reste le côté socio-économique local et une relative prise de conscience très fragile devant le rouleau compresseur du NWO ou NOM dont Philippe de Villiers a aussi été victime-vassale: puis, comme dans la pesée des âmes au Grand Jour du Jugement, ce « Fou du Roi » avait sa partie à jouer…

  5. Cet article est malhreusement bien mal documenté en affirmant que le parc est géré pas une association…!

    C’est uniquement le spectacle du week-end Cine Scenie qu’il l’est !

    Le Grand Parc (qui a été courronné) est géré par un grand groupe financier (la SAS GRAND PARC) qui n’a rien à envier dans ses pratiques à un Walt Disney Company…

    Il n’y a qu’a voir la très mauvaise nourriture qu’ils servent…

    Bref veillez quand même à faire un travail un peu plus sérieux car à force on doutera vraiement de la véracité des billets de ce blog…

  6. Je regrette! Même si le grand parc est en effet géré par une société, il n’est pas comparable avec Eurodisney car c’est le seul parc d’attraction a monde qui s’autofinance et verse en plus chaque année son surplus à des oeuvres caritatives. Toutes les prouesses techniques sont créées par le Parc lui-même qui est donc totalement indépendant de toutes pressions extérieures.
    La Vendée fière de l’être vous salue!!!

  7. Jéjé.
    Madame LE PEN, que je ne peux pas détester compte tenu de son prénom, proclame urbi et orbi que dès son accession à la magistrature suprême elle mettra à genoux l’islamisme en faisant appel au renfort des musulmans « modérés »: je ne suis pas sûr qu’elle s’y prend bien.
    Du « vécu » pour illustrer.
    Cheminant, propre comme un sou neuf, rasé de frais, en habits du dimanche, pour assister à la messe dominicale dans ma paroisse, comme il est de règle,
    je rencontre, comme à chaque fois, regroupé devant le Stèphe, un établissement où j’ai mes habitudes, un groupe de chibanis occupés à tirer sur la tige de huit.
    Ils savent où je vais, Saint Bernard – qui a prêché la croisade – de la Chapelle.
    Et ils me disent, comme d’habitude: « A tout à l’heure ».
    Et je franchis, plus tard, la porte de l’estaminet où les Chibanis qui forment le gros de la clientèle, sont agglutinés, comme d’habitude, pour communier sous les espèces du Ricard, 51 et autres petits jaunes.
    Rite qu’ils ont adopté de leurs camarades indigènes sur les chaînes de montage des constructeurs automobiles.
    En pleine cérémonie, arrivent deux quidams inconnus: l’un très barbu, l’autre, plus jeune, sans doute poilu à l’intérieur.
    Et qui, après un regard circulaire inquisiteur, se lancent dans une diatribe violente en pointant un doigt accusateur sur les godets.
    Et là j’ai vu, de mes yeux vu, tous mes chibanis se lever comme un seul homme et rejeter sur le trottoir, à coups de ventre et d’épaule, les trublions.
    Et le patron, rajustant sa casquette à la Gabin sur sa grosse tête chauve de Kabyle, m’a confié en me montrant le chantier d’en-face (construction d’une super mosquée): « Ils viennent de là. On est pas sorti de l’auberge. J’les laisserai pas détruire mon commerce ».
    C’est pas réconfortant, ça?
    Moralité:
    Si Marine veut vraiment recruter des troupes il lui suffit de venir au Stéphe à l’heure de l’apéritif, légère et court vêtue, et de payer la tournée générale.
    Elle ne risque rien.
    Bien moi qu’à Meaux!
    Sous haute protection des chibanis elle pourra même visiter les endroits les plus pittoresques de ce quartier.
    Voire même d’y déguster un couscous sans essuyer, comme le couple PULVAR-MONTEBOURG dans le 16°, des rafales de verres et de canettes.

  8. Ofmar About… t’es trop! 😀 j’ai connu ça à Marseille… les cons peuvent pas comprendre chibani! 😉

  9. les chibanis franchement ils sont pas mauvais j ai bossé avec eux en sortant de l’armée et j’ai passé de très bon moment je ne peux le nier …meilleurs que leurs patrons français c’est certain.
    Le problème c’est les […] comprenez par là les enfants des regroupements familiaux…

  10. Bien d’accord, SCC.
    En somme, je vis dans un espace protégé, bien tenu.
    De mémoire d’homme on n’y a jamais vu de burqua provocatrice ni vu brûler la moindre voiture comme dans la plus vulgaire banlieue…
    Comme je tiens à ce que cela continue comme ça, je noue des alliances.
    Ca m’empêche pas de nourrir consciencieusement pour qui tu sais un fichier pointu qui pourrait s’avérer, n’est-ce pas, bien utile au cas z’ou.
    Salut du dinosaure!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.