Comprendre l’islam, son expansion en France et la taqîya avec Salih Attia, imam de Stains

Les musulmans, pour faire leur prosélytisme et convertir le monde entier à leur fausse religion peuvent utiliser, selon le coran, tous les moyens, y compris la taqîya, c’est à dire une pratique consistant à mentir et à se dissimuler, si la fin (favoriser l’islam) est bonne. On est loin, très loin des Saints Martyrs chrétiens qui préféraient mourir -parfois jetés vivants aux lions-, plutôt que de se renier ! Un exemple, est donné par Salih Attia, président de la mosquée de Stains, dont Le Monde vient de dresser le portrait.

Un mot d’abord sur le personnage : Âgé de 57 ans, Salih Attia est né en Egypte et est arrivé en France, « sans papier » en 1980 à la faveur d’un visa de tourisme. Son premier statut en tant que résident français fut donc celui de délinquant. Un an plus tard, il touche le jackpot : Mitterrand est élu président de la république, et régularise des milliers de clandestins, dont Attia. Pour gagner sa vie, ce dernier sera vendeur sur les marchés. Mais comme le dira le Monde : « Pour un volontaire ambitieux comme Salih Attia, sorti à la force du poignet de son rural delta du Nil, l’ascension sociale ne s’arrête toutefois pas là. » Et Attia a vite compris, s’il veut monter dans la société, vers qui il doit prêter allégeance. Ainsi, le Monde continue : « Salih Attia comprend très tôt que c’est avec la communauté juive qu’il lui faudra composer pour progresser. Elle surtout détient les capitaux, les boutiques et les entrepôts. ‘Moi, j’ai grandi avec les juifs !’, répète ainsi Salih Attia tel un mantra éloignant les fantômes djihadistes. Il met en œuvre cette intuition de Rastignac au moment d’établir son état civil. Obtient « Attia » – le nom de son grand-père paternel, dit-il – plutôt que « Salih » comme nom de famille. Interversion discrète – ‘parce qu’Attia, ça fait juif’. Même si, à Stains et ailleurs, tout le monde l’appelle en réalité par son vrai prénom, « Farhoud » . Ainsi, notre homme, entré sur le territoire frauduleusement, régularisé par les bonnes grâces de la gauche sait mentir et sait se tourner vers les bonnes personnes pour son ascension. Et en effet, ses affaires vont aller crescendo, ce qui lui créera une aura, il va devenir le président de plusieurs associations franco-égyptiennes, sera reçu à l’ambassade d’Egypte, etc, etc. Mais ce qui le motive le plus, c’est l’aspect religieux : Attia veut prendre la tête d’une mosquée !

Continuer la lecture de « Comprendre l’islam, son expansion en France et la taqîya avec Salih Attia, imam de Stains »

A Hénin-Beaumont (62), le maire FN donne son feu vert pour la construction de la mosquée Ennasr

Le néo-FN n’en finit plus de renier les valeurs qu’on lui prête. Et pour cause, si l’on en croit le site musulman très bien informé « D et M » (pour des dômes et des minarets), site qui se veut « le journal des mosquées de France », la municipalité FN d’Hénin-Beaumont, dirigée par Steeve Briois et fief de Marine Le Pen en personne (c’est dans cette circonscription qu’elle s’est présentée en 2012 à la députation), a donné son feu vert pour la construction de la mosquée Ennsar le 7 mars dernier. Le site musulman n’hésite pas à se poser la question de savoir si Briois ne serait pas « islamophile », avant d’ajouter, toujours bien informé : « Une nouvelle qui surprend mais pas tellement si l’on suit de très près les rapports entre la municipalité FN et les représentants musulmans héninois. »

Ainsi donc, ceux qui croient que le néo-FN lutterait contre l’islamisation de notre pays se trompent lourdement. Du reste, on comprend mieux pourquoi Marine Le Pen s’était elle-même montrée menaçante, il y a un 18 mois, envers les militants FN qui participaient aux manifestations organisées contre l’édification de la mosquée de Quimper : la lutte contre l’islamisation de la France ne fait pas partie des objectifs du néo-FN.

Algérie : un responsable salafiste veut transformer les églises en mosquées

Capture d’écran 2015-05-11 à 21.54.21

« Il faut fermer toutes les églises chrétiennes se trouvant sur le territoire algérien et les transformer en mosquées là où cela est possible »

Telle est la proposition lancée par le responsable algérien salafiste Abdel Fattah Zarawi, Président du Front libre salafiste d’Algérie, qui la fait passer comme une réaction légitime aux épisodes d’ »islamophobie » qui, à son avis, déferlent dans de nombreux pays d’Europe, à commencer par la France.

C’est ce qu’indiquent des sources algériennes consultées par l’Agence Fides.

Dans le cadre de cette campagne contre les églises, immédiatement reprise par les réseaux sociaux et les blogs liés aux groupes salafistes, les basiliques d’Algérie – telle que Notre-Dame d’Afrique à Alger et celle de Saint Augustin à Annaba – sont qualifiées de résidus de l’époque coloniale dont le pays doit être libéré.

Nice : le tribunal administratif condamne la mairie pour le bail de la mosquée !

Le Tribunal administratif a condamné hier la mairie de Nice pour le bail de la mosquée rue de Suisse. Le bail en question était établi entre la ville de Nice, dont le maire est  Christian Estrosi, et l’association islamique de la mosquée, située rue de Suisse. Suivant les recommandations du rapporteur public, le juge a finalement condamné la municipalité. La décision établissant le bail a donc été annulée, le Tribunal estimant même qu’elle était « entachée d’une illégalité d’une particulière gravité » : la mairie avait en effet sous-évalué le coût du loyer des locaux, accordant en plus une remise de 50% sur ce loyer déjà diminué.

Christian Estrosi avait ainsi apporté son soutien à la nouvelle grande mosquée de Nice-est, ainsi qu’à des extensions pour les mosquées de l’Ariane et des Moulins, alors que la ville comptait pourtant déjà 18 lieux de culte islamiques !

Preuve, s’il en fallait, que les politiques, fussent-ils estampillés à droite, développent délibérément l’islamisation sur le territoire français ! Car comment expliquer autrement un tel zèle auprès des associations islamiques ?

Il reste que le problème se situe encore en amont : tant que l’immigration de masse continuera de déferler en France, l’équilibre culturel du pays sera évidemment affecté. Et ce n’est pas l’immigration suédoise qui pose un problème culturel en France !

Brest : le budget de la ville prévoit 160000 euros pour un édifice cultuel musulman !

Dans le budget 2013 de la ville de Brest qui doit être voté au cours du conseil municipal de mardi prochain, 160.000 € sont destinés à être versés à un « édifice cultuel musulman ». Brigitte Hu, élue du groupe « divers droite, s’interroge alors, dans un communiqué, sur la justification d’une telle subvention.

« La loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État énonce clairement l’impossibilité pour les communes de participer directement au financement des différents cultes religieux, précise-t-elle. Si la ville de Brest finance les travaux de rénovation de certaines églises, c’est en vertu de sa mission de propriétaire de ces mêmes locaux. Mais en vertu de quelle loi François Cuillandre a-t-il choisi d’attribuer, dans le budget 2013 de la ville, une subvention de 160.000 € sous l’intitulé « Travaux édifice cultuel musulman » ? S’agit-il d’un local privé appartenant à la communauté musulmane ou d’un local municipal mis à disposition. Dans ce dernier cas, quels types de travaux peuvent justifier l’octroi d’une somme aussi importante. »

Ce qui amène deux réflexions : d’une part, il nous apparaît bien peu efficace de s’attaquer uniquement aux symptômes du problème, c’est-à-dire à ses conséquence, sans vouloir considérer sa racine : l’immigration de masse et son incidence sur notre équilibre culturel. D’autre part, il nous semble que la stratégie qui consiste à invoquer la laïcité pour combattre l’islamisme est une erreur : car on aura vite fait de retourner l’argument contre nous en dénonçant le caractère ostentatoire de nos clochers et de nos calvaires. Or la France est chrétienne, historiquement depuis Clovis, culturellement comme en témoigne notre calendrier, et spirituellement : elle est la fille aînée de l’Église. La meilleure défense contre l’islamisation de la France, c’est donc l’affirmation sereine de son identité chrétienne.

Avenir de l’église Saint-Eloi de Vierzon : entre centre d’avortements et siège du parti communiste…

A Vierzon, l’église Saint-Eloi continue à faire parler d’elle : le député-maire Front de gauche, Nicolas Sansu, s’oppose au rachat de l’église Saint-Éloi par la confrérie Saint-Eloi, qu’il juge en effet tenir un discours discriminatoire envers les musulmans dans son appel aux dons. « Je dis à tous ceux qui leur donnent de l’argent qu’ils vont le perdre ! Car je ne laisserai pas la confrérie racheter l’église« , s’exclame-t-il avant de poursuivre : « Je n’accepte pas que l’on mette en péril le vivre-ensemble dans la ville (…).Nous ferons jouer notre droit de préemption urbain« .

Mais monsieur le maire est généreux et pense à l’avenir de l’église : tout en affirmant vouloir aider les musulmans à trouver un autre local, il envisage de racheter l’église…pour y installer la section locale du parti communiste, ou bien pour en faire un centre IVG !

Manifestement, le maire n’a pas la même bienveillance envers les musulmans et envers les catholiques : il s’inquiète de reloger les premiers afin de mettre à leur disposition un nouveau lieu de prière, et s’empresse de vouloir faire du lieu de culte des autres une antichambre de l’enfer !

Vannes : le bail signé par l’UMP pour une mosquée est rejeté par la justice

A Vannes, la mairie UMP de David Bodo avait signé un bail emphytéotique avec l’Association cultuelle des musulmans de Vannes. Eh bien le 7 décembre dernier, le Tribunal Administratif de Vannes a rejeté ce bail préparé en vue de l’installation d’une mosquée. La mairie avait en effet été poursuivie en justice par la Libre Pensée, laquelle association reprochait au bail d’être une subvention indirecte : car les baux emphytéotiques permettent de mettre des terrains municipaux à disposition pour des loyers souvent symboliques et des durées de 99 ans.

Une maigre victoire face à la lente et imperceptible colonisation musulmane du vieil Occident chrétien. Mais sachant que chaque mosquée érigée sur le territoire français, selon la symbolique musulmane qui ne distingue pas le domaine temporel du domaine spirituel, ni le domaine privé du domaine public, est un territoire conquis politiquement, chaque abandon de mosquée est une victoire française. Il reste que le problème ne sera résolu qu’en amont : tant que l’immigration de masse ne sera pas endiguée et qu’elle sera majoritairement issue des pays du sud de la Méditerranée, l’islamisation de la France se poursuivra inexorablement, et aboutira, à ce rythme, inéluctablement…

Blois : le terrain de la mosquée aurait servi à élever des porcs

Un scandale vient d’éclater au sein de la communauté musulmane de Blois ! De taille effectivement, puisqu’il remet en cause la construction en cours de la mosquée. Pour cause, le terrain sur lequel elle est actuellement bâtie aurait été occupé auparavant par un élevage de porcs ! Ce terrain appartenait en effet à un charcutier, M. Chevalier, lequel élevait à cet endroit des porcs pour faire vivre sa charcuterie…

Or, pour les musulmans, un terrain qui a été occupé par des porcs est  « haram », c’est à dire impur ! Le projet de mosquée va-t-il alors être abandonné ? Il faut souligner que dans ce projet de construction, le Roi du Maroc a engagé 787000 euros ! Va-t-il exiger qu’on les lui restitue ? Il y a de cela 20 ans, un souk  était en construction à Derdara, au Maroc : lorsqu’une nuit, des sangliers se sont invités sur cette terre et l’ont labourée, ils ont dans le même temps sifflé la fin des travaux, lesquels ont en effet été abandonnés !

Convention Saint-Etienne/Maroc : l’enseignement sur le sol français mis sous tutelle

La grande mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne, propriété du Maroc située en Rhône-Alpes, a signé jeudi 6 décembre dernier une convention-cadre, en présence du conseiller du Ministre des affaires islamiques, Monsieur Simohammed RIFKI, lequel a ratifié le texte au nom du ministre Ahmed Taoufiq. Le recteur de la grande mosquée, Larbi Marchiche, souligne le sens d’une telle démarche : « permettre à notre institut religieux de disposer d’un soutien à la fois financier et d’échange intercultuel ». Autrement dit, le Maroc a décidé d’encadrer l’enseignement de la Mosquée à Saint-Etienne.

« Monsieur le Ministre a accordé à la Grande Mosquée Mohammed VI une subvention de plus de 700 000 € et a pris l’engagement de mettre à disposition de la Grande Mosquée Mohammed VI toute l’année des conférenciers théologiens de renommée internationale pour assurer des colloques et des conférences pour les musulmans de la Région toute l’année », lit-on dans un communiqué.

Le Maroc, vous connaissez ? C’est le pays qui interdit aux Chrétiens l’obtention de la nationalité marocaine, et qui punit sévèrement la diffusion du christianisme sur son territoire… Vous avez dit islamisation de la France ? Quel manque d’ouverture ! …

Les catholiques défendent l’église saint Eloi du Berry

Les catholiques du Berry ont monté un comité pour préserver l’église saint Eloi, menacée d’être transformée en mosquée.
Le comité lance une « pétition contre la transformation de l’église St Eloi de Vierzon en mosquée« .

Voici par ailleurs les coordonnées de l’archevêché de Bourges:
4 Avenue du 95e de Ligne
18000 Bourges
tél. : 02 48 23 12 90

Tout un symbole : un diocèse français s’apprête à vendre une église… à des musulmans.

De nombreuses églises restent désormais vides le dimanche, victimes de la déchristianisation à laquelle a d’ailleurs contribué une bonne partie du clergé français, avec sa nouvelle approche de la religion et ses lubies gauchisantes.

Mais ça ne suffit pas à certains évêques : il faut encore parfois qu’ils facilitent l’installation de la nouvelle religion.

Ainsi, on apprend que dans le Cher, à Vierzon, l’église Saint-Eloi a été mise en vente au prix de 170 000 €, et qu’une association marocaine a pris contact avec la paroisse. Leur objectif : transformer l’église en mosquée.
Il est vrai que le bâtiment est « situé dans un quartier qui a vécu de grands bouleversements démographiques » comme le dit pudiquement Le Berry.

Haine du cochon, en France, en 2012

On se croirait en Arabie : c’est l’émoi après la découverte de deux têtes de cochon sur le chantier d’une mosquée, dans les Hauts-de-Seine, à Nanterre (source).
Le responsable islamique local parle d’« acte odieux ».
Une plainte a été déposée pour le motif absurde d’ « injures publiques à caractère religieux » (sic) et ne doutons pas que la police soit en effervescence. Le commissariat de Nanterre explique : « Une première tête de cochon fraîchement coupée a été découverte jeudi matin, devant la porte du chantier, et une autre a été jetée derrière la palissade ».

Le maire de gauche en fait des tonnes : « Ceux qui ont commis cet acte raciste doivent être recherchés et sanctionnés ».
On ne nous parle pas de « terrorisme » pour ces actes d’opposition à la colonisation islamique par le symbole du cochon, qui se multiplient à travers la Gaule, mais cela ne saurait tarder.

Strasbourg défigurée

Nombre d’Alsaciens l’auront mauvaise aujourd’hui.
En effet, ce premier août est inaugurée la Grande mosquée de Strasbourg.
Avec sa coupole de 24 mètres de haut (pour 17 de diamètre) et ses 10 000 m² de terrain loués pour un montant dérisoire par les autorités, cet édifice aux allures de forteresse est la deuxième plus grande mosquée d’Europe…

26% de son coût ont été pris en charge par la région, le département et la ville (dont le maire, Fabienne Keller, avait posé la première pierre de l’édifice en 2004).

Lille, première ville islamique de France ?

Petit documentaire sur la conquérante « Ligue islamique du Nord »  (« nous sommes chez nous ») et les reptations que fait devant elle le Parti socialiste (notamment Martine Aubry, maire de Lille).

Pour rester dans la région, ce lundi 11 juillet, de 16h à 18h, sera inauguré dans le centre commercial Espace grand-rue de Roubaix, un tout nouveau fast-food.
Family Food Burger, c’est son nom, s’étendra sur 600 m2, et proposera « un nouveau concept de restauration rapide halal ».

Les nationalistes bulgares s’en prennent à une mosquée

Une manifestation du parti nationaliste bulgare Ataka a dégénéré en bagarre générale.
Des dizaines de militants entendaient protester contre les appels à la prière diffusés par cette mosquée au coeur de Sofia, la capitale, qui dérangent tout le quartier.
Des heurts éclatèrent avec les musulmans présents et une bagarre générale s’en suivit, les policiers s’en mêlant.

Les patriotes bulgares scandaient « Bulgarie », « Les Turcs dehors »  ou « Janissaires » (à l’endroit des policiers).

Source
Merci à Borislav