Justice à deux vitesses : la preuve par Julien Dray

Les médias officiels ne cessent de le claironner: « Julien Dray est blanchi des accusations d’abus de biens sociaux ».
A y regarder de plus près, le co-fondateur d’ SOS Racisme n’a pas été « blanchi » par la Justice. Simplement, le procureur Jean-Claude Marin a proposé de classer sans suite le dossier Dray.
Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu délit, bien au contraire. Cela veut juste dire que le parquet choisit d’être « gentil » et qu’il ne renvoye pas « Juju » devant le tribunal comme un vulgaire citoyen.
Pour justifier sa position surprenante, le procureur se fonde sur l’absence de plainte des associations (SOS Racisme, Fédération indépendante et démocratique des lycéens, Parrains de SOS Racisme) concernant les mouvements suspects signalés sur les comptes bancaires du député socialiste et sur la modicité des sommes en jeu, aujourd’hui remboursées.
En bref, le procureur nous explique que ce n’est pas grave de s’acheter des montres à 7.000 euros avec le chéquier d’une association financée avec nos impôts. Du moment que les copains qui dirigent l’association ne portent pas plainte et que l’on rembourse les sommes en jeu une fois qu’on s’est fait pincer par la police… Avec une telle manière de procéder monsieur Jean-Claude Marin ne doit pas poursuivre beaucoup de délinquants…

Julien Dray a donc écopé d’un simple rappel à la loi, alternative aux poursuites judiciaires.

Vive les copains et les réseaux occultes
Vive la presse aux ordres
Vive la République

Source

Les électeurs français pourraient-ils dire non aux minarets ?

Admirez dans la vidéo ci-dessous comment le président de la Commission européenne José Manuel Barroso ne répond pas à une question pourtant simple, pour ne pas avoir à avouer publiquement que l’Union Européenne annulerait tout référendum semblable à celui organisé par les Suisses (la Suisse ne fait pas partie de l’Union Européenne).
L’Union Européenne est une dictature mais Barroso ne peut pas le dire publiquement…

Capitalisme et immigration en Bretagne

Kermené est une société française de transformation de la viande et de salaison. Filiale des centres distributeurs E.Leclerc, Kermené a été créé en 1978 sous le nom des abattoirs Gilles. La société produit 150 000 tonnes de viandes par an qui est principalement distribuée dans les centres E. Leclerc.

Un village breton avec 10% de Maliens musulmans, merci Edouard Leclerc !

Le scandale des biberons plastiques: Le Bisphénol A a des effets sur l’intestin démontrés

Une équipe française de chercheurs de l’Institut national de recherche agronomique (INRA) a démontré pour la première fois que le bisphénol A a des effets néfastes sur la fonction intestinale. Ce composé chimique que l’on retrouve dans plusieurs récipients alimentaires, notamment dans les biberons en plastique, les conserves et les canettes.

A la faveur d’une élévation de température (en chauffant le biberon aux micro-ondes par exemple), le BPA migrerait dans le lait et serait donc directement absorbé par bébé.

Concernant les effets, les chercheurs en ont observé plusieurs :

– Le BPA diminuerait la perméabilité de la paroi intestinale, freinant de ce fait l’absorption d’eau et de minéraux par l’organisme. Cet effet est dû à la possibilité qu’a le BPA de se fixer aux récepteurs à oestrogènes ;

– Il aurait un impact sur la réponse inflammatoire dans le côlon ;

– Il rendrait l’intestin plus sensible à la douleur.

Par ailleurs, le BPA est accusé d’augmenter les risques de la stérilité ainsi que des cancers du sein ou de la prostate.

Une fois de plus, nous avons ici la preuve que les multinationales se préoccupent plus de leurs intérêts financiers que de la santé de leurs clients…

Source

Noël Mamère sanctionné pour un bras d’honneur à l’assemblée

Le célèbre menteur (voir la vidéo ci-dessous) et député Vert Noël Mamère a été sanctionné pour « geste insultant » dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Il avait fait un bras d’honneur aux députés de droite qui l’avaient chahuté.
Selon le règlement de l’Assemblée, il risque la privation, pendant un mois, du quart de l’indemnité parlementaire: Soit environ 1.300 €.

Source