C’était un 26 mars : le massacre de la rue d’Isly


Ce jour de 1962, alors que De Gaulle avait trahi et abandonné l’Algérie aux égorgeurs du FLN, des Français manifestaient pacifiquement rue d’Isly, à Alger.
Pour empêcher la population algéroise d’apporter son soutien à Bab-el-Oued, quartier assiégé par la Gendarmerie mobile, le préfet Vitalis-Cros fit appel à l’armée pour bloquer le passage de la foule. C’est le 4e Regiment de Tirailleurs Algériens qui est désigné malgré la mise en garde de son commandement qui prévient que ces soldats ne sont pas préparés à une confrontation urbaine.
Ils étaient trois mille civils non armés à défiler vers le quartier de Bab el Oued, et se retrouvèrent donc face à un barrage militaire.

A 14h45, un lieutenant des tirailleurs vient les prévenir, ou plutôt les supplier :
« dispersez-vous, nous avons ordre de tirer » (source Paris-Match n°178).
Quelques minutes après, les armes automatiques crépitent vers la foule.
Une centaine d’Algérois – hommes, femmes, enfants – furent abattus et d’autres centaines furent blessés par les balles françaises. Ils sont tombés victimes de la haine gaulliste.

Le gouvernement n’a jamais présenté d’excuses.

Plus de détails sur ce site notamment.

Meurtre de deux gendarmes : le suspect s’appelle Abdallah Boumezaar

Le suspect interpellé ce dimanche soir pour le meurtre des deux gendarmes de Collobrières serait Abdallah Boumezaar.

Cet homme né en 1982, décrit comme un colosse rasé de 1,80 mètre et pesant 90 kg, est « connu des services de police ». Il est même passé ce mercredi 13 juin devant le tribunal correctionnel de Toulon pour « violences commis sur un ascendant ». Il s’en était pris violemment à sa mère.

Il échappe à la peine plancher mercredi dernier !

Les faits se seraient déroulés le 11 mai dernier à La Seyne-sur-mer.
Continuer la lecture de « Meurtre de deux gendarmes : le suspect s’appelle Abdallah Boumezaar »