Un député autrichien fustige l’ambassadeur de Turquie

Dans une interview donnée au journal autrichien Die Presse le 9 novembre dernier, l’ambassadeur de Turquie à Vienne, Kadri Ecved Tezcan (ci-contre), a critiqué la politique intérieure autrichienne ainsi que la façon dont l’Autriche traite les immigrés turcs.

Selon lui, les Turcs, au nombre de 350 000 en Autriche, sont heureux d’y habiter, mais le diplomate estime qu’ils sont « traités comme des virus » et mis dans des ghettos.

Rompant avec la traditionnelle retenue du langage diplomatique, il enjoint même la ministre de l’intérieur à ne pas s’occuper du problème d’intégration des immigrés turcs.

Il ajoute que s’il était à la tête d’une organisation telle que l’ONU, il en déménagerait le siège hors d’Autriche (Vienne est l’un des quatre sièges de l’ONU).

Angela Merkel, la chancelière allemande, en prend également pour son grade, critiquée par l’ambassadeur Tezcan sur ses propos concernant le multi-culturalisme.

Suite à ces propos, l’ambassadeur turc, à Vienne depuis un an, a été immédiatement convoqué par le ministère des affaires étrangères.

Un député autrichien du FPÖ, Ewald Stadler, a fermement dénoncé ces propos lors d’une session du parlement autrichien, exigeant la démission immédiate de l’ambassadeur. Il évoque le cas des nombreux prêtres catholiques, dont un évêque, exécutés par des islamistes en Turquie ces dernières années, estimant par là-même que les remarques de l’ambassadeur turc devraient d’abord s’appliquer à son propre pays.

L’allocution du député Ewald Stadler (en allemand et sous-titrée en anglais, également traduite en français ici) :

2 commentaires concernant l'article “Un député autrichien fustige l’ambassadeur de Turquie”

  1. Enfin!

    On commençait à desesperer. Ces gens massacrent et réduisent en esclavage tous les kouffars et viennent ensuite donner des leçons à des renégats qui les y ont encouragés.

    Mais il semblerait qu’il y ait encore des gens fidèles et honnêtes en Europe. Qui se souviennent d’où ils viennent et où ils vont.

    Que ce Turc nous parle donc des églises Grecques de Chypre et Arméniennes de Cilicie qui sont régulièrement détruites, et qu’il résiste déjà ,a son 17 ou 18ième tremblement de terre, ce sera déjà pas mal.

  2. Si les Turcs ne sont pas heureux en Autriche , ils ont raison . Qu’ils regagnent donc leur pays natal plutôt que de vivre en parasites dans un pays où ils n’ont rien à faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.