Le règne de la minorité ou l’émergence du politiquement correct

Voici un documentaire inachevé, intitulé Le règne de la minorité, réalisé par le nationaliste Byron Jost. Le film traite des causes du politiquement correct :


Le règne de la minorité, l'émergence du… par hussardelamort

Politiquement correct : Hollande toujours plus loin

Supprimer le mot « race » de la Constitution, où il figure dans son article premier (pour préciser pourtant qu’on ne fait aucune distinction entre les races) : c’est par cette promesse symbolique que François Hollande a lancé samedi le rassemblement des ultramarins.
«Il n’y a pas de place dans la République pour la race. Et c’est pourquoi je demanderai au lendemain de la présidentielle au Parlement de supprimer le mot race de notre Constitution», a déclaré le candidat socialiste, chaudement applaudi, lors d’un meeting consacré à l’Outre-mer à Paris.

Source

Merci à Miserecord

Le « politiquement correct » en Histoire (par Jean Sévillia)

Entretien réalisé pour la sortie de son nouveau livre «  Historiquement incorrect », Vous trouverez l’intégralité de l’interview de Jean Sévilla ici. Pour acquérir l’ouvrage, rendez-vous ici.

Globalement, il s’agit d’une lecture du passé commandée par l’idéologie actuellement dominante. Quelle est cette idéologie ? Celle d’un monde sans frontières, où les enracinements sont condamnés par principe ; d’un monde multiculturel, où toutes les civilisations sont déclarées égales ; d’un monde voué au libre-échange humain et matériel, où toute référence morale et métaphysique est bannie dès lors qu’elle paraît faire obstacle au libre-arbitre individuel. Dans la pratique, en France, le politiquement correct appliqué à l’histoire se traduit par un anti-occidentalisme systématique, par l’aversion à l’égard de notre héritage national, et surtout par une animosité non-dissimulée envers la présence du christianisme dans notre histoire, spécifiquement envers le catholicisme.

Continuer la lecture de « Le « politiquement correct » en Histoire (par Jean Sévillia) »

Florilège de citations gauchistes de Marine Le Pen

Ci-dessous quelques citations significatives, que nous avions collectés dans le cadre du duel entre Bruno Gollnisch et Marine Le Pen pour la présidence du FN en 2011, « enrichies » par d’autres ayant suivi.
Vous pouvez compléter dans les commentaires, et nous les ajouterons, merci !
Classement chronologique.

► France sans identité ethnique :
« Je ne définis pas la France par une couleur de peau. Je mets sur le même plan ceux qui veulent imposer une France métissée et ceux qui veulent rétablir une France blanche. Le critère racial ne fait pas partie de la définition de la France. »
Marine Le Pen, émission « Vie politique », TF1, 11/09/2016

► Avortement volontaire :
« Oui à l’IVG, non à celles qui en abusent ». « J’ai été très claire : je ne suis pas pour une remise en cause de l’avortement. Je suis attachée à cette loi alors que de nombreuses personnalités et adhérents de mon mouvement y sont opposés. »
Marine Le Pen lors d’un forum organisé par Elle à Sciences Po., 5 avril 2012.

► Immigration :
« L’immigration est irréversible ».
Marine Le Pen, RTL, 5 avril 2012.

►  Injustice pour les Français :
« Il n’y a, mes chers compatriotes, pas de différences entre un Français immigré et un Français de souche. »
Discours à Lille, le 18 février 2012.

► Obama :
« Obama, il est plus à droite que moi. »
Entretien avec Reuters, 1er septembre 2011.

► « Transsexuels » :
« Vous savez, au Front national, nous avons eu des candidats qui étaient transsexuels. ça pourrait étonner aussi et pourtant, c’est la réalité. Nous sommes représentatifs de ce qu’est la France, nous avons de tout dans nos candidats et je m’en félicite : de tous les âges, de toutes les professions, de tous les profils » Marine Le Pen, Europe 1, 30 mars 2011.
Note : en toute logique, avec ce raisonnement, il faut présenter aussi des assassins, des pédophiles, etc.

Continuer la lecture de « Florilège de citations gauchistes de Marine Le Pen »

Pas de Noël pour la Croix Rouge

La branche britannique de la Croix Rouge a décidé cette année de supprimer toute référence à la fête de Noël et tout ce qui s’y rapporte, du sapin à la crèche et même la mention de Noël, Christmas en anglais – messe du Christ.
La Croix Rouge britannique invoque la nécessité de ne pas offenser les musulmans, de plus en plus nombreux à recourir à son assistance.
La décision semble pourtant choquer bien plus que prévu, à en croire le très modéré Daily Mail. Un représentant travailliste « issu de la diversité » à la chambre des Lords, Lord Ahmed, déclare même qu’ « il est stupide de penser que les musulmans sont offensés par Noël ».

L’an dernier, toujours selon le Daily Mail, l’association caritative avait perdu de son lustre d’antan en défendant les clandestins tentant de traverser la Manche pour rejoindre l’Angleterre, suggérant qu’il fallait déployer plus de moyens pour accueillir ces immigrés.

La Croix Rouge aurait également par le passé cherché à remplacer son logo actuel, une croix rouge sur fond blanche, sans y parvenir.

Connaissez-vous le « stage de citoyenneté » ?

Le stage de citoyenneté est une notion juridique française introduite par la Loi n°2004-204 du 9 mars 2004 « portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité », promulguée par le gouvernement Raffarin.

Particulièrement destinée aux réfractaires au politiquement correcte, celle-ci a en effet créé un article 131-5-1 du Code pénal ainsi rédigé: « Lorsqu’un délit est puni d’une peine d’emprisonnement, la juridiction peut, à la place de l’emprisonnement, prescrire que le condamné devra accomplir un stage de citoyenneté, dont les modalités, la durée et le contenu sont fixés par décret en Conseil d’État, et qui a pour objet de lui rappeler les valeurs républicaines de tolérance et de respect de la dignité humaine sur lesquelles est fondée la société. La juridiction précise si ce stage, dont le coût ne peut excéder celui des amendes contraventionnelles de la troisième classe, doit être effectué aux frais du condamné. »

Source

Eloge du politiquement correct : quand les masques tombent !

Voici un extrait ahurissant du discours de Denis Olivennes, directeur du Nouvel Observateur, à l’université du Medef (04/09/09) :

 « Le politiquement correct, c’est quand même l’expression d’un progrès de la civilité, de la sociabilité (…) le politiquement correct est un fruit, un enfant et la condition de la démocratie (…)
 Cet accord sur les valeurs communes, c’est précisément ce que l’on appelle le politiquement correct.
Ce qui est protégé par le politiquement correct, c’est vital pour nos démocraties (…)
La pensée unique, c’est ce qui fait que la démocratie fonctionne.
 »

Source :  Sous la bannière n°149

Difficile toutefois de ne pas être d’accord avec le propos (en gras) de ce monsieur…

Manifestation de soutien à Zemmour devant la LICRA

[Reportage Contre-Info]
Suite à l’annonce de la LICRA de porter plainte contre Éric Zemmour pour avoir déclaré que « la majorité des délinquants sont noirs et arabes », une manifestation de protestation s’est tenu ce jeudi 22 avril devant le siège de la LICRA, au 42 rue du Louvre à Paris.

Si l’appel à la mobilisation ne fut lancé que deux à trois jours avant, plus d’une centaine de supporters du chroniqueur le plus redouté du PAF ont répondus présent. Aucun mouvement politique particulier ne s’est approprié la manifestation, ce qui aurait été difficile au vu de la salade composée formée par les manifestants, tous venus à titre individuels: militants nationalistes, royalistes, frontistes, villiéristes, de l’UNI ou l’UMP, nombre de personnes non-encartées et même quelques militants de la Ligue de Défense Juive.

Après avoir lancé pendant plus d’une heure divers slogans « LICRA = PRAVDA » et « Faites Zemmour, pas la guerre », rendez-vous fut donné au procès d’Eric Zemmour, prévu dans trois semaines environ. Pour les organisateurs, ce sera la « lutte finale » de la mobilisation zemmourienne.

François Bon

Paroxysme du politiquement correct

Un technicien médical s’est suicidé en Angleterre après avoir proféré une blague « raciste ».

Ayant conseillé sur un ton badin à  un collègue noir de se cacher après avoir aperçu la police anti-immigration depuis leur clinique, cet homme de 61 ans, Roy Amor, s’est vu menacé d’être licencié par son entreprise, après une dénonciation de la part d’un témoin de la scène.

Recevant, après 5 jours de suspension par mesure disciplinaire, un email de sa hiérarchie lui demandant des explications, le sexagénaire, craignant pour son emploi, s’est donné la mort près de son domicile, à Bolton.

Source