« Témoins de Jéhovah, les missionnaires de Satan »

Tel est le titre du nouvel ouvrage du journaliste Laurent Glauzy (articles sur Contre-info ici), qui s’est associé à l’écrivain néerlandais Robin de Ruiter (auteur des fameuses 13 lignées sataniques et qui a infiltré les Témoins de Jéhovah pendant plusieurs années).

Un sujet peu abordé sur lequel il y a beaucoup à dire, et d’étonnantes révélations…

290p. Ed. Maison du Salat. 23 €. Disponible ici.

4e de couverture :

« La secte des Témoins de Jéhovah, issue du groupe des Étudiants de la Bible fondé dans les années 1870 par le pasteur et homme d’affaires nord-américain Charles Taze Russell, se présente comme une formation apolitique et chrétienne. Implantée à Brooklyn, elle s’engage avec ferveur dans les premières revendications sionistes en 1880.
Russell, qui entretient des liens étroits avec les Morgan, Rockefeller, Rothschild et Warburg, entreprend plusieurs voyages aux États-Unis et en Europe pour appeler la population juive à un retour sur la Terre promise. À ce titre, il est considéré comme un des chantres du sionisme.

Autres temps, autres mœurs : en 1933, en Allemagne, Adolf Hitler est nommé chancelier. Sans renier ses premiers engagements, le mouvement occulte et anticlérical des « Témoins de Jéhovah » – appellation adoptée en 1931 – défend sans ambages l’idéologie de l’Allemagne national-socialiste. Le président Rutherford se plaît alors à exalter les thèses antisémites.
Continuer la lecture de « « Témoins de Jéhovah, les missionnaires de Satan » »

Les progrès effrayants de l’euthanasie

Une nouvelle qui nous avait échappé  :
« Des frères jumeaux belges, nés sourds et en passe de devenir aveugles, avaient obtenu le mois dernier le droit de mourir. Les deux hommes, âgés de 45 ans, sont morts le 14 décembre d’une injection létale administrée par les médecins, a annoncé lundi un porte-parole de l’hôpital UZ Brussel. Ils avaient pris ensemble une dernière tasse de café avant de se dire au revoir. Leur famille avait soutenu leur choix. »

Après avoir attendri l’opinion en évoquant des cas bien choisis de gens subissant une terrible agonie, voilà qu’on tue maintenant des gens qui ne sont même pas mourants.
Et demain ?

Le nombre de victimes de l’euthanasie en Belgique, où elle est légale depuis 2002, est en constante augmentation.

Aujourd’hui sort justement un livre de Jean-Claude Martinez* : L’euthanasie, stade suprême du capitalisme.

Nous en reparlerons prochainement.

Livre disponible ici.
Ed. Via Romana, 198 pages, 19 euros.

4e de couverture :

« Ses tenants ont beau la magnifier comme le bouquet final d’un feu d’artifice des mille libertés, l’euthanasie n’est que le produit d’une économie et d’une politique. C’est parce que l’Europe de la récession, aux 20 millions de pauvres, est devenue un océan de chômage du fond duquel ne monte plus aucune étoile nouvelle, que le gouvernement de la France, financièrement acculée, choisit en effet «la piqûre pour tous». Comme une seringue d’or facilitant les équilibres budgétaires, dans un bouillon de culture qui sent le ranci des vieilles idéologies, du malthusianisme, de l’obscurantisme et du nihilisme.
Mais les idiots utiles de droite se préparent à vendre la seringue pour se faire piquer, pendant que ceux de gauche travaillent déjà à se la faire rembourser, sans jamais comprendre que le mal de celui qui veut mourir vient de plus loin que la maladie qu’il affronte. Car s’il a pris la vie en haine, c’est qu’il n’a plus la flamme d’un bonheur et s’il veut mourir, c’est pour cesser de ne plus pouvoir croire.
La loi sur l’euthanasie, loin d’être l’extase de la République, dans la fraternité compassionnelle des injections, n’est donc que la fuite en avant d’une société qui ne voulant pas voir les détresses qu’elle crée, préfère éliminer tous ceux qui viennent les lui rappeler. En leur faisant croire au passage qu’ils le lui ont demandé.
Continuer la lecture de « Les progrès effrayants de l’euthanasie »

Un nouveau livre choc d’Anne Kling

On peut dire qu’Anne Kling frappe fort avec son cinquième et nouveau livre : Menteurs et affabulateurs de la Shoah.
Vaste sujet !
Le livre vient de sortir et personne chez Contre-info ne l’a encore lu : nous vous signalons simplement sa parution, et sa disponibilité ici.
256 p. 18 €.

Anne Kling est l’auteur de divers livres à succès, dont le CRIF, un lobby au coeur de la République et Les révolutionnaires juifs, qui viennent d’être réédités pour l’occasion. Tous ses livres peuvent se trouver ici.

4e de couverture du nouveau livre :
Continuer la lecture de « Un nouveau livre choc d’Anne Kling »

« Les 13 lignées sataniques »

C’est un best-seller international – très prisé dans les milieux « complotistes » – qui vient d’être traduit et publié en français sous ce nom.
Avec pour sous-titre La cause de la misère et du mal sur Terre, rien de moins !
Ecrit par le néerlandais Robin de Ruiter avec l’américain Fritz Springmeier, cet ouvrage s’intéresse à de riches et puissantes familles (les treize lignées) qui selon les auteurs asservissent actuellement le monde et mettent en place le Nouvel Ordre Mondial.

On peut se procurer ici ce livre de 318 pages.

Voici la quatrième de couverture :

« Il n’aura pas échappé à votre attention que notre société ne se porte pas très bien. Les gens sont mal à l’aise, nerveux et ne se sentent pas en sécurité. Parallèlement, notre vie privée revêt à nos yeux de moins en moins d’importance (…) nous confions l’ensemble de nos informations privées au système et en sommes totalement dépendants pour nos besoins monétaires et autres.

Beaucoup se demandent: « Où est-ce que le monde va? Où nous mène cette route? Qu’est-ce qui nous attend encore? Comment en sommes-nous arrivés à ce chaos? »

Traditionnellement, nous sommes éduqués de façon à faire confiance à nos gouvernements, et nous sommes convaincus qu’ils se soucient de nous. C’est pourtant une grave erreur. Sous la surface de la politique officielle se déroule un processus intellectuel et social compliqué. Les dirigeants visibles du monde ne sont que des marionnettes dirigées depuis les coulisses par un pouvoir invisible.
Continuer la lecture de « « Les 13 lignées sataniques » »

Parution de la première biographie de Karl Lueger,

« le maire rebelle de la Vienne impériale », sous la plume de Laurent Glauzy.
155 p. + 16 p. de photographies, 18 euros, disponible ici.

4e de couverture :

« Quand l’« avocat des pauvres » défiait les banquiers et la bourgeoisie corrompus.
Karl Lueger (1844-1910) a trente-et-un ans quand il est élu conseiller municipal de Vienne, en  Autriche. Issu d’un milieu modeste et juriste de formation, il s’illustre en révélant de nombreuses affaires de corruption qui entraînent la condamnation et la démission de personnalités du sérail politique. Lueger attise le déchaînement de la haute bourgeoisie, de la presse et de la finance internationale.
Alors qu’il dénonce l’influence politique et économique juive au sein de l’Empire autrichien, l’« avocat des pauvres » ne craint pas de défendre gratuitement la cause des anarchistes.
En outre, représentant du Parti chrétien-social, il entend faire de la doctrine sociale de l’Église catholique le guide de son action politique, laquelle sera soutenue en 1895 par le pape Léon XIII.
Cette personnalité au caractère bien trempé reste le maire le plus populaire de l’histoire de Vienne, fonction qu’il occupe de 1897 à 1910. Son investiture marque la fin de quatre décennies du pouvoir hégémonique des libéraux.
Continuer la lecture de « Parution de la première biographie de Karl Lueger, »

Un vrai « Manuel d’histoire de France »

Alors que les manuels scolaires actuels sont toujours plus absurdes ou mal orientés, nous avions signalé l’année dernière la parution d’un bon ouvrage, qui a d’ailleurs connu un vif succès et qui vient d’être réédité dans une nouvelle version « enrichie des remarques des lecteurs et utilisateurs ainsi que d’un nouveau chapitre d’actualisation, le chapitre final (74e) consacré à « La France en crise » qui couvre la période 1970 – mai 2012. »

Seule petite polémique : le tout début qui reprend la théorie évolutionniste.

Rappel de la présentation du livre :

Sous la houlette d’Anne de Mézeray, agrégée d’histoire, une équipe d’historiens (Philippe Conrad, Jacques Heers, l’abbé B. Schaeffer, plusieurs enseignants) a travaillé à l’élaboration d’un livre d’Histoire de France pour jeunes (cours moyen, 6e et au-delà), avec pour objectif de fournir aux professeurs et aux élèves un ouvrage respectueux de la réalité des faits.
Cet ouvrage contient 73 (74 maintenant) chapitres illustrés en couleur, enrichis de 19 cartes inédites.

Préfacé par Jacques Heers et présenté par Philippe Conrad, ce manuel « à l’ancienne », érudit mais pratique, superbement illustré, est sans doute ce qui se fait de mieux pour préparer les futurs collégiens au goût de l’histoire de notre pays.

336 p. 25 €. Editeur : Œuvre scolaire Saint-Nicolas.
On peut se le procurer ici.

Ils en parlent :
Continuer la lecture de « Un vrai « Manuel d’histoire de France » »

Mort de Michel Polac : encore un qui a échappé à la justice humaine

Les médias rendent un hommage unanime à l’un des leurs, Michel Polac, qui vient de casser sa pipe à l’âge de 82 ans, après une longue vie de sévices comme journaliste pour divers torchons de gauche et pour la télévision (qu’il a fait évoluer à son époque). Il a aussi écrit de nombreux ouvrages.

Dans l’un deux, son Journal, paru en 2000, ce pédomane juif raconte page 147 ses ébats avec un enfant (parmi combien?) de 10 ans :
Continuer la lecture de « Mort de Michel Polac : encore un qui a échappé à la justice humaine »

Il y a soixante ans : mort d’Evita Peron

à l’âge de 33 ans.

D’origine modeste, elle était devenue l’idole des descamisados argentins, c’est-à-dire des pauvres.
Sa dernière apparition en public, en fauteuil roulant, devant une foule immense et chavirée, provoqua un raz-de-marée péroniste (66% des suffrages le 11 novembre 1951). Plus de 3 millions d’Argentins passèrent devant son corps embaumé (défilé de 3 jours entiers) et plus de 2 millions de personnes assistèrent à ses funérailles.

Jean-Claude Rolinat lui a récemment consacré un ouvrage biographique, disponible ici.

Pieter Kierstens nous communique en cette occasion :

« Le 26 juillet 1952, disparaissait la madone de los descamisados (les sans- chemises), victime de la leucémie, après de longs mois de souffrances et plusieurs interventions chirurgicales. Et pour nombre d’Argentins, même après des décennies, Eva DUARTE-PERON reste une icône.

Celle qui deviendra la seconde femme du Général Juan Domingo PERON est née le 7 mai 1919 à Los Toldos en Argentine.
Continuer la lecture de « Il y a soixante ans : mort d’Evita Peron »

« Jules l’imposteur » par François Brigneau

Les éditions Dominique Martin Morin ont eu la bonne idée de rééditer le Jules l’imposteur du regretté François Brigneau, alors qu’on a reparlé récemment de Jules Ferry dans les gros médias.

180 pages, édition 2012 d’après celle de 1983, 18 euros. Disponible ici.

4e de couverture :

« Jules l’imposteur n’est autre que Jules Ferry.
François Brigneau trace un portrait au vitriol de Ferry et consorts (Grévy, Buisson, Camille Sée, etc) : leur anticléricalisme plus ou moins provoquant, leur franc-maçonnerie et… leur appétit financier si intéressé par les colonies.
Il fait l’historique de l’œuvre de la Troisième République extorquant de l’âme des enfants les vérités de l’Eglise catholique.
Polémique, dans un français piquant et spirituel, c’est une œuvre parfaitement historique et très bien documentée. L’auteur s’appuie sur de nombreuses citations.
Continuer la lecture de « « Jules l’imposteur » par François Brigneau »

Le « Jésus » de Jean-Christian Petitfils : attention, une sal[…]rie

[27/06/12 : étant donné que ce livre et son auteur jouissent encore d’une certaine publicité (vente chez Chiré, dédicace à la fête du livre de Radio Courtoisie dimanche dernier), nous remettons à l’honneur l’article ci-dessous, paru il y a quelques mois.]

En ce dimanche, évoquons un livre qui fait pas mal parler de lui : Jésus (honteusement sous-titré le Jésus de l’Histoire) de l’historien (de droite) Jean-Christian Petitfils.

L’abbé Puga (de saint Nicolas du Chardonnet) en fait une intéressante critique :

« Spécialiste de l’histoire française des XVIIe et XVIIIe siècles, auteur de nombreux ouvrages appréciés à juste titre sur cette période, il tente dans son nouveau travail une aventure d’historien à la recherche des données historiques sur la vie du Christ. Avant lecture on aurait pu s’attendre à une étude fouillée (le livre comporte plus de 650 pages !) de l’historicité des documents évangéliques, de leur crédibilité et à partir de là découvrir l’élaboration d’une vie de Jésus fondée sur des faits indubitables en montrant par exemple leur corrélation et leur conformité avec les données de l’histoire de l’Antiquité.

Un postulat regrettable
Continuer la lecture de « Le « Jésus » de Jean-Christian Petitfils : attention, une sal[…]rie »

Mort de Roger Garaudy

Ce mercredi 13 juin est décédé Roger Garaudy.
Né en 1913, il fut un homme politique, philosophe marxiste et écrivain.
Il fut une figure importante du Parti communiste français (un théoricien même), dont il fut exclu en 1970 pour s’être rapproché de l’extrême-gauche autogestionnaire à partir de 1968.
Il se convertit par la suite brièvement au catholicisme moderniste, avant de tomber dans l’islam.

À partir de 1996, il a fait parler de lui, car après avoir étudié la question, il avait fait part publiquement et courageusement de son incrédulité devant la version officielle de l’histoire de la Seconde guerre mondiale, et notamment la « Shoah ».
Son révisionnisme l’avait fait condamner par notre belle démocratie pour « contestation de crimes contre l’humanité », « diffamation raciale » et « incitation à la haine raciale » (sic).
Ses deux ouvrages les plus connus sont certainement Les mythes fondateurs de la politique israélienne (dispo ici) et Le procès de la liberté (dispo ici), coécrit avec Jacques Vergès.

« Kate Middleton : les derniers secrets et mensonges des Windsor »

On parle beaucoup, en ce moment, de la monarchie anglaise à l’occasion de l’anniversaire de la reine.
Saluons à notre manière la famille régnante en rappelant la sortie, il y a quelques mois, de ce livret décapant et accablant.

« Pornographie, cocaïne, judaïsme »… ce sont des bagages que la désormais princesse Kate Middleton apporte avec elle dans la famille royale anglaise, où elle est entrée très médiatiquement en 2011.

Le journaliste Laurent Glauzy revient dessus et fait le point dans ce sulfureux livret vendu 2 €, disponible ici.

« Ils ont été tués par des Noirs et des Arabes » 2001-2011

Ci-dessous une étude percutante d’Hervé Ryssen, extraite de son livre Le racisme antiblanc.

« Les agressions commises par des immigrés du tiers-monde contre des Blancs sont innombrables. Chaque semaine, des milliers de Blancs sont agressés d’une manière ou d’une autre par des allogènes, et il serait fastidieux de citer tous les articles de presse à ce sujet. Nous n’avons donc retenu que les affaires les plus graves – les homicides involontaires, les meurtres (homicides volontaires), les assassinats (meurtres prémédités).

Les informations qui suivent sont tirées d’un chapitre de notre livre intitulé le Racisme antiblanc, paru en novembre 2011. Le livre présente en détails chacune de ces affaires, en insistant sur la personnalité du tueur, qui apparaît lors des procès en cours d’assises. On note alors quelques étranges similitudes dans les profils psychologiques de toutes ces “Chances pour la France”.
Continuer la lecture de « « Ils ont été tués par des Noirs et des Arabes » 2001-2011 »

« Les sociétés de pensée et la démocratie moderne », d’Augustin Cochin

On nous signale la réédition très attendue de cet ouvrage incontournable sur la Révolution française et sa genèse, sur le rôle des « sociétés de pensée » (loges maçonniques, salons mondains) dans l’avènement de la démocratie moderne.

Ce livre indispensable à toute bibliothèque solide est disponible ici au prix modique de 18 €.

4e de couverture :

« Esprit brillant, remarquable historien (major de l’école des Chartes), Augustin Cochin est tué à l’ennemi en 1916.
Mort trop jeune, il laisse toutefois derrière lui une œuvre exceptionnelle, bien qu’inachevée, que fait publier sa mère quelques années plus tard.

Son travail s’avère être une contribution majeure à la compréhension de l’avènement de la démocratie moderne.
Continuer la lecture de « « Les sociétés de pensée et la démocratie moderne », d’Augustin Cochin »