C’était un 22 février…

1916 : mort, pendant la bataille de Verdun, de l’héroïque lieutenant-colonel Emile Driant, à la tête des 56e et 59e bataillons de chasseurs.
Officier saint-cyrien brillant, il fut à plusieurs reprises sanctionné pour des articles publiés sans autorisation dans lesquels il défend la mémoire de son beau-père (le général Boulanger), ou bien dénonce vigoureusement l’affaire des fiches (fichage des officiers catholiques sur ordre du ministre franc-maçon, le général André).
En 1905, sa carrière étant définitivement compromise, il se lance en politique avec l’appui de Déroulède et Barrès et est élu député à Nancy (1910-1916).
En 1907, il signa une Protestation contre la présence des francs-maçons aux fêtes de Jeanne d’Arc.
Il avait écrit sous le pseudonyme de Capitaine Danrit des romans militaires d’anticipation souvent prophétiques (La guerre de demain, L’invasion noire, L’invasion jaune) qui connurent un grand succès.
Militant antimaçon, il fonda également la Ligue antimaçonnique pour les hommes et la Ligue Jeanne d’Arc pour les femmes.

1945 : près du lac de Constance, en Allemagne, deux avions attaquent en rase-mottes une Mercedes portant un drapeau tricolore peint à l’arrière. Jacques Doriot est tué sur le coup, et son chauffeur grièvement blessé.
Continuer la lecture de « C’était un 22 février… »

Il y a 400 ans : l’assassinat d’Henri IV.

Ce souverain, l’un de ceux qui marqua le plus l’histoire et la mémoire nationales, se rendait au chevet de son ami Sully le 14 mai 1610, quand, à la faveur d’un ralentissement sur la route, il fut mortellement poignardé par François Ravaillac.
Ce dernier était un catholique (qui sera catalogué comme déséquilibré par la justice) stimulé par les prêches virulentes de prêtres intransigeants, reprochant au souverain sa proximité avec les protestants français et étrangers, à l’aube d’une nouvelle guerre.

Les querelles religieuses ont marqué le règne d’Henri IV qui avait pris part à la terrible guerre civile à la tête des troupes protestantes (son siège de Paris avait fait plus de 35 000 morts) avant de se convertir (faussement d’après ses détracteurs) au catholicisme et de pouvoir alors accéder au trône puis pacifier à peu près le royaume.

La LDJ soutient Georges Frêche

L’organisaton d’extrême droite sioniste, la Ligue de défense juive, a pris la défense de Georges Frêche dans un communiqué diffusé dimanche 31 janvier sur son site.
Sous le titre Bravo à Georges Frêche, la LDJ déclare soutenir “Georges Frêche ami fidèle du peuple juif et d’Israel depuis de nombreuses années face à un Fabius qui a choisi de renier son judaïsme et que nous n’avons jamais vu dans une seule manifestation de soutien à Israel depuis 40 ans. Monsieur Fabius et ses amis socialises [sic] sont toujours là pour dénoncer l’antijudaïsme quand il provient de l’extrème droite. Par contre leur silence est éloquent quand les agresseurs racistes sont issus de minorités qu’ils défendent. Nous félicitons Monsieur Frêche d’avoir dénoncé les agissements du mouvement pro arabe CIMADE”.

Source

Dessin animé homosexuel à l’intention des enfants de CM1/CM2 : la franc-maçonnerie en embuscade

On parle beaucoup en ce moment du court métrage d’animation « Le  Baiser de la lune ».
Ce  film faisant la promotion de l’homosexualité va être diffusé dans les classes de CM1 et CM2 avec la bénédiction de l’Education nationale.

L’histoire met en scène deux poissons mâles qui s’aiment « librement et heureux » sous le « regard archaïque » d’une vieille chatte « prisonnière d’un château de conte de fée » qui est « persuadée que l’on ne peut s’aimer que comme les princes et les princesses. »

Fruit d’un lobby homosexuel qui exige que l’homosexualité soit « enseignée » à  l’école (de la raie publique?), ce beau projet bénéficie non seulement du soutien des relais habituels du lobby homo (le magazine Têtu, le Centre Gay, Lesbien, Bi et Transexuel, l’association SOS-Homophobie…) et  des serviles  partenaires  publics comme le ministère de la Jeunesse et des Sports, l’Education nationale, le Centre National de la Cinématographie, le Conseil régional de Bretagne, le Conseil général des Côtes d’Armor, la Ville de Rennes, la TV Rennes… mais également du soutien actif de la « Ligue de l’Enseignement », une organisation para-maçonnique très liée au Grand Orient de France.

Ne craignez rien braves citoyens, les Fils de la Veuve veillent sur vos enfants!

Source