Meyer Habib : un extrémiste juif, au service d’Israël, élu à l’Assemblée nationale, qui veut interdire la quenelle !

Nous découvrons ce Meyer Habib – député UDI à la très mal nommée « Assemblée nationale » – car l’individu fait parler de lui en proposant une loi rendant illégale la « quenelle », le bras d’honneur popularisé par Dieudonné !

Tout en nuances et pondération, il explique après la quenelle du footballeur Anelka : « Ce soir j’ai annoncé sur la première chaîne de télévision israélienne que dès la rentrée parlementaire, je préparerai un projet de loi pour que soit pénalisé le nouveau salut nazi et antisémite de Dieudonné qu’est la ‘quenelle’. Cela prendra peut-être un certain temps, mais la France ne peut plus tolérer sans réagir ces nostalgiques du IIIe Reich ».
Au fou !

Le très communautariste Habib, qui se sent d’évidence plus israélien que français, élu au titre des « Français de l’étranger », a surtout fait campagne en Palestine occuppée. En témoigne ce clip de campagne ahurissant (non, ce n’est pas un sketch apparemment!) :

C’est ce genre de type qui pond officiellement les lois françaises…

Citation de ce fanatique : Israël est « l’État le plus moral et le plus humaniste au monde » !
Il faudra l’expliquer aux enfants palestiniens, et aux nombreuses victimes d’escrocs et criminels actuellement réfugiés dans cet Etat…

L’UDI : les tartufes de droite tombent le masque

Dimanche, Jean-Louis Borloo a donc  lancé son nouveau parti, l’Union des Démocrates et Indépendants, dont il veut faire le « premier parti de France ».  Il a reçu le soutien des centristes historiques, tels Valéry Giscard d’Estaing ou Simone Veil, mais aussi celui d’un ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Chantal Jouanno. Et l’UMP de crier à la trahison.

Mais qu’avait-elle encore de droite Chantal Jouanno ? Cela fait bien longtemps qu’elle a rejoint la gauche sociétale, succombant comme beaucoup d’autres à la domination culturelle de la gauche. Sur l’immigration, le mariage gay, et tant d’autres sujets de société, elle revendiquait son positionnement à gauche. A vrai dire, la droite parlementaire a l’habitude de courir derrière la gauche sur ces sujets, et finit bien souvent par la rattraper. Faut-il évoquer le pacs, contre lequel elle s’est battue en son temps, avant de le rallier, puis de poursuivre son amélioration ? Faut-il rappeler qu’en 1995 le RPR et l’UDF voulaient stopper l’immigration, enrayer l’Islam, et s’interrogeaient même sur l’opportunité de réserver certaines prestation sociales aux seuls nationaux ? Continuer la lecture de « L’UDI : les tartufes de droite tombent le masque »