Yannick Noah, accusé d’esclavage par une nounou…

Il a l’air gentil, non ?

Après Lilian Thuram, autre donneur de leçons antiraciste aussi nul qu’infatigable (et cher), dont on découvre qu’il cogne sa compagne, c’est au tour de Yannick Noah de révéler un visage éloigné de sa « cool attitude ».

L’ancienne nounou de son dernier fils, Joalukas (9 ans), l’accuse en effet, lui et sa compagne Isabelle Camus, d’esclavage !
Le tribunal des prud’hommes de Bobigny (Seine-Saint-Denis) est saisi de l’affaire. Si aucun accord n’est trouvé, l’affaire pourrait être portée au pénal pour « esclavage » et « abus de confiance ».

« Je les ai suivis pendant trois mois, en tournée, puis en vacances, et je me suis occupée de Joalukas nuit et jour, du lundi au dimanche, pour 950 euros par mois », explique au Figaro Rabra Bendjebbour. L’ancienne nounou décrit un couple impitoyable et superficiel : « Elle ne prenait son fils dans ses bras que pour sortir dehors, devant les gens », déclare Rabra Bendjebbour au sujet d’Isabelle Camus, la compagne du chanteur. Quant au père, il ne « venait embrasser son fils qu’une seule fois par jour, le soir, avant de le laisser dormir dans ma chambre et de me laisser s’occuper de lui comme si j’étais sa mère ».

Liste de tâches longue comme le bras, horaires à rallonge, pas de temps libre, salaire de misère… la nounou dresse un portrait des Noah en véritables patrons voyous. La collaboration s’achève brusquement en 2004. « J’expliquais juste à Isabelle Camus que je n’étais plus prête à travailler jour et nuit! Elle m’a dit : “dans ce cas là, dégage” ».


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :