C’était un 26 février 1781… Marie-Antoinette et la franc-maçonnerie

La reine Marie-Antoinette écrivit ce jour-là une lettre très significative à sa sœur Marie-Christine, dans laquelle apparaissait toute l’ignorance que la cour de France avait de la dangerosité de la Franc-maçonnerie :
« je crois que vous vous frappez trop de la Franc-maçonnerie… Ici, tout le monde en est ; on sait ainsi tout ce qui s’y passe ; où est donc le danger ?
Ces jours derniers, la princesse de Lamballe a été nommée grande maîtresse d’une loge ; elle m’a raconté toutes les jolies choses qu’on lui a dites. »

Une naïveté et une méconnaissance de la structure et du fonctionnement réels de la secte, que paieront cher la monarchie et l’aristocratie.

La princesse de Lamballe, amie de la reine, sera atrocement mise à mort par la maçonnerie 11 ans plus tard (voir ici).

3 février 1917 : mort d’Edouard Drumont,

journaliste, écrivain et homme politique.

Presque aveugle, Edouard Drumont décède peu avant 20h dans sa résidence de Moret-sur-Loing, près de Fontainebleau, à l’âge de 72 ans.

Outre de nombreux ouvrages consacrés à Paris (dont il était amoureux), ce brillant pamphlétaire est l’auteur d’une description de la société française au XIXe siècle : le « best-seller » La France juive (disponible ici), « livre magique » pour Georges Bernanos qui lui consacrera un ouvrage fameux : La Grande Peur des bien-pensants (disponible ici).
La fin d’un monde (disponible ici) est aussi un maître-ouvrage d’Edouard Drumont, qui a, à notre avis, moins vieilli.
Drumont fonda en 1892 et dirigea le journal La libre parole et fut un leader du camp nationaliste et antidreyfusard.

Continuer la lecture de « 3 février 1917 : mort d’Edouard Drumont, »

C’était un 27 juillet : la bataille de Bouvines

L’éphéméride du 27 juillet est particulièrement riche mais nous avons opté pour cet épisode historique, crucial dans l’histoire de France (et qui eut d’ailleurs des conséquences européennes notables).

bouvines2

Texte tiré de la revue L’Héritage :

Le Soleil de Bouvines

La survie de la France tient à peu de choses. Qu’on se rappelle qu’à la suite du partage de Verdun (843) , elle n’était qu’un royaume à la périphérie du Saint Empire. Menacée à l’Ouest par l’Angleterre, à l’Est par l’Empire, la France n’a dû sa survie qu’à la volonté tenace d’une famille, les Capétiens. Ces efforts conduiront enfin sous le règne de Saint Louis à l’officialisation par la papauté de l’indépendance effective du royaume face à l’Empire.

La bataille décisive de Bouvines est là pour nous rappeler que l’indépendance de notre nation fut toujours fragile et mérita tous les efforts de nos chefs.
Continuer la lecture de « C’était un 27 juillet : la bataille de Bouvines »

Une carte de France des écoles catholiques

ecolescathoAlors que le niveau (scolaire et moral) de l’école publique est toujours plus catastrophique, voici une utile carte des écoles catholiques (surtout celles avec aumônerie traditionnelle).
Très pratique en particulier pour les jeunes familles qui doivent trouver où s’installer.

Cliquez ici pour la voir (et la mettre dans vos favoris) et n’hésitez pas à envoyer vos ajouts et modifications.

PS : elle n’est pas consultable sur les téléphones.

Bachar el Assad ne veut « plus rester isolé face à la menace terroriste »

syria-s-president-bashar-al-assad-meets-with-a-french-delegation-headed-by-senate-member-head-of-the-senate-s-french-syrian-friendship-committee-jean-pierre-vial-in-damascus_5251983

Quatre parlementaires Français se sont rendus en Syrie, à Damas et trois d’entre eux ont rencontré le président Syrien Bachar el Assad. Une initiative attendue par les autorités syriennes qui sont le dernier rempart contre l’islamisme en Syrie et dans la région. François Hollande et Manuel Valls n’ont pas pu s’empêcher de critiquer ce voyage, montrant une méconnaissance totale de la situation sur le terrain.

Leur ennemi, c’est toujours Bachar el Assad tandis que les Syriens répètent qu’il n’est plus un choix politique mais une nécessité pour une échapper au chaos…

Le sénateur UDI François Zocchetto, présent en Syrie avec trois autres parlementaires, a assuré vendredi que le président syrien, Bachar al-Assad ne voulait « plus rester isolé face à la menace terroriste ».

« Bachar al-Assad est quelqu’un de réservé, il ne se livre pas facilement. Il a dit qu’il attendait de ne plus rester isolé face à la menace terroriste », a expliqué le sénateur sur Radio Classique, au sujet de sa rencontre avec le président syrien en compagnie de deux autres parlementaires français.

Continuer la lecture de « Bachar el Assad ne veut « plus rester isolé face à la menace terroriste » »

En France comme en Italie : des élus suppriment la croix de leur cimetière !

croix-du-cimetire-au-soleil-couchant-2501e569-08bd-4c24-97fc-eb6d776e63d6

Alors que la grille du cimetière de la ville de Crotone, en Italie, allait être remise en place après réparation, un conseiller de l’opposition a fait remarquer que la Croix qui l’ornait avait disparu. Ce n’était pas un vol mais bien une décision de l’administration pour « ne pas troubler la sensibilité des islamistes et des représentants des religions non chrétiennes ».

 Une décision directement issue d’une laïcité mal comprise conjuguée à une islamisation grandissante qui finit par tuer l’identité de ce pays européen et chrétien.

A noter que le Conseil d’Etat italien avait pourtant récemment rappelé que la Constitution Républicaine, « en assurant les mêmes libertés à tous les cultes religieux ne prescrit pas l’exposition dans les bureaux publics d’un symbole, comme le Crucifix, car faisant partie du patrimoine historique. »

Retour en France, même constat à Brou, une petite commune de 4.000 habitants située dans le Perche et dont une conseillère municipale a décidé la semaine dernière de retirer la croix qui se trouvait au-dessus du portail du nouveau cimetière, construit dans les années 1980. Une décision qui a bien heureusement déclenché une vive polémique.

Continuer la lecture de « En France comme en Italie : des élus suppriment la croix de leur cimetière ! »

C’était un 5 avril : décret racialiste du roi de France

Que pensent les actuels prétendants au trône de ces lois ?

En août 1777, un décret royal interdisait l’entrée de nouveaux « noirs, mulâtres ou autres gens de couleur »  dans le royaume de France :  « le nombre des noirs s’y est tellement multiplié, par la facilité de la communication de l’Amérique avec la France, qu’on enlève journellement aux colonies cette portion d’hommes la plus nécessaire pour la culture des terres, en même temps que leur séjour dans les villes de notre royaume, surtout dans la capitale, y cause les plus grands désordres ; et, lorsqu’ils retournent dans les colonies, ils y portent l’esprit d’indépendance et d’indocilité, et y deviennent plus nuisibles qu’utiles. »

Le 5 avril 1778, un nouveau décret paraissait, interdisant cette fois les unions mixtes :

« Arret du conseil du Roi
Interdisant aux Blancs tous mariages avec des Noirs, Mulâtres ou autres Gens de Couleur,

« Le Roi s’étant fait représenter sa déclaration du 9 août dernier par laquelle sa Majesté aurait défendu à l’avenir l’introduction de tous Noirs, Mulâtres ou autres Gens de Couleur, de l’un et l’autre sexe, dans son royaume, et se serait néanmoins réservé d’expliquer ses intentions sur ceux qui sont actuellement en France ; et sa Majesté était informée que quelques-uns des Noirs, de l’un et l’autre sexe, qui s’y trouvaient avant ladite Déclaration, se sont proposé de contracter mariage avec des Blancs, ce qu’il serait contre le bon ordre de tolérer.

Continuer la lecture de « C’était un 5 avril : décret racialiste du roi de France »

15 août : Assomption et fête nationale française

L’Assomption désigne l’élévation aux Cieux de la Sainte Vierge, corps et âme.

Celle-ci – qui selon la doctrine catholique tient dans l’humanité une place si particulière – quitta ce monde d’une façon extra-ordinaire : son corps étant préservé de la corruption que connaissent les cadavres, tout comme son âme avait été préservée de toute corruption du péché.

C’est la principale fête mariale.

En France, s’ajoute au 15 août le caractère de fête nationale, depuis Louis XIII.

Voyez ci-dessous, en comparant les 2 origines, comme on est loin du 14 juillet qui commémore la naissance mythologique de la République dans la haine et dans un bain de sang bien réels.

En 1637, après 22 ans de mariage, le roi n’a toujours pas d’héritier et la France est dans une guerre difficile.

Le souverain prépare un vœu qui consacrerait la France à Notre-Dame de l’Assomption, plaçant la nation sous la protection de la Sainte Vierge ; on dit qu’il y pense depuis longtemps.

En novembre 1637, un texte est enfin soumit au Parlement. Puis soudain, la bonne nouvelle tombe : la Reine est enceinte !

Le vœu sera finalement signé par le Roi le 10 février 1638, comme un remerciement, et instaurera les processions du 15 août en hommage à Notre-Dame de l’Assomption.

Le 5 septembre 1638, naît le dauphin de France, futur Louis XIV. De par sa naissance vue comme quasi-miraculeuse, il reçoit le nom significatif de Louis-Dieudonné (« donné par Dieu »).

Ce vœu a été publié sous la forme d’un édit dont voici le texte intégral :

Continuer la lecture de « 15 août : Assomption et fête nationale française »

Le gouvernement français veut accélérer le processus d’entrée de la Turquie dans l’Union européenne

Hier, la France a fait un nouveau pas vers l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne en acceptant d’ouvrir, à Bruxelles, un nouveau chapitre des négociations d’adhésion.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabiu,s a fait savoir à son homologue turc, Ahmet Davutoglu, que la France allait prochainement lever son veto à l’ouverture des négociations : « Je lui ai confirmé qu’on était favorables à ouvrir la discussion sur le chapitre 22″, a-t-il communiqué. Quant à Philippe Lalliot, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, il a déclaré que la France avait le désir d’ « apporter un nouvel élan aux relations entre l’Union européenne et la Turquie ». « Elle attend de la Turquie qu’elle s’engage de son côté à contribuer concrètement à cette dynamique », a-t-il poursuivi.

Pour la gauche, qui fait de l’émancipation un facteur de progrès en général, l’appartenance à une communauté est purement conventionnelle et doit être libre de toute contrainte historique, géographique ou culturelle.
Continuer la lecture de « Le gouvernement français veut accélérer le processus d’entrée de la Turquie dans l’Union européenne »

Euro : l’Elysée avoue à demi-mots que la monnaie unique ne correspond pas au niveau économique de la France

Mardi, à Strasbourg, soit peu avant le sommet de Bruxelles, le président français, François Hollande, s’en est pris à l’euro fort. À 1,35 dollar, Paris juge l’euro «trop fort» : «La parité de l’euro ne correspond pas à la valeur réelle de son économie» s’est en effet expliqué François Hollande. Une attaque surprise qui a suscité une réaction sèche du gouvernement allemand sur le niveau de l’euro : «La politique de change n’est pas un instrument adapté pour améliorer la compétitivité», a affirmé Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel. «Le gouvernement allemand est convaincu qu’en comparaison historique, l’euro n’est pas surévalué à l’heure actuelle», a-t-il poursuivi.

Le président français soulève un vrai problème, en effet, mais il reste incapable d’en saisir les véritables implications, ni par conséquent de rechercher une vraie solution. Car l’euro est devenu un dogme idéologique, protégé par une vulgate intangible. Sauf que la monnaie n’est pas une fin, elle est un moyen : et un moyen doit s’adapter précisément à la fin qu’il poursuit.

Or, précisément, le dogme de l’euro interdit aux États d’adapter leur monnaie à leur niveau économique. En contraignant les nations a abdiquer leurs prérogatives régaliennes, dont frapper monnaie, l’Union Européenne a confisqué leur souveraineté, également monétaire, leur niant ainsi toute maîtrise de leur politique économique. C’est ainsi que l’euro, taillé à la mesure des allemands, est une monnaie trop forte pour l’économie française qui, asphyxiée, et sans recours possible à la dévaluation, voit ses exportations plombées. Ce qui provoque enfin une réaction de l’Élysée…

Le problème en cause, c’est évidemment le mondialisme qui, sous prétexte de la mondialisation, veut promouvoir un monde sans frontières, uniforme, dans lequel les nations seraient une structure historique dépassée. Mais la réalité se rappelle au souvenir des idéologues : car on peut bien nier les caractéristiques respectives des peuples, niveler leurs différences, et vouloir les couler dans le même moule, il est un moment où, l’homme vivant aussi de pain, les exigences propres des différentes économies se font plus revendicatrices et leur différences doivent êtres prises en compte…

Guerre en Lybie : « c’était pour le gaz et le pétrôle »

La France aurait mené la guerre en Libye pour obtenir des gisements de gaz. C’est en tout cas ce que révèle le magazine de Canal Plus « Spécial investigation », de Patrick-Charles Messance, dans son dernier reportage consacré aux rapports entre le pétrole et la guerre.

A en croire les journalistes de Canal +, lesquels ont mené des investigations sur le sujet, l’Elysée aurait déroulé le tapis rouge au chef libyen Mouaammar Kadhafi, par intérêt pour des gisement de gaz. Le refus du Lybien de satisfaire les exigences de Paris aurait alors expliqué l’acharnement de l’ex-président français contre le dirigeant libyen lors des évènements en Libye.

Selon les « sources discrètes » de Patrick-Charles Messance, « l’opération aurait été préparée de longue date et le printemps arabe n’aurait été que le prétexte idéal pour la lancer ». Et d’après le même reportage, deux semaines après l’intervention de la France en Lybie, un accord confidentiel aurait été passé entre le Conseil national de Transition et Paris, attribuant 35 % de réserves libyennes de pétrole à la France.

La Russie, scandalisée par le soutien français à l’opposition syrienne

Le premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a jugé lundi, dans une interview qu’il accorde à l’AFP et au Figaro, que le soutien de la France à la Coalition nationale de l’opposition syrienne est « très discutable » et juridiquement inacceptable.

Dénonçant l’ingérence de la France dans un pays souverain, et son hostilité au pouvoir légalement établi dans un Etat de droit, le premier ministre russe a déclaré que « conformément aux principes du droit international approuvés par l’Onu, aucun pays ni aucun Etat ne doit entreprendre d’action visant à renverser par la force le régime en place dans un pays tiers. Du point de vue du droit international, il est inadmissible de soutenir une autre force politique lorsque celle-ci se retrouve être le principal adversaire du gouvernement légitime d’un pays« .

« Nous avons une position neutre« , a précisé en outre M. Medvedev, estimant que l’ouverture de négociation, et l’organisation de nouvelles élections seraient sans doute une voie privilégiée pour une sortie de crise. Soulignant l’existence d’enjeux géopolitiques, rappelant que la stabilité du Moyen-Orient était en cause, le premier ministre russe a donc donné sa préférence pour la voie prudente de la diplomatie, affirmant en effet que « Moscou n’a aucune envie de voir la Syrie disloquée, provoquant un nouveau foyer de tension au Proche-Orient. Cela profiterait à coup sûr aux extrémistes religieux« .

Marie-France Garaud : « La France n’est plus un Etat »

Marie-France Garaud, présidente de l’Institut International de Géopolitique, était l’invitée de Frédéric Taddéi sur France 3, dans l’émission Ce soir ou jamais. Elle y dénonce la disparition de l’Etat et de ses fonctions régaliennes de façon bienvenue, tandis que le jeune loup de l’UMP essaie de se faire passer pour un « patriote » (sic) :