Un parti musulman dans plusieurs cantons aux élections départementales

Capture d’écran 2015-02-12 à 23.48.09

L’Union des démocrates musulmans de France (UDMF) devrait présenter des candidats dans plusieurs cantons pour les élections départementales à venir.

D’emblée, Khalid Majid, Français d’origine marocaine et tête de liste de l’UDMF à Bobigny précise que son parti veut « tenter de donner une voix à une partie de la population qui ne se retrouve pas dans les partis traditionnels et qui a envie d’agir » mais croit bon de préciser qu’il ne compte pas le faire en « islamisant la société ni en installant la charia en France ».

Et pour nous convaincre, il énumère les propositions du parti :

  • le développement du halal pour créer de l’emploi,
  • le déploiement de la finance islamique pour assainir l’économie,
  • Le respect de la laïcité qui signifie la tolérance des religions… et donc le droit de porter le voile à l’école,
  • L’entrée de la Turquie dans l’Union européenne
  • le droit de vote des étrangers aux élections locales
  • l’enseignement de la langue arabe dans le secondaire
  • l’enseignement à l’école de « certains épisodes tragiques » de l’Histoire de France que sont la colonisation ou la guerre d’Algérie.

Pas d’islamisation, vraiment ?

Il y a soixante ans : mort d’Evita Peron

à l’âge de 33 ans.

D’origine modeste, elle était devenue l’idole des descamisados argentins, c’est-à-dire des pauvres.
Sa dernière apparition en public, en fauteuil roulant, devant une foule immense et chavirée, provoqua un raz-de-marée péroniste (66% des suffrages le 11 novembre 1951). Plus de 3 millions d’Argentins passèrent devant son corps embaumé (défilé de 3 jours entiers) et plus de 2 millions de personnes assistèrent à ses funérailles.

Jean-Claude Rolinat lui a récemment consacré un ouvrage biographique, disponible ici.

Pieter Kierstens nous communique en cette occasion :

« Le 26 juillet 1952, disparaissait la madone de los descamisados (les sans- chemises), victime de la leucémie, après de longs mois de souffrances et plusieurs interventions chirurgicales. Et pour nombre d’Argentins, même après des décennies, Eva DUARTE-PERON reste une icône.

Celle qui deviendra la seconde femme du Général Juan Domingo PERON est née le 7 mai 1919 à Los Toldos en Argentine.
Continuer la lecture de « Il y a soixante ans : mort d’Evita Peron »

Grèce : nouvelle victoire des nationalistes radicaux

Des responsables de l'Aube dorée jetant des confettis du haut de leur local, devant des centaines de partisans.

Il y a un mois environ, les nationalistes radicaux grecs du mouvement Aube dorée avaient surpris tout le monde et déclenché un séisme politique en atteignant les 7 % aux élections législatives, enterrant au passage le parti patriotique LAOS.
Depuis, le mouvement a bien sûr été victime d’une intense campagne de propagande médiatique : vieux dossiers sortis des placards, insinuations en tout genre, incidents montés en épingle (porte-parole du mouvement ripostant énergiquement à deux députés communistes à la télévision, président expliquant que la Shoah est une foutaise, journalistes obligés de se mettre au garde-à-vous devant lui), etc.

Aucune coalition de gouvernement ne sortant du parlement, de nouvelles élections législatives ont été organisées hier. Tous les journaleux et sondeurs expliquaient que le parti nationaliste allait s’effondrer, les électeurs s’étant suffisamment défoulés la première fois, ou s’étant fait berner mais ayant depuis découvert l’horrible vérité sur l’Aube dorée…

Que nenni : hier le mouvement nationaliste a réitéré son score de 7% (contre  0,3 % en 2009 !), obtenant 18 députés.
Une stratégie de radicalité, de fermeté, de force et d’action sociale qui porte ses fruits.
Le LAOS qui s’était effondré à 2,9 % en mai, chute encore à 1,58%.
Continuer la lecture de « Grèce : nouvelle victoire des nationalistes radicaux »

Entretien avec Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France

Contre-info diffusera désormais davantage d’entretiens avec des responsables et personnalités.
Aujourd’hui, nous interrogeons le secrétaire général du Parti de la France, principale structure de l’« Union de la Droite nationale », dont on peut consulter les résultats détaillés lors du scrutin de dimanche dernier ici. Les commentaires sont ouverts.

Contre-info : Comment analysez-vous le score décevant des candidats de l’« Union de la droite nationale » (Parti de la France, MNR, Nouvelle droite populaire) ?

Thomas Joly : Ne nous voilons pas la face, nos résultats sont effectivement très décevants.
Nous ne parvenons pas à remplir notre objectif minimal qui était d’obtenir au moins 1% dans 50 circonscriptions pour accéder à une petite subvention publique annuelle qui nous aurait facilité la tâche pour nos dépenses matérielles et militantes afin de mener notre action politique.
Les raisons sont multiples : l’abstention massive qui a favorisé les partis du Système et exposés médiatiquement, l’apathie de nos compatriotes face à la colonisation migratoire et la ruine de notre pays, l’illusion de voter « utile » en préférant le candidat du Front mariniste (quel qu’il soit) à celui du Parti de la France, la proximité des élections législatives avec les Présidentielles qui démobilise complètement l’électorat protestataire,…
Même si nous ne sommes pas parvenus à émerger électoralement lors de ces législatives, comme d’ailleurs tous les « petits » partis qui ont été laminés et dont la plupart ont fait des scores inférieurs aux nôtres, nous avions le devoir de tenter le coup. Personne d’autre ne portait nos idées.
Seuls les candidats de l’Union de la Droite Nationale défendaient clairement un projet de droite nationale, européenne, identitaire et fermement opposé à la colonisation migratoire de la France (d’où notre slogan « La France aux Français »).

Cela va-t-il influer sur votre ligne politique et stratégique ?
Continuer la lecture de « Entretien avec Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France »

La grève des électeurs

Lu sur l’Acropole Info : Après les différentes échéances électorales, retour sur cet amusant écrit d’Octave Mirbeau, publié dans l’édition du Figaro du 28 novembre 1888, mais plus que jamais d’actualité…

« Une chose m’étonne prodigieusement — j’oserai dire qu’elle me stupéfie — c’est qu’à l’heure scientifique où j’écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose. Quand on réfléchit un seul instant, ce surprenant phénomène n’est-il pas fait pour dérouter les philosophies les plus subtiles et confondre la raison ?

Où est-il le Balzac qui nous donnera la physiologie de l’électeur moderne ? et le Charcot qui nous expliquera l’anatomie et les mentalités de cet incurable dément ? Nous l’attendons.
Continuer la lecture de « La grève des électeurs »

LIESI : François Hollande a « gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir »

Lu sur LIESI : LQuelques heures avant les élections présidentielles françaises, le Financial Times, le journal par excellence de l’establishment, publiait une tribune intitulée

“N’ayez pas peur de la révolution française“.

Cela signifiait-il que les jeux étaient faits ?

Philip Stephens y affirmait qu’avec l’élection française, un vent révolutionnaire allait souffler sur l’Europe. «Mais ce serait une erreur de croire que la Ve République est sur le point d’élire un président révolutionnaire», affirmait-il. En dépit d’un changement de gouvernement, les élites au pouvoir «continueront à vénérer l’austérité. Personne n’osera remettre en cause le catéchisme de l’assainissement budgétaire», prédisait l’éditorialiste.

Continuer la lecture de « LIESI : François Hollande a « gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir » »

Entrée fracassante des fafs au parlement grec

[les commentaires sont ouverts sur ce billet]

L’une des grosses surprises des élections législatives anticipées grecques, qui ont eu lieu ce dimanche, est le score des nationalistes radicaux de Chryssi Avghi (l’Aube dorée).
Le parti a obtenu 21 députés sur 300 au parlement grec, avec 7% des voix, selon le décompte du ministère de l’Intérieur.
Lors des dernières élections législatives (2009), le mouvement avait obtenu 0,3 % des voix ; pour la première fois, cette organisation – de taille modeste jusqu’ici – fait son entrée au parlement : un séisme politique qui fait la une de tous les journaux helléniques.

“Nous arrivons” a proclamé son chef, Nikos Mihaloliakos. « Les Grecs ont toujours été nationalistes, et maintenant ils ont la chance d’exprimer leurs positions ». “Personne n’a peur de moi s’il est un bon citoyen grec” a-t il poursuivi, promettant de lutter contre les “usuriers mondiaux” et “l’esclavage” imposé au pays par l’UE et le FMI.

L’Aube dorée a fait une campagne sans concession et fructueuse sur les thèmes anticapitaliste et anti-immigrationniste, organisant des patrouilles pour sécuriser Athènes.

Il est à noter que le « gros parti » patriote, le LAOS (un peu l’équivalent du FN là-bas) s’effondre à 2,9 % des voix, largement devancé par ce qu’il considérait lui-même comme un groupuscule extrémiste. Il est éliminé du parlement.
Continuer la lecture de « Entrée fracassante des fafs au parlement grec »

Grèce : le LAOS doublé par l’Aube dorée.

En Grèce, des élections législatives auront lieu début mai.
Un sondage récent donne le parti LAOS (droite nationale/populiste) à 2 % des voix. C’est la conséquence de la participation de cette formation politique (durant un temps restreint) au gouvernement.
Le parti nationaliste radical « Aube dorée » entrerait lui au Parlement en recueillant 5 % des voix, franchissant ainsi la barre des 3 % nécessaires afin d’obtenir des élus. (source)
Ce serait, alors que le pays connait une situation de chaos inédite et que le « gros » parti patriote s’est compromis avec le Système et les banques que, pour la première fois, le mouvement nationaliste radical passerait devant lui.
Continuer la lecture de « Grèce : le LAOS doublé par l’Aube dorée. »

Nicolas Dupont-Aignan : faux rebelle, ami de la franc-maçonnerie

Certains, un peu naïfs, croient voir dans le candidat gaullo-souverainiste à la présidentielle Nicolas Dupont (son nom à l’état-civil, mais « Dupont » n’étant pas assez séduisant selon lui, il ajoute « Aignan », le nom de sa mère), un vrai dissident, engagé dans un bras de fer avec le Système.
Pourtant, avec un mouvement ridiculement nommé « Debout la République » et un discours antinationaliste, assimilationiste et ultra-républicain (qui plus est acceptant le faux « mariage » homosexuel), on pouvait se douter que la rupture entre « NDA » et l’establishment n’était que de façade.
Encore cadre de l’UMP il y a peu, Nicolas Dupont est diplômé de la French American Foundation, un groupe mondialiste discret qui se veut un lobby états-unien en France…
Il est aussi proche de la franc-maçonnerie, au cœur du Système :
en effet, il fut l’invité, « dans le cadre des « Grands échanges 2012 », d’une « tenue blanche fermée » (réservée exclusivement aux francs-maçons) d’un parterre de loges du Grand Orient de France, le 16 janvier, dans le Grand Temple Albert Groussier, pour y exposer son programme. » (source F&D N°328).

Ci-dessous, quelques explications de Pierre Hillard concernant la French-American Foundation,
Continuer la lecture de « Nicolas Dupont-Aignan : faux rebelle, ami de la franc-maçonnerie »

Hervé Morin est-il atteint de mythomanie sévère ?

Hervé Morin est un ancien ministre de la Défense (2007-2010) de Sarközy. Il s’était révélé particulièrement calamiteux à ce poste, voulant métisser l’armée, va-t-en guerre en Afghanistan (traitant les Français, réticents, de cons), épurant l’institution de ses spécialistes pas assez atlanto-sionistes.
Il est maintenant candidat « centriste » à la présidence.
Dimanche, lors d’un déplacement à Nice, il déclarait sentencieusement : « Vous qui, pour certains d’entre vous, avez les cheveux blancs, vous qui avez vu tout près d’ici le débarquement de Provence (…) Moi qui ai vu en Normandie le Débarquement des Alliés, nous avons vécu des épreuves drôlement plus difficiles que celles que nous avons à vivre aujourd’hui ».
Débarquement en Normandie : 1944. Naissance de Morin : 1961

Pour se dépêtrer, Morin essaie de se faire passer pour un Normand, et de faire passer ceux-ci pour des cons : « Quand on est normand, les croix blanches font partie de son ADN », a-t-il écrit sur son compte twitter.

Le candidat anti-blancs à l’élection présidentielle soupçonné de blanchiment !

Alerté par Tracfin, en octobre, le parquet de Paris vient de saisir, selon le Journal du Dimanche du 27 novembre, la Brigade de répression de la délinquance économique d’une enquête préliminaire visant Patrick Lozès, l’ex-président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN) et candidat à l’élection présidentielle. Il est soupçonné d’abus de confiance et de blanchiment.

(source)

Jean-Luc Mélenchon a du mal à avouer son appartenance à la Franc-maçonnerie

Mal à l’aise, le héraut de la gauche extrême et communiste nous laisse comprendre qu’il appartient à la secte maçonnique, sans vouloir le reconnaître clairement. Mais les témoignages ne manquent pas (voir la fin de la video).
Quelques propos honnêtes dans le verbiage du fanatique républicain, comme lorsqu’il dit que la « maçonnerie est la religion de la République. »

Il faut être drôlement « naïf » pour voir en lui un opposant au Système (mondialiste)…

Branle-bas autour et à droite du FN

Les organisations électorales que sont le Parti de la France (dirigé par Carl Lang), la Nouvelle Droite Populaire (dirigée par Robert Spieler) et le Mouvement National Républicain (mené par Annick Martin) sont en opposition nette avec le parti de Marine Le Pen et ont déjà travaillé ensemble lors des élections régionales de 2010.
Elles souhaitent maintenant se rapprocher et présenter un prétendant unique à la présidentielle de 2012, ainsi que des candidats aux législatives qui suivront.
Il est même question de mettre en place une structure électorale unitaire, une « confédération » du type de feu l’UDF. La charte de celle-ci, ses composantes, son nom et celui du candidat à la présidentielle ne seront rendus publics qu’en septembre, même s’il semble probable que ce soit Carl Lang qui brigue la magistrature suprême (s’il parvient à franchir le très difficile cap des 500 signatures). Ci-contre la video de son intervention lors de la réunion publique organisée par la revue Synthèse nationale le 27 juin, prémice de la campagne unitaire qui s’annonce. Le projet est soutenu par Jérôme Bourbon, directeur de Rivarol.
Continuer la lecture de « Branle-bas autour et à droite du FN »

Scandales sexuels chez les nationalistes turcs

Des vidéos montrant les ébats extra-conjugaux de plusieurs hauts cadres du « Parti d’action nationaliste » (parti turc qualifié d’« extrême-droite », 3e formation du pays) ont été diffusées ces derniers temps sur internet, causant un séisme dans le monde politique turc. L’origine de ses videos filmées à l’insu des hommes politiques reste inconnue.

FN : Mme Bourbon n’a pas le droit de voter !

Article du directeur de Rivarol, dans le numéro à paraître ce vendredi.

« Dans quelques jours la campagne officielle pour la succession de Jean-Marie Le Pen à la tête du FN va s’achever, les adhérents n’ayant plus que quelques jours pour voter par correspondance (les bulletins doivent être reçus au plus tard le 13janvier). Lorsqu’il était candidat à la présidentielle, le Menhir dénonçait avec raison le manque d’équité de la campagne, les autres prétendants à la magistrature suprême étant beaucoup mieux traités que lui et très avantagés. Il y avait en effet une disproportion des moyens très importante et une partialité militante de la part des media du Système qui l’invitaient moins que les autres, soit le boycottaient carrément.
Malheureusement force est de constater que cette campagne interne au FN n’a pas été plus équitable.
Continuer la lecture de « FN : Mme Bourbon n’a pas le droit de voter ! »