« Violence des Gilets Jaunes » : le chausse-trappe efficace du « Système »

Depuis une semaine, le gouvernement épaulé par la machine médiatique, s’est lancé à corps perdu dans la bataille de la communication afin de discréditer les Gilets jaunes. Malheureusement, beaucoup de patriotes sincères et de catholiques frileux tombent dans le panneau.

Les vidéos montrant l’Arc de Triomphe vandalisé, la tombe du soldat inconnu profanée, les commerces saccagés et les forces de police attaquées, ont fait le tour du monde. Elles ont scandalisé beaucoup de Français.

Pourtant, et les images le prouvent de façon évidente, les responsables sont les militants d’extrême-gauche et les allogènes de la banlieue parisienne. Les destructions, les pillages et les graffitis à l’extérieur du monument à la gloire de l’empereur, sont le fait d’ennemis de la France.

Certes, des Gilets jaunes « authentiques », beaucoup moins politisés, ont pris part aux charges contre les policiers. Ils ont lancé des cailloux contre ceux qui protègent les racailles politiques. Ils ont simplement laissé éclater leur colère contre les gardiens du « Système ». Et cela ne plait pas à une certaine droite conservatrice, amoureuse d’ordre et de discipline, et qui ne parvient pas à voir dans les forces de l’ordre la défense armée d’un gouvernement qu’elle exècre pourtant.

Car il ne faut pas oublier le contexte : après des semaines d’une mobilisation massive, pacifique, soutenue par une écrasante majorité de Français, qu’avaient obtenu les Gilets Jaunes ? Rien.
Rien, mis à part les quolibets et les humiliations d’une élite mondialiste arrogante et déconnectée du pays réel.

Depuis ce samedi « historique », le gouvernement a revu sa stratégie et a décidé de reprendre les choses en main.
La manipulation est simple : se servir des débordements pour effrayer les Français et couper le soutien populaire au mouvement. Dans un deuxième temps, expliquer qu’il y a le bon manifestant et le mauvais manifestant. Le bon manifestant c’est celui qui manifeste sans faire trop de bruit. Le mauvais manifestant ce sont tous les autres. Les extrêmes. Au passage, silence sur les pillards allogènes.

Depuis trois jours est mise en œuvre une dramatisation de la situation pour effrayer la ménagère et ressouder le peuple autour du pouvoir. Les discours de l’ensemble de la classe politique se résument à : « la République est en danger ! Les vrais Gilets jaunes n’existent plus, il n’y a plus que des extrémistes ultra-violents. Mais on va vous sauver (avec des blindés), alors soutenez-nous contre ces hordes de barbares qui attaquent notre civilisation. »

Les hordes de barbares qui menacent notre pays et l’Europe toute entière, sont au sud de la Méditerranée. Des dizaines millions d’Africains ne désirent qu’une seule chose, jouir des plaisirs et du niveau de vie de nos sociétés.

Les macronistes jouent les gros bras face aux manifestants, mais ils laissent entrer des centaines de milliers d’étrangers chaque année. Ce sont ces traîtres qui devraient être craints et combattus sans relâche, pas les Gilets jaunes.

Amis patriotes, ne tombez pas dans le piège redoutable de ce gouvernement. Les violences gaucho-étrangères ne sont que les conséquences d’une politique migratoire et socialiste qui dure depuis des décennies.
Le combat contre ce régime doit continuer inlassablement, il en va de la survie de notre pays.


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :