Terrorisme judiciaire homosexuel : Jean-Marie Le Pen condamné pour des propos très légers

On ne sait plus quoi dire !

Le lobby LGBT entend se faire respecter notamment par la terreur judiciaire, et les Français risquent de se faire condamner pour des propos chaque année plus anodins.

Cette fois, c’est Jean-Marie Le Pen – dont pourtant « la plupart des collaborateurs sont homosexuels » comme il le dit – qui a été condamné pour plusieurs propos dont vous jugerez vous-même de l’insoutenable violence…

En mars 2016, il avait déclaré en video : « Je crois que la pédophilie, qui a trouvé ses lettres de noblesse… interdites, mais tout de même, dans l’exaltation de l’homosexualité, met en cause toutes les professions qui approchent l’enfance et la jeunesse ».
Le tribunal a considéré qu’il s’agissait d’une injure et donc sévi.
Il est donc interdit de dire[1]sous réserve de verdicts contraires en appel ou cassation que l’exaltation de l’homosexualité a pu favoriser d’autres choses, considérées (pour l’instant) comme répréhensibles.

En décembre 2016, interrogé par Le Figaro sur la surreprésentation des homosexuels au sein du FN, il avait estimé que « les homosexuels, c’est comme le sel dans la soupe : s’il n’y en a pas assez c’est un peu fade, s’il y en a trop c’est imbuvable ».
Cette boutade légère a été considérée par le tribunal là aussi comme une « injure » mais de surcroît comme « une provocation à la haine » !

Pour ces deux propos, l’eurodéputé a été condamné à 400 euros d’amende avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement. Il devra verser 2.000 euros de dommages et intérêts à une association communautariste et 2.000 euros au titre des frais de justice.

L’ancien président du FN était également jugé pour avoir commenté en avril 2017 les obsèques du policier tué dans un attentat islamiste sur les Champs-Élysées.
Pour rappel, la situation moralement scandaleuse de cet homme « marié » à un autre homme avait été étalée complaisamment par le pouvoir et les médias et mise en scène lors d’une cérémonie officielle de façon inédite et très choquante pour beaucoup de Français.

« Je pense que cette particularité familiale doit être tenue à l’écart de ce genre de cérémonie, qui gagnerait d’ailleurs à plus de discrétion », avait estimé avec beaucoup de pondération Jean-Marie Le Pen.

Pour cela, il a été condamné pour « injure » à une deuxième peine de 40 jours-amendes à 10 euros, ainsi qu’à verser 5.000 euros de dommages et intérêts à l’ami du défunt policier, partie civile, et à 2.000 euros au titre des frais de justice.

L’avocat de JMLP a annoncé faire appel de ces différentes condamnations.

Peut-on encore dire qu’il y a un problème avec l’homosexualité ?!
A quand les autodafés de Bibles ?!


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

References   [ + ]

1. sous réserve de verdicts contraires en appel ou cassation