C’était un 18 novembre 1936 : mort de Roger Salengro,

né en 1890, politicard socialiste et franc-maçon. De nombreuses rues et avenues portent son nom.

Il devint ministre de l’Intérieur sous le très néfaste Léon Blum.
C’est Salengro qui a totalitairement dissous les puissantes « Ligues » patriotes en 1936, portant un rude coup au camp national.
Continuer la lecture de « C’était un 18 novembre 1936 : mort de Roger Salengro, »

Retour à la barbarie près de Lille

Nous évoquions tout à l’heure l’insécurité grandissante dans l’un des quartiers de Lille, et les nouvelles mesures policières mises en place pour y faire face. Hé bien, dans la banlieue lilloise cette fois ci, dans la nuit du vendredi au samedi 23 février dernier, vers 5H00 du matin, les « Barbares » sont entrés dans Houplin-Ancoisne, petite ville d’un peu plus de 3000 habitants. L’objectif de ces vandales ? Piller la réserve de bouteilles de gaz sur le parking d’un petit supermarché situé à proximité.

Sans doute déranger dans l’exercice de leur « profession », ou bien incapables de forcer la cage où étaient entreposées les bonbonnes, les « Barbares » ont pratiqué comme leurs ancêtres jadis, la politique de la terre brulée : ils ont mis le feu aux bonbonnes ! Par miracle, celles-ci n’ont pas explosé !

Ce n’est pas là un acte de délinquance si banal. Si l’explosion avait eu lieu, en plus d’y laisser leurs vies, ces criminels -car il s’agit d’un acte délibérément criminel- auraient entrainé avec eux dans la mort, tous ceux qui auraient eu le malheur de se hasarder sur le parking. C’eût été un terrible spectacle de désolation ! Mais que se passe-t-il à Lille, que la criminalité soit à ce point à la hausse ? On aurait bien quelques éléments de réponse, mais bon …

Lille : l’insécurité grandissante suscite de nouvelles mesures policières

A Lille, dans le quartier festif de Masséna-Solférino, l’insécurité galopante,  la recrudescence des agressions et des vols, contraint aujourd’hui la police à prendre de nouvelles mesures et à multiplier ses patrouilles pédestres de lutte contre la délinquance.

Masséna-Solférino est en train de perdre L’ambiance bon enfant qui a fait La réputation de Masséna-Solférino est en train de disparaître : vols avec violence, bagarres, coups gratuits sur des fêtards ou des policiers en service, voire agressions sexuelles sur des jeunes filles, voilà le lot de ces dernières semaines… Les agresseurs visent en particulier les fêtards rendus vulnérables par l’alcoolisation massive. Et les témoignages sont nombreux.

« Je revenais seul de Masséna, lorsqu’un individu m’a fait une clé de bras par surprise pendant qu’un autre me prenait mon téléphone dans ma poche« , se rappelle Guillaume, un habitué du quartier dont deux autres amis proches ont vécu une mésaventure similaire durant ces dernières semaines. « Passé certaines heures, il y a des racailles qui nous attendent pour nous dépouiller. Ça devient grave !« , indique-t-il.

Un tel phénomène fait réagir la police.
Continuer la lecture de « Lille : l’insécurité grandissante suscite de nouvelles mesures policières »

Des clandestins occupent la mairie de Lille

Une cinquantaine de clandestins hors-la-loi a occupé hier la mairie de Lille pour réclamer la prise en compte, par la préfecture du Nord, de leur grève de la faim. Le groupe est resté environ deux heures dans le hall de l’hôtel de ville, provoquant la fermeture exceptionnelle des services administratifs. Pendant ce temps, à l’extérieur de la mairie, une vingtaine de clandestins ont manifesté, scandant entre autres slogans : « Martine, faut-il crever pour avoir des papiers ? » ou « Martine complice« . Ils ont exigé d’être reçus par la préfecture : résultat, le premier adjoint de la mairie de Lille, Pierre de Saintignon, a reçu une délégation pendant près d’une heure.

Parallèlement, à Paris, des manifestants solidaires des sans-papiers lillois se sont rassemblés dans la cour du siège du parti socialiste. Résultat,  le cabinet du premier secrétaire, Harlem Désir, a reçu également leur délégation, indiquant que « les situations individuelles seront étudiées par le ministère de l’Intérieur« .

Donc pour résumer, des hors-la-loi, arrivés clandestinement sur le territoire français, n’ont aucune crainte de se manifester, visages découverts, dans les locaux mêmes des institutions de l’État, sans être inquiétés, et mieux encore, en ayant l’audace d’exprimer des revendications afin que la loi s’ajuste à leurs situations particulières. Et à Paris, on ose également tenir publiquement une manifestation de soutien à des délinquants qui ont violé la loi. Dans la vraie vie, lorsque l’on viole la loi ou que l’on soutient une violation de la loi, on est inquiété par la justice. Ici, les mêmes sont reçus par les autorités. Allez comprendre. En tout cas, que Manuel Valls ne vienne pas nous dire après cela qu’il lutte avec ardeur contre l’immigration clandestine…

Lille, première ville islamique de France ?

Petit documentaire sur la conquérante « Ligue islamique du Nord »  (« nous sommes chez nous ») et les reptations que fait devant elle le Parti socialiste (notamment Martine Aubry, maire de Lille).

Pour rester dans la région, ce lundi 11 juillet, de 16h à 18h, sera inauguré dans le centre commercial Espace grand-rue de Roubaix, un tout nouveau fast-food.
Family Food Burger, c’est son nom, s’étendra sur 600 m2, et proposera « un nouveau concept de restauration rapide halal ».

Santé : elle avorte contre sa volonté

Venue enceinte de 4 mois à l’hôpital pour un cerclage du col de l’utérus destiné à empêcher un accouchement prématuré, elle repart avortée. La terrible histoire se déroule il y a une semaine à l’hôpital Saint-Vincent, à Lille. Deux femmes attendent au service gynécologie obstétrique, l’une pour un cerclage et l’autre pour avorter. Selon La voix du nord :   « A 8h40, une étudiante sage-femme, déléguée par l’infirmière, débarque dans la chambre de la première avec des pastilles destinées à la deuxième : un médicament destiné à ramollir le col de l’utérus pour faciliter le curetage (NDLR : avortement), qui peut également interrompre une grossesse. Vers midi, au bloc opératoire, les chirurgiens constatent la présence de ces comprimés inappropriés. Ils les reprennent mais le mal est fait : la fausse couche se déclenche. »

Continuer la lecture de « Santé : elle avorte contre sa volonté »

Martine Aubry à genoux devant le CRIF

Plus lèche-bottes d’israël les uns que les autres au PS. Après Delanoé et Hollande, Aubry a souhaité ne pas être en reste, et est allée cirer les pompes du CRIF, participant à un « diner » où elle s’est déclarée contre le boycott d’Israël, et pour un jumelage avec une ville israélienne. Mais qu’est-ce qu’ils croient ? Que le CRIF va les préférer à Sarkozy ? En montrant que sur la Palestine, ils ne se distinguent pas davantage de Sarko que sur les autres terrains, ils affichent leur débilité y compris en matière d’arithmétique électorale.

A cette occasion, Martine Aubry s’est déclarée opposée au boycott des produits israéliens, parce qu’il ne porte pas la paix ». Elle n’a pas dit, cependant, comment, elle, portait la paix ? Que fait Mme Aubry pour favoriser les perspectives de paix ? Pense-t-elle qu’encourager Israël à poursuivre ses crimes de guerre et le nettoyage ethnique du peuple palestinien est « porteur de paix » ? Continuer la lecture de « Martine Aubry à genoux devant le CRIF »

Nouvelle provocation homosexuelle

Hier, vers 15 h 30, plusieurs individus ont déguisé en rose la statue équestre de Jeanne d’Arc, sur la place du même nom le long de la rue Solférino à Lille.

Elle a été notamment ornée d’oriflammes et pancarte aux slogans provocateurs pro-gays ou dénigrant le récent débat sur l’identité nationale.

Bien évidemment, la mairie de Lille (Martine Aubry), à qui appartient la statue, a annoncé qu’elle ne déposera pas de plainte.
Avec cette nouvelle provocation homosexuelle, nous devons dire stop et  réagir face à l’homofolie !

Source (via le Salon Beige)