Le CRIF, un lobby au coeur de la république

Tel est le titre du dernier livre d’Anne Kling, tout juste paru.

L’auteur livre ici une enquête – la première – sur cette institution dominant jalousement la vie politique française.
Préface de Jean-Yves Le Gallou.
On peut se procurer l’ouvrage ici.

Présentation de l’éditeur :

Continuer la lecture de « Le CRIF, un lobby au coeur de la république »

Dessin animé homosexuel à l’intention des enfants de CM1/CM2 : la franc-maçonnerie en embuscade

On parle beaucoup en ce moment du court métrage d’animation « Le  Baiser de la lune ».
Ce  film faisant la promotion de l’homosexualité va être diffusé dans les classes de CM1 et CM2 avec la bénédiction de l’Education nationale.

L’histoire met en scène deux poissons mâles qui s’aiment « librement et heureux » sous le « regard archaïque » d’une vieille chatte « prisonnière d’un château de conte de fée » qui est « persuadée que l’on ne peut s’aimer que comme les princes et les princesses. »

Fruit d’un lobby homosexuel qui exige que l’homosexualité soit « enseignée » à  l’école (de la raie publique?), ce beau projet bénéficie non seulement du soutien des relais habituels du lobby homo (le magazine Têtu, le Centre Gay, Lesbien, Bi et Transexuel, l’association SOS-Homophobie…) et  des serviles  partenaires  publics comme le ministère de la Jeunesse et des Sports, l’Education nationale, le Centre National de la Cinématographie, le Conseil régional de Bretagne, le Conseil général des Côtes d’Armor, la Ville de Rennes, la TV Rennes… mais également du soutien actif de la « Ligue de l’Enseignement », une organisation para-maçonnique très liée au Grand Orient de France.

Ne craignez rien braves citoyens, les Fils de la Veuve veillent sur vos enfants!

Source

Gonneville-sur-Mer, le lobby sioniste a gagné

Le préfet de Basse-Normandie a ordonné le « retrait immédiat » du portrait du Maréchal Pétain, présent parmi tous les portraits des Présidents de la République dans la salle des mariages de la mairie de Gonneville-sur-Mer.

Le courageux maire avait refusé de l’enlever malgré le diktat des associations communautaires juives.

Quand la République oblige un élu du peuple à plier le genoux devant des associations communautaires ultra-minoritaires, la démocratie dévoile son vrai visage… Celui de la dictature!